Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
283 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1541Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Endurcissement et aveuglement judiciaire-2


octobre 5, 2017 par GoDieu

 

Israël n'a pas obtenu la justification

Saisissons-donc par la foi de la Sainte Présence de Christ en nous, ce que l'apôtre Paul nous dit dans Romains 11:7-10:

7
Quoi donc? Ce qu'Israël recherche, il ne l'a point obtenu, mais les élus l'ont obtenu, et les autres ont été aveuglés, Ro. 9. 31;

8
Selon qu'il est écrit: L'ESPRIT DES VIVANTS leur a donné un esprit d'étourdissement, des yeux pour ne point voir, et des oreilles pour ne point entendre, jusqu'à ce jour. És. 6. 9; És. 29. 10; Éz. 12. 2; Mt. 13. 14; Mc. 4. 12; Lu. 8. 10; Jn. 12. 40; 2 Co. 3. 14-16; Ac. 28. 26;

9
Et David dit: Que leur table leur soit un piège et une attrape, une pierre d'achoppement, et le salaire qui leur revient. Ps. 69. 22;

10
Que leurs yeux soient obscurcis pour ne point voir, et que leur dos soit courbé continuellement.

Paul commence par nous dire «Quoi donc?», c'est-à-dire «Quelle-est la signification de ce que je viens de dire?». Et il répond à sa propre question en disant: «Ce qu'Israël recherche (en tant que nation), il ne l'a point obtenu». Par le mot «recherche» l'apôtre met l'emphase, non sur une étude médiocre et rudimentaire, mais sur une analyse approfondie et constante. Qu'est-ce qui fut tellement recherché par la nation d'Israël sous l'Ancienne Alliance de la loi? Il n'y a aucun doute qu'Israël recherchait la droiture, les juifs, c'est-à-dire les judéens, avaient la préoccupation constante d'être juste devant Dieu et aussi devant les hommes par l'observance des principes de la loi. Ils en furent tellement obsédés qu'ils ne purent voir rien d'autre de plus important dans leur vie. Toute leur existence dépendait entièrement de cela, et maudit serait celui qui chercherait à les en séparer, il serait instantanément condamné à une mort certaine. Ils avaient le souci de maintenir la dignité et le respect de soi-même, à un tel point qu'ils en étaient orgueilleux, condescendants et arrogants. Ils furent reconnus comme un peuple fier de caractère rude et impitoyable, sans aucune compassion pour ceux de l'extérieur. Puisqu'ils se considéraient comme le peuple de Dieu ou plus précisément «le peuple Dieu», ils regardaient les autres nations comme des animaux impurs et répugnants. Cette attitude d'autojustification et d'hostilité les porta souvent jusqu'à la violence et au mépris envers des individus appartenant à une race ou ethnie différente, généralement ressentie comme inférieure. De nos jours ils seraient facilement étiquetés de racistes, mais les andouilles de la gauche n'existaient pas encore dans leur gouvernement théocratique pour les accuser ainsi. En fait, sous l'Ancienne Alliance de la loi, être raciste était la gloire d'Israël puisque Dieu les avait mis à part des autres nations. Les protestations, considérées comme de la sédition, étaient rapidement écrasées par soit les gardes du temple ou par les romains qui n'hésitaient pas à tous les massacrer, lorsque c'était nécessaire pour maintenir l'ordre dans le peuple. Cela peut sembler barbare et cruel pour nous, mais c'était un moyen de contrôle très efficace à cette période. Les insurrections constantes et insupportables du peuple Juif ont terminées par la destruction totale de la nation d'Israël par les armées romaines en l'an 70 (Deutéronome 28:1-68; Luc 21:20-24). Jamais plus Israël se relèvera de ses ruines. La nation moderne qui a pour nom «Israël» et qui surgit de la poussière des nations en 1948, est un faux Israël. Elle est plutôt la renaissance de l'ancien empire des Khazars avec pour étendard le symbole occulte de l'étoile à six pointes qui porte dans sa composition le nombre 666, identifiant l'Israël moderne comme étant le peuple de Satan et non le peuple de Dieu comme plusieurs se l'imaginent faussement. Nous savons d'ailleurs, par l'apôtre Paul, qu'un vrai juif n'est pas celui selon la chair, mais celui selon l'Esprit (Romains 2:28-29), c'est-à-dire les enfants de la promesse, à savoir «les élus» qui composent le Corps de Christ.

