Bibliorama présente

Logo de la Nouvelle Bible Segond (NBS)

NBS, la Nouvelle Bible Segond

"Pour aller plus loin avec la Bible"...
...Ou pour risquer de s'en éloigner ?
L'Alliance Biblique Universelle (ABU) a fait paraître, en juin 2002, une bible d'étude appelée : NBS, abréviation de "Nouvelle Bible Segond".

Bibliorama attendait cette édition avec inquiétude, après avoir lu, en été 2001, sur le site web de l'Alliance Biblique Universelle (ABU), les principes de traduction choisis par le comité éditorial.

12 Juillet 2002, la NBS est là, posée sur la table : je t'invite à en faire le tour.

Dans une première partie, je décrirai tous les aspects de la NBS tels qu'ils sont présentés par l'Alliance Biblique Universelle, qui a choisi comme slogan publicitaire "pour aller plus loin avec la Bible".

Ensuite, je me livrerai à une étude critique "spirituelle", intitulée par facétie "Ou pour risquer de s'en éloigner ?" : La NBS comporte-t-elle des pièges, ou des tendances subtiles, capables d'altérer sournoisement la foi de ses lecteurs ?

Pour conclure, tu trouveras en annexe quelques documents qui te donneront des pistes pour réfléchir plus en profondeur aux problèmes évoqués.

À travers cette présentation de la NBS, que le Seigneur nous communique, à moi, auteur, un esprit de jugement intègre et respectueux de la Parole de Dieu, et à toi, lecteur, un esprit de discernement et de sagesse, selon qu'il est écrit :

Éprouvez toutes choses; retenez ce qui est bon.

Au sommaire de cette page

1. La NBS ouverte sur la table

De la Segond 1874 à la Segond 2002,
Un comité de rédaction interdénominationnel,
Description de la NBS,
Les choix de traduction et les nouveautés contenues dans la NBS.
2. La critique de Bibliorama

1ère critique : quand le rationnalisme tue la piété.
2ème critique : quand la science fait naître le doute.
3ème critique : quand les annotations sèment la confusion.
4ème critique : quand le souci de la nouveauté altère l'Évangile de Jésus-Christ.
3. Documents annexes

La NBS face à la NVS : une autre traduction de la Bible Louis Segond,
appelée NVS (Nouvelle Version Segond) est en cours : quelques précisions...
4. Rapporté par Voxdei

Bible NBS : Première critique de la Nouvelle Bible Segond,
un exemple récent de traduction dangereuse.
5. Honte aux auteurs de la NBS, Nouvelle Bible Segond, qui ont renié Notre Dieu Jésus-Christ.


1.   La NBS, ouverte sur la table

De la Segond 1874 à la Segond 2002

L'Alliance Biblique Universelle (ABU) revendique la filiation de la nouvelle Bible NBS avec la Bible originale de Louis Segond qui a paru pour la première fois en 1874, puis intégralement à Oxford en 1880. Segond était un théologien protestant libéral modéré (opposé à d'autres théologiens dits "orthodoxes", qui ne voulaient pas remettre en cause les héritages ancestraux du Protestantisme).

La traduction de Segond fut mal accueillie à cette époque. Mais de son vivant, Segond a toujours refusé de retoucher son travail.

Après la mort de Segond, la Société biblique britannique et étrangère révise la traduction, en 1910, en choisissant d'autres termes doctrinaux plus conformes à la pensée protestante orthodoxe (par exemple : "sacrificateurs" à la place de "prêtres", "foi" à la place de "fidélité").

Cette version 1910 va devenir la traduction protestante la plus lue au cours du XXe siècle. L'absence de copyright (droits commerciaux) sur ce texte a favorisé une diffusion très large.

En 1978, l'ABU révise à son tour le texte de la Segond 1910, dans une version dite "Segond à la Colombe" (en raison du dessin de sa couverture).

Puis en 1987, l'ABU décide de se lancer dans une révision encore plus importante de la Bible Segond, pour donner une alternative à la TOB, traduction oecuménique de la Bible (entre des protestants et des catholiques) qui ne semble pas satisfaire les églises protestantes.

La NBS est donc en 2002 l'aboutissement de ce long travail de révision au service des églises de sensibilité protestante.


Un comité de rédaction interdénominationnel

Le comité de rédaction qui se met en place sous l'égide de l'ABU est chargé de répresenter les différentes tendances du protestantisme français (luthéro-réformée, baptiste, adventiste, pentecôtiste).

En voici les 4 responsables éditoriaux :

Henri Blocher, baptiste, professeur de théologie systématique à la Faculté libre de théologie de Vaux-sur-Seine.
Jean-Claude Dubs, pasteur de l'Église réformée de France.
Mario Echtler, pasteur des Assemblées de Dieu de France, directeur des "cours bibliques par correspondance" (qui a trouvé récemment le repos en Notre Seigneur Jésus).
Jean-Claude Verrecchia, adventiste, professeur de Nouveau Testament à la Faculté de théologie adventiste de Collonges.

Couverture de la NBS Ils ont coordonné une équipe de 62 spécialistes, dont les noms figurent sur une page d'introduction de l'édition 2002. 7 autres personnes ont travaillé à la technique éditoriale.


Description de la NBS

Techniquement, la NBS est un très bel ouvrage : grand format d'étude 25x18 cm, reliure cartonnée solide (environ 45 euros, c'est le premier prix. Il existe des reliures souples et cuir, mais c'est plus cher bien sûr !). Deux signets (marque-pages en tissu), 1900 pages (papier bible assez fin mais lisible).

La mise en page invite à lire et à étudier :

Pour les récits de la Bible, les versets s'enchainent sans retour à la ligne, séparés par des petits traits verticaux avec numérotation dans la marge (voir l'image de 2 Chroniques, ci-dessous).

Mise en page de la NBS
Pour les livres poétiques, les éditeurs ont choisi de faire des retours à la ligne pour chaque verset (voir l'image des Psaumes, ci-dessous).

Mise en page des Psaumes de la NBS
En bas de chaque page, le corpus des notes, verset par verset, est très abondant et également très agréable à lire et à étudier (voir l'image d'un détail des notes, ci-dessous).

Mise en page des notes de la NBS

Documentation de la NBS L'originalité de la NBS réside dans l'abondante iconographie intercalée au fil du texte biblique, en corrélation avec les passages pour en expliciter le contexte : croquis archéologiques, notices historiques encadrées, cartes géographiques, tableaux thématiques, schémas explicatifs. Voici ci-contre à gauche, un exemple dans Actes, sur les voyages missionnaires de Paul.

L'ouvrage comporte un index des noms propres et des termes bibliques, véritable petit dictionnaire théologique et historique de 90 pages.

L'index est suivi d'une concordance de 100 pages qui donne pour un certain nombre de mots ou de noms propres une série de références bibliques : cela se révèle utile pour des études par thème.

Enfin, 4 très belles cartes couleurs et deux photos satellites dépliées de la terre d'Isarël complètent et terminent ce corpus d'outils bibliques très riche.


Les choix de traduction et
les nouveautés contenues dans la NBS.


Les choix de traduction de la NBS reposent sur deux grands ensembles :

1. Quels sont les textes origineux hébreux et grecs qui ont servi aux traducteurs ?
2. Quelles sont les méthodes linguistiques qui ont été utilisées pour actualiser les expressions de la Nouvelle Bible Segond ?

Les textes origineux hébreux et grecs qui ont servi aux traducteurs.

Codex de Léningrad
Extrait d'une des page de
"Biblia hebraica Stuttgartensia"
Concernant l'Ancien Testament, formé par des originaux en hébreu, c'est le texte massorétique qui a été choisi : le Codex de Léningrad datant de 1008 ap. J.-C. en est le meilleur témoin, publié sous le titre "Biblia hebraica Stuttgartensia", 4e édition, 1990 (sur l'illustration, un extrait de page).

Les massorètes juifs (c'est-à-dire "ceux qui comptent un inventaire") ont formé une communauté de copistes biblistes entre le Ve et le Xe siècle de notre ère. Le manucrit de Léningrad a été retrouvé au Caire.

Le texte massorétique est aussi celui qui a été utilisé au XVIe siècle par les humanistes et par les pasteurs protestants de la Réforme pour traduire l'Ancien Testament.

La NBS a aussi choisi de comparer le texte massorétique avec la traduction de la Septante : c'est l'Ancien Testament traduit en grec à partir des années 250 av. J.-C. environ qui a servi aux juifs hellénisés du bassin méditerranéen (des juifs qui avaient oublié la langue hébraïque et qui parlaient le grec.)

Pour le Nouveau Testament, les traducteurs de la NBS ont choisi la 27e édition (1993) du Novum Testamentum Graece de Nestle-Aland, qui repose sur le Texte minoritaire formé par les Codex Vaticanus et Sinaïticus, découverts au XIXe siècle.

Bibliorama a montré dans nombre de ses études que la leçon (c'est-à-dire "le texte établi") de Nestle-Aland diffère énormément d'avec le Texte Reçu des Bibles de la Réforme protestante, qui reposent sur le Texte majoritaire byzantin : la Bible de David Martin actuellement disponible sur le marché est le plus fidèle témoin du Texte Reçu (comme la Bible King James anglaise).

L'article "Doit-on craindre la critique textuelle ?" de Jean-Marc Berthoud, placé en annexe en fin de page, te montrera aussi "scientifiquement" que le Texte Reçu est incomparablement meilleur que les codex minoritaires.

Pour décortiquer les points de divergence entre Nestle-Aland et Texte Reçu, visite la page "Histoire de la bible Martin" et l'Expo de Bibliorama "Le Scandale des bibles New-Age" qui dresse la liste de 98 versets différents pour le Nouveau Testament.

Les méthodes linguistiques qui ont été utilisées pour actualiser la NBS.

les traducteurs se basent sur l'exégèse qui est une science qui interprète le sens et la doctrine d'un discours, et sur l'analyse textuelle, c'est-à-dire sur l'étude des mots et du contexte des écrits bibliques : ils s'aident de la science historique, archéologique, sociologique, linguistique, des connaissances nouvelles acquises à propos des habitudes, des modes de pensée, ou de la civilisation des auteurs de la Bible. Tel que cela est mentionné sur le site web de l'ABU, les traducteurs de la NBS rejettent donc l'à-priori de base de la cohérence globale de l'Écriture.

Voici un exemple cité par les traducteurs eux-mêmes sur le site web de l'ABU : "Si en Marc 8:35 il est question de sauver ou de perdre "sa vie ", il est fort peu probable qu'au verset suivant la même expression signifie "perdre son âme"."

Autre exemple cité par eux : "Si le texte hébreu de 2 Samuel 8:17 donne le même titre aux fils de David qu'aux prêtres Tsadoq et Abiathar, il n'y a pas de raison de le traduire différemment, même si aux termes de la Torah les fils de David n'auraient pas dû être prêtres".

