Bible en Français Courant (1997) La Bible en français courant
© Société biblique française, 1997

Introduction de la Bible selon la Bible en français courant

Le livre de Jonas

Le livre de Jonas raconte les mésaventures d'un prophète qui essaie, mais en vain, de ne pas obéir à un ordre de Dieu. Les diverses scènes de ce récit très vivant illustrent des enseignements que le livre a pour but de donner. Par là, il appartient d'une certaine manière au trésor de la sagesse d'Israël.

L'histoire de Jonas exprime ainsi quelques réalités essentielles: Dieu ne réserve pas son amour aux Israélites seuls, mais il le manifeste aussi aux étrangers qui le prennent au sérieux; il est toujours prêt à renoncer à ses menaces lorsque les hommes écoutent ses avertissements et changent réellement de comportement; enfin il est le maître absolu de la création, en particulier de la vie et de la mort, et le prophète n'a pas à s'indigner lorsque Dieu accorde son pardon aux coupables. Le livre de Jonas montre en outre avec beaucoup d'humour et de tendresse les difficultés, les tentations et les doutes qui peuvent apparaître dans la vie d'un être humain chargé d'une mission par Dieu. Il nous enseigne que Dieu n'abandonne pas son porte-parole au désarroi et à la solitude, pas plus qu'il ne le laisse fuir loin de lui, car Dieu est prêt à redire et à expliquer inlassablement que son amour n'exclut personne.

Jésus s'est appuyé sur l'aventure de Jonas pour annoncer sa mort et sa résurrection, pour donner en exemple à ses contemporains la conversion des gens de Ninive (Matt 12.38-42; Luc 11.29-32).

 Jonas essaie de fuir loin du Seigneur

1:1
Un jour, le Seigneur donna cet ordre à Jonas, fils d'Amittaï (1) :

1:2
«Debout, pars pour Ninive (2) , la grande ville. Prononce des menaces contre elle, car j'en ai assez de voir la méchanceté de ses habitants.»

1:3
Mais Jonas décida de fuir à Tarsis, loin du Seigneur. Il se rendit à Jaffa (3) , où il trouva un navire prêt à partir pour Tarsis. Il paya sa place et embarqua avec l'équipage pour aller à Tarsis, loin du Seigneur.

1:4
Le Seigneur déchaîna un vent violent sur la mer. Il y eut une telle tempête que le navire semblait prêt à se briser.

1:5
Les marins eurent très peur, chacun appela son propre dieu à grands cris. Puis ils jetèrent le chargement à la mer pour alléger le navire. Jonas, lui, était descendu au fond du bateau, il s'était couché et dormait profondément.

1:6
Le capitaine du navire s'approcha de lui et l'interpella ainsi: «Que fais-tu là? tu dors? Lève-toi donc, appelle ton dieu au secours! Il se souciera peut-être de nous, lui, et ne nous laissera pas mourir.»

1:7
Les marins se dirent entre eux: «Tirons au sort pour connaître le responsable du malheur qui nous arrive.» Ils tirèrent au sort et le sort tomba sur Jonas.

1:8
Ils lui dirent alors: «Tu es responsable de notre malheur. Explique-nous donc ce que tu fais ici. D'où es-tu? de quel pays? de quel peuple?»

1:9
Jonas leur répondit: «Je suis hébreu et j'adore le Seigneur, le Dieu qui est au ciel et qui a créé les mers et les continents.»

1:10
Puis il leur raconta son histoire. Les marins furent saisis d'une grande crainte en apprenant qu'il s'enfuyait loin du Seigneur. «Pourquoi as-tu agi ainsi? lui demandèrent-ils.

1:11
Que devons-nous faire de toi pour que la mer s'apaise autour de nous?» La mer était en effet de plus en plus démontée.

1:12
Il leur répondit: «Prenez-moi, jetez-moi par-dessus bord et la mer s'apaisera. Je le reconnais, c'est par ma faute que vous subissez cette grande tempête.»

1:13
Les marins se mirent à ramer pour essayer de gagner la terre ferme; mais ils ne réussirent pas, car la mer se déchaînait encore plus.

1:14
Alors ils appelèrent le Seigneur au secours: «Ah, Seigneur, ne nous laisse pas perdre la vie à cause de cet homme. Ne nous rends pas non plus responsables de la mort de quelqu'un qui ne nous a rien fait. Car c'est toi, Seigneur, qui as agi comme tu l'as voulu.»

1:15
Puis ils prirent Jonas, le jetèrent par-dessus bord, et la tempête cessa de faire rage.

1:16
Alors ils furent remplis de crainte à l'égard du Seigneur; ils lui offrirent un sacrifice et lui firent des promesses solennelles.

 La prière de Jonas

2:1
Le Seigneur envoya un grand poisson qui avala Jonas. Durant trois jours et trois nuits, Jonas demeura dans le ventre du poisson (4) .

2:2
De là, il adressa cette prière au Seigneur, son Dieu:

2:3
Quand j'étais dans la détresse j'ai crié vers toi, Seigneur, et tu m'as répondu; du gouffre de la mort j'ai appelé au secours et tu m'as entendu.

2:4
Tu m'avais jeté dans la mer, au plus profond de l'eau. Les flots m'encerclaient, tu faisais déferler sur moi vagues après vagues.

2:5
Déjà, je me disais: «Me voilà chassé loin de toi, Seigneur, pourtant j'aimerais revoir ton saint temple.»

2:6
L'eau m'arrivait à la gorge. La mer me submergeait, des algues s'enroulaient autour de ma tête.

2:7
J'étais descendu à la base des montagnes, le monde des morts fermait pour toujours ses verrous sur moi, mais toi, Seigneur mon Dieu, tu m'as fait remonter vivant du gouffre.

2:8
Au moment où la vie me quittait, j'ai pensé à toi, Seigneur, et ma prière est parvenue jusqu'à toi, à ton saint temple.

2:9
Ceux qui rendent un culte aux faux dieux perdent toute chance de salut (5) .

2:10
Mais moi, je chanterai ma reconnaissance, je t'offrirai un sacrifice, je tiendrai les promesses que je t'ai faites. Oui, c'est toi, Seigneur, qui me sauves!

2:11
Sur un ordre du Seigneur, le poisson rejeta Jonas sur la terre ferme.

 Jonas prêche à Ninive

3:1
Une deuxième fois, le Seigneur donna cet ordre à Jonas:

3:2
«Debout, pars pour Ninive, la grande ville, et fais-y entendre le message dont je te charge.»

3:3
Cette fois-ci, Jonas obéit à l'ordre du Seigneur et se mit en route pour Ninive. C'était une ville prodigieusement grande, il fallait trois jours pour la traverser.

3:4
Jonas y fit une première journée de marche en proclamant: «Dans quarante jours, Ninive sera détruite.»

3:5
Les habitants de la ville prirent au sérieux la parole de Dieu (6) . Ils décidèrent de jeûner et chacun, du plus riche au plus pauvre, revêtit des étoffes de deuil.

3:6
Quand le roi de Ninive fut informé de ce qui se passait, il descendit de son trône, ôta son habit royal, se couvrit d'une étoffe de deuil et s'assit sur de la cendre (7) .

3:7
Puis il fit proclamer dans la ville ce décret: «Par ordre du roi et de ses ministres, il est interdit aux hommes et au gros et petit bétail de manger quoi que ce soit et de boire.

3:8
Hommes et bêtes doivent être couverts d'étoffes de deuil. Que chacun appelle Dieu au secours de toutes ses forces, que chacun renonce à ses mauvaises actions et à la violence qui colle à ses mains.

3:9
Peut-être qu'ainsi Dieu reviendra sur sa décision, renoncera à sa grande colère et ne nous fera pas mourir.»

3:10
Dieu vit comment les Ninivites réagissaient: il constata qu'ils renonçaient à leurs mauvaises actions. Il revint alors sur sa décision et n'accomplit pas le malheur dont il les avait menacés.

 Jonas apprend pourquoi Dieu a pitié de Ninive

4:1
Jonas prit fort mal la chose et se mit en colère.

4:2
Il adressa cette prière au Seigneur: «Ah, Seigneur, voilà bien ce que je craignais lorsque j'étais encore dans mon pays et c'est pourquoi je me suis dépêché de fuir vers Tarsis. Je savais que tu es un Dieu bienveillant et compatissant, patient et d'une immense bonté, toujours prêt à revenir sur tes menaces.

4:3
Eh bien, Seigneur, laisse-moi mourir, car je préfère la mort à la vie.» —

4:4
«As-tu raison d'être en colère?» lui demanda le Seigneur.

4:5
Jonas sortit de la ville et s'arrêta à l'est de Ninive. Là, il se fit une cabane à l'abri de laquelle il s'assit. Il attendait de voir ce qui allait se passer dans la ville.

4:6
Le Seigneur Dieu fit pousser une plante, plus haute que Jonas, pour lui donner de l'ombre et le guérir de sa mauvaise humeur. Jonas en éprouva une grande joie.

4:7
Mais le lendemain, au lever du jour, Dieu envoya un ver s'attaquer à la plante et elle sécha.

4:8
Puis, quand le soleil parut, Dieu fit souffler de l'est (8) un vent brûlant. Le soleil tapa sur la tête de Jonas qui faillit s'évanouir. Il souhaita la mort en disant: «Je préfère la mort à la vie.»

4:9
Dieu lui demanda: «As-tu raison d'être en colère au sujet de cette plante?» Jonas répondit: «Oui, j'ai de bonnes raisons d'être en colère au point de désirer la mort.»

4:10
Alors le Seigneur reprit: «Écoute, cette plante ne t'a donné aucun travail, ce n'est pas toi qui l'as fait pousser. Elle a grandi en une nuit et a disparu la nuit suivante. Pourtant tu en as pitié.

4:11
Et tu voudrais que moi, je n'aie pas pitié de Ninive, la grande ville, où il y a plus de cent vingt mille êtres humains qui ignorent ce qui est bon pour eux (9) , ainsi qu'un grand nombre d'animaux?»



Commentaires des versets

1 Un prophète Jonas, fils d'Amittaï, est mentionné en 2 Rois 14.25.
2 Ninive: capitale de l'empire assyrien, voir par ex. 2 Rois 19.36, Nah 1.1.
3 Tarsis: ville du bassin méditerranéen, qu'on n'a pas pu localiser exactement. Elle se trouvait en tout cas dans la direction opposée à celle de Ninive. — Jaffa, en grec Joppé (voir Act 10.5), servait de port maritime à Jérusalem. C'est aujourd'hui un faubourg de Tel-Aviv.
4 Ce verset est repris en Matt 12.40. — Dans certaines traductions 2.1 est numéroté 1.17: 2.1-11 deviennent par conséquent 2.1-10.
5 perdent toute chance de salut: autres traductions doivent renoncer à leur attachement pour eux ou abandonnent celui qui peut les sauver.
6 Voir Matt 12.41; Luc 11.30,32.
7 s'assit sur de la cendre: signe de deuil ou de grande tristesse, voir Ézék 27.30.
8 de l'est: c'est-à-dire du désert, ce qui explique que le vent soit brûlant.
9 qui ignorent ce qui est bon pour eux traduit l'hébreu qui ne savent pas distinguer entre leur droite et leur gauche. Cette expression peut vouloir dire "qui ne savent pas choisir entre la conduite qui mène au bonheur (droite) et celle qui mène au malheur (gauche)". C'est l'interprétation choisie ici. Pour une autre interprétation l'expression décrit ceux qui n'ont pas atteint l'âge de raison, c'est-à-dire les enfants.