Or quoique la nation d'Israël persistait à rechercher la justification, nous dit Paul, elle n'a pu l'obtenir, cela était réservée strictement à ceux de l'élection, c'est-à-dire qu'elle fut obtenue par quelqu'un en faveur des élus seuls, le reste ne furent pas attribués cette grâce, ils en furent plutôt rejetés tel que stipulé dans le décret d'exclusion. En fait, comme l'apôtre Paul nous dit, personne ne peut être justifié par la loi des efforts personnels pour plaire à Dieu: «Sachant que l'homme est justifié non par les œuvres de la loi, mais par la foi de Jésus-Christ, nous avons nous aussi cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi de Christ, et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi.»; «Je n'anéantis point la grâce de L'ESPRIT DES VIVANTS; car si la justice vient de la loi, Christ est donc mort en vain.» (Galatiens 2:16,21; Bible de Machaira 2016). Maintenant, dû au fait que la loi est écrite dans les cœurs (Romains 2:15), la justification par les œuvres de la loi correspond exactement à la justification par le choix ou désir de la volonté qui est elle-même esclave de la chair et du péché. Cela veut dire que la faculté de choisir, qui est assurément une œuvre charnelle de la volonté, demeure sous la condamnation de la loi, et cela est encore plus évident du fait que la nature humaine est entièrement déchue et corrompue (voir: Corruption de la nature humaine). Donc si la justification est par une décision personnelle de la volonté, Christ serait donc mort en vain et la grâce serait une disgrâce, ce qui ferait du salut une perdition éternelle. Nous serions en effet non sauvés par Dieu, mais sauvés de Dieu et de la vérité par la présomption et l'infatuation d'une fausse justification commune à tous les évangéliques.

Une juste conception des rapports entre la justification et la sanctification est bien, comme le dit Calvin, «le principe de toute la doctrine de salut, le fondement de toute religion». La sanctification est liée à la justification; elle en diffère dans sa nature, mais elle n'en doit point être séparée dans le temps. «La vraie foi ne peut être arrachée d'avec l'Esprit de régénération.» Or «La sainteté réelle de vie… n'est pas séparée de l'imputation gratuite de justice.». La justification est un acte judiciaire de Dieu par lequel, sur la base de la justice du Christ, Dieu déclare que toutes les exigences de la loi sont satisfaites. «Celui sera dit justifié par la foi, lequel était exclu de la justice des œuvres, appréhende par foi la justice de Jésus-Christ, de laquelle étant vêtu, il apparaît devant la face de Dieu, non pas comme pécheur, mais comme juste. Notre justice devant Dieu est une acceptation, par laquelle, en recevant en sa grâce, il nous tient pour justes. Nous disons qu'elle consiste en la rémission des péchés, et en ce que la justice de Jésus-Christ nous est imputée.» La sanctification est cette opération gratuite et continuelle du Saint-Esprit, par laquelle il délivre le pécheur justifié de la souillure du péché, renouvelle toute sa nature à l'image de Dieu, et le rend capable d'accomplir des réalisations gracieuses de la foi en Christ. Ainsi, dit Calvin, nous sommes sanctifiés, c'est-à-dire consacrés à Dieu en vraie pureté de vie, en tant que nos cœurs sont formés en l'obéissance de la loi, à ce que notre principale volonté soit de servir à la volonté de Dieu et avancer sa gloire en toutes sortes. Que nos cœurs soient formés en l'obéissance de la loi ne signifie aucunement que sous la grâce nous retombions aux obligations de l'observance de la loi, mais que nous sommes justifiés par le fait que Christ a observé et remplis toutes les exigences de la loi à notre place pour nous en délivrer. Cette distinction n'est pas arbitraire. Elle trouve sa raison la plus profonde en Dieu lui-même, qui est à la fois juste et saint. Juste, Dieu veut que toutes les créatures se trouvent avec lui dans une relation de justice, dans laquelle il les avait originairement placées, en dehors de toute culpabilité et de tout châtiment. Que Dieu veulent une telle justification ne veut pas dire en aucune façon que toutes les créatures sont justifiées en Christ, car cela est réservé aux élus seul. Saint, Dieu exige qu'elles apparaissent, devant sa face, pures et exemptes de tout péché.

C'est pourquoi le premier homme, créé à l'image de Dieu, dans la justice et la sainteté, n'avait besoin ni de justification, ni de sanctification au sens où elles nous intéressent. Mais le péché a rendu l'homme coupable et impur devant Dieu. Pour être entièrement délivré du péché, il doit donc être affranchi de toute culpabilité, et purifié de sa souillure. C'est ce qui a lieu dans la justification et dans la sanctification. L'une et l'autre sont tout aussi nécessaires, et sont prêchées dans l'Écriture avec une égale insistance.

Une des plus grandes vérités des Écritures, nous dit William Webster, est la Justification par la foi. Mais qu'est-ce précisément la justification? Qu'il existe encore dans le christianisme une grande controverse sur ce sujet est évident. Certains insistent sur la nécessité des œuvres et des sacrements ou ordonnances comme base de la justification. D'autres enseignent l'attribution de la justification par la foi seule (sola fide). Pour donner une évaluation équitable de ces deux positions, il est essentiel que nous comprenions correctement ce que la Bible dit sur ce sujet, et cela doit commencer par une bonne compréhension de la nature de Dieu. Cela est nécessaire car tout l'enseignement biblique sur le salut trouve sa racine dans le caractère même de Dieu, notre Admirable Esprit des vivants.

L'Écriture déclare que Dieu est un Dieu de sainteté. Il est «un Dieu de lumière en qui il n'y a point de ténèbres.» (1 Jean 1:5). À cause qu'il est Saint, il est Juste. Il agit toujours justement et en accord avec sa loi puisque la loi est l'expression de son caractère. Sa sainteté demande un rapport juste avec le péché. L'Écriture enseigne ainsi que le seul vrai Dieu vivant est un Dieu de colère et de jugement, précisément à cause qu'il est un Dieu de sainteté. Comme Léon Morris le dit dans son livre «The Apostolic Preaching of the Cross»:

«L'Ancien Testament présente avec constance un Dieu qui œuvre par les moyens de la loi. Cette notion n'est pas l'opinion d'un ou de deux auteurs, car elle est trouvée partout dans l'Ancien Testament. Yahweh était regardé comme essentiellement juste dans sa nature, incorporant la loi de la justice en son Être même. Conséquemment il œuvrait par un moyen que l'on nomme la loi. Inévitablement il punissait la méchanceté et récompensait la justice. Lui-même agissait justement et demandait que son peuple agisse de la même façon.».

Ceci est confirmé dans le Nouveau Testament par l'apôtre Paul lorsqu'il déclare que l'expiation de Christ se produisit pour démontrer la justice de Dieu, afin qu'il puisse être trouvé juste en justifiant les pécheurs: «Car tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu, Et sont justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est en Jésus-Christ, Que Dieu avait destiné pour être une propitiation; par la certitude en son sang [versé], afin de manifester sa justice par la rémission des péchés commis auparavant, pendant les jours de la tolérance de Dieu; Afin, dis-je, de faire paraître sa justice dans ce temps-ci, afin d'être reconnu juste, et comme justifiant celui qui a cette certitude en Jésus.» (Romains 3:23-26; Bible de Machaira 2016). Ces passages nous disent quelque chose de très important à propos de Dieu et du pardon. Nous apprenons que Dieu est un Dieu d'amour sacrificiel, c'est-à-dire de renoncement ou résignation, ainsi que de miséricorde, mais qu'il ne peut ni n'exercera sa miséricorde d'une façon à compromettre sa justice et sa droiture. Il doit agir en accord avec sa loi, car elle est l'expression de sa sainteté. Alors le pardon et la justification des pécheurs doivent être compatibles avec la justice et la droiture de Dieu, et cela signifie qu'il doit juger le péché, l'égarement ou déviation de l'homme, par rapport au but proposé de la gloire de Dieu (Romains 3:23). L'homme s'est égaré dans son raisonnement charnel en désirant être comme Dieu (Genèse 3:5), c'est-à-dire qu'il s'est déclaré indépendant et maître de son propre destin par l'exercice de son choix. Le résultat est que Dieu lui retira son Esprit Saint (Genèse 6:3) et il fut rejeté de la communion d'avec Dieu et de la vie éternelle (Genèse 3:22-24). Puisque Dieu est la vie, cette séparation engendra inévitablement la mort (Genèse 2:17) et conséquemment la corruption dans l'âme. La nature humaine devint entièrement déchue et la race humaine dans sa totalité fut condamnée à la perdition éternelle.

Comment donc un pécheur injuste et complètement dégénéré se tiendra-il devant le jugement d'un Dieu qui est infiniment Saint et Juste, il ne le peut, cela est impossible. Dieu, dans son amour sacrificiel, c'est-à-dire dans le renoncement éternel de son Être, désire nous pardonner et nous donner sa miséricorde, mais il ne le peut si cela compromet sa sainteté et sa justice. La loi demande la mort pour les transgressions et l'obéissance parfaite pour être accepté de Dieu. Comment peut-il nous pardonner et nous accepter, lorsque nous avons tous transgressé la loi et que nous n'avons pas la justice parfaite qui est demandé de chacun de nous? C'est exactement pour cela que l'Évangile est le message de la grâce de Dieu qu'il accorde seulement à ses élus, car ils ont été choisis d'entre la race humaine dégénérée depuis avant la fondation du monde pour hériter le salut et la gloire éternelle. Mais le reste porteront la peine de leurs péchés et seront condamnés à la perdition éternelle, tel qu'il fut ordonné dans le décret de la réprobation (Proverbes 16:4; Ésaïe 45:7; Romains 9:22; 2 Pierre 2:2-9; Jude 1:4; Apocalypse 20:12-15; 21:8).

Or l'Évangile nous dit que Dieu a pourvu un salut pour ses élus en son Fils, le Seigneur Jésus-Christ. Il nous donna un moyen d'être racheté qui est consistant avec la sainteté de sa nature et de la loi. Il peut ainsi en Christ exercer son amour sacrificiel et nous donner le pardon sans compromettre sa sainteté et sa justice. Le message merveilleux de l'Évangile est que nous pouvons être justifiés (pardonnés et acceptés par Dieu) par la grâce, à travers de la foi (la certitude, l'assurance) de Christ qu'il nous transmet par la puissance de son Esprit. Le protestantisme et le catholicisme sont d'accord avec cette affirmation, mais la définissent différemment tellement que l'une s'oppose à l'autre. La clé pour comprendre les différentes interprétations sont les mots qui les décrivent.

Le protestantisme affirme qu'une personne est justifiée par la grâce seule, par la foi seule, et de la part de Christ seul. Tandis que le catholicisme y ajoute les œuvres et les sacrements, et la majorité des évangéliques modernes font de même en y ajoutant les œuvres d'efforts personnels issues du choix de la foi. Cette distinction est cruciale pour comprendre l'enseignement scripturaire sur la justification, car le mot «seul» protège sa signification biblique. Enlever ce mot important est de tordre l'enseignement scripturaire sur la justification. Toutefois aucun ne stipule que la foi est celle de Christ même et non la foi qu'une personne puisse avoir en Christ, et cela porte à la confusion dans l'esprit de plusieurs qui pensent que la foi est une capacité de la volonté libre de l'homme, ce qui contribue à l'élaboration d'une fausse doctrine sur le salut qui rend gloire à l'homme plutôt qu'à Christ. Il y a quatre concepts clés exprimés dans le sommaire de cette affirmation: la justification, la grâce, la foi, et de la part de Christ. Pour comprendre les trois premiers, il est impératif que nous comprenions le dernier qui est «de la part de Christ», car l'Écriture établit un rapport direct entre la justification et l'œuvre de Christ sur la croix. Si nous comprenons clairement l'œuvre de Christ, nous allons aussi comprendre les significations de la foi, de la grâce, et de la justification. N'importe quelle discussion significative à propos de la justification doit être basée sur la pleine compréhension de l'expiation de Christ en faveur de ses élus seuls. Par la foi de Christ nous sommes introduits dans l'engagement de son expiations, comme nous le voyons aussi dans cette nouvelle traduction qui suit le Grec original: «Il est vrai que vous boirez ma coupe, et que vous serez introduits dans l'engagement que je dois expier...» (Matthieu 20:23).


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés