Réflexions sur la Genèse
"de la Création à la Tour de Babel"

9 ¶ Ce qui a été, c'est ce qui sera ; ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, et il n'y a rien de nouveau sous le soleil.
10 Y a-t-il une chose dont on puisse dire : Vois ceci, c'est nouveau ? Elle a déjà été dans les siècles qui furent avant nous.
11 On ne se souvient plus des choses d'autrefois ; de même on ne se souviendra point des choses à venir, parmi ceux qui viendront plus tard.
"Ecclésiaste 1:9-11"

C'est principalement des Grecs que nous vient la passion de savoir. Cependant, leur connaissance tirait sa source des anciens Égyptiens et des Babyloniens. Leur saga en était une d'aventures et de dieux humains. Platon, qui nous fit connaître l'ancienne civilisation des dieux géants qui habitèrent le Continent d'Atlantide (voir aussi Les Deux Babylones), se plaignait que l'Iliade d'Homère, de même que son Odyssée, n'offraient pas de commandements moraux ni d'ordonnances divines. Le monde des dieux et des déesses d'Homère est passé complètement à côté des questions de la Création du monde et de l'homme. Dans l'Iliade et l'Odyssée, nous voyons l'homme et les dieux à maturité.

"Les Grecs voyaient chaque jour les hommes et les femmes aidés ou frustrés par les intentions des dieux. Ils trouvaient cela plus intéressant que de spéculer sur le pourquoi ou le comment de tout ce qui est arrivé et de la façon dont tout a commencé. Les Grecs, comme les Égyptiens et les Babyloniens, ont moulé leurs dieux à leur image, à celle de l'homme ; tout comme le fait d'ailleurs notre civilisation moderne, quoique d'une manière plus raffinée et plus subtile".

Le Judaïsme et le Christianisme ont retourné la question et ont commencé avec Dieu, ce qui ne peut être autrement. En déclarant que l'homme fut créé à l'image de Dieu, les prêtres ou sacrificateurs ont eux-mêmes décidé de faire face au mystère de la Création, avec tout ce que cela comporte de conséquences.

"L'idée d'une Création originale par un seul Créateur tout-puissant nous vient de Moïse, le plus grand des prophètes hébreux. C'est égaIement Moïse qui a, le premier, parlé de la nature mystérieuse de Dieu. C'est surtout à cause de cet homme que nous nous posons ces questions cruciales sur notre nature, celle de Dieu, de notre Univers, de sa création".

II y a entre seize et vingt milliards d'années (temps terrestre) selon les scientifiques qui sont arrivés à ce nombre en observant la couleur produite par l'éloignement des galaxies les unes des autres, le Big Bang s'est produit. D'après eux, on ne sait toujours pas pourquoi et on ne le saura jamais du temps qu'on persiste à refuser la révélation de la Parole de Dieu qui déclare autrement sur le sujet.

Selon l'enseignement que nous recevons de son Texte Sacrée, avant que tout ne soit physique, mesurable, palpable, il y avait une Conscience divine, multiplex, éternelle, immuable, impérissable et toute puissante.

Cette Présence resplendissante unique, consciente de sa triple existence en une seule individualité qui nous est révélé comme étant le Seigneur JÉSUS, possédait toutes les qualités de création, d'expansion, de mouvement, d'expression et des désirs de partage. Elle possédait aussi la triple essence de la Volonté, la Pensée et la Parole... Cette Présence glorieuse a voulu exprimer tout ce qu'elle EST. Essentiellement, Elle-même, dans toutes ses parties dans lesquelles tout et tous se retrouvent. Nous savons en effet que Dieu est Esprit et que les différents caractéristiques de cet Esprit, l'amour, la sagesse, la force, etc.. sont les messagers ou anges qui émanent d'un point central pour proclamer et accomplir la Volonté du Dieu Souverain. Puisque le temps n'existe point dans l'éternité, il nous faut aussi considérer les élus en Christ qui sont amené dans sa gloire première et dont la Prédestination remonte avant la fondation du monde. S'ils ont joué un rôle actif dans la création avant leur existence terrestre nous sera dévoilé ultérieurement.

Cette Conscience dans un mouvement inexprimable et pré-déterminé, a respiré et a éclaté dans un expansion infini d'extase en épanouissement. Elle a Voulu, elle a Pensée, elle a Parlé et tout fut : "Et Dieu dit :..." 

L'Évangile selon saint Jean nous instruit de la manière suivante : "Au commencement la Parole était et la Parole était la présence unique de Dieu et la Parole était Dieu. Elle était au commencement la présence unique de Dieu. Tout fut par Lui et rien sans Lui ne fut. De tout être, il était la vie et la vie était la lumière des hommes et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres n'ont pu l'atteindre."

Comprenons maintenant cette pensée, ces mots. Cette Conscience qui a pour nom le Logos ou Parole, est nul autre que le JE SUIS ou l'Éternel (YHVW) qui se révéla à Moise. Le Logos agit, parle, crée la parole qui sort de nous, crée une vibration dans l'air que nous respirons. C'est pourquoi nous entendons ce que nous disons. La Parole a créé toutes ces vibrations que nous voyons, entendons, sentons, touchons et respirons, incluant  nébuleuses, galaxies, systèmes solaires, terres, eau, air, feu.

La Création entière est une action de la Parole. Nous existons parce que, dans la Conscience-Logos, il y existe une intention d'existence particulière et multiplex qui se nomme Elohim où l'Assemblée des Élus. La Conscience auto-suffisante a parlé d'Elle-même et Elle s'est divisé par ElIe-même. C'est la première fois dans tout le créé, que UN s'est divisé par Lui-même pour donner des multiples. Tous les élus sont des réflexions de UN et pourtant nous sommes tous si différents les uns des autres ! C'est une des rares choses que nous ayons en commun : notre diversité. Tout comme le sont d'ailleurs les galaxies entre elles et tous les corps célestes. La Conscience unique s'est diversifiée, transformée et multipliée à l'infini.

Comprenons aussi que la Parole est la lumière qui nous éclaire, la Conscience du Seigneur Jésus-Christ qui vit en nous par la foi, la Sainte Présence sublime qui anime notre esprit et qui nous fait "enfants de Dieu". La lumière luit en nous et les ténèbres ne peuvent l'atteindre. Ce qui signifie que la Vie éternelle est en nous, que nous sommes vivant par Lui, en Lui et pour Lui ; nous sommes fabriqués des fibres même de la Conscience Primordiale du Seigneur Jésus et l'ignorance de l'indépendance (les ténèbres) n'y peut rien changer. Que nous l'acceptions ou non, la vérité et la réalité de notre conception divine demeurent.

D'où venons-nous ? Nous sommes une assemblée d'élus dotés de la Conscience du Seigneur Jésus-Christ, et nous sommes nés de la Conscience-Logos de l'Assemblée des Élus qui est le Corps de Christ. 

"Or Gracié répondit : Seigneur, ne me demanderont-ils pas d'où je suis ? Et on lui répondit : Si on te demande : d'où es-tu né ? tu répondras : Je suis né de la lumière, là où la lumière est née d'elle-même, et d'où elle s'est dressée et s'est révélée dans notre image. S'ils te disent : Qui es-tu ? tu diras : Je suis un de ses fils, et je suis un des élus du Père qui est vivant. S'ils te demandent : Quel est le signe du Père qui est en toi ? dis-leurs : C'est un mouvement de l'Esprit qui donne le repos de l'âme, et qui donne la sagesse tirée de sa puissance pour exprimer la doctrine de la Vérité. (L'Auberge d'Emmanuel).

Considérée sur le plan spirituel, la Genèse illustre la nouvelle naissance ; du chaos surgit une création entièrement nouvelle. Avec la Genèse commence la révélation progressive que notre Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, donne de lui-même et dont la plénitude apparaîtra lorsqu'il se manifesta dans la chair."

De façon évidente toute révélation ultérieure à sa semence, sa racine profonde dans le livre de la Genèse ; en sorte que celui qui veut vraiment saisir cette révélation doit commencer par l'étude de ce livre. La nature Divine de la révélation du livre de la Genèse est attestée par le témoignage de Jésus-Christ (Matt. 19:4-6; 24:37-39)-(Luc 11:49-51; 17:26-29)-(Jean 7:21-23; 8:44-56). Puis elle est confirmée par l'histoire ; ainsi que le démontrent les notes explicatives à travers le livre entier. L'archéologie rend témoignage de la véracité historique de la Genèse.

Ce nom a été donné au livre d'après la traduction grec ; il signifie la naissance (l'origine de la terre du monde. Dans la Bible Hébraïque, ce livre est désigné par le mot "Béréchit" (Au Commencement). C'est le commencement ou les origines de notre visible (Genèse 1) (Genèse 2) commencement de l'humanité. (Genèse 10:32) on y parle déjà des Nations. Le peuple Juifs y trouve ces racines (Genèse 12). Il est aussi question du mariage (Genèse 2:24; 4:1) L'origine du péché et de la chute (Genèse 3 et 4), en parallèle avec la rédemption (Genèse 3:15) ; il est question de l'origine des langues (Genèse 11) ; et de l'institution du travail (Genèse 2:15-19).

Chaque doctrines et enseignements y sont contenus en puissance. La Genèse est appelé la semence de la Parole de Dieu. Toutes révélations ultérieures y trouve sa racine (Genèse 3:15). La Genèse contient les fils conducteurs de tout ce qui aura son accomplissement dans le livre de l'Apocalypse : 1er mention du tentateur, (apocalypse-satan lié) ; apparition du péché (apocalypse disparition du péché) ; 1er jugement universel "déluge" (apocalypse dernier jugement universelle, nouvelle terre, nouvelle création) ; dispersion des hommes de toutes langues sur la surface de la terre (apocalypse réunion des hommes de toutes langues) La Genèse place notre Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, qui nous est révélé comme étant le Père, le Fils et le Saint-Esprit au commencement de toutes choses. Notre Dieu et Roi de l'univers doit avoir la première place dans nos cœurs et dans nos vies.

Toute l'œuvre contenue dans le Texte Sacré annonce par des paroles, révèle par des faits, établit par des exemplaires l'avènement de notre Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, qui, étant l'enveloppe visible du Père invisible ; s'est fait homme en naissant d'une vierge par l'opération du Saint-Esprit. C'est lui, en effet, qui, pendant toute la durée du siècle présent, par des préfigures vraies et manifestes, engendre, lave, sanctifie, choisit, sépare ou rachète l'assemblée de ses élus à travers l'histoire : par le sommeil d'Adam et la création de la femme, par la guerre entre Cain et Abel, par le déluge de Noé, par la bénédiction de Melchisédech, par la justification d'Abraham, par la naissance d'Isaac, par la servitude de Jacob. Pendant tout le déroulement du temps, en un mot, l'ensemble des révélations du mystère de Christ, mise en œuvre du plan secret de Dieu, nous a été donné par bienveillance pour la connaissance de son Incarnation dans la chair lors du temps du roi Hérode. Et puisque notre dessein a été de montrer, dans ce petit traité que dans chaque personnage, chaque époque, chaque fait, l'ensemble des prophéties, projette comme dans un miroir l'image de son avènement, de sa prédication, de sa Passion, de sa Résurrection et du rassemblement de ses élus en un seul Corps pour l'éternité. Je ne rappellerai pas à la hâte quelques passages, mais je traiterai de tout ce qui est nécessaire et qui nous est gratuitement accordé de la profondeur de la révélation du mystère de la connaissance de Christ. Chaque chose en son temps, à commencer par l'Assemblée des Elohims, la création de l'univers, celle Adam et de la race des Vigilants, et le pourquoi de l'existence de la femme. Ces choses seront notre point de départ de la connaissance du genre humain, pour qu'on reconnaisse que nous trouvons annoncé dès l'origine du monde en un grand nombre de préfigures ce qui a reçu dans le Seigneur son total achèvement et dans lequel tous ses élus se réjouissent d'une gloire éternelle.

Source : Jean leDuc