Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
263 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1579Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

La vraie liberté chrétienne-4


janvier 18, 2020 par GoDieu

 

Les branches de la liberté chrétienne


Nous allons maintenant considérer les branches de cette liberté chrétienne. Mais avant d'en parler, nous devons nécessairement vous dire que la liberté en général a deux branches.

Premièrement, il y a la liberté rigoureuse, c'est-à-dire la liberté dont nous jouissons pendant les jours de nos épreuves de notre pèlerinage en ce monde.

Deuxièmement, la liberté consommée, c'est-à-dire la liberté de la maison de notre Père et Seigneur dans la gloire éternelle.

Nous parlerons principalement en premier de la liberté rigoureuse dans ses aspects négatifs.

 

— Libéré de l'esprit de la chair nommé aussi Satan

Satan est reconnu comme l'ennemi de Christ, son adversaire, mais aucun ne le connaît réellement, leur notion qui a été transmise de génération en génération est purement païenne et mythique dans son interprétation biblique. Dans cette optique il n'est pas compliqué de voir qui est l'ennemi de Christ, NOUS SOMMES L'ENNEMI DE CHRIST, et lorsque nous réalisons en plus que le mot «ennemi» signifie réellement «Satan» dans le Grec et dans l'Hébreu, les capots sautent, les cervelles éclatent, les griffes sortes, les dictionnaires se font vider des termes injurieux et insolents, l'amour du prochain se dissipe dans un vent orageux, et le mauvais œil se fait voir de partout. La raison pour cela est simple, l'être humain cherche toujours à conserver un peu de sa dignité coûte que coûte, même face à la mort de la croix.

Or le «nous» ou le «je» qui est crucifié avec Christ sur la croix (Galatiens 2:20) n'est certainement pas son grand-ami, c'est plutôt une personne rebelle et cruelle, complètement révoltée et dépravée, un hors-la-loi extrêmement dangereux, un adversaire belligérant, un concurrent hostile et tenace, un rival pernicieux et virulent, un antagoniste maléfique et néfaste, un prédateur funeste et violent, un malfaisant haineux et rancunier, un séducteur subtil et sophistiqué, un serpent tortueux et venimeux, une personne injuste et mauvaise à tous les niveaux. Si vous ne vous voyez pas dans ces descriptions, vous êtes des hypocrites ou vous êtes complètement aveuglé par l'admiration que vous avez de vous-même. OUI NOUS SOMMES SATAN L'ENNEMI DE CHRIST, et ceux qui se refusent de le reconnaître ne connaissent réellement rien du sacrifice de la croix.

La victoire que Christ a remporté à la croix est la victoire SUR NOUS, il nous a vaincu en nous incluant avec lui dans sa mort, et nous devons lui en rendre gloire. En aucune façon nous aurions voulu mourir avec lui sur la croix, il a fallu un miracle, une intervention divine qui nous y a attiré irrésistiblement, en d'autres mots il a fallu être projeté par terre et tiré par les cheveux comme un esclave désobéissant qui a déclaré son indépendance illégitimement et qui mérite les supplices de la croix, et c'est cela que l'Esprit de Dieu a fait avec ses élus d'entre un peuple perdu. Si nous n'avions pas été forcé de venir à la croix, aucun de nous ne serait sauvé. On ne peut venir à Christ avec une volonté libre et indépendante comme l'enseignent les vermines du christianisme contrefait moderne car, nous l'avons dit, la volonté de l'être humain est esclave de la chair et du péché, elle est indépendante de Christ mais dépendante de sa nature humaine déchue et sa foi n'est que la duplicité et la défiance d'une présomption captieuse.

L'esprit de la nature humaine est souvent comparé à un serpent qui est le symbole par excellence de Satan, le Moi intérieur nommé aussi «le vieil homme». Roy Hession, dans son livre «Le Chemin du Calvaire» nous en donne une très bonne description:

«Quand un serpent est attaqué, il se redresse, siffle et contre-attaque, essayant de rendre les coups qu'on lui porte. C'est l'image du Moi intérieur ou l'Ego qui s'irrite, éprouve de l'envie, de la rancune, critique et s'inquiète; c'est encore lui qui est dur et intolérant à l'égard des autres, timide, satisfait de lui-même, orgueilleux, qui se justifie, défend ses droits et cherche sa propre gloire, se rebelle contre la volonté de Dieu. Et c'est lui qui a pitié de lui-même dans les épreuves et les difficultés, recherche ses intérêts propres dans les affaires ou au service de Dieu, et se laisse aller dans les loisirs, la sensibilité et la susceptibilité; tout cela provient du Moi, du serpent intérieur».

Sûrement le raisonnement serpentin de l'homme est l'ennemis de Christ décrit sous le terme figuratif de Satan, et en aucune façon ce terme se rapporte à l'histoire fictive d'un ange mythique nommé Lucifer qui se révolta dans le ciel, sauf si on regarde cette histoire comme une métaphore de l'esprit de l'homme qui se révolta dans le Jardin d'Éden en déclarant son indépendance pour se faire maître de son destin, se faisant lui-même dieu (Genèse 3:5,22).

L'apôtre Paul nous dit: «Car le raisonnement charnel est hostile contre Dieu; car il ne se soumet pas à la loi de Dieu; et en effet, il ne le peut.» (Romains 8:7) D'autres versions de la Bible portent: «l'affection de la chair est inimitié contre Dieu», mais ces deux lectures différentes reviennent à la même chose car le mot «affection» ou «phronema» dans le Grec signifie «ce que quelqu'un a dans l'esprit, les pensées et les buts.», c'est-à-dire «la capacité de raisonner», ou selon le «Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales»:

«Expliquer les causes d'un événement pour en avoir une vue juste; analyser la motivation d'un comportement, d'une attitude, les motifs d'une action pour en avoir la maîtrise ou un meilleur contrôle... Se convaincre ou tenter de se convaincre de faire un choix raisonnable.»

Ce texte de l'apôtre Paul indique clairement que «le raisonnement charnel» qui est une capacité de la volonté humaine ou fonction de la nature charnelle «est hostile contre Dieu», il est contraire à Dieu, il est son ennemi, son antagoniste, son rival, son concurrent. Quoique le mot «hostile» est «echthra» dans le Grec et qu'il signifie «inimitié, cause de l'inimitié, hostilité, malveillance, aversion, antipathie, haine», il est utilisé ici pour décrire les caractéristiques de l'ennemi c'est-à-dire du Diable ou Satan, comme nous voyons dans sa racine «echthros» du Lexique Grec de la Concordance Strong:

«haï, odieux, haïssable, hostile, qui hait et s'oppose à un autre; utilisé pour l'homme dans son inimitié avec Dieu par le péché, opposition à Dieu par l'esprit; un homme qui est hostile; un certain ennemi; celui qui est hostile; le diable qui est le pire ennemi du gouvernement divin.» (voir les numéros suivant «2189, 2190» dans la Concordance Strong Française dont le Lexique Grec a été révisé avec le Dictionnaire Grec-Français de J. Planche, 1843).

La même Concordance nous donne au numéro 4566 la définition du mot «Satan» dans le Grec:

«Satan = "adversaire, ennemi". Signifie littéralement: contradicteur, contradiction, concurrent, concurrence, rival, rivalité. Se rapporte à un grand nombre d'applications à travers le texte des Écritures, surtout à l'esprit de la chair qui est en opposition (contraire) à l'Esprit de Dieu et aux Juifs qui s'opposent à l'Évangile avec véhémence dans la persistance à se justifier par les œuvres de la loi (efforts personnels). Ne se rapporte aucunement à la fausse notion d'une chute des anges fictives dans laquelle Lucifer fut rejeté du ciel et devint l'ange déchue chimérique du nom de Satan. Une personne qui se justifie par les œuvres, contrariant la justification par la foi. Adversaire (quelqu'un qui s'oppose à un autre par ses desseins ou son action), le nom donné: la principauté, l'essence même des mauvais esprits de la nature humaine déchue, l'intellect, la raison (le raisonnement), l'intelligence, l'instigateur de la rébellion, l'adversaire invétéré de Dieu et de Christ que nous retrouvons surtout dans les Juifs, ennemis de l'Évangile et de tous les hommes...»

Plusieurs autres preuves, beaucoup trop nombreuses pour mentionner ici, se trouvent dans le texte de la Bible pour indiquer que «NOUS SOMMES SATAN L'ENNEMI DE CHRIST»; sur ce sujet nous vous conseillons de lire le document suivant: «Imposture sur le diable et les démons».

Dans l'Apocalypse, l'apôtre Jean mentionne:

«Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit tout le monde, fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. Puis j'entendis dans le ciel une grande voix, qui disait: Maintenant sont venus le salut et la force, et le règne de notre Dieu, et la puissance de son Christ; car l'accusateur de nos frères, qui les accusait jour et nuit devant la face de notre Dieu, a été précipité. Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, et par la parole à laquelle ils ont rendu témoignage, et ils n'ont point préféré leur vie à la mort.» (Apocalypse 12:9-11)

Presque tous savent, du moins d'entre les chrétiens authentiques, que l'Apocalypse est un livre de symboles spirituels qui doit être interprété figurativement. Il est impossible d'interpréter ce livre d'une façon littérale, autrement il existerait réellement des dragons avec sept têtes et dix cornes, et cela serait le comble de l'absurdité car nous savons tous que de tels monstres n'existent pas. Qui donc est «l'accusateur» mentionné dans ces passages qui est appelé «le serpent ancien, le diable et Satan»? Or les Saintes-Écritures nous indiquent clairement et à maintes reprises que «l'accusateur» est la loi de Moïse, l'esprit de la loi morale est celui qui nous accuse devant Dieu d'avoir brisé ses principes, et cette accusation porte une condamnation éternelle. Dans une des reproches que le Seigneur Jésus fait aux Pharisiens, il dit: «Ne pensez point que moi je vous accuse devant le Père; Moïse, en qui vous espérez, est celui qui vous accusera.» (Jean 5:45) Moïse est le représentant de la loi, tout comme Jésus est le représentant de la grâce. En plus, nous savons que les juifs, particulièrement les dirigeants de la loi, portèrent constamment «de nombreuses et graves accusations» contre le Seigneur Jésus et ses disciples «qu'ils ne pouvaient prouver» (Actes 25:7 n'est qu'un de très nombreux passages qui l'indiquent.) Cela a toujours été le jeu des enfants du diable ou «contrariété charnelle», ils ont toujours recours au mensonge, à l'hypocrisie, à la duplicité, pour déformer la vérité afin d'accuser ceux qui la proclament. Leur but est la destruction afin se s'élever sur les ruines de vies complètement dévastées par leurs diffamations qu'ils prétendent être des exhortations. Le Seigneur Jésus nous parle de telles personnes malicieuses, lorsqu'il s'adresse aux pharisiens hypocrites qui étaient les dirigeants de la loi à cette époque: «Le père dont vous êtes issus, c'est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n'a point persisté dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur, et le père du mensonge.» (Jean 8:44); ou comme nous voyons dans une traduction plus précise: «Le père dont vous êtes issus, c'est le raisonnement de la contrariété charnelle, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n'a point persisté dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur, et la source du mensonge La Bible indique clairement que la puissance d'accusation de la loi a été détruite par le sacrifice de Christ sur la croix, et comme l'apôtre Paul nous dit: «Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l'Esprit.» (Romains 8:1) Il n'y a absolument aucun doute que «l'accusateur» mentionné dans les passages de l'Apocalypse que nous avons vu plus haut, est le raisonnement ou esprit de la loi qui est «la puissance du péché» (1 Corinthiens 15:56).

Cet aspect de «l'accusateur» a aussi son semblable au niveau des gentils ou non-juifs qui n'ont point la loi de Moïse pour les accuser. L'apôtre Paul nous dit: «Or, quand les Gentils, qui n'ont point la loi, font naturellement les choses de la loi, n'ayant point la loi, sont de ce fait une loi pour eux-mêmes; Lesquels indiquent que l'œuvre de la loi est écrit dans leurs cœurs: leur conscience, leur rend témoignage, et leurs pensées les accusent ou les défendent.» (Romains 2:14-15) Ces passages nous indiquent qu'il existe un lien très étroit avec la loi de Moïse et la loi naturelle ou loi de la conscience qui est écrite dans le cœur de tous les hommes, même que la loi naturelle est antérieure à celle de Moïse, elle est beaucoup plus ancienne et de toutes évidences elle provient de la loi d'interdiction donnée à tous les êtres humains dans le Jardin d'Éden. Elle est le principe actif qui détermine «ce qui est bien et ce qui est mal», et en ce sens on peut la nommer la loi de la conscience.

Tout indique que la révélation que Moïse a reçu pour formuler la loi de Dieu en dix commandements était un dévoilement de cette loi naturelle ou loi de la conscience, rédigée spécifiquement dans une application pratique qui était évidente à tous et qui demandait l'obéissance totale sous peine de mort. Il y a toutefois une distinction entre les deux, la loi naturelle «ne se soumet pas à la loi de Dieu, et ne le peut» (Romains 8:7) et cela à cause du péché ou transgression de la loi qui pénétra dans le cœur de l'homme lors de la chute en Éden. Il s'agit en effet de la même loi, sauf que celle qui fut rédigé par Moïse est écrite sur des tables de pierre, tandis que la loi naturelle est écrite dans le cœur. Les deux détiennent la même puissance d'accusation, les deux sont la puissance du péché, et les deux reflètent la corruption de la nature humaine qui est portée à transgresser ou violer ses principes, que ce soit par la désobéissance ou rébellion ou par une obéissance qui est portée à se justifier par l'accomplissement de ses œuvres; et les deux dévoilent amplement que NOUS SOMMES SATAN, L'ENNEMI DE DIEU dans le fait que nous avons été crucifié sur la croix avec Christ pour nos transgressions de la loi, récoltant le salaire que nous méritions et dont la condamnation a été payé pleinement par Christ qui était Dieu manifesté dans la chair pour notre rédemption. Seul un être parfait et sans péché pouvait satisfaire la justice de Dieu, et puisque aucun homme ne l'est, Dieu est venu lui-même rencontrer nos obligations en prenant sur lui notre châtiment afin que nous puissions renaître en une nouvelle vie. C'est à la croix que la puissance de Satan, c'est-à-dire de notre nature humaine déchue et sous la condamnation de la loi, a été clouée: «Ayant été assimilés avec lui dans l'engagement en sa mort; en lui aussi vous êtes ressuscités, par son assurance en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. Et quand vous étiez morts dans vos péchés et dans votre incirconcision charnelle, il vous a vivifiés avec lui, vous ayant pardonné toutes vos transgressions. Il a effacé ce qui était contre nous, l'obligation des ordonnances de la loi qui nous était contraire; et il l'a entièrement annulée, en la clouant sur sa croix; Ayant dépouillé les principautés et les puissances, qu'il a publiquement exposées en spectacle, en triomphant d'elles lui-même par sa croix (Colossiens 2:12-15); «Puis donc que les enfants participent de la chair et du sang, il en a aussi de même participé, afin que par la mort il détruisît celle qui avait la puissance de la mort, c'est-à-dire, la contrariété charnelle (le diable); et qu'il délivrât tous ceux qui, par la crainte de la mort, étaient toute leur vie soumis à la servitude du péché (Hébreux 2:14-15).

Ainsi en Christ nous sommes libérés de notre vieille nature de péché et de rébellion, c'est-à-dire de Satan ou esprit de notre nature humaine déchue. Mais quoique nous avons la victoire en Christ, nous vivons encore dans un corps de chair qui est porté par nature à faire des excursions dans son ancien domaine, soit par nostalgie, par des pensées désordonnées dans notre mémoire, ou pour assouvir un besoin charnel légitime d'une manière déraisonnable ou abusive. Certes il y aura des failles et nous perdrons quelques batailles dans cette guerre spirituelle, mais la victoire nous est assurée et cela nous devons nous en souvenir avec ferveur. Nous devons donc faire mourir les membres de notre corps (c'est-à-dire de les rabaisser ou restreindre (Romains 8:13) par la foi), qui sont portés au péché de façon naturelle, en marchant par la foi d'un état de victoire déjà accomplie en Christ, gardant une assurance inébranlable dans la pleine réalisation constante que nous avons été crucifié avec Christ et en mettant notre confiance en Lui par sa Sainte Présence qui nous habite, et l'influence du péché en notre corps mortel va se dissiper. Ainsi la paix va revenir et remplir notre cœur si nous marchons dans l'Esprit de cette vérité (Romains 8:1-4), en reconnaissant que nous sommes sauvés en l'Esprit et non en la chair (Romains 8:9-10), car notre corps naturel doit mourir à cause du péché, mais l'Esprit en nous est vivant par la Sainte Présence de Christ, dans lequel nous avons la vie éternelle d'une nouvelle existence glorieuse dans le Royaume de sa Majesté Suprême et indescriptible.

 

— Libéré du péché qui nous retient dans la mort

Deuxièmement, nous sommes libérés du péché, c'est-à-dire de la culpabilité, la souillure et la domination qu'il détient dans notre vie. Nous sommes en fait libérés de sa condamnation devant Dieu et innocentés par le sang de Christ qui nous purifie de toutes nos transgressions. Christ, notre Médiateur, s'interpose Lui-même entre nous et la colère divine, afin qu'aucun élu ne puisse être condamner. Il n'y a donc plus de condamnation pour eux qui sont en Jésus-Christ (Romains 8:1). Christ Lui-même sera en même temps notre Juge et notre Avocat lorsque nous serons appelés à rendre compte de nos péchés, plaidant notre cause en notre faveur comme notre Substitut devant le trône de la Majesté Divine, où il jugera les actions des hommes et toutes leurs paroles injurieuses. Ce sera le jour du Jugement dernier pour la race humaine entière, depuis le début jusqu'à la fin des temps qui se produira dans un clin d'œil, car le temps n'existe pas dans l'éternité. Tout est maintenant, tout est déjà réalisé, mais nous ne pouvons le voir de ce côté du voile où le temps exerce encore son influence.

Quoique nous subissons encore les influences et ravages du péché dans la chair et que nous devons combattre contre toute notre vie à cause de la faiblesse de notre chair, le péché ne vous condamnera jamais, car Christ en a fait satisfaction à l'Esprit des vivants en notre faveur. Ceux dont la position est en Christ sont libérés de toutes les exigences et condamnations de la loi morale décrite dans le Décalogue ou Dix Commandements, aucun d'eux ne peut nous être imposé. La colère de l''Esprit des vivants ne peut plus quoi que ce soit contre nous à cause de Christ qui a pris sur Lui toutes nos iniquités (Ésaïe 53:6). C'est ce que le Christ a fait pour nous qui importe, et non ce que nous pouvons faire pour Lui. Il a payé à notre place la rançon que l'Esprit des vivants exigeait pour nos péchés, et l'Esprit des vivants était pleinement satisfait et fut apaisé envers nous. C'est pourquoi l'apôtre Paul écrit dans 2 Corinthiens 5:19-21:

19
Car L'ESPRIT DES VIVANTS était en Christ, réconciliant cette disposition charnelle de la loi avec soi, en ne leur attribuant point leurs péchés; et il a mis en nous la Parole de la réconciliation. Ro. 3. 24-25; Col. 1. 20;

20
Nous faisons donc la fonction d'ambassadeurs pour Christ, comme si L'ESPRIT DES VIVANTS exhortait par nous; et nous vous supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec L'ESPRIT DES VIVANTS! 2 Co. 3. 6;

21
Car Celui qui n'a point connu le péché, il l'a traité en pécheur pour nous, afin que nous, nous soyons justifiés de L'ESPRIT DES VIVANTS en lui. És. 53. 9; És. 53. 12; Ro. 8. 3; Ga. 3. 13; 1 Pi. 2. 22; 1 Jn. 3. 5;

Les questions de la vie et de la mort ne sont pas entre leurs mains. Et comme aucun de nos péchés ne nous condamnera, donc aucun de nos péchés ne nous remettra plus jamais dans un état de condamnation, et ne nous remettra plus jamais sous la malédiction ou sous la colère divine. Nous sommes libérés de toutes les misères, calamités, afflictions et punitions qui sont le fruit du péché, dans la mesure où ils sont sujets à la colère que nous devrions en récolter. Nous recevons néanmoins, de la part de l'Esprit, les redressements nécessaires afin que nous puissions marcher droitement par la foi ou assurance dans les voies de cette vérité révélée et accomplie une fois pour toutes. Si vous enlevez la substance du péché, l'ombre du péché doit aussi partir. Le péché est la substance, la punition de l'ombre qui y assiste et le suit. Enlevez le péché et puis les punitions sont également enlevées. Toutes les dispensations de Dieu sont dans la miséricorde envers ses élus qui seuls en récoltent les bénéfices. Les élus sont véritablement libérés du péché et de ses conséquences désastreuses au niveau spirituel. Rien dans la nature de la colère divine ne peut les toucher.

Il peut y avoir de la turbulence, mais pas la prévalence du péché. Il peut y avoir les remous de la corruption puisque nous sommes encore dans un corps de chair. Ainsi, un chrétien authentique peut être plus troublé par le péché quand il est conquis plus que quand il a régné sur lui. Le péché fonctionnera toujours, mais il est restreint dans son fonctionnement. Ce ne sont pas les rouages incontrôlés qu'autrefois lorsque le péché dominait sur lui. Il peut entrer dans le trône du cœur et jouer le tyran dans tel ou tel acte particulier, mais il ne sera jamais plus comme un roi dans son domaine. Son règne est terminé, vous n'y céderez jamais plus par une obéissance volontaire, mais son aspect naturel peut encore parfois vous troubler.

 

— Libéré de la Loi qui est la puissance du péché

Christ nous a libérés de la loi, de ses ordonnances ou exigences, nous n'en retenons absolument rien, pas même l'amour de Dieu et du prochain qui en sont les plus grands commandements (Matthieu 22:36-40). Cela est un aspect vital de notre liberté en Christ que nous recevons par «un esprit nouveau» qui est celui de sa Sainte Présence en nous: «Mais maintenant que nous sommes délivrés de la loi, étant morts à celle sous laquelle nous étions retenus, nous servons dans un esprit nouveau, et non selon les anciennes écritures.» (Romains 7:6); «Car je suis mort à la loi par la loi même, afin de vivre par L'ESPRIT DES VIVANTS.» (Galatiens 2:19); «Et si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.» (Galatiens 5:18); «Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n'êtes point sous la loi, mais sous la grâce.» (Romains 6:14).

Pour les réprouvés, évangéliques ainsi que plusieurs dits réformés (calvinistes), nous serions libérés seulement de la loi cérémonielle, qui était supposément un joug que l'ancien peuple d'Israël ne pouvait supporter. Ils citent à l'appui de leur abomination le passage de Actes 15:10 en évitant subtilement de mentionner les passage suivant (Actes 15:11) qui fait une comparaison avec le passage précédent en mentionnant le fait qu'ils n'étaient plus sous le joug de la loi en étant sous la grâce. Pourtant, ce n'est qu'une petite partie de notre liberté. Ils agissent ainsi pour enlever notre attention de la loi morale, qui pour eux est encore valide de nos jours, afin de justifier l'observance de ses préceptes pour maintenir une responsabilité illusoire de l'homme. Mais ce n'est pas la loi cérémonielle avec ses nombreux rituels qui nous accuse devant l'Esprit des vivants, aucune cérémonie ou rituels ne détient une telle puissance. Seule la loi de la conscience ou loi morale détient une puissance d'accusation (Romains 2:14-15; 7:6-8). Ceux qui veulent observer la loi morale des dix commandements sont ainsi déchus de la grâce qu'ils interprètent à leurs façons pour leur perdition. Le sujet est très sérieux et fort important, surtout de nos jours dans lesquels nous voyons surgir des légions de sectes dites chrétiennes qui prétendent que la grâce leur donne la capacité d'observer la loi morale du Décalogue dans le but de se sanctifier pour plaire à leur dieu chimérique. En agissant ainsi ils souillent le sang de la nouvelle alliance et crucifient Christ de nouveau. Ils sont des ennemis de la croix et de tous les hommes, mais surtout des élus qu'ils tiennent en dérision.


Marque de commerce © 1999-2020 GoDieu.com - Tous droits réservés