Ainsi les traducteurs de l'ABU recherchent-ils l'expression la plus vraisemblable d'un point de vue scientifique, quitte à signaler les autres possibilités en note.
La première technique de traduction est l'interprétation : pour choisir telle forme d'expression plutôt que telle autre,

La seconde technique c'est de respecter la forme et la structure du texte : à partir de ce que le traducteur comprend, il essaie de reformuler sa pensée en suivant la façon dans le texte original l'exprime : conjugaison des temps, vocabulaire le plus précis possible. Dans les cas difficiles, les traducteurs privilégient cependant le sens sur le forme, pour éviter tout contre-sens (dire le contraire de l'original). Et si les tournures ont des particularités, les traducteurs font une note de "littéralité" (c'est-à-dire : sens strict).

Voici un exemple cité par les traducteurs sur le site web de l'ABU : "la traduction révisée de la NBS suit l'emploi surprenant du présent narratif dans l'évangile de Marc là où on a de bonnes raisons de penser qu'il étonnait aussi le lecteur grec".

Un autre exemple cité par les traducteurs : "on traduit par "signes" et non par "miracles" le terme particulier par lequel l'évangile de Jean décrit les actes remarquables de Jésus".
Enfin la troisème technique vise à l'actualisation du vocabulaire : les traducteurs ont choisi de remplacer des tournures et des termes vieillis (qu'ils considèrent comme vieillis, NDLR) par des équivalents mieux compris de nos jours (encore une fois selon leur propre subjectivité, NDLR). Ainsi les traducteurs s'efforcent de rendre l'expression plus naturelle quand le sens de l'original ne fait pas de doute.

Voici des exemples cités par les traducteurs sur le site web de l'ABU :

En Luc 20:34s Segond traduisait : " Les enfants de ce siècle prennent des femmes et des maris; mais ceux qui seront trouvés dignes d'avoir part au siècle à venir et à la résurrection d'entre les morts ne prendront ni femmes ni maris".

La Nouvelle Segond porte : " Dans ce monde-ci, hommes et femmes se marient, mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part à ce monde-là et à la résurrection d'entre les morts ne prennent ni femme ni mari. "

Conclusion des traducteurs : "La traduction est à la fois plus claire (il ne s'agit pas d'enfants, ni de siècles, au sens courant de ces termes, et pas davantage de polygamie) et plus précise (il n'est pas question ici de monde "à venir", et la valeur la plus naturelle des temps des verbes est respectée)".

Autres exemples cités par les traducteurs de la NBS : "on préfère "détresse" à "tribulation"; "obstiné", "obtus" ou "entêté" ont été préférés à l'expression "coeur endurci", tout en indiquant la métaphore en note".
En guise de Conclusion Générale de cette présentation rigoureuse de la NBS,
je laisse la parole à l'ABU :


"La base interconfessionnelle de la NBS est restreinte, et exigeante : elle a contraint à un travail rigoureux et à une expression qui respecte le lecteur dans son intelligence autant que dans sa foi."

2.   La critique de Bibliorama

1ère critique : quand le rationnalisme tue la piété.

Pourquoi parler de "piété" concernant une édition de la Bible ? La piété, c'est le respect des choses Saintes, des choses qui touchent la Sainteté de Dieu. Je crois que la Bible est une chose Sainte, qui mérite notre respect et que l'on doit évoquer avec piété. Et toi, ami lecteur, le crois-tu ?

En annexe, tu trouveras un exemple de piété attachée à la Bible : il s'agit du texte d'introduction des éditeurs de la Bible de David Martin de 1707, dans une édition grand public imprimée de 1744. Tu pourras ainsi te rendre compte de ce qu'était la piété de nos Aînés dans la foi quand ils publiaient une Sainte Bible pour l'édification de l'Église.

À travers ce premier chapitre de l'étude, je voudrais te faire réaliser l'absence de toute piété de la NBS, en analysant la façon qu'elle a de remettre en cause l'unicité et l'intégrité de la Parole de Dieu. Dans cet ouvrage souffle un vent de rationalisme qui contredit beaucoup de passages bibliques.

Les responsables éditoriaux de la NBS présentent la Bible en posant, dès la première ligne de leur introduction, la question suivante :
"Qu'est-ce que la Bible ?"
Ils répondent :
"Il n'y a pas de réponse neutre à cette question."

Voilà l'esprit rationnaliste ! On hésite à répondre ! Serait-ce manquer de la plus élémentaire neutralité que de répondre clairement et sans détour que la Bible est la Parole inspirée de Dieu pour le salut de tous ceux qui croient en elle ?

Celui qui désire rester neutre sur le terrain de la Foi, peut-il un jour ouvrir la bouche et dire que la seule vérité, c'est la Bible ? Annoncer que Christ est le seul sauveur ?

Par souci de neutralité, afin de ne pas choquer (ou de ne pas faire fuir) les lecteurs incroyants, ou les lecteurs qui professent une autre religion, les responsables de la NBS refusent de présenter la Bible pour ce qu'elle est : la Parole de Dieu.

Toute l'introduction est consacrée à détailler le contenu et les nouveautés de l'ouvrage. Puis les responsables éditoriaux reviennent sur la première question. Voici ci-dessous le dernier paragraphe, c'est leur réponse finale telle qu'elle est imprimée : j'ai tenu à te montrer la mise en page typographique qu'ils ont utilisée pour préciser leur pensée :

Dernier paragraphe de l'introduction de la Bible NBS

La Bible est-elle réellement un livre humain ?

Cet état d'esprit qui dévalorise l'intégrité de la Parole de Dieu et la confiance qu'il faut lui accorder se retrouve dans la NBS au sujet du travail des traducteurs. Selon eux, (je cite un passage de la page 20, 1ère colonne) : "De nombreux passages du texte massorétique présentent un sens plus ou moins obscur. (...) Il ne fait pas de doute qu'une partie de ces difficultés résulte d'erreurs des copistes".

Que signifie donc le passage suivant de Jérémie ? N'y lit-on pas que Dieu, dans la transmission de Sa Parole, ne laisse rien au hasard ?

Et la parole de l'Éternel fut adressée à Jérémie, après que le Roi eut brûlé le rouleau, et les paroles que Baruc avait écrites de la bouche de Jérémie, en disant : Prends encore un autre rouleau, et y écris toutes les premières paroles qui étaient dans le premier rouleau que Jéhojakim Roi de Juda a brûlé.

(Jérémie 36:27,28 - Version Martin).
Le Seigneur a-t-il laissé Sa parole s'altérer au fil du temps ? Qui croirons-nous si Dieu nous assure qu'il veille sur ses oracles ?

Quel est donc l'avantage du Juif, ou quel est le profit de la Circoncision ? Il est grand en toute manière; surtout en ce que les oracles de Dieu leur ont été confiés.

(Discours de Paul dans Romains 3:1-2 - Version Martin).
Le terme d' "oracles", dans la bouche de Paul, signifie bien la parole de Dieu dans son ensemble. Car Étienne parlant aux Anciens et Paul écrivant aux Hébreux utilisent ce même mot d'oracles pour parler des Saintes Écritures données par Dieu :

Discours d'Étienne dans Actes 7:38
(Version Martin)

C'est celui (Moïse) qui fut en l'assemblée au désert avec l'Ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï, et qui fut avec nos pères, et reçut les paroles de vie pour nous les donner.
(Version Segond 1910)

C'est celui (Moïse) qui, lors de l'assemblée au désert, étant avec l'ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner.
Discours de Paul aux Hébreux dans Hébreux 5:12
(Version Martin)

Car au lieu que vous devriez être maîtres, vu le temps, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne quels sont les rudiments du commencement des paroles de Dieu; et vous êtes devenus tels, que vous avez encore besoin de lait, et non de viande solide.
(Version Segond 1910)

Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide.

Cher Lecteur, accepteras-tu de croire les traducteurs de la NBS quand ils disent que les écrits hébreux de la Bible comportent des erreurs de copistes, affirmation qui fait mentir les versets suivants :

Toute l'Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, et pour instruire selon la justice;

(2 Timothée 3:16 - Version Martin).

Toute parole de Dieu est épurée. Il est un bouclier à ceux qui ont leur refuge vers lui.

(Proverbes 30:5 - Version Martin).

C'est le fruit du rationnalisme humain et de la critique textuelle de dire que la Bible est un livre humain puisqu'il a été écrit par des hommes. C'est cette attitude charnelle qu'ont affichée les habitants de Lystre face à Paul : ils ont voulu voir en lui un être divin et l'adorer (Actes 14:12). Mais les miracles de Paul étaient de Dieu. De même, s'il est vrai que les Écritures sont transmises par des hommes, elles sont avant tout Parole de Dieu.

UNE Parole de Dieu ou LA parole de Dieu ?

Les responsables de la NBS ont présenté la Bible comme UNE parole de Dieu : ils l'ont écrit en caractère gras ! Cela signifierait-il : Une parole de Dieu parmi tant d'autres ? Telle celle du livre de Mormon qui s'intitule "un autre témoignage de Jésus Christ" ?

Ces passages de l'Écriture sont-ils faux, ou sujets à caution ?

Car je n'ai point honte de l'Évangile de Christ, vu qu'il est la puissance de Dieu en salut à tout croyant : au Juif premièrement, puis aussi au Grec.

(Romains 1:16 - Version Martin)

Afin que nous soyons à la louange de sa gloire, nous qui avons les premiers espéré en Christ. En qui vous êtes aussi, ayant ouï la parole de la vérité, qui est l'Évangile de votre salut, et auquel ayant cru vous avez été scellés du Saint-Esprit de la promesse...

(Éphésiens 1:12,13 - Version Martin)

À cause de l'espérance des biens qui vous sont réservés dans les Cieux, et dont vous avez eu ci-devant connaissance par la parole de la vérité, c'est-à-dire, par l'Évangile.

(Colossiens 1:5 - Version Martin)
Une autre marque d'impiété apparaît dans le commentaire des traducteurs au sujet de l'Ancien Testament. Pour expliquer que l'Ancien Testament a été adopté par les chrétiens qui voulaient s'identifier à Notre Seigneur Jésus, voici la façon dont ils parlent du Dieu éternel assis à la droite du Père, c'est-à-dire du Seigneur Jésus-Christ :

"À l'origine de cette appropriation historiquement improbable, Jésus, ce Juif nourri de la Bible hébraïque, à qui des non-Juifs ont tellement désiré s'identifier qu'ils en ont adopté, comme "Ancien Testament", des textes d'une autre langue et d'une autre culture que la leur."
Cette citation est la première allusion à la personne de Jésus depuis que la NBS a été ouverte, et nous en sommes déjà à la page 20, 3e colonne. Et les traducteurs ne trouvent que cela à dire sur Jésus, Le Fils unique de Dieu, l'auteur du salut de son peuple, qui s'est laissé engloutir dans la mort pour des pécheurs !

Les responsables éditoriaux, qui sont pourtant des éminents personnages dans leurs communautés chrétiennes, n'ont pas jugé bon d'évoquer la personne de Jésus dans leur introduction. Et quand ils laissent les traducteurs le faire, c'est pour adopter la présentation la plus neutre qui soit : Jésus, ce Juif...

Je frémis en moi-même de ces paroles de l'Évangile :

Mais quiconque me reniera devant les hommes, il sera renié devant les Anges de Dieu.

(Luc 12:9 - Version Martin)
Puisse le Seigneur Jésus faire grâce à ces chrétiens neutres.

Ami lecteur, je conclue là cette première critique de la NBS concernant son caractère rationnel, neutre et rempli de scepticisme. Je me désolidarise complètement de ces prises de position charnelles et froides envers l'intégrité et la Sainteté de la Parole de Dieu. Jésus-Christ est la Parole de Dieu, il nous a prévenu qu'il en vomirait plusieurs parmi ceux qui se disent ses disciples (Apocalypse 3:16).

Je ne serai jamais de ceux-là, par la grâce et avec l'aide de Dieu, car je crierai toujours de toute mon âme : l'Écriture est divinement inspirée, intègre et préservée, digne de toute confiance, parole unique de Dieu pour le salut des hommes, Lettre écrite par Jésus-Christ lui-même, selon qu'il est écrit :

Puis je vis le Ciel ouvert, et voici un cheval blanc; et celui qui était monté dessus était appelé FIDÈLE et VÉRITABLE, qui juge et combat justement. Et ses yeux étaient comme une flamme de feu; il y avait sur sa tête plusieurs diadèmes, et il portait un nom écrit que nul n'a connu, que lui seul. Il était vêtu d'une robe teinte dans le sang, et son nom s'appelle LA PAROLE DE DIEU.

(Apocalypse 19:11,13 - Version Martin)

2ème critique : quand la science fait naître le doute.

La Bible NBS revendique la science des hommes : les responsables éditoriaux écrivent, dans la première page de leur introduction :

"Les introductions (des livres bibliques) sont tributaires des vastes connaissances amassées par l'étude scientifique de la Bible".
Et page 3 :

"Plus d'une cinquantaine de spécialistes ont été consultés pour passer la traduction de chaque livre biblique au crible des découvertes modernes, qui nous permettent de mieux comprendre aujourd'hui les langues et l'univers culturel de la Bible."
Ce parti-pris pro-scientifique étant posé, voyons l'application qui en est faite par les traducteurs de la NBS dans le livre de la Genèse.

Création et Évolution ?

Seras-tu choqué d'apprendre que le récit de la Création doit être lu comme : (page 21, 2e colonne) "une succession de tableaux offerts à la méditation de la foi. À ce titre, ils revêtent certains atours de la parabole." ?

Pourquoi dire que les épisodes de la Création sont métaphoriques ? Est-ce parce qu'ils entrent en contradiction avec les théories de l'Évolution ? Ou, plus exactement, est-ce parce que les théories humaines de l'Évolution de Darwin entrent en contradiction avec la Sainte Parole de Dieu ?

Les traducteurs de la NBS n'affichent pas ouvertement leur adhésion aux thèses scientifiques de l'évolution. Mais il y a plusieurs détails lourds de conséquence, présentés sournoisement, pour induire le lecteur dans la pensée évolutionniste.

Tout d'abord le récit de la Création des chapitres 1 et 2 de la Genèse, est scindé en deux parties dans la NBS.

Dans la première partie, intitulée : "Dieu crée l'univers et l'humanité", nous trouvons au verset 1:26 que le mot hébreu "ADAM" est traduit par "les humains" : "Faisons les humains à notre image".
Dans la deuxième partie intitulée : "le jardin d'Éden", on trouve au verset 2:7 que le même mot "ADAM" est traduit par "l'homme" : "Le Seigneur Dieu façonna l'homme de la poussière de la terre".

Pourquoi traduire le même mot ADAM une première fois au pluriel, et une seconde fois au singulier ? Est-ce parce que cela va dans le sens de la théorie de l'évolution darwinienne ? Nous savons que l'un des 4 responsables éditoriaux de la NBS, le baptiste Henri Blocher a publié un livre intitulé : "Révélation des origines". Dans cet ouvrage, il prend le parti de dire que le récit de la Genèse est un texte littéraire et qu'il peut donc se prêter à tout type d'interprétation. Selon Henri Blocher "la forme de la semaine attribuée à l'oeuvre de la création est un arrangement artistique, un sobre anthropomorphisme qu'il ne faut pas prendre au pied de la lettre" (P. 43). Il ressort de la lecture de ce livre que l'auteur n'est pas opposé à la conception d'une création évolutionniste....

La NBS insinue les thèses évolutionnistes de façon sournoise. J'en prends pour preuve le tableau ci-dessous qui figure à la page 26, sous les versets bibliques de Genèse 1:21,27 :

Tableau insinuant les thèses évolutionnistes

Note, ami lecteur, que, dans ce tableau, toutes les étapes de la Création sont séparées par des barres obliques. Mais entre les animaux terrestres et les humains, il n'y a pas de barre oblique, il n'y a qu'une virgule. Pourquoi ?

Serait-ce tout simplement parce qu'on estime dans la NBS que l'homme est un animal qui descend du singe ?

Pour appuyer cette thèse évolutionniste, les traducteurs de la NBS traduisent donc Genèse 1:26 de cette façon (compare ensuite avec Segond 1910 et Martin 1707) :

Traduction NBS :

Dieu dit: Faisons les humains à notre image, selon notre ressemblance, pour qu'ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur toutes les bestioles qui fourmillent sur la terre.
Traduction Segond 1910 :

Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
Traduction Martin 1707 :

Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur le bétail, et sur toute la terre, et sur tout reptile qui rampe sur la terre.
Dans la NBS, les traducteurs placent une note pour dire que le verbe "dominer" est conjugué au pluriel. Donc le sujet, selon eux, puisque ce sont des scientifiques, est forcément aussi au pluriel. Mais le sujet pluriel peut fort bien être l'homme et la femme dont il est question au versets suivants 27 et 28 avec le même pluriel. Messieurs Louis Segond, théologien du XIXe siècle, reconnu par le monde protestant pour sa rigueur de traducteur, et David Martin, théologien du XVIIe siècle, loué pour être l'un des meilleurs prosateurs du Refuge (la communauté protestante exilée), seraient donc tous deux passés à côté de la vérité et de la révélation évolutionniste (et avec eux, Tyndale, Luther, Diodati, Olivétan, Calvin, De Bèze, tous les pasteurs de Genève, Ostervald et nous aussi tant qu'à faire...).

Est-ce cela, la volonté de la NBS de "passer la traduction de chaque livre biblique au crible des découvertes modernes" ?

Au niveau spirituel, que dit la Bible au sujet des théories de l'évolution darwinienne ?

C'est pourquoi comme par un seul homme le péché est entré au monde, la mort y est aussi entrée par le péché; et ainsi la mort est parvenue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.

(Romains 5:12 - Version Martin).
Pour adopter les thèses de l'évolution darwinienne, il faut rejeter ce passage de l'Écriture, ou le tordre pour lui donner un autre sens parce que les théories de l'évolution darwinienne considèrent que la mort a permis aux espèces de s'améliorer : je vous invite à considérer la note de la NBS au sujet de ce verset. Elle est éloquente de scepticisme, de doute et de remise en cause sous-jacente :

Note de la NBS pour appuyer les thèses de l'évolution darwinienne.

Les traducteurs n'ont trouvé dans la Bible aucun passage qui pourrait amoindrir le sens évident de ce verset. Aussi sont-ils obligés d'aller chercher des versets dans des livres deutérocanoniques, qui sont en fait des livres apocryphes, au sujet desquels les pasteurs de la Bible de Genève de 1669 ont montré avec autorité toutes les erreurs dont ils fourmillent. C'est à juste titre que les livres de Sagesse, Baruch et Esdras 4 ont toujours été rejetés du canon des livres inspirés, aussi bien par les Juifs que par les Protestants.

Pourquoi vient-on ici embrouiller le lecteur ?

Ne voudrait-on pas insinuer que le verset de Romains 12 n'évoque pas une mort organique, mais uniquement une mort spirituelle ? Ainsi une mort organique pourrait-elle tout à fait, de façon rationnelle, faire partie de l'ordre originel de la Création, elle aurait pu servir Dieu dans le renouvellement des espèces. La mort organique serait-elle donc une corruption voulue et introduite par Dieu ?

Que dit l'Écriture sur la corruption de la Nature ?

19 Car le grand et ardent désir des créatures, est qu'elles attendent que les enfants de Dieu soient révélés;
20 (Parce que les créatures sont sujettes à la vanité, non de leur volonté; mais à cause de celui qui les y a assujetties) elles l'attendent, dis-je, dans l'espérance qu'elles seront aussi délivrées de la servitude de la corruption, pour être en la liberté de la gloire des enfants de Dieu.
21 Car nous savons que toutes les créatures soupirent et sont en travail ensemble jusques à maintenant.
22 Et non seulement elles, mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous-mêmes, dis-je, soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, c'est-à-dire, la rédemption de notre corps.

(Romains 8:19-22 - Version Martin)
Si la Nature attend d'être délivrée de la servitude de la corruption, où elle a été assujettie, c'est parce qu'elle n'a pas été créée asservie, mais libre. Toute la Bible nous proclame que les oeuvres de Dieu sont pures et admirables, qu'il n'y a en lui aucune ténèbre.

Or c'est ici la déclaration que nous avons entendue de lui, et que nous vous annonçons, savoir, que Dieu est lumière, et qu'il n'y a en lui nulles ténèbres.

(1 Jean 1:5 - Version Martin)
Or la Mort est ténèbres :

20 Mes jours ne sont-ils pas en petit nombre ? Cesse donc et te retire de moi, et permets que je me renforce un peu,
21 Avant que j'aille au lieu d'où je ne reviendrai plus : en la terre de ténèbres, et de l'ombre de la mort;
22 Terre d'une grande oscurité, comme étant les ténèbres de l'ombre de la mort, et où rien ne luit que des ténèbres.
(Job 10:20-22 - Version Martin)
Le salaire du péché, c'est la mort (Romains 6:23). Adam n'a pas été condamné uniquement à la mort spirituelle, mais il a également été condamné à la corruption organique :

Tu mangeras le pain à la sueur de ton visage, jusqu'à ce que tu retournes en la terre, car tu en as été pris : parce que tu es poudre, tu retourneras aussi en poudre.

(Genèse 3:19 - Version Martin)
Ami lecteur, veux-tu encore un autre détail tiré de la NBS qui fera frémir le lecteur attentif de la Parole de Dieu ?

Adam est-il le premier homme selon la Bible ?

Lisons Actes 17:26 dans 5 versions différentes :

Martin 1707 Et il a fait d'un seul sang tout le genre humain, pour habiter sur toute l'étendue de la terre, ayant déterminé les saisons qu'il a établies, et les bornes de leur habitation:
King James 1779 And hath made of one blood all nations of men for to dwell on all the face of the earth, and hath determined the times before appointed, and the bounds of their habitation;
Segond 1910 Il a fait que tous les hommes, sortis d'un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure;
Ostervald 1744 Et il a fait d'un seul sang toutes les races des hommes, pour habiter sur toute la face de la terre, ayant déterminé la durée précise et les bornes de leur habitation;
Darby 1885 et il a fait d'un seul sang toutes les races des hommes pour habiter sur toute la face de la terre, ayant déterminé les temps ordonnés et les bornes de leur habitation,
En lisant ces versets, nous pouvons être certains que l'humanité est née toute entière d'un même sang, celui d'Adam.

Lisons à présent la NBS :
NBS 2002 D'un seul être il a fait toutes les nations des humains, pour que ceux-ci habitent sur toute la surface de la terre, dans les temps fixés et les limites qu'il a instituées;

Voilà une nouveauté que les chrétiens ont du attendre 300 ans ! Voilà un verset qui s'acclimate bien avec les théories de l'évolution ! Sache enfin que les traducteurs de la NBS n'ont pas pu escamoter si facilement le texte original grec : ils font une petite note en disant, au milieu : "quelques manuscrits, dont ceux du texte occidental, ont "d'un seul sang". Quelques manuscrits ! Mais pourquoi ne pas avoir utiliser les meilleurs ? Est-ce à dire que de David Martin à Louis Segond, tous les traducteurs de la Réforme se sont basés sur des manuscrits corrompus ?"

L'Esprit de Dieu, et la lecture parallèle des versets de la Bible ne confirment-ils pas en chacun de ses enfants nés de nouveau la pensée de Dieu ? Que chaque lecteur attentif discerne le bon grain de l'ivraie selon la compréhension que l'Esprit de Dieu lui donnera de ces versets.

Je dis cependant qu'il est sournois et malhonnête de la part des traducteurs de la NBS de ne pas afficher leurs convictions ouvertement et de jouer sur des mots, sur des notes, sur des virgules et sur des barres obliques pour tenter de faire adhérer leurs lecteurs à des pensées charnelles qui croient que Dieu s'est servi de la mort pour créer et améliorer sa Création.

Ici, Lecteur, tu comprendras avec moi cette phrase que l'Alliance Biblique Universelle a écrite sur son site web au sujet de la NBS :

"La base interconfessionnelle de la NBS est restreinte, et exigeante : elle a contraint à un travail rigoureux et à une expression qui respecte le lecteur dans son intelligence autant que dans sa foi."

Respecter le lecteur dans son intelligence, c'est essayer de lui donner des arguments bibliques pour défendre les théories de l'Évolution, que l'on enseigne dans nos écoles païennes (car le monde est païen, rebelle, et hostile à Dieu).

Les chrétiens seraient-ils fatigués d'être critiqués par les gens du monde au sujet du récit biblique de la Création ? Est-ce défendre la Foi en Jésus-Christ, qui est une folie pour ceux qui périssent, que de leur faire des concessions en disant que les "tableaux de la Genèse revêtent les atours de la Parabole" (Quel euphémisme sournois, comme tout euphémisme !)

Je me réjouis en Jésus-Christ de savoir que Dieu confond l'intelligence des orgueilleux par les choses folles de ce monde (1 Corinthiens 1:19-21). Je me réjouis en mon Créateur de savoir qu'il a tout créé parfaitement, selon sa sagesse, comme il a voulu nous le faire savoir. Ma foi n'a pas besoin de mon intelligence charnelle, car le Saint-Esprit renouvelle mon intelligence pour la rendre sensible à la compréhension des Écritures (Éphésiens 4:23).

Savez-vous que David Martin est le seul traducteur (avec les Pasteurs de la Bible de 1669) à traduire bien différemment ce récit de la Genèse ?

Dans la traduction de la Genèse par David Martin, il n'y a pas 2 récits de la Création : il n'y en a qu'un qui est d'une précision remarquable :

2:4 Telles sont les origines des cieux et de la terre, lorsqu'ils furent créés; quand l'Éternel Dieu fit les cieux et la terre,
2:5 et toutes les plantes des champs, avant qu'il y en eût en la terre, et toutes les herbes des champs, avant qu'elles eussent poussé; car l'Éternel Dieu n'avait point fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour labourer la terre.
2:6 Et il ne montait point de vapeur de la terre, qui arrosât toute la surface de la terre.
2:7 Or l'Éternel Dieu avait formé l'homme de la poudre de la terre, et il avait soufflé dans ses narines une respiration de vie; et l'homme fut fait en âme vivante.
2:8 Aussi l'Éternel Dieu avait planté un jardin en Héden, du Côté d'Orient, et y avait mis l'homme qu'il avait formé.
2:9 Et l'Éternel Dieu avait fait germer de la terre tout arbre désirable à la vue, et bon à manger, et l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la science du bien et du mal.

(...)
2:15 L'Éternel Dieu prit donc l'homme et le mit dans le jardin d'Héden pour le cultiver et pour le garder.
David Martin utilise le plus-que-parfait des versets 2:4 à 9, pour raconter un épisode qui s'est déroulé avant (au chapitre 1), et qui a son accomplissement final en cours de réalisation (verset 2:15). Dans le texte original hébreu, le verbe est en effet conjugué à l'imparfait, conjugaison qui comporte en hébreu la nuance d'un processus en mouvement, un processus qui dure pour achever son accomplissement. Les traducteurs modernes utilisent un passé simple qui induit en erreur puisque cette conjugaison laisse supposer que les deux moments de la création sont séparés et successifs. (Au sujet du temps de l'imparfait en hébreu dans ce passage de la Genèse, voir le Dictionnaire biblique Strong au numéro 08811.)

Messieurs les traducteurs de la NBS, merci de vos travaux, mais je préfère mettre ma confiance dans la traduction de mon frère aîné David Martin : la précision de la langue française du XVIIe siècle est encore d'actualité aujourd'hui.


Enfer ou Destruction ?

Je t'invite aussi à considérer la façon dont la NBS a changé des versets au sujet de l'Enfer et du châtiment éternel réservé aux impies. Prenons comme point de départ le verset de Paul de 2 Thessaloniciens 1:7-9 :

(2 Thessaloniciens 1:7-9 - Version Martin)
7 Et qu'il vous donne du relâche à vous qui êtes affligés, de même qu'à nous, lorsque le Seigneur Jésus sera révélé du Ciel avec les Anges de sa puissance;
8 Avec des flammes de feu, exerçant la vengeance contre ceux qui ne connaissent point Dieu, et contre ceux qui n'obéissent point à l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ;
9 Lesquels seront punis d'une perdition éternelle, par la présence du Seigneur, et par la gloire de sa force;

(2 Thessaloniciens 1:7-9 - Version NBS)
7 et de vous donner, à vous qui êtes dans la détresse, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus se révèlera du ciel avec ses anges puissants,
8 dans un feu flamboyant, pour faire justice contre ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n'obéissent pas à la bonne nouvelle de notre Seigneur Jésus.
9 Ceux-là auront pour juste châtiment une destruction éternelle, loin du Seigneur et de sa force glorieuse,
Dans la note du verset 9, les traducteurs de la NBS confirment le terme de "ruine ou destruction éternelle" en se fondant sur un verset de 4 Maccabées, livre apocryphe.

Alors Perdition éternelle ou Destruction éternelle?

L'index de la NBS ne connaît pas les mots enfer, ni destruction, ni condamnation, ni perdition éternelle. Si nous cherchons à Géhenne, il nous renvoie à un article sur séjour des morts : dans cet article assez long, les traducteurs font référence aux livres apocryphes, aux mythologies païennes des Mésopotamiens et des Grecs pour affirmer que la pensée biblique est peu précise et que les termes de Shéol et d'Hadès doivent être traduits par "séjour des morts". Lisons le scepticisme contenu dans la dernière partie de ce long article (je souligne les passages qui selon moi créent le doute) :

"En général, les infidèles sont promis à la Géhenne, qui est conçue comme un lieu de destruction et de tourment par le feu. Dans l'Apocalypse de Jean, l'étang de feu, alias la seconde mort, qui semble fonctionner comme un autre nom de la géhenne, est hiérarchiquement supérieur à l'Hadès, puisqu'il finit par engloutir la mort et le séjour des morts. La Seconde de Pierre (2:4) se réfère, pour évoquer un lieu de châtiment provisoire des anges déchus, au Tartare que la mythologie grecque situait encore plus bas que l'Hadès. Les Portes du séjour des morts sont encores présentes en Matthieu 16:18, mais l'ensemble de l'expression évoque moins le monde statique des ombres que l'empire plus vaste et plus actif du mal, qui ne prévaudra pas contre l'Église. En Apocalypse 1:18, en tout cas, les clefs du séjour des morts symbolisent bien un pouvoir de délivrer de la mort. La première de Pierre semble décrire une descente du Christ au séjour des morts, mais la visée précise de ce texte est incertaine". (fin de la note sur Séjour des morts).

Je finis ma démonstration sur le doute que la NBS crée au sujet de l'enfer éternel en plaçant dans un tableau comparatif le passage de Marc 9:43-48.

La NBS omet les versets 44 et 46 !!!!

Version Martin 1707 Version NBS 2002
43 Or si ta main te fait broncher, coupe-la: il vaut mieux que tu entres manchot dans la vie, que d'avoir deux mains, et aller dans la géhenne, au feu qui ne s'éteint point; 43 Si ta main doit causer ta chute, coupe-la; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie, que d'avoir tes deux mains et d'aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint pas.
44 Là où leur ver ne meurt point, et le feu ne s'éteint point. 44 [pas de verset 44]

= la numérotation 44 n'apparait pas... Une note indique : Certains manuscrits ajoutent : "Là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas."
45 Et si ton pied te fait broncher, coupe-le: il vaut mieux que tu entres boiteux dans la vie, que d'avoir deux pieds, et être jeté dans la géhenne, au feu qui ne s'éteint point; 45 Si ton pied doit causer ta chute, coupe-le; mieux vaut pour toi entrer infirme dans la vie que d'avoir tes deux pieds et d'être jeté dans la géhenne.
46 Là où leur ver ne meurt point, et le feu ne s'éteint point. 46 [pas de verset 46]

= la numérotation 46 n'apparait pas... même note que pour le verset 44.
47 Et si ton oeil te fait broncher, arrache-le: il vaut mieux que tu entres dans le Royaume de Dieu n'ayant qu'un oeil, que d'avoir deux yeux, et être jeté dans la géhenne du feu; 47 Et si ton oeil doit causer ta chute, arrache-le; mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne,
48 Là où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s'éteint point. 48 où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s'éteint pas.

(verset écrit en italique, avec note : citation de Ésaïe 66:24)

Bref, avec la NBS, impossible de prêcher l'enfer !

7 et de vous donner, à vous qui êtes dans la détresse, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus se révèlera du ciel avec ses anges puissants,
8 dans un feu flamboyant, pour faire justice contre ceux...
(2 Thessaloniciens 1:7 - Version NBS)
L'expression "faire justice" choisie par la NBS sème le doute : elle peut s'appliquer à des personnes victimes d'une injustice. Tandis que l'expression "exercer la vengeance", expression choisie par David Martin, est un terme fort, qui montre que la justice de Dieu est implacable envers ceux qui auront refusé le salut gratuit de Dieu.

Dans la NBS, la théorie de la destruction éternelle fait référence à la théorie de l'annihilation, qui induit en erreur en prétextant qu'il n'y a aucun enfer pour les impies, car à leur mort leur âme sera détruite en même temps que leur corps (c'est une théorie appréciée chez les adventistes). On refuse d'envisager des souffrances éternelles !

L'expression "perdition éternelle" montre au contraire ce qu'est réellement la mort dont parle Jean 3:16 : être éternellement loin de Dieu, cela implique ténèbres et souffrances atroces comme le montrent ces deux passages de l'Apocalypse :

Et le Diable qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où est la bête et le faux-prophète; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

(Apocalypse 20:10 - Version martin)

Et quiconque ne fut pas trouvé écrit au Livre de vie, fut jeté dans l'étang de feu.

(Apocalypse 20:15 - Version martin)

Sois averti encore une fois, ami lecteur, de l'esprit de discernement qu'il te faudra avoir en étudiant la Bible avec la NBS.


3ème critique : quand les annotations sèment la confusion.

Nous avons vu comment dans le verset de Romains 5:12, la note de la NBS concernant la mort et la cause de la mort était ambiguë sur le sens de ce verset. Cette confusion est généralisée dans la bible NBS.

Le lecteur attentif de la Bible qui souhaite dépenser 45 euros dans un ouvrage de ce genre espère que les annotations lui seront d'un grand profit spirituel.

Après avoir étudié soigneusement quelques passages bibliques avec la NBS (et heureusement je dispose des notes de la Bible de 1669 pour comparer), je me suis rendu compte que beaucoup de versets qui ont un sens particulier, deviennent complètement incompréhensibles avec les notes de la NBS.

J'ai fait l'expérience avec ce passage de Romains 12:20.

Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s'il a soif, donne-lui à boire; car en agissant ainsi, ce sont des braises que tu amasseras sur sa tête.

(Romains 12:20 - Version NBS)
Que signifie l'expression "braises amassées sur sa tête" ? Voyons la note de la NBS :

Note de la NBS


Pas facile de trancher, n'est-ce pas ? Inutile d'aller chercher le verset de Esdras 16:54 dans la Bible, il n'y est pas ! Il s'agit d'un livre apocryphe. Pour ma part je refuse de considérer les références des livres apocryphes : je crois que la Parole de Dieu se suffit à elle-même pour s'expliquer par l'Esprit de Dieu. Alors allons voir la première référence Proverbes 25:21-22 :

21 Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s'il a soif, donne-lui à boire.
22 Car ce sont des braises que tu amasses sur sa tête, et le SEIGNEUR te le rendra.
(Proverbes 25:21-22 - Version NBS)
Nous trouvons dans ce verset un aspect important : le Seigneur te le rendra : cela signifierait-il donc que "amasser des braises sur une tête" c'est une bonne action ? Mais quelle bonne action ?

Lisons donc la note de Proverbes 25:22 contenue dans la NBS :

Note de Proverbes de la NBS

Voilà : on a là le contraire de la note de Romains 12 ! Et pour nous perdre un peu plus, les traducteurs de la NBS font encore référence à des éléments extérieurs à la Bible, note archéologique sur un culte païen et référence au Targum, qui est une traduction commentée par des rabbins anciens.

Bref ! Qu'est-ce qu'on fait, ami lecteur ? Je prends la Bible David Martin 1707 :

Si donc ton ennemi a faim, donne-lui à manger; s'il a soif, donne-lui à boire: car en faisant cela tu retireras des charbons de feu qui sont sur sa tête.

(Romains 12:20 - Version martin 1707)


car tu enleveras des charbons de feu de dessus sa tête, et l'Éternel te le rendra.

(Proverbes 25:22 - Version martin 1707)
Dans ce verset hébreu, le verbe traduit par "mettre" a comme racine "enlever" : car on enlève de quelque chose pour mettre dans une autre chose. La solution ne se trouve donc pas dans les notes, mais dans la référence parallèle 2 Rois 6:22 : tu liras ce passage et tu verras que grâce à Élisée, pour avoir nourri et fait du bien à ses ennemis araméens, Israël a trouvé la paix avec eux. "Enlever les charbons de la tête de son ennemi" signifie "lui enlever son hostilité".

David Martin a bien traduit ce passage, fidèle au sens hébreu ET au sens spirituel. Il était l'un des pasteurs protestants les plus érudits de son temps et il a traduit la Bible dans sa vieillesse, entre l'âge de 57 et de 68 ans.

Comprends-tu la confiance que j'ai en sa traduction ?

Je voudrais te convaincre, ami Lecteur, que la Bible est toujours sa propre interprète : c'est un principe voulu par Dieu qui a écrit :

Ne reçois point d'accusation contre l'Ancien, que sur la déposition de deux ou de trois témoins.

(1 Timothée 5:19 - Version Martin)
Le Seigneur confirme toujours sa Parole par deux ou trois autres passages bibliques. Dans la NBS, nous avons été embrouillés en pure perte par un extrait de livre apocryphe, par une note archéologique d'un culte païen, par un extrait du Targum, alors que la solution se trouvait dans la Parole de Dieu elle-même !

Je ne peux pas ici multiplier les exemples des annotations de la NBS qui sèment la confusion, mais si tu travailles sur les Écritures avec la NBS, sois averti qu'il te faudra beaucoup de discernement pour trier le bon grain de l'ivraie, car, non seulement cette traduction repose sur le texte grec de Nestle-Aland (Vaticanus et Sinaïticus) qui omet ou substitue beaucoup de mots par rapport au Texte Reçu, mais elle est en outre remplie de références à la Septante, aux Apocryphes (deutérocanoniques, dit aussi écrits intertestamentaires), mais aussi Apocryphes pseudo-évangéliques, au Targum, et à la Vulgate catholique.


4ème critique : quand le souci de la nouveauté altère l'Évangile de Jésus-Christ.

L'impiété, le doute, la confusion, est-ce assez ? Malheureusement, non.

Je me dois à présent de rentrer dans le chapitre le plus essentiel de mon travail critique.

Je me dois aussi de te dire, à cause de ma position de frère en Christ que je suis en vérité devant Notre Seigneur, que j'ai écrit ce LONG article dans la douleur et le combat. Je me suis senti écrasé par ce que j'ai découvert dans cette bible NBS et j'ai beaucoup pleuré et prié devant le Seigneur, pour rechercher sa direction, pour qu'il m'arrête ou qu'il me fortifie.

Il m'a fortifié. Il m'a rappelé que la vie en Christ est un combat au service de la Vérité (Philippiens 1:30). Je t'invite donc à enlever entièrement le voile que la science et le rationalisme ont jeté sur cette bible NBS, pour évoquer comment la pensée de l'Évangile de Jésus-Christ y a été altérée.

Car nous ne falsifions pas la parole de Dieu, comme font plusieurs; mais nous parlons de Christ avec sincérité, comme de la part de Dieu, et devant Dieu.

(2 Corinthiens 2:17 - Version Martin)
Les traducteurs de la NBS ont supprimé toutes les références à la repentance, à la conversion, au mot Évangile, et ont en partie remplacé le mot "ressuscité" par l'expression ambiguë "réveillé d'entre les morts".

Quels sont les arguments des traducteurs de la NBS pour justifier ce changement important du mot "résurrection" ? Tout simplement de dire que le terme grec comporte la notion de "se réveiller" : c'est le même mot utilisé en Matthieu 2:13 quand l'Ange dit à Joseph : Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère et fuis en Égypte.

J'ai pleuré devant le Seigneur Jésus, je le dis en vérité, en lisant ces versets dans la NBS :

Traduction David Martin 1707 : (Jésus dit aux disciples :)

Mais après que je serai ressuscité, j'irai devant vous en Galilée.

(Matthieu 26:32 - Version Martin)
Traduction NBS : (Jésus dit aux disciples :)

Mais après mon réveil, je vous précèderai en Galilée.

(Matthieu 26:32 - Version NBS)
Traduction David Martin 1707 : (L'ange dit aux femmes :)

Il n'est point ici; car il est ressuscité, comme il l'avait dit; venez, et voyez le lieu où le Seigneur était couché.

(Matthieu 28:6 - Version Martin)
Traduction NBS : (L'ange dit aux femmes :)

Il n'est pas ici; en effet, il s'est réveillé, comme il l'avait dit.

(Matthieu 28:6 - Version NBS)
Ces deux versets de la NBS ne sont qu'un échantillon représentatif de nombreux passages (j'en ai compté plus de 15 uniquement dans les Évangiles) sur la résurrection du Seigneur Jésus qui ont été ALTÈRES par la critique textuelle.

Si l'on dit que Jésus a été réveillé d'entre les morts, faut-il croire qu'il est réellement mort ? Le Coran déclare avec force que Jésus-Christ n'est jamais mort sur la croix, qu'il a été substitué par un sosie et qu'il est parti au paradis avec la vierge Marie.

Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? celui-là est l'Antechrist qui nie le Père et le Fils.

Oui ! Christ est Mort ! Pas question de confondre la mort avec le sommeil et la résurrection avec le réveil qui dans notre vocabulaire quotidien signifie "sortir d'un sommeil corporel".

Traduction Segond 1910 :

Romains 5:8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
Romains 8:34 Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!
Romains 14:9 Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants.
Romains 14:15 Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l'amour: ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort.
1 Corinthiens 8:11 Et ainsi le faible périra par ta connaissance, le frère pour lequel Christ est mort !
1 Corinthiens 15:3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures;

Voici d'autres versets de la NBS qui altèrent l'Évangile de Jésus-Christ, impossible de les citer tous :

Bible Segond 1910 Nouvelle Bible Segond (NBS) 2002
Mais, après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée.

Segond 2002 : Mais après mon réveil, je vous précèderai en Galilée.

et allez promptement dire à ses disciples qu'il est ressuscité des morts. Et voici, il vous précède en Galilée: c'est là que vous le verrez. Voici, je vous l'ai dit.

et allez vite dire à ses disciples qu'il s'est réveillé d'entre les morts. Il vous précède en Galilée; c'est là que vous le verrez. Voilà, je vous l'ai dit.

C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins.

Ce Jésus, Dieu l'a relevé, nous en sommes tous témoins.

Sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus, et que la mort n'a plus de pouvoir sur lui.

Sachant que le Christ réveillé d'entre les morts ne meurt plus; la mort n'exerce plus sur lui sa maîtrise.

Si tu le peux, tu feuilleteras l'article "résurrection" dans l'index de la NBS : il court sur 11 colonnes, soit une dizaine de pages dactylographiées. Si tu y trouves une seule part de foi là-dedans, écris-moi un email en m'expliquant où. Je suis attérré de considérer combien la science théologique peut altérer la foi de ceux qui s'y complaisent.

TOUS les passages classiques qui parlent de repentance ont été complètement modifiés :

Bible Segond 1910 Nouvelle Bible Segond (NBS) 2002
Produisez donc du fruit digne de la repentance.

Produisez donc un fruit digne du changement radical.

Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

Dès lors, Jésus commença à proclamer : Changez radicalement, car le règne des cieux s'est approché !

il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l'espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité,

qu'il corrige avec douceur les contradicteurs, au cas où Dieu leur donnerait de changer radicalement pour parvenir à la connaissance de la vérité,

Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu'ils ne se repentent de leurs oeuvres.

Je vais la jeter sur un lit et dans une grande détresse, elle et ceux qui commettent l'adultère avec elle, à moins qu'ils ne reviennent de leurs oeuvres.

et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs oeuvres.

Ils blasphémèrent le Dieu du ciel à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne revinrent pas de leurs oeuvres.

Ami lecteur, t'es-tu repenti de ta vie de pécheur devant le Seigneur ? As-tu trouvé la réconciliation avec Dieu le jour où tu t'es humilié, le coeur brisé par l'Esprit de Dieu qui t'a convaincu de péché, de justice et de jugement ?

Si tu es passé par là, tu comprendras pourquoi je suis si fort attaché à la préservation des mots repentance, Évangile, résurrection ! Ils sont le fondement de notre expérience de salut et de nouvelle naissance en Jésus-Christ et nous savons que nul ne peut venir à Christ sans passer par le chemin de la repentance.

3 Et penses-tu, ô homme! qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les commets, que tu doives échapper au jugement de Dieu?
4 Ou méprises-tu les richesses de sa douceur, et de sa patience, et de sa longue attente; ne connaissant pas que la bonté de Dieu te convie à la repentance.

(Romains 2:3,4 - Version Martin).
Un traducteur de la Bible qui aurait vécu la nouvelle naissance en Jésus-Christ par le chemin de la repentance, oserait-il dénaturer le sens de ces mots ?

TOUS les passages classiques qui parlent de l'évangélisation ont aussi été complètement modifiés :

Bible Segond 1910 Nouvelle Bible Segond (NBS) 2002
Philippe se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu'à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait.

Quant à philippe, il se retrouva à Azoth; il annonçait la bonne nouvelle dans toutes les villes où il passait, jusqu'à son arrivée à Césarée.

Ceci paraîtra au jour auquel Dieu jugera les actions secrètes des hommes, par Jésus-Christ, selon mon Évangile.

au jour où Dieu, selon ma bonne nouvelle, juge les secrets des humains par Jésus-Christ.

Bible Martin 1855

Et étant venu, il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près.



Il est venu annoncer, comme une bonne nouvelle, la paix à vous qui étiez loin et la paix à ceux qui étaient proches;


A-t-on le droit de remplacer le mot Évangile par "bonne nouvelle" ?

Certes nous savons que l'Évangile est LA bonne nouvelle du salut offert à tous les hommes par la grâce de Dieu. Mais étymologiquement, le mot grec signifie-t-il réellement "bonne nouvelle" ?

Au sujet de la réelle étymologie du mot grec "évangile", voici l'article de Frederick SCRIVENER tiré de la note de Romains 10:16 du Nouveau Testament publié par Robert Estienne. Scrivener fut l'un des spécialistes mondiaux du Nouveau Testament au XIXe siècle : tu liras dans l'article de Jean-Marc Berthoud, publié ci-dessous en annexe, comment il fit partie des exégètes réellement chrétiens qui ont combattu avec ténacité les spécialistes de la critique textuelle païenne.

Dans cet article, nous voyons la règle biblique des "deux ou trois témoins" ou les versets confirment les uns par les autres la pensée de Dieu : les 3 versets cités par Scrivener mettent en rapport le terme Évangile = Parole de Dieu : c'est comme une définition stricte, une typologie.

Note de Scrivener sur Romains 10:16, dans son commentaire sur le Nouveau Testament édité par Robert Estienne (Texte Reçu).

TW EUAGGELIW = l'évangile;
EU ou EV = DIEU;
AGGELIW ou ANGGELIZO OU AGGELO = MOT;
ÉVANGILE, ÉVANGÉLISTE = MOT ou PAROLE DE DIEU.

Dieu nous a donné Sa Parole (ou mot à mot) qui se trouve en un seul Livre, « La Sainte Bible ». Ce Livre à part de tous les autres livres est très particulier, c'est qu'II contient son propre dictionnaire.

Par exemple :
16 «Mais ils n'ont pas tous obéi à l'évangile. Car Ésaïe dit : Seigneur, qui a cru à notre rapport ?
17 Ainsi la foi vient de ce qu'on entend; et ce qu'on entend par la parole de Dieu
2 «Mais nous avons renoncé aux cachotteries malhonnêtes, ne marchant pas avec ruse, et n'utilisant pas la parole de Dieu, en l'altérant; mais par la manifestation de la vérité, nous recommandant nous-mêmes auprès de toute conscience d'homme devant Dieu
3 Mais si notre évangile est caché, il est caché pour ceux qui sont perdus.»
8 «Souviens-toi que Jésus-Christ, de la semence de David, est ressuscité des morts, selon mon évangile
9 Dans lequel je souffre des maux jusqu'aux liens comme un malfaiteur, mais la parole de Dieu n'est past liée.»

En anglais "gospel" (évangile) est la combinaison de l'Anglo-Saxon god et spell qui est traduit par Parole de Dieu.

La forme du premier élément montre sans équivoque que cela se rapporte à "GOD" (DIEU) et non pas à "good" (bonne). God + spel est de loin le plus juste, le plus approprié que "bonne nouvelle".

Les nouvelles versions de la Bible ont opté pour l'interprétation incorrecte "bonne nouvelle" : non seulement DIEU est éliminé, mais ce n'est plus sa Parole, mais "une nouvelle", certes "bonne".

Mais cela fait penser aux informations données à la radio ou au journal télévisé. "La bonne nouvelle est qu'il va y avoir "baisse des impôt " ou "que le mouvement de grève se termine"."

Les critiques textuels de la Bible ne croient pas que la Sainte Bible est la Parole de Dieu. C'est pourquoi ils ont édulcoré ce livre, qui ne s'appelle plus "La Sainte Bible", mais la Bible et ce n'est plus qu'un livre qui contient "un bon message". On ne prêche plus la Parole de Dieu, mais on "présente ou on donne le message"

Un évangéliste est donc un homme qui prêche la Parole de Dieu.

(d'après le livre "the Language of the King James Bible" , Discover Its Hidden Buit-in Dictionary,
par Gail Riplinger)

La NBS d'ailleurs a supprimé de son vocabulaire le terme "prédication" ou le verbe "prêcher" : cela a été traduit par "proclamer". Scrivener a raison : les tendances sournoises de la critique textuelle essaient d'édulcorer le message de l'Évangile : Parole de Dieu.

Avec la NBS, si l'on se place sur le terrain de l'évangélisation du monde païen, que devient la Parole de Dieu ? Une bonne nouvelle ? Une de plus ? Pourquoi faire ?

Un mot de conclusion

Dieu veille sur Sa Sainte PAROLE. Elle est LA lumière qui brille dans les ténèbres. Certains se lèvent pour annoncer un autre évangile que celui que nous avons reçu de nos aînés en Christ, tandis que d'autres travaillent à la préservation de La Sainte Bible, telle que nos aînés nous l'ont transmise.

J'espère que cette critique de la NBS t'aidera à te positionner dans les enjeux que les traductions de la Bible représentent aujourd'hui, face au combat que les ténèbres mènent contre le Seigneur Jésus depuis la chute d'Adam et Ève.

Christ a vaincu en mourant sur le bois de la croix. Il est ressuscité et il conduit son Église sur le chemin étroit avec une main ferme : la paix qu'il nous donne surpasse toute intelligence. Ne craignons rien.

Face à une nouvelle Bible NBS, je me réjouis en Jésus-Christ d'avoir une ancienne Bible Martin. Et ma part en Christ, pour le moment, c'est de la présenter à mes frères et soeurs, attentifs à la Parole de Dieu. Tu trouveras beaucoup de bonnes nourritures spirituelles dans la lecture attentive de cette Sainte Bible.

Paix du Seigneur !

Samuel@bibliorama.com


Pour en savoir plus :

NBS 2002 (Nouvelle Bible Segond)

Bible Martin 1707 et 1744

NVS (Nouvelle Version Segond, en préparation, voir plus bas)



Annexe

La NBS face à la NVS

Une autre traduction de la Bible Louis Segond, appelée NVS (Nouvelle Version Segond) est en cours...
(elle a été finalement baptisée "Segond 21", pour 21e siècle...)

La Société Biblique de Genève a décidé au cours de la réalisation de la NBS de ne plus travailler en collaboration avec la Société Biblique de Paris. La Société Biblique suisse a simplement évoqué (par téléphone) une simple raison de "divergence d'opinions". Je ne connais pas le contenu exact de ces divergences mais l'on peut imaginer, après avoir étudié la NBS, ce que la Société Biblique de Suisse entend par "divergence d'opinions".

Ainsi, la Maison de Suisse a-t-elle décidé de travailler sur une révision de la Bible Segond 1910 qui s'appelle la NVS "Nouvelle Version Segond".

Bonne nouvelle !

Choix important : la Société Biblique de Genève a décidé d'adopter non pas le texte grec de Nestle-Aland, mais celui du Texte Reçu Byzantin. Les traducteurs de la Société Biblique de Genève professent en outre les mêmes arguments que Jean Marc Berthoud dans l'article de l'annexe ci-dessous : les Textes Originaux à notre disposition sont dignes de confiance car Dieu a veillé sur la transmission de sa Parole.


Évangiles NVS Deux livres entièrement révisés sont actuellement disponibles pour les lecteurs attentifs : l'Évangile de Luc et l'Évangile de Jean. On peut se les procurer dans les librairies chrétiennes ou les commander à faible coût.

En outre la Société Biblique de Genève diffuse "Le magazine Louis Segond - NVS", une brochure périodique de nouvelles sur l'avancée et les choix des traducteurs suisses. Les brochures comportent des petits articles techniques ou théologiques pleins de bon sens et conformes à la pensée protestante qui nous est chère.

Brochures NVS Tu peux t'y abonner gratuitement, tu seras dès lors informé à la source directe de ce projet de longue haleine.

Pour la France :

Société Biblique de Genève France
19 rue de tournelles
74140 Ville-la Grand

Pour la Suisse :

Fondation Société Biblique de Genève
Le Trési 6,
CH-1028 Préverenges
Email : adm@bible.ch

On peut également télécharger gratuitement toutes les parutions de ces brochures.

La date de livraison de la NVS quand elle sera entièrement achevée ne nous est pas encore connue : une seule indication : le travail sera encore très long !

Bibliorama espère que l'Église chrétienne francophone bénéficiera un jour de ce travail de révision fondé sur des principes sains et dignes de confiance en Jésus-Christ. Que Dieu bénisse les responsables et les ouvriers de ce projet !

Source : Bibliorama.com



Bible : Première critique de la Nouvelle Bible Segond,
un exemple récent de traduction dangereuse - rapporté par voxdei

La Nouvelle Bible Segond (NBS) vient de paraître en juin 2002 : dans cette traduction nouvelle, on trouve la même tendance à changer la précision du vocabulaire biblique qui avait déjà été amorcée par la Bible Bayard en 2001. Et pourtant, les traducteurs de la NBS ne sont pas des laïcs, ce sont des chrétiens protestants, évangéliques et adventistes, dont le ministère et l'engagement religieux au sein de leur communauté sont attestés ! Mais ils ne semblent pas du tout conscients que le ver (l'esprit de l'antichrist) est dans le fruit (à l'oeuvre dans notre pauvre monde d'ici-bas).

Voici ci-dessous quelques passages qui montrent que l'ambiguïté des nouveaux mots choisis par les traducteurs de la NBS finira par corrompre la pensée chrétienne dans les générations à venir si les chrétiens ne font pas attention. Les trois mots les plus caractéristiques de la pensée chrétienne sont "repentance", "résurrection" et "Évangile". Voici comment on arrive à les détruire dans un souci (inconscient ?) d'oecuménisme qui s'oriente doucement vers la religion mondiale unifiée que les new-agers préparent avec l'ONU.


1ère démonstration :

TOUS les passages classiques qui parlent de repentance ont été complètement modifiés :

Verset Segond 1910 Segond 2002
Matthieu 3:8 Produisez donc du fruit digne de la repentance.
Produisez donc un fruit digne du changement radical.
Matthieu 4:17 Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.
Dès lors, Jésus commença à proclamer : Changez radicalement, car le règne des cieux s'est approché !
2 Timothée 2:25 il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l'espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité,
qu'il corrige avec douceur les contradicteurs, au cas où Dieu leur donnerait de changer radicalement pour parvenir à la connaissance de la vérité,
Apocalypse 2:22 Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu'ils ne se repentent de leurs oeuvres.
Je vais la jeter sur un lit et dans une grande détresse, elle et ceux qui commettent l'adultère avec elle, à moins qu'ils ne reviennent de leurs oeuvres.
Apocalypse 16:11 et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs oeuvres.
Ils blasphémèrent le Dieu du ciel à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne revinrent pas de leurs oeuvres.


2ème démonstration :

TOUS les passages classiques qui parlent de l'évangélisation ont aussi été complètement modifiés :
Verset Version Segond 2002
Actes 8:40 Segond 1910 :
Philippe se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu'à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait.
Quant à philippe, il se retrouva à Azoth; il annonçait la bonne nouvelle dans toutes les villes où il passait, jusqu'à son arrivée à Césarée.
Éphésiens 2:17 Martin 1855 :
Et étant venu, il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près.
Il est venu annoncer, comme une bonne nouvelle, la paix à vous qui étiez loin et la paix à ceux qui étaient proches;
Romains 2:16 Segond 1910 :
Ceci paraîtra au jour auquel Dieu jugera les actions secrètes des hommes, par Jésus-Christ, selon mon Évangile.
au jour où Dieu, selon ma bonne nouvelle, juge les secrets des humains par Jésus-Christ.


3ème démonstration :

TOUS les passages classiques qui parlent de la résurrection de Jésus-Christ ont également été complètement modifiés :

Verset Segond 1910 Segond 2002
Matthieu 26:32 Mais, après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée.
Mais après mon réveil, je vous précèderai en Galilée.
Matthieu 28:7 et allez promptement dire à ses disciples qu'il est ressuscité des morts. Et voici, il vous précède en Galilée: c'est là que vous le verrez. Voici, je vous l'ai dit.
et allez vite dire à ses disciples qu'il s'est réveillé d'entre les morts. Il vous précède en Galilée; c'est là que vous le verrez. Voilà, je vous l'ai dit.
Actes 2:32 C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins.
Ce Jésus, Dieu l'a relevé, nous en sommes tous témoins.
Romains 6:9 Sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus, et que la mort n'a plus de pouvoir sur lui.
Sachant que le Christ réveillé d'entre les morts ne meurt plus; la mort n'exerce plus sur lui sa maîtrise.


Veillons à la défense de la Sainte Parole de Dieu :

Les quelques exemples cités ici sont très parlants : déjà, des chrétiens se sont rendus compte qu'il était impossible d'évangéliser en utilisant la Bible en français courant dite "Bible du Semeur". Tous les passages importants pour parler de la repentance et du salut de l'Évangile de Jésus-Christ ont été altérés. La tendance continue avec plus de virulence en ce début de XXIe siècle.

Au lieu de "prêcher l'Évangile de la repentance", les traducteurs modernes de la NBS voudraient que "l'on proclame la bonne nouvelle d'un changement radical de vie" . Mais cela ne veut plus rien dire ! Car un chrétien qui devient bouddhiste ou musulman change lui aussi radicalement de vie. Ce n'est pas pour autant qu'il entrera, par la repentance, dans le salut que seul Jésus-Christ a offert aux hommes en mourant sur la croix. En enlevant des versets de la Bible la notion de résurrection, les traducteurs modernes font le jeu des musulmans qui déclarent que Jésus n'est jamais mort sur la croix, mais qu'il a été enlevé au ciel avec Marie. Si on commence à prêcher (pardon : à proclamer !) que Jésus a été "relevé" ou "réveillé" d'entre les morts, cela laisse sous-entendre qu'il n'est (peut-être) jamais mort !

Il faut aussi noter que la NBS ne dit pas "Christ" mais "le Christ", gommant ainsi la spécificité unique de Jésus-Christ : dans la philosophie New-Age, tous les hommes peuvent devenir un "Christ" en se "réalisant pleinement". Ainsi tous les passages bibliques qui évoquent "le Christ" pourront facilement être interprétés dans un sens universel pour chaque homme religieux. Danger !

Je suis convaincu que le mouvement spontané qui s'est crée sur le web pour promouvoir la Bible Martin de 1707 portera de bons fruits pour le Royaume de Dieu car cette bible permettra aux chrétiens de comparer les changements scandaleux qui s'immiscent dans la Sainte Parole de Jésus-Christ. On doit continuer à précher la repentance et le salut de l'Évangile de Jésus-Christ qui est ressuscité des morts et non pas "réveillé" : Bouddha a été appelé "l'éveillé", Jésus-Christ risque de devenir "le réveillé" dans la grande religion New-Age en train de naître !

Si le Seigneur Jésus diffère encore son retour de quelques années, son Église à venir est en réel danger ! Et s'il vient la chercher, ceux qui resteront trouveront-ils une Sainte Bible intègre et droite qui ouvrira leurs yeux au salut par la Croix ?

Et Toi, lecteur d'aujourd'hui, si tu as été lavé dans le sang de l'Agneau, te lèveras-tu, dans ton assemblée chrétienne, pour défendre l'intégrité de la Parole de Dieu ?

Source : Bibliorama.com (20-6-2002).



Honte aux auteurs de la NBS, Nouvelle Bible Segond,
qui ont renié Notre Dieu Jésus-Christ.



Dans la Nouvelle Bible Segond, les auteurs des deux tableaux doctrinaux ayant pour thème Jésus-Christ ont choisi d'omettre soigneusement tous les passages du NT qui affirment que Jésus-Christ est Dieu.

Les auteurs de la NBS croient-ils en la déité de Jésus-Christ ?

Si nous consultons l'index de la NBS au nom "Jésus", on ne trouve aucun commentaire, il n'y a que quelques références bibliques succintes. Pour pouvoir étudier l'oeuvre et la personne de Jésus-Christ, la NBS renvoie le lecteur à deux tableaux doctrinaux ayant pour thème Jésus-Christ :

Le premier tableau de la page 1247 est intitulé "Quelques titres et appellations de Jésus-Christ dans le Nouveau Testament".
Le second tableau de la page 1520 est intitulé "Quelques formulations de la foi en Jésus-Christ dans le Nouveau Testament".

Les termes "quelques titres" et "quelques formulations" laissent sous-entendre que ces tableaux ne prétendent pas être exhaustifs : cependant cela signifie qu'il y a eu des choix réalisés par les auteurs de la NBS. Ce sont ces choix que Bibliorama met en cause.

On observe qu'il n'y a dans ces deux tableaux aucun verset biblique qui affirme que Jésus-Christ est Dieu.

La Bible ne comporte-t-elle donc aucun verset biblique qui affirme que Jésus-Christ est Dieu ? Mais si, bien sûr : il y a dans le NT au moins 11 versets INDISCUTABLES qui attestent la déité de Jésus-Christ.

(Nous choisissons d'utiliser le terme de "déité" au lieu du mot "divinité" : car la déité ne peut s'appliquer qu'à la nature même de celui qui est Dieu. Tandis que le terme de "divinité" peut être appliqué à n'importe qui prétendant avoir une qualité divine. Le concept de "divinité" engendre l'idolâtrie qui est la base de toutes les religions. Voici pourquoi nous choisissons de parler de la déité de Jésus-Christ, car il n'est pas une simple divinité parmi tant d'autres mais il est le vrai Dieu (voir 1 jean 5:20)).

Voici 11 versets attestant la déité de Jésus-Christ dans le NT :

Version David Martin 1744 Version NBS 2002
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu; et cette parole était Dieu.
Au commencement était la Parole;
la Parole était auprès de Dieu;
la Parole était Dieu.
Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu!
Thomas lui répondit: Mon Seigneur, mon Dieu!
Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis Évêques, pour paître l'Église de Dieu, laquelle il a acquise par son propre sang.
Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau parmi lequel l'Esprit saint vous a nommés épiscopes; faites paître l'Église de Dieu, cette Église qu'il s'est acquise par son propre sang.
Desquels sont les pères, et desquels selon la chair est descendu Christ, qui est Dieu sur toutes choses, béni éternellement; Amen!
les pères, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de tout, Dieu béni pour toujours ! Amen !
Et sans contredit, le mystère de la piété est grand, savoir, que Dieu a été manifesté en chair, justifié en Esprit, vu des Anges, prêché aux Gentils, cru au monde, et élevé dans la gloire.
Et, il faut le reconnaître, le mystère de la piété est grand :

Il s'est manifesté dans la chair,
il a été justifié dans l'Esprit,
il est apparu aux anges,
il a été proclamé parmi les nations,
il a été cru dans le monde,
il a été enlevé dans la gloire.
En attendant la bienheureuse espérance, et l'apparition de la gloire du grand Dieu, et notre Sauveur, Jésus-Christ,
En attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus-Christ.
Mais il est dit quant au Fils : ô Dieu! ton trône demeure aux siècles des siècles, et le sceptre de ton Royaume est un sceptre d'équité :
Mais pour le Fils :
Ton trône, ô Dieu, est établi pour toujours,
le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité,
Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité; c'est pourquoi, ô Dieu! ton Dieu t'a oint d'une huile de joie par-dessus tous tes semblables.
tu as aimé la justice et détesté le mal;
c'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a conféré une onction d'huile d'allégresse, à toi plus qu'à tes compagnons.
Siméon Pierre, serviteur et Apôtre de Jésus-Christ, à vous qui avez obtenu une foi de pareil prix avec nous, par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ.
Syméon Pierre, esclave et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi de même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ.
Or nous savons que le Fils de Dieu est venu, et il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, savoir, en son Fils Jésus-Christ; il est le vrai Dieu, et la vie éternelle.
Mais nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour que nous connaissions celui qui est le Vrai; et nous sommes dans le Vrai, en son Fils Jésus-Christ. C'est lui le vrai Dieu et la vie éternelle.
Car quelques-uns se sont glissés parmi vous, qui dès longtemps auparavant ont été écrits pour une telle condamnation; gens sans piété, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renoncent le seul Dominateur Jésus-Christ notre Dieu et Seigneur.
Car il s'est glissé certains hommes, dont le jugement est écrit depuis longtemps, des impies qui changent en débauche la grâce de notre Dieu et qui renient Jésus-Christ, notre seul Maître et Seigneur.

À présent, essayons de retrouver ces versets dans les choix de versets de la NBS : ils n'y sont pas !

Voici tout d'abord le tableau de la NBS, page 1520, qui est une liste des choix doctrinaux que les auteurs des notes ont fait concernant "Quelques formulations de la foi en Jésus-Christ dans le Nouveau Testament".

Il n'y a absolument aucune déclaration concernant l'affirmation biblique que Jésus-Christ est Dieu.

Quelques formulations de la foi en Jésus-Christ
dans le nouveau Testament
Jn 1.1-18 La Parole en qui tout est venu à l'éxistence est devenue chair.
Rm 1.1-4 Jésus-Christ, descendant de David selon la chair, a été institué Fils de Dieu selon l'Esprit par sa résurrection.
Rm 10.9s Jésus est le Seigneur, Dieu l'a réveillé d'entre les morts.
1Co 15.2-5,11 Le Christ est mort pour nos péchés, il a été ensevelie, il s'est réveillé d'entre les morts.
Ep 1.3-14 Dans le Christ nous avons été choisis et scellés de l'Esprit, nous avons reçu le pardon et la rédemption.
Ph 2.5-11 Jésus-Christ s'est abaissé et Dieu l'a élevé en lui donnant le nom de Seigneur.
Col 1.15-18 Le Fils est le principe de la création et de l'Eglise.
1Tm 2.5s Il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre lui et les hommes, Jésus-Christ, qui s'est donné pour tous.
1Tm 3.16 Le mystère a été rendu manifeste, justifié, vu, proclamé, cru, enlevé dans la gloire.
1P 3.18-4.6 Le Christ, mort dans la chair, a été rendu vivant, ressuscité dans l'Esprit et élevé à la droite de Dieu.
Voir aussi « Quelques titres et appellations de Jésus dans le Nouveau Testament », p. 1247, et « L'inter prétation de la mort-et-résurrection de Jésus dans le Nouveau Testament », p. 1327.

Voici à présent le second tableau de la NBS de la page 1247, intitulé "Quelques titres et appellations de Jésus-Christ dans le Nouveau Testament".

On n'y trouvera pas non plus les affirmations bibliques que Jésus-Christ est appelé DIEU par Thomas, par Luc, par Paul, par Pierre, par Jude et par Jean.

Quelques titres et appellations de Jésus dans le Nouveau Testament
Le Christ


Le Christ du Seigneur
Mc 1.1; 8.29; 12.35ss//
etc.; Jn 7.26s; 9.22;
Ac 2.36 etc.
Lc 2.26
Le Messie Jn 1.41; 4.25
Le Fils de Dieu

Le Fils du Dieu vivant
Le Fils du Béni
Le Fils du Très-Haut
Le Fils du Père
Mc 1.1; Mt 2.15;
Lc 1.35; Jn 1.49 etc.
Mt 16.16
Mc 14.61
Lc 1.32
2Jn 3
Le Fils de l'Homme Mc 8.38; 13.26// etc.
Le berger Mc 14.27//; Jn 10.1ss
Emmanuel Mt 1.23
Le roi
Le roi des Juifs
Le roi de Sion
Le roi d'Israël
Mt 25.34
Mt 2.2
Mt 21.5
Jn 1.49
Le Fils de David
Le rejeton de David
Le rejeton et
 la postérité de David
Mt 9.27
Ap 5.5

Ap 22.16
Celui qui vient Mt 11.3//
Le Saint
Le Saint de Dieu
Lc 1.35; Ac 3.14
Jn 6.69
Le Juste Ac 3.14
Le Seigneur Lc 1.43 etc.; Ac 2.36
etc.; Ph 2.11; Col 3.24
Celui qui a été choisi Lc 9.35
Le Vivant Lc 24.5; Ap 1.18
La Parole Jn 1.1ss
Le Prophète Jn 1.21; Ac 7.37
L'agneau Jn 1.29,36; Ap 5.6 etc.
Le lion de la tribu
 de Juda

Ap 5.5
Celui qui baptise
 dans l'Esprit saint

Jn 1.33
Le marié Jn 3.29
Le serviteur Ac 3.13,26; 4.30
Le pionnier
Le pionnier de la vie
Le pionnier du salut
Le pionnier de la foi,
 qui la porte à son
 accomplissement
Ac 5.31
Ac 3.15n
Hé 2.10


Hé 12.2
Le libérateur Rm 11.26s
Le sauveur





Le sauveur du monde
Lc 2.11; Ac 5.31;
13.23; Ep 5.23;
Ph 3.20; 2Tm 1.10;
Tt 1.4; 2.13; 3.24ss;
2P 1.1,11;2.20;
3.2,18; Jd 25
Jn 4.42; 1Jn 4.14
L'image de Dieu
L'image du Dieu
 invisible
2Co 4.4

Col 1.15
La tête du corps Col 1.18
Le mystère 1Tm 3.16; cf. Col 1.27
Le premier-né
Le premier-né
 de la création
Le premier-né
 d'entre les morts
Hé 1.6

Col 1.15

Ap 1.5
Les prémices 1Co 15.20
L'apôtre (l'envoyé) Hé 3.1
Le grand prêtre Hé 3.1; 6.20; 9.11
Le témoin fidèle Ap 1.2; 19.11
Le premier et le dernier Ap 1.17
L'alpha et l'oméga Ap 22.13
L'étoile du matin Ap 22.16
Voir aussi « Quelques formulations de la foi en Jésus-Christ le Nouveau Testament », p. 1520.


Pourquoi les tableaux de la NBS ne déclarent-il pas que
la principale formulation de la Foi en Jésus-Christ, c'est qu'il est DIEU ?


On peut trouver un élément de réponse contenu dans la NBS : voici comment le verset de 1 Timothée 2:5 a été traduit par les auteurs de la NBS, pour immiscer le doute sur la nature de Jésus-Christ :

Version David Martin 1744 Version NBS 2002
Car il y a un seul Dieu, et un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, savoir Jésus-Christ homme;
Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'humain Jésus-Christ,

Commentaire des pasteurs de la Bible de Genève de 1669,
sur ce verset au mot "homme".


Nous avons dans ce commentaire la reconnaissance doctrinale essentielle que Christ est Dieu : c'est la base de la profession de foi de nos pères protestants.

"Ce n'est pas que l'Apôtre veuille exclure la Divinité de Jésus-Christ, ni de sa personne, ni de l'exercice de sa charge; car comme il est Dieu et homme en unité de personne, aussi est-il Médiateur, en tant qu'Emmanuel, et Dieu et homme tout ensemble : Il a dû être homme pour souffrir la mort, et Dieu pour la vaincre, et donner à ses souffrances une valeur infinie : C'est pourquoi il est considéré en cette charge de Médiateur comme Dieu manifesté en la chair : 1Tim 3:16 ; et en cette considération il est dit que Dieu a racheté son Église par son propre sang, Actes 20:28.

Mais il est exprimé sous le nom d'homme, pour montrer premièrement qu'il a fourni en sa nature humaine, par son obéissance parfaite et par sa mort amère, la rançon de nos âmes et le prix de notre réconciliation et de notre salut; et secondement que comme il a revêtu par son incarnation la nature commune à tous les hommes, aussi peut-il par sa médiation opérer le salut de toute sorte de personnes, et leur donner par la foi en son nom et par la vertu de son sacrifice, un libre et sûr accès au salut éternel, Héb 2:10."
1 L'Éternel règne, il est revêtu de magnificence, l'Éternel est revêtu de force, il s'en est ceint; aussi la terre habitable est affermie, tellement qu'elle ne sera point ébranlée.
2 Ton trône a été établi dès lors, tu es de toute éternité.

8 En ce temps-là l'Éternel sera le protecteur des habitants de Jérusalem; et le plus faible d'entre eux sera en ce temps-là comme David, et la maison de David sera comme des Anges, comme l'Ange de l'Éternel devant leur face.
9 Et il arrivera qu'en ce temps-là je chercherai à détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem.
10 Et je répandrai sur la maison de David, et sur les habitants de Jérusalem, l'Esprit de grâce et de supplications; et ils regarderont vers moi, qu'ils auront percé, et ils en mèneront deuil, comme quand on mène deuil d'un fils unique, et ils en seront en amertume, comme quand on est en amertume à cause d'un premier-né.
Gloire à toi, Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu,
car ta Parole est si complète que

même les mauvaises traductions ne peuvent pas taire
que tu es Dieu de toute éternité à la gloire du Père !

Source : Bibliorama.com.