Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
294 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1541Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Le salut pour les Élus seuls-5


septembre 20, 2017 par GoDieu

 

La consécration de notre Souverain Sacrificateur

L'image de souverain sacrificateur nous provient de l'Ancienne Alliance sous la loi de Moïse. Sous la Nouvelle Alliance de la Grâce, Christ est notre Souverain Sacrificateur dont la fonction est confirmée à son baptême par Jean le Baptiste qui était lui-même sacrificateur de droit, ayant hérité, selon la loi mosaïque, le ministère de son père Zacharie (Luc 1:8-9). À la différence des sacrificateurs traditionnels, Jean exerçait son ministère non dans le temple mais directement parmi le peuple, c'était une approche nouvelle voir même innovatrice à cette période. Il indiquait par cela que le Messie venait non dans des temples construits de mains d'hommes, mais dans des cœurs repentants qui deviendraient l'habitation de Dieu sous la Nouvelle Alliance. Jean avait donc le droit et l'autorité pour consacrer Jésus comme Souverain Sacrificateur en utilisant le rituel anticipatoire de la loi, le baptême par aspersion ou effusion, pour qu'Il exerce sa fonction dans le temple (Exode 29:1,4; Nombres 4:3; 8:5-7; Ézéchiel 36:25), mais ici le Temple de Dieu est son propre corps (Jean 2:19-21) qu'Il offre sur la croix en sacrifice pour le rachat de ses élus. Un rituel anticipatoire est une prescription ou pratique qui détient un caractère ou symbolisme sacré contenant des éléments prophétiques. En baptisant Jésus selon les exigences de la loi et des prophètes qui exigeaient l'aspersion ou l'effusion comme forme de consécration, Jean annonçait à Israël la venue du Messie promit (Jean 1:31) qui entrait en sa fonction de Souverain Sacrificateur en notre faveur. Il ne pouvait y avoir de plus beaux et de plus précis symbolisme, les juifs et surtout les pharisiens connaissaient très bien ce genre d'expression figurative issue de la loi et des prophètes, c'est pour cela qu'ils se méfiaient de lui et le harcelaient constamment en le provoquant (Jean 1:19-25).

Mais les réprouvés diront: «Qu'en est-il de l'immersion, car nous savons que le mot «baptême» signifie toujours «immersion» et rien d'autre. Or premièrement, le mot «baptême» n'est pas un terme français, il fut translittéré et adopté du Grec «baptizô» dont la racine est «bapto» et tous ces termes connexes comme «baptismos», «baptisma», «baptizérion», «baptisis», etc.. Le Dictionnaire Grec-Français de J. Planche mentionne que le mot «baptizo» ne se traduit pas seulement par «immersion», mais aussi par «laver, tremper, mouiller, teindre, puiser, plonger, submerger, baigner». En fait, ce mot est traduit à quelques endroits dans le Nouveau Testament par «lavé» (Marc 7:4), et «ablutions» (Hébreux 9:10). Ce dernier passage utilise le mot «baptismos» afin de le relié aux cérémonies d'ablutions ou rituels de purifications et de consécrations dans l'Ancien Testament. Il est donc faux de dire que ce mot signifie toujours «immersion», en fait cette définition a été ajoutée dans les dictionnaires sous l'influence des sectes dites chrétiennes qui pratiquent cette forme de baptême. Lorsque les réprouvés lui donne ce sens c'est dans le but de donner un prétexte à l'élaboration d'une fausse doctrine particulière à leurs sectes. Or le Dictionnaire Grec-Français de J. Planche nous dit que le vrai mot utilisé strictement pour désigner l'immersion est «kataduô», terme qui signifie «action de plonger, d'immerger, d'enfoncer, submerger, se couvrir, se coucher», et «par extension: se cacher, avoir honte». Serait-ce parce que les sectes baptistes et toutes les autres vermines évangéliques cherchent à «cacher leur honte» qu'ils utilisent le mot «baptizo» au lieu de «kataduô» qui est le vrai terme pour «immersion»? Tout semble indiquer que c'est le cas.

Or peu après l'époque de la Réforme Protestante, John Smith, un ancien Anglican de foi Arminienne et fondateur officiel de la secte Baptiste, proclamait un évangile du libre-choix et s'opposait à la Souveraineté de Dieu dans le salut par la grâce selon la doctrine de la Double Prédestination. Smith enseignait non seulement un salut universel, mais il déclarait aussi qu'il n'y avait aucun péché originel et qu'ainsi les enfants sont sans péché et conséquemment n'ont aucun besoin d'être baptisé. Dans sa Confession de foi, Smith avait déclaré que «les enfants sont conçus et nés dans l'innocence et sans péché, et sont sauvés s'ils meurent. Dieu n'a pas prédestiné personne à la destruction»; il enseigna aussi qu'il était mal pour un ministre d'avoir un livre ou une traduction de la Bible devant lui lorsqu'il prêchait. Ces hérésies infernales sont à la base de la mouvance Baptiste moderne, quoique de nos jours elles sont plus enrobées de subtilités pédantesques académiques et théologiques pour aveugler les ignorants. Son collègue, Thomas Helwys, aussi de foi arminienne, fonda la première église Baptiste en Angleterre (Baptist and Congregational Pioneers, by J.H. Shakespeare, 1906), et de là l'apostasie Baptiste se répandit partout dans le monde comme la peste bubonique. G. Rousseau déclare dans son "Histoire des Églises baptistes":

«Jusqu'en 1643, les baptistes pratiquèrent le baptême par infusion (ou effusion: verser de l'eau). Puis ils adhérèrent à l'immersion, qu'ils considèrent aujourd'hui comme la seule forme admissible.»

Nous voyons ainsi que les Baptistes sont habiles non seulement à tordre le sens des Écritures, mais aussi le sens de l'histoire. La raison que les baptistes adoptèrent l'immersion au lieu de l'effusion, est qu'ils détestèrent le baptême des enfants dans les églises traditionnelles, car il y avait un danger que cette notion s'oppose à leur doctrine arminienne du libre-choix en soulignant la souveraineté de Dieu sur les enfants tout comme sur les adultes. Réduire la souveraineté et la dignité de l'homme ne pouvait être tolérer par ces sectes infernales, donc la souveraineté absolue de notre Dieu Tout-puissant devait être éliminée par l'hérésie du «choix de croire». Leur Souverain Sacrificateur n'est donc pas Christ, mais leur idole du libre-arbitre.

Il faut mentionner aussi les baptistes prétendument calvinistes connus particulièrement sous le nom de baptistes réformés. Ceux-ci n'étaient qu'une caricature incongrue et dénaturée de l'église dite réformée et ils furent rejetés par celle-ci avec raison. La base de la foi calvinisme est la Souveraineté de Dieu, mais la base des baptistes réformés est le baptême par immersion. L'église réformée pratique le baptême des enfants d'après le principe de l'Alliance de Dieu dans le décret d'élection, mais les baptistes réformés rejettent cette notion fondamentale et refusent la grâce de l'élection aux enfants (Matthieu 19:13-14; Hébreux 12:15), sur la base que le baptême par immersion est strictement pour des personnes conscientes de leur décision pour Christ, mais le faux Christ de leurs imaginations maladives et pathologiques. En d'autres mots, pour les baptistes réformés la foi n'est pas un don de Dieu qu'il accorde à ses élus (Actes 13:48; Éphésiens 2:8-9; Philippiens 1:29; 1 Pierre 1:21), mais une faculté intellectuelle qui nécessite de prendre un choix de croire par décision personnelle d'une volonté supposément libre, lorsque la Bible enseigne clairement que la nature humaine est complètement déchue et que la volonté de l'homme est esclave de la chair et du péché. Dans cette notion loufoque des baptistes réformés, la foi est clairement une œuvre de la volonté et de ce fait ils enseignent un salut par les œuvres déguisé sous les aspects du salut par la grâce. Aveuglés par le faux raisonnement de leur nature humaine déchue, ils ne réalisent pas qu'ils s'opposent à la vérité de la révélation biblique et qu'ils marchent dans la voie de la perdition, leur orgueil démesuré les empêchant de rebrousser chemin. Leur doctrine sur la foi est clairement anti-biblique et anti-calviniste, malgré leurs prétentions du contraire. Les notions théologiques des baptistes réformés sont pleines de contradictions et de mélanges de deux théologies incompatibles l'une avec l'autre. Il est clair que la doctrine du baptême par immersion des baptistes réformés est issue de l'hérésie du libre-choix de l'arminianisme et enveloppée de principes calvinistes illusoires. Leur prétention à la foi calviniste n'est qu'une imposture pour mystifier et tromper les gens en donnant la façade d'une réputation réformée qui était grandement estimée à cette époque, et les cancres et les crédules tombèrent aisément dans le piège, et y tombent encore de nos jours.

La première église baptiste calviniste fut formée par des réprouvés qui étaient membres de la fausse église de Jacob-Lathrop-Jessey. L'apostat John Spilsbury (1593-1668) fut le premier prétendu pasteur de cette église baptiste dite réformée. Dès 1641 l'hérésie du baptême par immersion y était pratiquée, mais l'an 1643 est plus probable comme nous voyons plus haut. La pseudo église de l'apostat Spilsbury demeura en très bon terme avec l'église mère prostituée de Jacob-Lathrop-Jessey. Un autre de ces nids de vipères baptistes sortit de celui de Jacob-Lathrop-Jessey vers 1644 sous la conduite d'un apostat prétentieux qui devait devenir un des principaux leaders du baptisme prétendument calviniste: Hanserd Knollys (1599-1691). À cette époque de bouleversements théologiques, la question du baptême d'enfant était débattue publiquement et l'apologie des vipères baptistes était rigoureuse contre le pédobaptême. Tout nous indique qu'ils détenaient un dégoût particulier pour les enfants et n'avaient aucune tolérance envers eux. Il semblerait que la simplicité des enfants les offensait au plus haut point. Clairement tous les baptistes s'opposent catégoriquement aux paroles du Seigneur Jésus: «Laissez les petits enfants, et ne les empêcher pas de venir à moi...» (Matthieu 19:14). Avec son baptême par immersion, Spilsbury s'en prenait à la théologie de l'Alliance du calvinisme, déclarant que l'aspect spirituel de l'Alliance éliminait complètement la possibilité à un enfant d'y participer. En d'autres mots, il envoya littéralement tous les enfants chez le diable. Il déclara que toutes autres formes de baptême étaient invalide, et que ceux qui baptisaient des enfants pactisaient avec l'Antichrist, ne réalisant pas que lui-même était un antichrist. Par cette déclaration agressive, il annulait toute la théologie calviniste qu'il prétendait maintenir en l'altérant sournoisement. Pour lui la mort de jeunes enfants était un mystère qui surpassait son raisonnement serpentin. Selon ce réprouvé elle n'avait aucun rapport avec l'Alliance de Dieu qu'Il fit avec son peuple dans son décret d'élection. Spilsbury était un hypocrite de la pire espèce, un vrai serpent, un démon réel enflammé par le feu de l'enfer qui dévorait l'âme d'enfants innocents. Quoiqu'il professait ouvertement le calvinisme, Spilsbury supportait artificieusement l'arminianisme des Jésuites et il y a la forte possibilité que lui-même était un Jésuite sous serment, un espion du pape de Rome. Il est très bien connu que les Jésuites détestaient le calvinisme avec une passion démoniaque et avait pour but de le détruire en infiltrant ses rangs. Quoiqu'il en soit, il est clair que les baptistes réformés ne sont pas les détenteurs de la vérité mais de la duplicité. Que certains hommes renommés comme John Gill (1697-1771), William Carey (1761-1834), et Charles Spurgeon (1834-1892) étaient des rangs de l'église baptiste réformée, ne signifie pas pour autant que cette église était de Dieu. Il y eut aussi de tels hommes dans l'église anglicane, dans l'église luthérienne, dans l'église presbytérienne, dans les églises mennonite, dans les églises des anabaptistes, dans les églises des moraves, dans l'église méthodiste, parmi les darbystes, les irvingiens, les quaquers ou trembleurs, les campbellites ou disciples de Christ, les adventistes du septième jour, les mormons, etc, etc.... Il est évident que toutes ces prétendues églises ne sont pas de Dieu, et qu'elles sont plutôt des clubs sociaux avec quelques personnages flamboyants en leur sein qui projettent quelques étincelles scripturaires enrobées de notions préconçues qui éblouissent les crédules. Faut-il le mentionner de nouveau que si la fondation est défectueuse, tout le reste l'est aussi, même si la maison donne une belle apparence.

Pour plusieurs hérétiques, comme ceux de la secte des Darbystes, Jésus devint Souverain Sacrificateur seulement à la croix et non à son baptême, annulant ainsi toute l'efficacité de son ministère qui était, selon la révélation du prophète Daniel, d'une durée de trois ans et demi. Dans un tel cas tous les enseignements de Christ perdraient leur autorité et leur valeur, puisque le pouvoir de sa doctrine découle de sa consécration comme Souverain Sacrificateur des mains de Jean le Baptiste qui était lui-même sacrificateur de droit selon la loi, comme nous l'avons déjà mentionné. Les hérétiques font donc le jeu des pharisiens à qui Jésus dit: «Le baptême de Jean, d'où venait-il? du ciel ou des hommes? Or, ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes: Si nous disons, du ciel, il nous dira: Pourquoi donc n'y avez-vous pas cru? Et si nous disons, des hommes, nous avons à craindre le peuple; car tous regardent Jean comme un prophète. Ainsi ils répondirent à Jésus: Nous n'en savons rien. Et moi, leur dit-il, je ne vous dirai pas non plus par quelle autorité je fais ces choses.» (Matthieu 21:25-27). Il est clair que l'autorité du Seigneur Jésus comme Souverain Sacrificateur provient de son baptême qui est lui-même un rituel de purification et de consécration de la loi donnée de Dieu à Moïse, donc venant du ciel. Cela est confirmé davantage dans le livre des Actes: «Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée, après la consécration que Jean a prêché. Comment L'ESPRIT DES VIVANTS a oint de sa Sainte Présence et de puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient opprimés par la contrariété charnelle de la loi; parce que L'ESPRIT DES VIVANTS était avec lui.» (Actes 10:37-38; Bible Machaira 2016). Le baptême de Jean avait donc l'approbation divine pour établir Jésus comme Souverain Sacrificateur, et cela les pharisiens anciens comme modernes ne peuvent le tolérer. S'opposer à ce principe essentiel de la rédemption, le transposer, le déformer, ou le rejeter, est la norme des ennemis de la croix qui les conduit inévitablement à la perdition éternelle.

Pourquoi mettons-nous tant d'emphase sur le baptême par immersion dans un enseignement qui concerne le fait que Christ est notre Souverain Sacrificateur? Simplement pour la raison que le baptême par immersion est une attaque directe à la consécration de Christ comme notre Souverain Sacrificateur, ainsi qu'à la valeur du sacrifice de la croix. Cette doctrine néfaste fait du Seigneur Jésus un menteur, un pécheur et un faux Messie qui aurait violer les principes de la loi. Une doctrine dangereuse à ce point ne doit pas être tolérée, elle doit être condamnée et ses adeptes exposés. Nous sommes horrifiés lorsque nous pensons aux millions de prétendus chrétiens qui supportent et pratiquent cette fausse doctrine qui semble être inoffensive à leurs yeux. Si Christ a été baptisé par immersion, tout le plan de rédemption s'écroulerait en ruine, et il n'y aurait plus de sacrifice valide pour les péchés, il n'y aurait plus de salut possible puisque ces réprouvés tiennent pour profane le sang de l'Alliance: «quant à eux, ils crucifient de nouveau le Fils de Dieu, et l'exposent à l'opprobre.» (Hébreux 6:6); «De combien pires tourments pensez-vous [donc] que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, et qui aura tenu pour une chose profane le sang de l'alliance, par lequel il avait été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de grâce?» (Hébreux 10:29; Bible Martin). Ces gens sont exclus de la grâce, ils ne peuvent plus revenir en arrière, ils ont passé le point de non-retour et en porteront la condamnation pour l'éternité.

La Parole de Dieu déclare clairement que le baptême de Christ n'était pas par immersion mais par aspersion ou effusion (Nombres 8:6-7; Ézéchiel 36:25-27). Le baptême est aussi vieux que la loi et la loi est remplie de purifications et de consécrations cérémonielles qui sont nulle autre que des baptêmes. Ce fait est CAPITAL. Le baptême de Jean-Baptiste n'était pas quelque chose de nouveau pour les Juifs. Depuis l'époque de Moïse, on connaissait des cérémonies de baptêmes. Il ne peut pas y avoir de doutes à ce sujet puisque le Nouveau Testament appelle les purifications et consécrations de l'Ancien Testament des baptêmes. Il est écrit en Hébreux 9:10: «Ce sont là des ordonnances charnelles, relatives seulement à des aliments, des boissons et diverses ablutions, et imposées jusqu'à un temps de réforme.». Le mot «ablution» est «baptismos», c'est-à-dire baptêmes. L'auteur inspiré de l'épître aux Hébreux, donc, parle des diverses sortes de baptêmes sous l'Ancienne Alliance de la loi. Il est crucial de noter que la loi n'a jamais commandé d'immersions, mais elle a commandé souvent des aspersions. Il n'y a donc aucun doute au sujet de la manière dont on baptisait, ces baptêmes se faisaient par aspersion. Il est significatif que le baptême, à son origine, était administré par aspersion, et non par immersion. À moins de découvrir des preuves irréfutables que cette façon de baptiser a été changée, nous sommes obligés de considérer que les autres baptêmes de la Bible furent accomplis par aspersion. Mais nulle part la Bible ne parle de tels changements. Au contraire, le Nouveau Testament lie constamment les baptêmes de l'Ancien Testament avec les baptêmes du Nouveau Testament. Le même mot est utilisé tout le long de la Bible. En plus, comme nous avons vu, le passage de Jean 1:31 indique clairement que le baptême d'eau était désigné uniquement pour manifester le Seigneur Jésus à Israël qui accomplissait la loi et les prophètes, et que son utilité cessa avec les pratiques ou ordonnances de la loi (Colossiens 2:14,22-23). L'histoire nous indique clairement que le baptême par immersion est issu de Gomorrhe, des Esséniens et des religions à mystères telles que le Mithraïsme et le culte d'Isis. En d'autres mots, le baptême par immersion est une perversion de la vérité, une contrefaçon insidieuse de son essence réelle. Dans les milieux traditionnels comme chez les Baptistes et les Réformés, la pression de groupe, l'intimidation, et l'influence de la pédanterie académique font leurs ravages parmi les ignorants et les crédules. Ces gens deviennent rapidement les pantins d'une théologie captieuse dite orthodoxe planifiée depuis des siècles afin d'en séduire le plus grand nombre. Tout indique que le christianisme, tel que généralement conçu, est à la dérive depuis si longtemps que les gens considèrent ses déviations comme étant la pure vérité.

Un aspect intéressant et souvent négligé est que l'expiation des péchés par notre Souverain Sacrificateur, le Seigneur Jésus, est considérée comme un baptême dans les traductions classiques de la Bible. Nous lisons dans la Bible Martin, édition 1855, les passages de Matthieu 20:20-23:

  1. Alors la mère des fils de Zébédée vint à lui avec ses fils, se prosternant, et lui demandant une grâce.

  2. Et il lui dit: Que veux-tu? Elle lui dit: Ordonne que mes deux fils, qui sont ici, soient assis l'un à ta main droite, et l'autre à ta gauche dans ton royaume.

  3. Et Jésus répondit, et dit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, et être baptisés du baptême dont je dois être baptisé? Ils lui répondirent: Nous le pouvons.

  4. Et il leur dit: Il est vrai que vous boirez ma coupe, et que vous serez baptisés du baptême dont je serai baptisé: mais d'être assis à ma droite ou à ma gauche, ce n'est pas à moi de le donner; mais il sera donné à ceux à qui cela est destiné par mon Père.

Premièrement, beaucoup dans ces passages ne se trouvent pas dans les versions dénaturées de la Bible, tout simplement à cause que les textes enlevés gênent la position des réprouvés sur l'immersion. Si le mot «baptême» signifie toujours immersion, il y a de sérieux problèmes ici. Voici ce que ces passages diraient dans un tel cas: «Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, et être immergés de l'immersion dont je dois être immergé?». Il n'est pas difficile à voir qu'une telle traduction n'aurait absolument aucun sens et que l'immersion ne détient aucune validité scripturaire. Ce sont bien ici les termes «baptizo» et «baptisma» qui se trouvent dans le Grec de ces passages. Considérant que ces mots signifient aussi «laver» qui détient les synonymes de «blanchir, d'expier, d'innocenter», et que le mot source de «bapto» est un mot composé de «ba-apto» qui signifie proprement «prendre une charge, être engagé d'en haut» et qui porte le sens d'être «introduit en, assimilé à», nous obtenons l'enseignement précis de notre Souverain Sacrificateur, le Seigneur Jésus, qui a expié les péchés de ses élus, les blanchissants de toute culpabilité, les rendant ainsi innocents de toutes charges, étant engagé dans le Saint-Esprit qui vient habiter en eux. Voici ce qu'une traduction précise du Grec nous donne: «Alors la mère des fils de Zébédée s'approcha de lui avec ses fils, et l'adora en lui faisant une requête. Et il lui dit: Que veux-tu? Elle lui dit: Ordonne que mes deux fils, qui sont ici, soient assis l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, dans ton royaume. Mais Jésus, répondant, leur dit: vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être introduits dans l'engagement que je dois expier? Ils lui dirent: Nous le pouvons. Et il leur dit: Il est vrai que vous boirez ma coupe, et que vous serez introduits dans l'engagement que je dois expier; mais d'être assis à ma droite et à ma gauche, ce n'est pas à moi à l'accorder; cela ne sera donné qu'à ceux à qui mon Père l'a destiné.» (Matthieu 20:20-23; Bible de Machaira 2016).


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés