La menace ultime pour l'humanité !

Introduction

Les puces électroniques sont aujourd'hui devenues si "banales" que nous n'y prêtons même plus attention. Elles sont partout : Dans nos machines à calculer, nos ordinateurs, nos appareils ménagers, etc.

Mais depuis quelques années, nous les trouvons aussi sur nos cartes de banques, voire nos cartes de sécurité sociale ou même... nos cartes d'identité ! On implante même aujourd'hui sur des animaux des micro-puces fort proches de celle dont il est question dans cet article, et qui contiennent des données médicales sur l'animal (nom, vaccinations, etc...) et permettent de l'identifier, de le localiser, de le traquer et de le retrouver par satellite lorsqu'il s'est perdu ou échappé. Bref, ce qui n'était hier encore que science-fiction est aujourd'hui bien réel.

Poursuivons un peu la réflexion : Si l'on est parvenu à appliquer cette technique sur des animaux, pourquoi ne pourrait-on pas en faire de même sur les êtres humains ? C'est en tout cas techniquement et technologiquement possible. Bien sûr, il y a des règles morales, éthiques, légales, ainsi que les Droits de l'Homme (qui sont bafoués chaque jour) pour nous "protéger"... Mais ces barrières sont-elles réellement suffisantes et efficaces ?

À priori, cette hypothèse d'une micro-puce implantée à grande échelle sur des humains pourrait relever de la paranoïa... Mais après la lecture de ce qui suit, peut-être changerez-vous d'avis. Ce qui se préparait – à notre insu – a heureusement fait surface, et un scénario digne des pires cauchemars pourra donc – PEUT-ÊTRE ! – être évité grâce à nous, grâce à VOUS, si vous réagissez à temps ! Alors, DEBOUT ! C'est le moment ou jamais d'agir, dès aujourd'hui, pour vous, pour vos enfants et pour les générations futures, ou bien cette planète sera bientôt peuplée de zombies guidés par la volonté de ceux qui leur auront implanté la micro-puce...

À présent, lisez cet article jusqu'au bout et faites-vous votre propre opinion. Le choix vous appartient... J'espère cependant que vous déciderez de bouger, car les choses dont nous allons parler se passent ICI et MAINTENANT ! Vous pourrez également vérifier le contenu de cet article en vous rendant sur des sites Web se référant au sujet dont il est question ici.


Histoire de la micro-puce

La micro-puce ne date pas d'hier ; cela fait plus de 30 ans que l'on travaille dessus, comme le montre le témoignage du docteur Sanders.

Le docteur Carl W. Sanders est un ingénieur en électronique et un inventeur qui a travaillé auprès de nombreuses organisations gouvernementales et de compagnies telles que IBM, General Electric, Honeywell et Teledyn. Durant 32 ans, il a oeuvré dans le domaine bio-médical, mettant au point des micro-puces.


En 1968, il participe à un projet de recherche concernant un pontage spinal, afin de soigner une dame dont l'épine dorsale était endommagée. Le but était de trouver une solution pour relier les nerfs moteurs, etc. Ce projet aboutit à la création d'une micro-puce ("microchip", en anglais) qui se recharge de façon autonome grâce aux changements de température du corps humain, ce qui lui donne une durée de vie pratiquement illimitée. Pour ce faire, elle possède un circuit de rechargement thermo-électrique, ainsi qu'une petite pile au lithium (pile rechargeable). Il est intéressant de noter ici que le lithium était à cette époque beaucoup utilisé, notamment par la NASA.

Il fut confirmé au Dr. Sanders par un docteur du Centre Médical de Boston que si la micro-puce venait à se briser dans le corps humain, cela provoquerait une grave plaie, douloureuse et remplie de pus. Mais "on" décida malgré cela d'utiliser une pile au lithium pour la micro-puce...

On découvrit, après plus de 1,5 millions dépensés dans ce but, que les 2 endroits du corps humain où la température change le plus rapidement sont le front (juste en bas de la naissance des cheveux) et le revers de la main. Par suite de considérations financières (la puce ne "rapportait pas assez"), il fut signifié aux responsables du projet qu'ils devaient trouver de nouvelles applications pour cette puce...

Comme il avait été remarqué que le changement de fréquence de la micro-puce avait des effets sur le comportement une fois qu'on l'avait implantée dans le corps, "on" orienta les recherches sur la possibilité de modifier le comportement humain à l'aide de la micro-puce. Cette dernière pouvait diffuser un signal qui stimulait certaines parties du cerveau. On pouvait, par exemple, augmenter le taux d'adrénaline, ce qui provoquait un changement de comportement...

Lors d'une réunion devant des membres de la C.I.A. et d'importantes personnalités telle que Henry Kissinger (ancien secrétaire d'État américain partisan d'un Nouvel Ordre Mondial et au passé plus que douteux ; sous le président Nixon, il supervisa personnellement les opérations majeures de la C.I.A. et du F.B.I., et il dirigea les chefs d'état-major de l'armée), on fit remarquer au Dr. Sanders que, pour pouvoir contrôler un peuple, il fallait d'abord pouvoir l'IDENTIFIER.

Il fallut donc encore une fois réorienter le projet et ajouter à la micro-puce la faculté d'emmagasiner (et de restituer) des données qui pourraient inclure le nom et le visage de la personne, son numéro de sécurité sociale (avec les codes internationaux), ses empreintes digitales, sa description physique, la généalogie de sa famille, son adresse, son occupation, des informations concernant ses rapports d'impôt et son dossier médical. La "restitution" des données peut se faire à l'aide d'un scanner spécial qui analyse et traite les données contenues dans la puce...

Parmi ses composantes, la micro-puce possède un émetteur-récepteur qui envoie un signal numérique à base de pulsions transmettant 85 éléments de données. Il émet aussi, à intervalles réguliers, un signal analogue créé numériquement. Utilisé comme un relais, ce signal envoie des informations essentielles, servant éventuellement à localiser le porteur. Le porteur de la microchip devient donc une "antenne vivante" pouvant être repérée à tout moment par satellite !

Le docteur Sanders assista à 17 réunions à travers le monde (dont Bruxelles et le Luxembourg) où ces sujets furent discutés dans l'esprit d'un gouvernement mondial et d'une monnaie mondiale.

Se rendant compte des possibilités terrifiantes de la micro-puce, Carl Sanders, après avoir terminé le projet, décida de faire de la prévention et d'avertir les populations des dangers que représente la micro-puce. Cette micro-puce, grâce à la miniaturisation, ne mesure pas plus d'un millimètre, contient 250 000 pièces et peut être implantée sous la peau à l'aide d'une seringue hypodermique et sous anesthésie locale.


Et aujourd'hui ?

À l'heure où la médecine utilise la micro-chirurgie et commence à utiliser de petites "pilules électroniques" photographiant notre corps de l'intérieur (voyez à ce sujet le site givenimaging.com (en français) et renseignez-vous sur la pilule-caméra M2A) ; à l'heure où l'on parle de plus en plus de "nanotechnologie" (technologie miniaturisée jusqu'à une échelle pratiquement microscopique) ; alors que la pilule abortive est en vente dans les pharmacies, que les implants contraceptifs sont utilisés et que certaines expérimentations génétiques sur les embryons ont été adoptées ; alors que les expériences de clonage ont débuté, alors que l'on commercialise massivement des téléphones cellulaires (G.S.M.) dont les ondes et la fréquence se révèlent dangereuses pour la santé, que constatons-nous ?

Tout d'abord, nous avons été amenés progressivement à adopter les codes-barres, puis les puces électroniques sur nos cartes (bancaires, de sécurité sociale, voire même d'identité pour certains pays – la nouvelle carte d'identité belge en est un exemple), et enfin les micro-puces implantées sous la peau de nos animaux domestiques, et appelées "transpondeurs" pour l'occasion. La question étant : Quelle sera la prochaine étape ?

Ensuite, nous possédons à présent des systèmes performants d'orientation ou de repérage par satellite (les antennes relais et le système GPS – Global Positioning Satellite – par exemple).

Nos découvertes en matière d'armes chimiques, bactériologiques ou nucléaires ont nettement progressé.

Les systèmes gouvernementaux et leurs institutions ont dépassé le simple cadre de l'État-nation et sont de plus en plus basés sur des conglomérats internationaux (O.N.U, O.M.C., O.C.D.E., F.M.I., banque mondiale) que l'on sent devenir de plus en plus mondiaux.

L'économie prime sur énormément de choses et connaît le phénomène de la "mondialisation" ou "globalisation", avec une hégémonie d'entreprises multinationales dont le pouvoir est tel qu'il dépasse parfois celui de certains pays.

Les médias disposent d'un pouvoir d'impact énorme sur les masses ; Les systèmes de transmission et d'information sont plus rapides que jamais.


Mais au fait, quoi de neuf au niveau de la micro-puce ?

Eh, bien ! Sachez qu'aux États-Unis, il est possible depuis la fin de l'année 2002 pour tout citoyen de se faire implanter la puce, et ce pour la "modique" somme de 200 dollars ! En effet, la firme A.D.S. (Applied Digital Solutions Inc.), via sa filiale "Verichip", a été autorisée à commercialiser sa microchip, qui porte le nom révoltant de "Digital Angel". La "Digital Angel", dans sa configuration actuelle, fonctionne de la même façon que les portables que nous connaissons bien, avec les antennes relais et le système GPS (satellite). Son porteur devient ainsi totalement repérable depuis l'espace. Si vous croyez que ceci est une mauvaise blague, allez donc visiter le site suivant : digitalangel.com.

En outre, cette micro-puce possède un numéro de série à 18 chiffres, et ce numéro est divisé en trois groupes de 6 (6,6,6... cela vous rappelle-t-il quelque chose ?).

"Mais où est le problème ?", penserez-vous, puisque ces braves gens ont choisi cette option en toute liberté de choix ? Et bien le problème, il se situe ici : Il existe des projets de loi devant le Congrès Américain qui permettront d'injecter la micro-puce aux enfants dès leur naissance, soi-disant "à des fins d'identification". De plus, le président des U.S.A., selon l'article 100 de la loi sur le contrôle de l'immigration de 1986, a le pouvoir de décider toute forme d'identification qu'il juge nécessaire, y compris une micro-puce insérée sous la peau. La microchip a déjà été utilisée lors de la Guerre du Golfe en août 1991 ; elle a déjà été testée et implantée sur des militaires, des employés du gouvernement et sur du personnel d'entreprise. Et si son usage n'a pas encore été rendu obligatoire, cela ne saurait tarder, comme l'article 100 de la législation américaine le montre, et pour les raisons développées ci-après.

Mais apparemment, ce n'est pas aux U.S.A. que la situation est la plus grave.

En Australie, toutes les banques et leur personnel ont accepté la microchip, qui leur est implantée d'office. Tous les militaires la reçoivent systématiquement. La Nouvelle-Zélande a aussi adopté la microchip.

Il y a peu, Applied Digital Solutions (la compagnie qui commercialise la micro-puce sous-cutanée) a signé des accords commerciaux pour la "Verichip" et la "Digital Angel" avec de nouveaux pays. C'est ainsi que le Mexique, la Corée du Sud, le Vénézuela, l'Argentine, la Colombie, la Russie, les îles Caraïbes et la République Dominicaine sont déjà contaminés par le phénomène de la micropuce sous-cutanée. Au Mexique, les enfants sont déjà implantés !

Et la Malaisie vient d'acheter des micropuces qui peuvent s'utiliser de différentes manières, notamment sous la peau et "à des fins de repérage et d'identification"...

Et en Europe ? La Digital Angel vient juste d'arriver, dans sa version "pour animaux"...

Douze pays (ET l'Europe !) sont donc déjà touchés par le fléau de cette microchip !


À quand notre tour ?

En Europe, nous ne sommes pas si éloignés des implants pour humains, même si les dernières "innovations" au niveau des cartes d'identité à puce et des transpondeurs (= micropuces sous-cutanées) pour animaux nous montrent que nous risquons fort de suivre très prochainement le même chemin que d'autres pays qui, eux, utilisent déjà la micropuce sous-cutanée sur des humains (cf. la liste ci-dessus) !

Et puis, un autre type de micro-puce se place même sur les produits de consommation, pour des raisons "de logistique". Ce système est déjà employé par l'armée américaine depuis un bon bout de temps, mais les entreprises privées s'y mettent aussi : Les rasoirs Gillette et vêtements Benetton vont joindre à leurs produits des puces minuscules qui émettent des signaux et qui, officiellement, leur permettraient de "réapprovisionner les magasins" dès que ceux-ci sont en rupture de stock de leurs produits. Mais qui connaît exactement le rôle de ces "mouchards" que nous risquons fort de ramener chez nous ? Certains groupes de consommateurs crient déjà, et avec raison, au scandale et à l'invasion de la vie privée...


Les véritables dangers de la micro-puce et de son fonctionnement

Les risques présentés par cette nouvelle technologie sont multiples :

Comme nous avons pu le voir, la micro-puce contient de très nombreuses données, dont certaines qui sont très personnelles (généalogie de la famille, renseignements sur les déclarations d'impôts, casier judiciaire, etc.). L'utilisation d'une telle micro-puce pourrait donc constituer une violation flagrante des droits sur la vie privée. Actuellement, même les policiers ne possèdent pas autant de renseignements sur les individus ! Il faudrait en fait rassembler les renseignements détenus par la police, l'administration communale, le ministère des finances, les banques, les médecins et les organismes de sécurité sociale pour obtenir des informations aussi précises et complètes !

Étant donné les performances actuelles des satellites (les plus puissants sont pratiquement capables de voir, depuis l'espace, le contenu d'un magazine que nous sommes en train de lire) et des systèmes de repérage (GPS), on est en droit de craindre que la micro-puce serve à observer nos moindres faits et gestes. Nous pourrions non seulement être repérés, mais aussi éventuellement filmés à tout instant. Il s'agit donc là d'une violation de nos droits les plus fondamentaux mais aussi d'espionnage manifeste. On ne peut que frissonner en pensant aux applications "qu'on" pourrait faire à partir de cette micro-puce. La liberté d'action, d'association, d'expression (voire de choix) sont menacées ! Bref, grâce un pouvoir d'intimidation inégalé, la micro-puce ouvre une voie royale à "Big Brother" !

Et puis, bien entendu, il y a d'immenses risques au niveau de la santé : Tout d'abord, le risque de rupture de la micro-puce à l'intérieur de l'organisme, bien que minime, entraînerait une plaie douloureuse et purulente, due au lithium contenu dans la pile minuscule de la microchip, comme nous l'avons vu plus haut ; ensuite, étant donné que les ondes générées par la micro-puce agissent sur l'organisme et sur le comportement, on ne peut qu'imaginer les dégâts sur la santé des individus !

Mais il y a bien pire...

Ne soyons pas naïfs : Ce n'est certainement pas pour rien que la CIA et des membres éminents du gouvernement qui étaient impliqués au niveau de l'armée ont fait effectuer des recherches sur la manipulation du comportement par les ondes et sur le contrôle des êtres humains ! Nous savons que l'énergie qui actionne un neurotransmetteur est transmise par des fréquences radio. L'une des possibilités des transmetteurs cérébraux est d'influencer les gens (afin qu'ils se conforment aux systèmes politiques, par exemple). Les comportements individuels et sociaux, les réactions émotionnelles et mentales peuvent être provoqués, maintenus, modifiés ou inhibés, chez les animaux comme chez l'homme, par stimulation des structures cérébrales spécifiques. Se pose alors la question : Que se passerait-il si "on" se mettait, via cette micro-puce qui émet mais reçoit également les ondes satellites, à envoyer certaines fréquences d'ondes déterminées afin de modifier délibérément le comportement des gens ou même de s'en servir comme une arme afin de ruiner la santé de cibles bien précises ?

La réponse est simple : On obtiendrait alors une dictature mondiale dont les opposants éventuels seraient bien vite éliminés, et ce en toute discrétion ! Quant à la liberté de pensée, elle disparaîtrait également ! "Big Brother" serait alors en possession d'une armée d'esclaves humains privés de toute volonté et soumis à l'esclavage de cette maudite micro-puce !


Il n'y a plus de doutes à avoir après ce que vous venez de lire :

LA MICRO-PUCE EST BIEN L'ABOUTISSEMENT D'UNE CONSPIRATION MONDIALE ET DE PROJETS SECRETS QUE L'ON NOUS À PRÉPARÉS DEPUIS PLUS DE 35 ANS !

Bien. évidemment, la micro-puce ne s'est pas encore installée partout, et il n'y a, pour l'instant, qu'en Australie et en Nouvelle-Zélande où l'usage commence à en être imposé. Et puis, bien sûr, "cela n'arrive jamais qu'aux autres"...

Mais il serait temps de se bouger le c... avant que la micro-puce n'arrive chez nous ! Car lorsque cela se fera, la microchip sera déjà bien répandue sur la planète et aura acquis une "force de conviction" telle que peu de choses resteront faisables.

"Mais nous vivons quand même en démocratie, donc personne ne viendra nous l'imposer, cette puce !". Mouais, peut-être, mais alors, vous oubliez une chose : Certaines organisations de protection de la vie privée ont protesté contre la microchip "Digital Angel". Mais leurs arguments ont été balayés d'un revers de main par Applied Digital Solutions. "Les bénéfices à en attendre sont plus importants que les inquiétudes concernant la vie privée", a déclaré le PDG d'A.D.S., Richard Sullivan. Quelle belle morale, ne trouvez-vous pas ? Eh, oui ! Si nous vivons politiquement en démocratie, économiquement, c'est la dictature capitaliste et néo-libéraliste qui prime sur tout le reste !

Et puis, ces gros commerciaux ne sont pas si bêtes ! Nous venons de vous parler des aspects mortellement dangereux de la micro-puce, mais ils viendront vous la présenter avec une voix mielleuse et "pleine de bonnes intentions", et on vous la présentera sous son meilleur jour !

Cependant, et à titre d'avertissement, sachez ceci : A.D.S., dans son projet, ne cache pas que sa micro-puce, entre autres utilisations, sert à "FOURNIR UN MODÈLE D'IDENTIFICATION INFAILLIBLE, ABSOLU ET À TOUTE ÉPREUVE, DES INDIVIDUS". Vous voilà prévenus !


Comment "on" essaiera de nous faire accepter cette maudite micro-puce

Comme nous l'avons dit ci-dessus, on nous présentera la microchip sous-cutanée sous ses meilleurs aspects afin de nous la faire accepter et de "faire passer la pilule". Mais n'oubliez jamais une chose : Si vous vous faites implanter cette saleté dans le corps, c'en sera fini de votre libre arbitre, de votre vie privée et de votre liberté !

Voici donc quelques arguments "mielleux" qui ont été présentés par A.D.S. et sa filiale, "Verichip". La micro-puce "Digital Angel" sera susceptible d'être utilisée pour :

La sécurité dans le nouveau domaine du réseau Internet et dans toute transaction impliquant des échanges électroniques (commerce électronique) ;
La recherche et le sauvetage d'invidus incluant les enfants perdus ou pris en otage, etc. ;
Le monitoring médical de patients à risque ;
La surveillance, le pistage et le suivi de militaires, de diplomates ou de tout autre membre important d'un gouvernement ;
Le pistage, la surveillance et la vérification de l'authenticité de biens de haute valeur ;
Le pistage, la localisation et le suivi des pistes ou sillages laissés par les enthousiastes de sports sauvages, et qui auraient pu se blesser gravement à la suite d'un accident.

Quel humanisme !

Remarquez bien que les mots "surveillance", "pistage", "recherche", "localisation" et "vérification" reviennent de façon récurrente et même quasiment obsessionnelle !

On reliera ces "bienfaits" de la micro-puce à des événements très graves qui se seront produits et qui, grâce à la micro-puce bien sûr, ne se reproduiront plus jamais (ces événements auront même éventuellement été créés à cet effet ou délibérément voulus ; un attentat terroriste, un meurtre particulièrement odieux ou un enlèvement spectaculaire, par exemple), mais aussi à des facilités, notamment financières ou de sécurité ("Avec cette puce sur vous, on ne vous volera plus votre argent ni votre carte de banque !" ; "Plus de terroristes dans les aéroports : Il seront identifiés bien avant leur arrivée !", etc.). Et puis, la micro-puce, ce sera "cool" ! C'est l'incarnation du progrès "que l'on ne peut de toute façon pas arrêter"... Reste à savoir de quel type de progrès on parle !

Les arguments financiers sont en tout cas très importants pour le développement de la micro-puce : N'oublions pas que dès sa conception, la microchip fut pensée en termes de gouvernement mondial ET DE MONNAIE UNIQUE ! Il suffira de passer sa main (ou son front) devant un scanner Ad Hoc, et votre "compte en banque virtuel" sera débité automatiquement du montant de vos achats. Très vite, on tentera de remplacer les cartes de banque, la monnaie et leurs "faiblesses" par la micro-puce "imbattable et hyper pratique". Vous croyez qu'il s'agit ici d'une pure spéculation ? Pas si sûr ! Ainsi, par exemple, un certain professeur Kevin Warwick, du département de cybernétique de l'université de Redin (et qui s'était fait implanter la micro-puce) a déclaré il n'y a pas si longtemps (le 10 octobre, 1999) lors d'une émission sur la chaîne Arte (intitulée "Souriez, vous êtes surveillés") que "bientôt les cartes bancaires (et bien sûr aussi la carte d'identité, le passeport, la carte de sécurité sociale, etc.) seront remplacées par un implant électronique dans le corps" !

Et que voyons-nous aujourd'hui ? Que la micro-puce a contaminé une douzaine de pays et se répand sur la planète ! Soyez-en sûr, la microchip, conçue dans une optique de monnaie unique et mondiale, sera proposée dans un premier temps, puis imposée systématiquement comme l'unique moyen de paiement et d'achat "valable", et ce pour les (fausses) raisons citées plus haut.

En plus, imaginez les profits colossaux que A.D.S. (et d'autres firmes fabricant des micro-puces sous-cutanées) retireront de toutes ces opérations ! Cela représente un marché extrêmement juteux ! Les brevets furent acquis par A.D.S. pour la "modique" somme de 130 millions de dollars. On ne dépense généralement pas une telle somme s'il n'y a aucun gros profit à l'horizon !


Puce RFID (Radio Frequency Identification)
Mais pour ceux qui refuseront la micro-chip, que se passera-t-il ? Ils ne pourront ni vendre ni acheter sans ce foutu micro-implant, et devront survivre comme des marginaux, en faisant du troc, par exemple...

Des théories et hypothèses affirment que cette micro-puce ne nous sera proposée, puis imposée, qu'après un énorme krach, une catastrophe économique mondiale... ou que l'on joindra à la micro-puce encore d'autres fonctionnalités pour la rendre encore plus séduisante (par exemple, la possibilité de téléphoner avec un GSM...). À suivre de près !


La micro-puce référencée dans la Bible ?

Même si vous n'êtes pas croyants/croyantes, je pense que ce petit chapitre pourrait vous être très utile.

La Bible (mais oui, ce "vieux bouquin" vieux de 2000 ans !), recèle bien des messages et des codes (simples ou mystérieux). Dans la dernière partie de la Bible, appelée l'Apocalypse de Jean ou "Révélations", l'auteur nous fait part de ce qui lui a été révélé concernant la période qui concerne "les temps derniers" et qui précède le retour de Jésus Christ.

Cette partie de la Bible est particulièrement difficile à comprendre de façon précise, car Jean y glisse de nombreuses images pour nous parler de "la fin des temps". Il y est notamment question de l'Antéchrist, des faux prophètes, de la "Bête" et de la "Marque de la Bête" qui, tous, tenteront de causer la perte de l'humanité. Jean décrit aussi le Jugement Dernier, et la façon dont Dieu enverra des avertissements et des "plaies" sur Terre, puis triera les Bons des Méchants.

Le plus étrange, c'est que ce livre, qui semblait bien énigmatique depuis toujours, commence à pouvoir être interprété, de façon parcellaire, soit, mais bien plus clairement depuis peu de temps ! Ainsi, de nombreux Chrétiens ont pu voir un rapprochement plus que "curieux" entre la marque de la Bête et la micro-puce. Même le Dr. Sanders, après s'être rendu compte du danger de la microchip, était convaincu que la micro-puce était effectivement la marque maudite citée dans l'Apocalypse.

Voyez plutôt :

"Ils adorèrent la Bête... On lui donna de proférer des paroles d'orgueil et de blasphème... Elle obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches ou pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d'un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : Soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à son nom. C'est ici qu'il faut de la sagesse : Que celui qui a de l'intelligence déchiffre le nombre de la Bête ; car c'est un chiffre humain, c'est : Six cent soixante-six". (Apocalypse 13:4-5,16-18)

Étonnant, n'est-ce pas ?

Encore une autre allusion à la micro-puce :

"Le premier (ange) s'en alla et versa sa coupe sur la terre. Un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui portaient la marque de la bête et qui adoraient son image". (Apocalypse 16:2)

Référence à la pile au lithium de la microchip qui, une fois brisée, provoque une plaie douloureuse et remplie de pus. Question : Serions-nous donc en train de vivre la période des "temps derniers" ?

La Bible, via l'Apocalypse, nous met aussi sévèrement en garde afin que nous n'acceptions pas la marque de la bête, et nous encourage à vivre selon les commandements de Dieu :

"Un troisième ange les suivit, proclamant d'une voix forte : Celui qui adore la bête et son image et qui accepte de recevoir sa marque sur le front et sur la main, devra aussi boire du vin de la fureur de Dieu. Ce vin lui sera versé pur dans la coupe de la colère divine, et il souffrira des tourments dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l'Agneau. La fumée de leur tourment s'élèvera à perpétuité. Quiconque adore la bête et son image, quiconque accepte la marque de son nom ne connaîtra aucun repos, ni de jour, ni de nuit. C'est là que les membres du peuple de Dieu, ceux qui observent les commandements de Dieu et vivent selon la foi en Jésus, doivent faire preuve d'endurance." (Apocalypse 14:9-12)

Mais la Bible nous dit aussi que refuser la marque de la bête n'est pas sans risques :

"Je vis aussi les âmes de ceux qu'on avait décapités à cause de la vérité dont Jésus est le témoin et à cause de la Parole de Dieu. Je vis encore tous ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image et qui n'avaient pas reçu sa marque sur leur front et leur main. Ils revinrent à la vie et régnèrent avec le Christ pendant mille ans". (Apocalypse 20:4)

La victoire finale appartient cependant à ceux qui n'auront donc pas accepté la marque. Mais c'est aussi ici que se pose la véritable question : Êtes-vous prêt(e)s à ne plus pouvoir rien vendre ni acheter, à être rejeté(e)s et à vivre éventuellement de troc, en marginaux, car vous aurez refusé la marque (micro-puce) ? Et même : Êtes-vous prêt(e)s à être persécuté(e)s ou à mourir à cause de cette décision (cf. les thèmes de la décapitation et de la résurrection dans le texte) ?

Ou préférez-vous perdre votre liberté, votre libre arbitre, votre âme en acceptant une micro-puce implantée dans votre main ou dans votre front ?

Préférerez-vous mourir en esclave "décérébré" ou en homme libre et conscient ?

C'est la question à laquelle il vous faut dès à présent réfléchir, car le moment venu, vous devrez choisir votre camp, et il n'y aura pas d'alternative ! En tout cas, une chose est certaine : Vous ne pourrez pas dire que, croyant(e) ou pas, vous n'aurez pas été avertis des risques et dangers de la microchip, qu'ils soient religieux ou non !


Des technologies en complément de la micro-puce

Nous allons ici aborder, de façon non exhaustive, certaines technologies existantes et qui pourraient être associées à la micro-puce sous-cutanée pour la perfectionner ou pour augmenter la manipulation et le contrôle des esprits, des corps et des comportements. Rappelez-vous bien ceci : Tout ce dont il est question ici existe déjà maintenant ; si vous n'en avez pas entendu parler ou que vous n'en entendez plus parler pour l'instant, cela ne signifie aucunement que l'on ne nous concocte pas quelque chose à notre insu !

A) La cybernétique

Cette branche de la technologie n'en est encore (officiellement !) qu'à ses balbutiements. Toutefois, certains articles, tels que celui paru dans le Washington Post du 28 août, 2001, ne peuvent nous laisser indifférent(e)s. Il est aussi possible de se rendre à ce sujet sur le site lemonde.fr et de demander de vérifier l'édition du 15/11/2001. (Voir un extrait de l'article.)

L'article concerne une découverte permettant de faire interagir des cellules cérébrales vivantes avec un circuit électronique composé de plaquettes de silicium. L'expérience mise sur pied a consisté à fabriquer un circuit électronique "partiellement vivant" composé de multiples neurones d'escargots collés sur de minuscules puces à transistor. Il fut démontré que les cellules communiquaient entre elles ainsi qu'avec les pastilles de silicium. Applications envisagées : Développer des rétines artificielles et des prothèses qui soient des extensions du système nerveux humain (!), aider les aveugles à recouvrer la vue et les paralysés à "faire bouger des objets par la pensée", construire des ordinateurs qui seraient aussi inventifs et adaptables que notre propre système nerveux, construire une génération de robots qui mériteraient vraiment d'être qualifiés "d'intelligents".

On peut d'ores et déjà imaginer, à côté des merveilleuse applications "humanistes", les dangers d'une telle technologie qui joue véritablement avec ce qui vit !
B) Le projet HAARP


Le projet HAARP (High-frequency Active Auroral Research ; en français : "Recherche dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales et australes") est un projet de l'armée américaine et du consortium pétrolier "Apti-Arco" qui a remplacé le projet "Star Wars" (Guerre des Étoiles). Ce projet est cependant terrestre. Puissant et polyvalent, il consiste à tirer parti de l'ionosphère (couche de l'atmosphère située au-dessus de la stratosphère et constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie) pour en faire une arme à énergie. Pour des informations complètes à ce sujet, vous pouvez vous rendre sur le site conspiration.cc : Un bon petit dossier sur le projet HAARP s'y trouve.

Le projet HAARP se compose d'une vaste installation de plusieurs hectares située à Gakona, en Alaska. Il s'agit d'un vaste périmètre déboisé et plat, flanqué de 48 antennes de 20 mètres de haut et reliées chacune à un émetteur d'un peu moins de 1 million (!) de watts de puissance. Au niveau du fonctionnement, HAARP revient à bombarder l'ionosphère avec des ondes à hautes fréquences. L'ionosphère se transforme alors en une sorte d'énorme "miroir" virtuel qui agit comme une antenne. Cette antenne virtuelle réémettra des fréquences extrêmement basses ; ce qui a pour effet de créer une sorte de "four micro-ondes géant" dans un territoire donné de l'ionosphère.

Les applications du projet HAARP :

Interrompre toute forme de communication hertzienne ;
Griller des avions ou des missiles dans le ciel ou affoler leur système de guidage électronique ;
Provoquer des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique ;
Modifier la météorologie ;
Influencer les comportements humains (puisque nous avons vu que les ondes peuvent influer sur le comportement, et étant donné la puissance du HAARP, on peut s'imaginer l'usage effrayant que l'on pourrait en faire ! C'est aussi ici qu'il pourrait y avoir un rapport avec la micro-puce : HAARP pourrait fonctionner comme un puissant relais avec les satellites ou comme un émetteur géant pour le contrôle des populations !).
C) Les vaccins à cristaux liquides

Parmi les nouveautés en matière de vaccination, on trouve les vaccins à cristaux liquides...

On sait que l'A.D.N. est constitué de cristaux liquides. L'idée des vaccins à cristaux liquides est d'injecter dans l'organisme (par voie intra-musculaire, par exemple) de "l'A.D.N. nu" c'est-à-dire des séquences d'A.D.N. répétitives (cet A.D.N ; peut être synthétique) qui sont les supports d'informations cellulaires sur lesquels on vient greffer soit des séquences d'A.D.N. viral, soit des gènes codants pour des protéines virales ou bactériennes. L'intégration de ce patrimoine génétique à nos cellules est très rapide, et on ne peut plus contrôler ensuite les synthèses protéiques qui se font, puisqu'elles sont intégrées à notre patrimoine. Problème : lorsqu'on vous injecte un vaccin, qui sait exactement ce qu'il y a à l'intérieur ? Qui sait s'il s'agit d'un vaccin "traditionnel" ou d'un vaccin à cristaux liquides ? Même le médecin qui vous l'administre en toute bonne foi l'ignore peut-être !

Mais la question qui se pose ici est encore une fois en relation avec le contrôle des individus : cet A.D.N. finalement étranger que l'on nous implante par vaccin n'est-il pas une "antenne" programmable de l'extérieur et que l'on introduit dans notre organisme à des fins qui pourraient être bien différentes peut-être des fins humanistes de santé ? N'y a-t-il aucun risque par exemple que, étant stimulées par un phénomène extérieur (une certaine longueur d'ondes émise par des satellites et qui serait relayée par une micro-puce implantée dans le corps, par exemple), ces particules d'A.D.N. (et de virus) intégrées par notre organisme se mettent non pas à activer notre système immunitaire, mais à le ralentir ou à le stopper, ou encore à produire des toxines ou des virus mortels ? Il s'agirait encore, dans ce cas, de techniques d'actions de masse sur les gens, avec une antenne cellulaire qui court-circuiterait la conscience individuelle !

Certaines personnes se posent très sérieusement la question, notamment au Québec et aux U.S.A. Le très brillant livre d'Anne Givaudan, "Les dossiers sur le gouvernement mondial", est d'ailleurs fort explicite en ce qui concerne le rôle finalement très peu curatif des vaccins (certains ont d'ailleurs des effets secondaires plus qu'indésirables ! Voir la référence en fin d'article).
D) Les chemtrails

Les "chemtrails" (chemical trails) sont des traces laissées par les réacteurs des avions. Mais il ne s'agit pas ici des habituelles traces de condensation ("contrails" ou condensation trails) !

Au contraire, les chemtrails sont constitués de particules chimiques qui retombent sur les populations vivant juste en-dessous des villages où l'avion a largué sa dangereuse cargaison ! La caractéristique de ces tracés chimiques est l'expansion qu'ils prennent dans le ciel et leur "durée de vie" : ils peuvent parfois rester plus de 30 minutes ou 1 heure dans le ciel avant de disparaître. Le but de ces "opérations chimiques" est encore assez mal connu : tester la résistance des populations à certains produits ou tester la toxicité de ces produits ? Répandre des virus sur une région donnée ?

Mais une chose est certaine : les gouvernements sont généralement impliqués dans ces opérations chimique. Pour une information plus complète concernant les chemtrails, voyez le site de Nenki, dont le dernier livre aborde le sujet : conspiration.cc
E) La nanotechnologie

La nanotechnologie est basée sur la "conquête de l'infiniment petit". Dans ce type de technologie, on travaille à l'échelle du nanomètre (nm), c'est-à-dire du milliardième de mètre, soit environ 80 000 fois moins que l'épaisseur d'un cheveu ! Ce qui est produit à l'aide de cette technologie se situe donc à l'échelle moléculaire ou atomique.

Comme les autres nouvelles technologies pouvant "rapporter gros", on essaie de la développer au maximum, tout en vantant ses qualités "humanistes" et humanitaires, mais en réalité de graves applications pourraient en être faites (on en s'y dirige, comme vous allez vous en rendre compte...). L'Europe souhaite créer une plate-forme industrielle de nanotechnologie, et, rien que pour 2003, l'Union européenne attribuera 700 millions d'euros (!) en recherches nanotechnologiques. Autant d'argent n'est sans doute pas uniquement alloué dans des buts caritatifs, comme vous pouvez vous en douter... Ainsi, sans s'en cacher et même sans rougir, la commission européenne (dont monsieur Philippe Busquin, ancien politicien belge devenu aujourd'hui commissaire européen à la recherche, se fait l'ambassadeur) financera, entre autres projets, "les matrices d'A.D.N. et les biopuces", afin notamment de développer une biopuce jetable pour des analyses de l'A.D.N. à faible coût... Incroyable, mais vrai ! Cette information est disponible sur le site health.fgov.be (en anglais, mais il y a une traduction en français également). Non, décidément, notre bonne vieille Europe n'est pas à l'abri !

Grande question : en introduisant des nanopuces dans notre corps, quels sont les risques ? Car si ces nanopuces peuvent servir à "repérer les cellules cancéreuses" ou à soigner une maladie à l'intérieur du corps humain, pourquoi ne pourraient-elles pas être utilisées pour détruire ce même corps ? Après tout, ce n'est qu'une question d'intention et de programmation... Vous comprenez aussi à présent comment la microchip, qui ne mesure qu'un mm. de long, peut contenir 250 000 pièces !
F) La biométrie

La biométrie est la science du calcul des dimensions d'un organe humain. Mais aujourd'hui, les applications en ont fait surtout un moyen de contrôle et de vérification d'identité. Ayant remarqué que les empreintes digitales sont permanentes et uniques, qu'elles sont formées avant la naissance et que leur dessin demeure le même pendant toute une vie, notre bonne vieille industrie, démunie de la moindre morale, s'en est servie afin de créer des systèmes d'identification par empreinte digitale, par la morphologie de la main ou encore par l'iris (ce qui est la méthode la plus fiable).

Mais bien sûr, une fois de plus, on nous vante les merveilleuses facilités et le progrès fulgurant offerts par cette technologie : fini les mots de passe et codes confidentiels difficiles à retenir ; les risques de vols, d'oubli, de transfert disparaissent, etc...
G) Autres moyens mis à disposition pour écraser et enchaîner l'être humain

Il existe actuellement tellement de moyens de se servir de l'environnement, des animaux et des gens comme de cobayes ou d'en faire des zombies sans volonté que l'espace manque ici pour les détailler tous : citons entre autres le problème des organismes génétiquement modifiés (O.G.M.), le clonage et toutes les autres dérives génétiques possibles, mais aussi les armes et programmes de la C.I.A. destinés à contrôler l'esprit et le comportement humain (un aperçu peut en être obtenu sur le site suivant : ccapt2001

Bref, à la lumière de toutes ces technologies et techniques, on peut déduire ceci : toujours présentées sous un jour absolument bénéfique, ces inventions sont bien souvent découvertes en milieu industriel ou/et militaire, ce qui en fait toujours des armes potentielles car elles ne sont dédiées qu'au pouvoir ou au profit à tout prix. Car la plus grosse erreur de l'humanité aujourd'hui, c'est de considérer toute chose et toute être, ainsi que le bien le plus précieux (=la vie) comme une simple marchandise, et d'avoir tenté de sacrifier le spirituel au profit du matériel. Nous arrivons à une époque où un choix très important va devoir être fait : soit un revirement de situation qui, au bout du compte, remettra les vraies valeurs en place, soit la même nonchalance et tolérance face à toutes ces horreurs qui se produisent déjà maintenant, et alors ce sera une longue et douloureuse dégringolade...

Comme le disait Anne Givaudan dans "Les dossiers sur le gouvernement mondial" : "La technologie sans amour mène au dessèchement, que ce soit de votre planète ou de vous-même".

Pour clore ce chapitre, nous dirons donc que notre monde a besoin d'une fameuse prise de conscience, d'une réaction forte (et pacifique si possible), en nombre, et de beaucoup d'amour pour voir enfin une réalité meilleure s'installer. Reste à conclure ce long article...


Conclusions

Cet article n'est certainement pas destiné à vous faire peur et n'a aucune prétention, si ce n'est celle d'informer un maximum de personnes du danger qui est à nos portes...

La réalité vous paraît sombre ? Soit. Mais ce n'est pas pour cela que rien ne peut être fait. Nous sommes les acteurs qui construisons le monde chaque jour, et le système immonde que l'on nous prépare ne pourra pas passer si la population du monde entier est contre ce système. Mais il faut changer d'optique et réagir, il faut avoir le courage de quitter notre petit confort personnel et manifester haut et fort notre désapprobation. Et plus encore, nous tenir informés, mais en nous méfiant de l'information propagée et en vérifiant tout systématiquement (n'oublions pas que les gros médias sont tenus par les détracteurs des gouvernements ou des grosses entreprises multinationales qui sont à l'origine du problème, et donc que ces médias diffusent bien souvent de la fausse information ou de l'information déformée).

Si votre coeur et votre conscience ont vibré ou se sont (r)éveillés à la lecture de ces quelques lignes, alors poursuivez de grâce dès maintenant cette tâche d'information en prévenant vos amis, vos proches, vos collègues ou en diffusant en tout cas un maximum le message (en français ou dans une langue étrangère, car le message doit être entendu partout, le monde entier doit savoir et réagir). Alors, et seulement si nous réagissons tous contre ce que certains ont planifié pour notre futur, alors nous pourrons éviter une catastrophe à l'échelle planétaire. Par ailleurs, il existe de nombreux sites bien documentés à ce sujet (dont certains repris ci-après) où vous pourrez trouver un complément d'information. Et dans le cas où vous auriez encore des doutes quand à la véracité de cet article, ces sites vous aideront peut-être aussi à y voir plus clair...

N'oubliez pas :

Lors de la seconde guerre mondiale, le peu de personnes qui étaient au courant de l'existence des camps de la mort ou qui avaient réussi à en sortir avaient tenté de prévenir l'opinion publique. Très peu de personnes les crurent ; les gens ne pouvaient croire que l'être humain pouvait être si cruel ou commettre des choses si horribles. Mais lorsque l'on ouvrit les camps à la fin de la guerre, l'étonnement et le dégoût furent grands...

Cet article a été écrit, lui aussi, dans le seul et unique but de vous prévenir, afin que nous puissions tous éviter un futur catastrophique, et afin que vous refusiez cette micro-puce démoniaque !

Et puis, ne vous masquez pas la vérité :

Nos pays ne sont pas à l'abri de ce fléau.

Rappelez-vous :

Certaines réunions auxquelles le Dr. Sanders participa, et qui se déroulèrent "dans un contexte de gouvernement mondial et de monnaie unique", eurent lieu à Bruxelles et à Luxembourg, au coeur même de notre Europe si "propre et honnête" !

Quoi qu'il en soit, si jamais dans le futur on vous offre ou on vous impose, à vous ou à vos enfants, l'implant de la micro-puce, vous saurez quoi répondre ! PEU IMPORTE CE QU'IL EN COÛTE, PEU IMPORTE CE QU'IL ARRIVE, dites NON à l'esclavage pour vous et pour les générations futures, NON à la pensée unique et à la mort de l'esprit, NON à la Marque de la Bête, et REFUSEZ CETTE IGNOMINIE QU'EST LA MICRO-PUCE SOUS-CUTANÉE !


Sites et références

En français :

clanmdrcs
voxdei
news.zdnet.fr
bugbrother.com
conspiration.cc
onnouscachetout.com

En anglais :

adsx.com (site d’Applied Digital Solutions, compagnie qui commercialise la verichip)
ajgood (Chip articles 1)
ajgood (Chip articles 2)
amsterdam.nettime.org


Presse :
(Acticles concernant l'interaction des cellules cérébrales vivantes avec un circuit électronique composé de plaquettes de silicium)

Dialogue entre des neurones d'escargot et des puces électroniques.

Article publié le 15 Novembre, 2001
Par MICHEL ALBERGANTI
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 996 mots

Extrait : Près de Munich, le laboratoire de neurophysique de l'Institut de biochimie Max-Plank élabore les premiers réseaux hybrides associant des neurones vivants et des transistors. À terme, les chercheurs espèrent tirer profit de l'association des aptitudes propres à ces deux composants. SCIENCES Au laboratoire de neurophysique de l'institut Max-Plank de Martinsried, près de Munich, Peter Fromherz travaille sur les réseaux hybrides associant puces électroniques et neurones vivants.


L'être bionique, mi-vivant, mi-machine, sort des limbes

Article publié le 19 Août, 2001
Par MICHEL ALBERGANTI
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 1128 mots

Extrait : La jonction entre les neurones du cerveau et les puces en silicium ouvre la boîte de Pandore de l'homme bionique. Après les premières applications concernant des handicapés, pointent des possibilités plus futuristes promettant d'améliorer les capacités humaines. OBJECTIF ULTIME de la robotique, la création d'êtres bioniques, constitués à la fois d'organes vivants et de composants artificiels, ne relève plus de la pure science-fiction.


Des surhommes au banc d'essai

Article publié le 5 Décembre, 1999
Par YVES EUDES
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 4348 mots

Extrait : Notre envoyé spécial aux États-Unis a vu un homme entièrement paralysé se servir d'un ordinateur par la seule force de sa pensée. Grâce aux implants cérébraux, l'homme du XXIe siècle pourra augmenter ses capacités naturelles, comprendre des langues qu'il n'a pas apprises, mobiliser instantanément des milliers d'informations et ne plus faire la différence entre son corps et ses organes « externes ».


Liaison neurone silicium

Article paru dans l'édition du 17 Octobre, 1998
Source : LE MONDE

Le 16 novembre, le biophysicien allemand Peter Fromherz recevra le prix Julius-Springer (5 000 dollars) décerné pour la première fois par le journal Applied Physics (Ed. Springer-Verlag). Chercheur au laboratoire de biochimie de l'Institut Max-Planck de Martinsried, près de Munich, Peter Fromherz s'est rendu célèbre par ses travaux sur les liaisons entre des cellules nerveuses vivantes et des tranches de silicium. Ces dernières contiennent des transistors qui détectent l'activité électrique des cellules nerveuses de sangsues et de rats. À l'inverse, des « points de stimulation » permettent d'obtenir une excitation des neurones via le silicium, utilisé alors comme un condensateur. Ces liaisons entre la physique et la biologie ouvrent une formidable porte entre le monde du cerveau et celui des ordinateurs. Peter Fromherz pourrait ainsi contribuer à la compréhension des réseaux neuronaux, nécessaire aussi bien en médecine qu'en informatique.


Quand on implante des puces électroniques à l'intérieur du corps humain
Greffer du vivant sur du silicium


Article paru dans l'édition du 25 Septembre, 1998
Source : LE MONDE

Demain, les rêves les plus fous peuvent devenir réalité, avec des hommes aux neurones branchés sur des puces électroniques. Dès 1988, des chercheurs américains des Bell Laboratories ont réussi à déposer des neurones de rats sur un support artificiel. Plus près de nous, l'Allemand Peter Fromherz (Institut Max-Planck, Martiensried) a mis au point un système original de contact entre des cellules vivantes et du silicium, matériau de base des puces électroniques. Au Naval Research Laboratory de Washington, David Stenger a fait croître sur différents substrats des neurones prélevés sur l'hippocampe d'un embryon de rat. À Cornell (New York), un groupe a réussi la greffe de cellules sur une couche de silicium porteuse de minuscules points d'ancrage. En Suède, Rolf Eckmiller (université de Skövde) travaille à l'élaboration de techniques permettant de compenser certaines dégénérescences de la rétine.

Ces travaux, encore très préliminaires, préfigurent les prothèses bioélectroniques et les ordinateurs biologiques du futur, à base de protéines ou de bactéries.


VIE DES ENTREPRISES Lançant un grand programme dans le secteur des composants électroniques Le MITI japonais va financer le développement de nouvelles plaquettes de silicium

Article publié le 21 Juillet, 1994
Par MONNOT CAROLINE
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 245 mots

Extrait : Un projet de 18 milliards de yens – environ un milliard de francs – dont 70 % serait financée par les pouvoirs publics nippons ! Le ministère de l'industrie et du commerce japonais, le célèbre MITI, va lancer un grand programme dans la micro-électronique. Cette initiative concerne les plaquettes de silicium – ou "wafers" – sur lesquelles sont gravés les circuits imprimés des mémoires informatiques. Elle vise à développer une nouvelle génération de plaquettes de 40 cm de diamètre contre 15 à 20 cm actuellement. L'intérêt en terme d'industrialisation est évident.



Source : NoMicroChip