Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
787 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1541Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Le salut pour les Élus seuls-7


septembre 20, 2017 par GoDieu

 

Fausse repentance pour un faux salut

Dans la théologie putride des évangéliques, ce qui inclue toutes les sectes du christianisme contrefait moderne, la repentance est une condition essentielle pour recevoir le don du Saint Esprit. D'après eux sans repentance le salut est impossible. Comprenons que dans cette théologie fétide, la repentance est une faculté de la volonté humaine à changer d'avis pour choisir une nouvelle direction. Aucun évangélique ne dénierait ce point sauf de désavouer que leur théologie est fétide. Mais on rencontre de sérieux problèmes avec cette notion qu'on ne peut considérer autrement qu'abominable pour les raisons suivantes:

  1. Le cœur de l'homme est tortueux par dessus toutes choses, c'est-à-dire que sa nature humaine est entièrement corrompue et n'est aucunement digne de confiance, sa volonté est esclave de la chair et du péché et elle ne peut choisir par elle-même de faire le bien et de se tourner vers Dieu, elle est spirituellement morte et un mort ne peut choisir de se repentir. Tout ce qu'il peut faire est de demeurer immobile et de dégager une odeur déplaisante, car telle est l'odeur du péché.

  2. La Bible enseigne clairement que nous sommes sauvés par la grâce et non par la repentance, autrement on mettrait le chariot avant les bœufs et on renverserait la signification du salut, ce qu'ils ne se gênent pas de faire à leur propre perte. La grâce du salut est inconditionnelle envers les élus, autrement elle ne serait plus une grâce mais un salaire mérité et le salut serait par les œuvres.

  3. La vraie repentance, selon les Écritures, n'est pas de l'homme mais de Dieu, ce qui veut dire que les évangéliques sont des menteurs et des imposteurs qui déforment la révélation de la vérité: «Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez fait mourir, en le pendant au bois. Dieu l'a élevé à sa droite, comme le Prince et Sauveur, afin de donner à Israël la repentance et la rémission des péchés.» (Actes 5:30-31) — La Parole de Dieu est claire sur ce sujet, c'est Jésus qui donne la repentance, elle ne vient pas de l'homme ni d'aucune capacité de sa volonté, elle est uniquement de Dieu. «Alors, ayant entendu ces choses, ils s'apaisèrent et glorifièrent Dieu, en disant: Dieu a donc aussi donné aux Gentils la repentance, afin qu'ils aient la vie.» (Actes 11:18) — Le témoignage de la vérité est attesté par un deuxième témoin, c'est Dieu qui donne aux Gentils, les non Juifs, la repentance, elle ne vient pas de l'homme car son cœur est corrompu. Si «la repentance est envers Dieu» comme le déclare Actes 20:21 c'est qu'elle vient de Dieu et se dirige toujours vers lui, il ne peux en être autrement car elle est un don de Dieu qu'il accorde à ses élus pour la rémission de leurs péchés. En aucune façon est-elle le don de l'homme à Dieu pour justifier son prétendu «choix de croire» avec lequel il dérobe Dieu de sa gloire. «Car la tristesse qui est selon Dieu, produit une repentance à salut, et dont on ne se repent jamais; au lieu que la tristesse du monde produit la mort.» (2 Corinthiens 7:10).

Un troisième témoin s'ajoute pour déclarer que Dieu est celui qui donne une tristesse d'esprit par laquelle il produit la repentance dans le cœur d'une personne pour le salut de son âme. Une telle efficacité merveilleuse ne provient pas du cœur tortueux de l'homme ni de sa volonté dépravée, car tout ce qui vient de l'homme produit la mort. En d'autres mots, la repentance chez les évangéliques et toutes les sectes dites chrétiennes comme chez les baptistes, les pentecôtistes et les charismatiques est une fausse repentance qui produit la mort et assure leur perdition. Ajoutons que 2 Timothée 2:25 dit clairement que c'est «Dieu qui donne la repentance et qui fait connaître la vérité», cela ne viens pas de la volonté de l'homme pour qui la repentance ne serait qu'une faculté intellectuelle et émotionnelle par laquelle il peut parvenir à la connaissance de la vérité. Puisque la repentance est un don de Dieu, il est évident que son Saint Esprit doit être présent dans la personne pour la produire ou l'engendrer, c'est-à-dire que la repentance vient après la réception du Saint Esprit et non avant comme l'enseigne le christianisme contrefait moderne. La repentance fait partie des mérites du sacrifice de la croix qui nous sont attribués gratuitement par la puissance du Saint Esprit avec la foi, l'espérance, et l'amour de Dieu qui est un renoncement ou résignation. La vérité des évangéliques est donc exposée comme une duplicité subtile et raffinée qui pourrait séduire les élus si cela serait possible, mais ceux qui tombent sous son charme sont plutôt les réprouvés destinés à la perdition éternelle. Leur Saint Nébuleux n'a aucune puissance sur les vrais enfants de Dieu car ils sont gardés et protégés par la Sainte Présence de Christ qui est Dieu au-dessus de toutes choses, et aucun des siens ne sera perdu.

Or il est capital de comprendre dès le début que la repentance n'est pas une œuvre que nous faisons pour gagner le salut. Mais les Évangéliques disent qu'une personne «doit faire œuvre de repentance», que celle-ci est «une résolution, un sentiment, un désir, une décision personnelle qui implique notre responsabilité», en d'autres mots, pour les Évangéliques, il est clair et hors de tout doute que «la repentance est une contribution du croyant à son salut», et cela est indéniable dans ce que nous avons vu de leur position dans laquelle l'homme demeure maître de son destin par son action de choisir. Dieu serait donc impuissant, il serait incapable d'agir dans le cœur de l'homme et de le sauver sans cette noble contribution à son salut. Selon cette position des Évangéliques, l'homme serait donc le maître de Dieu et non Dieu le Maître de l'homme, puisque l'homme est celui qui décide de croire et de se repentir afin de revenir à la vie ou «naître de nouveau». Si vous croyez cela, nous vous suggérons de vous rendre dans un salon funéraire, de vous asseoir devant un cadavre et d'attendre qu'il dise: «Je me repens et je crois», et alors vous serez justifié de votre position insensée.

Ah ces nobles aspirations de la dignité humaine qui abaissent Dieu dans la poussière de notre humilité et le rendent esclave de nos moindres désirs, sûrement le ciel se réjouit de voir que nous sommes responsables de nos actions en prenant toujours les bonnes décisions face à notre salut, car sans nous Dieu demeure totalement impuissant. Celui qui a créé les cieux et la terre et qui a tissé notre corps dans le sein de notre mère, ne peut rien faire sans notre permission. Ah que l'homme est grand et tout-puissant, que tous ses efforts soient loués dans la majesté de sa dignité, car il est le maître de son destin et rien, absolument rien ne peut contrarié son libre-choix honorable, Dieu même doit plier le genoux devant sa gloire et admettre sa défaite car l'homme est devenu souverain sur la vie et sur la mort, «il est devenu comme l'un de nous», dit Dieu (Genèse 3:22).

Nous espérons que vous êtes assez intelligent pour reconnaître le sarcasme dans ce que nous venons de dire, car aucun christien authentique ne penserait de la sorte, nous utilisons cette forme d'expression seulement pour faire un point afin de démontrer la stupidité d'une telle position. Or contrairement à ce que disent les Évangéliques, personne ne peut se repentir et venir à Dieu par ses propres efforts ou désirs de venir, personne n'a la capacité de se repentir, et personne ne peut choisir de croire. La Bible nous dits clairement que nous avons tous péché et que «le salaire du péché c'est la mort» (Romains 6:23), ce qui veut dire qu'avant d'être donné la grâce du salut, nous sommes tous morts spirituellement comme l'affirme l'apôtre Paul: «vous étiez morts dans vos offenses et dans vos péchés» (Éphésiens 2:1), mais Dieu «nous a rendus à la vie ensemble en Christ» (Éphésiens 2:5). La mort spirituelle tout comme la mort physique et éternelle est le lot de tous les êtres humains. À cause du péché qui est sur tous les hommes, nous naissons dans la mort et nous allons tous vers la mort éternelle. Ces choses ne sont pas difficile à comprendre, du moins pour ceux qui ont vraiment l'Esprit de Christ.

Il est simple de comprendre qu'un mort ne peut rien faire, sauf sentir la corruption, il n'a aucune puissance, il n'a pas la capacité d'agir et encore moins de croire et de se repentir. On a qu'à se donner la peine de regarder la mort et la résurrection de Lazare (Jean 11:1-44) pour en comprendre toutes les implications. Il était mort depuis quatre jours, son corps était déjà en décomposition, il est évident qu'il n'avait pas la capacité de croire et de se repentir, ni pouvait-il se lever et aller vers Christ. Il a fallu un miracle, il a fallu qu'il soit recréé, il a fallu que Christ l'appel d'entre les morts et cet appel était irrésistible, elle était la vie même. Lazare ne put faire autrement que de revenir à la vie et aller au devant de Christ, car Christ est la Vie, il est le Créateur, le Dieu Tout-Puissant, et aucun des élus ne peut résister à son appel, ni le voudrait-il, cela est entièrement impossible. La créature peut-elle dire au Créateur qu'elle ne veut pas être créée, peut-elle lui dire qu'elle préfère se créer toute seule ou encore contribuer à sa propre création? Évidemment que non! Les Évangéliques ont beaucoup à apprendre de cet exemple merveilleux sur Lazare qui nous est donné dans les Saintes-Écritures. Puisque la Bible est l'autorité suprême en tout ce qui concerne la foi du chrétien (Romains 10:17), du moins pour le chrétien authentique, il faut sérieusement se demander où les Évangéliques prennent la notion insensée qu'ils ont la capacité de croire et de se repentir et de contribuer ainsi à leur salut, lorsque la Bible dit que nous sommes tous morts à cause du péché qui est en nous depuis la chute en Éden? Auraient-ils une Bible que nous ne connaissons pas, un texte secret et caché connu seulement d'eux? Nous en doutons fortement. Quelle est donc cette obsession pathologique avec eux de toujours vouloir refuser de reconnaître la souveraineté totale de Dieu dans le salut et la sanctification?

On ne peut que vomir cette abomination lorsque nous réalisons que ce sont de tels gens qui proclament l'amour de Dieu et la repentance, aussi il faut nous méfier et avoir du discernement afin de ne pas être séduit par de tels imposteurs, car évidemment ils ne peuvent faire autrement que de tordre le sens des Saintes-Écritures. Aussi étonnant et incompréhensible que cela puisse être à un vrai chrétien, ces gens préfèrent réellement la mort à la vie, les ténèbres à la lumière, la duplicité à la vérité. Même que dans les délires de leurs dérèglements ils voient l'inverse de la réalité et s'imaginent être dans la vérité, triste situation qui contribue à la perte de millions d'âmes. Cherchez à les redresser et vous récolterez les foudres de l'enfer, des flammes de diffamations et des pluies d'invectives. Mieux les laisser rôtir dans leurs indispositions malveillantes que de tenter d'en réchapper un seul, ils récolteront leur salaire en dû temps.

Comme nous avons vu, il faut littéralement un miracle pour qu'un mort revienne à la vie, ce qui veut dire qu'aucun de nous ne peut se lever, croire ou se repentir, il faut absolument que Dieu nous attire à Lui ou selon l'original «que Dieu nous ai choisi d'avance» (Jean 6:44), il faut recevoir l'appel irrésistible de Dieu pour revenir à la vie, autrement nous demeurerions tous dans la mort et porterions la peine de nos péchés éternellement. Il faut revenir à la vie pour croire, un mort ne peut croire pour revenir à la vie, car il est mort et ne peut rien faire. En d'autres mots il faut déjà être née de nouveau pour obtenir la foi et la repentance, et non l'inverse comme se l'imaginent les réprouvés.

Dans Actes 5:31; 11:18; et 2 Timothée 2:24-25, nous voyons que la repentance est quelque chose que Dieu donne — elle est seulement possible par l'effet de Sa Grâce, en fait la repentance fait partie de l'appel irrésistible, elle ne peut en être séparée, en d'autres mots la repentance est l'évidence de la nouvelle naissance, la confirmation d'être régénéré d'en haut par la puissance de Dieu. Elle ne vient pas avant le salut car elle fait partie elle-même du salut par grâce, elle est la phase active de la grâce qui porte nos regards constamment vers la croix afin que nous y reconnaissions Celui seul qui peut nous sauvé, et que nous soyons attribué les mérites de son sacrifice parfait. En d'autres mots, comme nous allons voir plus loin et avec plus de détails, le sujet de la repentance est Christ lui-même et non pas nous, ni nos péchés ni notre foi. Personne ne peut se repentir si ce n'est Dieu qui le fait en nous et pour nous. Tout dans le salut — y compris la repentance et la foi — dépend de Dieu qui nous attire à Lui selon son plan d'élection, nous ouvre les yeux, et change ou convertit nos cœurs car nous n'avons pas la puissance de nous convertir nous-mêmes. La patience de Dieu nous pousse à la repentance (2 Pierre 3:9), tout comme Sa bonté (Romains 2:4).

Un sujet qui peut nous aider davantage à comprendre la repentance est le salut des enfants, sujet sensible et très mal compris par la majorité des gens qui se disent chrétiens. Croyez-vous au fond de votre esprit, que Jésus ait oublié les enfants? Pensez-vous que la Justice Divine soit telle qu'elle oublie le salut des tous petits, de ceux que l'on considère innocents à cause qu'ils n'ont pas connu encore la corruption de la vie? fussent-ils morts avant même d'être nés, ou après avoir vécu seulement que très peu de temps à cause d'une maladie ou d'un accident? Pensez vous que les enfants de parents christiens sont sauvés, ou est-ce que tous les enfants sans exceptions le sont à cause de leur innocence? Que pensez-vous que Jésus voulait dire lorsqu'il serrait les enfants contre son cœur, et qu'il déclarait que pour avoir part à son royaume il fallait être comme eux? Savez-vous vraiment en quoi consiste le salut des enfants? Ces questions sont légitimes et demandent des réponses. Il est tout à fait normal pour des parents sain d'esprit de vouloir tout ce qui est bien pour leurs enfants, incluant le salut de leurs âmes pour ceux qui sont de foi chrétienne. Toutefois un grand nombre de théologiens ce sont penchés sur ces questions à travers l'histoire, mais très peu ont donnés des réponses satisfaisantes et solidement bibliques.

Dès sa conception, l'embryon est un être humain vivant formé par Dieu lui-même dans le sein de sa mère, ce que plusieurs nomment «le miracle de la vie». Ceci est l'évidence que l'avortement est un meurtre. Le roi David s'exprime ainsi sur ce sujet: «Car c'est toi qui as formé mes reins, qui m'as façonné dans le sein de ma mère. Je te loue de ce que j'ai été fait d'une étrange et merveilleuse manière; tes œuvres sont merveilleuses, et mon âme le sait très bien. Mes os ne t'étaient point cachés, lorsque j'étais formé dans le secret, ouvré (fabriqué) comme un tissu dans les lieux bas de la terre. Tes yeux m'ont vu, lorsque j'étais comme une masse informe, et sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m'étaient réservés, quand aucun d'eux n'existait. Que tes pensées me sont précieuses, ô Dieu, et combien le nombre en est grand!» (Psaumes 139:13-17; Bible Ostervald 1996) Cette belle description, presque poétique de la prédestination et de la création d'un être humain dans le sein d'une femme, peut facilement nous faire oublier que David avait dit aussi auparavant: «Voilà, j'ai été formé dans l'iniquité, et ma mère m'a conçu dans le péché.» (Psaumes 51:7)

Pouvons-nous dire que nous avons été créés avec le libre-choix, comme le proclament les Évangéliques? Évidemment que non, car David dit: «sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m'étaient réservés». Nous n'avons donc pas le choix de naître, de vivre, et de mourir, tout a été prédestiné d'avance pour chacun de nous. On voudrait nous faire croire qu'une fois devenu responsable, nous avons le libre choix de déterminer notre vie comme bon nous semble. Mais encore là la Parole de Dieu intervient pour nous redresser avec la vérité: «Éternel! je connais que la voie de l'homme ne dépend pas de lui, et qu'il n'est pas au pouvoir de l'homme qui marche, de bien diriger ses pas.» (Jérémie 10:23) La responsabilité de l'homme dans le sens biblique, et non dans le sens évangélique, est de dépendre de la vérité et non d'en être indépendant. La dépendance est le fait d'être sous l'autorité, sous l'influence de quelqu'un, d'être à sa merci, elle signifie être sous la protection d'une autre personne par manque d'autonomie. Avoir la vie c'est être dépendant de Celui qui est Lui-même la Vie, à savoir Jésus-Christ.

Or être autonome signifie exactement le contraire, le terme signifie proprement être indépendant, être souverain, ou encore être maître de nos actions, de nos pensées et de nos paroles. Mais le chrétien réel ne peut faire autrement que d'être dépendant de Dieu, tandis que l'imposteur est indépendant, il se veut souverain et maître de sa vie et de ses décisions. La notion de dépendance est essentielle dans la repentance, elle en est l'essence même et cela est important de le réaliser si nous voulons comprendre vraiment en quoi consiste cette dernière. La dépendance n'est pas une faculté de la volonté humaine, elle ne repose pas sur nos désirs ni nos efforts, elle dépend entièrement d'une force extérieure à nous, d'une autorité qui est au-dessus de nous pour nous supporter et nous diriger, tout comme un père supporte et dirige ses enfants, tout comme un berger soigne et dirige ses brebis.

Maintenant, en ce qui concerne les petits enfants, ils n'ont pas la faculté intellectuelle de faire des choix, et cela pose un sérieux problème à la doctrine des évangéliques pour qui la repentance, la foi, et le salut consiste à exercer un libre-choix ou une décision personnelle, ainsi qu'une obéissance et une persévérance dans l'observation de la loi de Dieu. En poursuivant leur logique insensée, cela voudrait dire que tous les enfants sans exception sont perdu et destiné à l'enfer éternel, car ils ne sont pas responsables et n'ont pas la faculté intellectuelle pour croire afin d'être sauvé. Selon eux et plusieurs autres, la responsabilité est le facteur déterminant dans le salut, c'est-à-dire qu'ils font de la foi et de la repentance des facultés intellectuelles sans lesquelles il serait impossible d'être sauvé.

Heureusement nous savons qu'une telle doctrine n'est pas biblique, malheureusement elle se répand partout dans le monde entier. Ainsi nous voyons les pentecôtistes sur un site Internet apostat qui se nomme «le Top Chrétien» et que l'on peut en toute franchise nommer «le Top Crétin», déclarer:

«Un enfant doit donc passer par la repentance et la conversion pour ensuite obéir aux commandements du Seigneur. Il a une décision personnelle à prendre: accepter Jésus dans son cœur.»

Telle est la doctrine aberrante d'un christianisme contrefait. Demandez à un nourrisson de deux ou trois mois s'il veut «accepter Jésus dans son cœur», et vous allez voir ce qu'il va vous répondre: «Gaga-Googoo», ce qui interprété, selon les experts en linguistique bébéologique charismatique, comme voulant dire «tu as perdu la boule mon pote». Or si la foi est une faculté intellectuelle engendrée de notre responsabilité, comme ils le proclament, cela voudrait dire qu'elle est une aptitude commune de la nature humaine déchue qui est esclave de la chair et du péché (Romains 7:18-25), et non pas un don de Dieu comme les Saintes-Écritures affirment qu'elle l'est (Éphésiens 2:8-9; Philippiens 1:29; Romains 10:17); même que la Bible affirme clairement qu'il faut être destiné à la vie éternelle pour être capable de croire (Actes 13:48), ce qui élimine un grand nombre de gens qui disent avoir la foi.

Clairement, ce qui ressort de tout cela, est que la foi, la repentance, et le salut dépendent entièrement de Dieu et de son décret d'élection, non de l'homme, de ses choix et de ses efforts. Dieu a choisi ou prédestiné ceux qui étaient pour être sauvés en Christ depuis avant la fondation du monde. Cela est le seul point valide et biblique qui répond au salut des enfants comme de tous les élus. Un enfant, qu'il soit encore dans le sein de sa mère, un jeune nourrisson ou un adolescent, est sauvé sur la base de l'élection comme tous ceux qui sont appelés ou attirés à la grâce irrésistiblement. Il n'y a pas de distinction dans la grâce du salut, tous ceux qui sont donnés d'y parvenir le font selon le bon plaisir de Dieu et non à cause qu'ils le veulent, ils n'ont aucun choix dans cela, Dieu est entièrement Souverain et rien ne peut entraver sa volonté (Romains 9:15-16; Jean 1:12-13; Éphésiens 1:4-6). En d'autres mots, si un enfant est choisi de Dieu pour le salut en Jésus-Christ depuis avant la fondation du monde, il sera sauvé car le salut dépend de Dieu et non de l'homme, sinon il sera perdu comme tout le reste qui sont réprouvés. Que nous avons été choisis en Christ avant la fondation du monde est la base de la pré-connaissance de Dieu (Romains 8:29-30), et non pas qu'il savait d'avance qui était pour croire ou non, comme le prétendent les Évangéliques. Le salut n'est pas une dette de Dieu envers l'homme, il ne nous doit rien et n'est pas obligé à nous, le salut est une grâce qu'il accorde gratuitement à quelques-uns qu'il a désigné d'avance, autrement la race humaine aurait été exterminée au complet depuis très longtemps. Si Christ n'aurait pas été prédestiné à mourir sur la croix, et nous en lui, depuis avant la fondation du monde (1 Pierre 1:18-20; Éphésiens 1:5-6), nous aurions cessé tous d'exister.

Considérons maintenant ces paroles du Seigneur Jésus dans les passages suivant: «Alors on lui présenta de petits enfants, afin qu'il les touchât; mais les disciples reprenaient ceux qui les présentaient. Et Jésus ayant vu cela, en fut indigné, et il leur dit: Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez point; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous dis en vérité, que quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point.» (Marc 10:13-15) Pour certains cela signifie que tous les enfants sont sauvés, du fœtus aux nourrissons, incluant les handicapés mentaux. Selon eux ils ne seront pas condamnés, puisqu'ils ne sont nullement responsables de leur état d'être. Mais ce n'est pas cela que le Seigneur Jésus dit, il ne dit aucunement que les enfants seront sauvés, il établit plutôt une règle de comparaison pour nous indiquer qu'il faut être semblable aux petits enfants pour entrer dans le Royaume de Dieu. Qui a-t-il donc de si spécial dans un petit enfant pour que le Seigneur les utilise comme exemple? La réponse est pourtant simple à qui a des yeux pour voir et une intelligence pour comprendre. Nous l'avons déjà mentionné plus haut, ce n'est pas qu'un petit enfant soit innocent qui est le facteur déterminant ici, car personne ne l'est, nous sommes tous nés dans le péché comme le roi David l'a si bien exprimé dans les Psaumes, nous sommes tous héritiers du péché depuis la Chute en Éden et nous en subissons tous les conséquences.

L'importance de l'exemple d'un petit enfant est qu'il est entièrement dépendant de ses parents qui veille sur lui, le protège, le soutienne, le soigne, l'éduque dans la façon de parler, de penser, de se conduire, et s'occupent de tous ses besoins, et c'est cela que le Seigneur Jésus veux nous enseigner car il agit en fonction de Père pour ses enfants. Nous devons dépendre entièrement de lui pour entrer dans le Royaume de Dieu. Il n'y a aucune place dans le Royaume pour l'indépendance et la souveraineté de l'homme, ces choses nous séparent plutôt de la grâce de Dieu. Il nous faut être assujettis au Seigneur pour y pénétrer, il faut être liés à lui par la puissance de sa grâce souveraine, en d'autres mots il faut devenir un avec Lui (Jean 17:21), ou comme l'apôtre Paul dit, «il nous faut être intégrés dans sa mort et sa résurrection afin de devenir une même plante avec lui» (Romains 6:4-5). Une telle union est possible seulement par la puissance de Dieu qui établit les éléments nécessaires pour son accomplissement, aucun être humain n'a la capacité ou la puissance pour l'accomplir, soit par ses désirs, ses efforts ou ses choix, elle dépend entièrement de la grâce de Dieu qui nous est offerte gratuitement dans le sacrifice de Christ.

La question sur le salut des enfants nous amène à réaliser que la dépendance est un des éléments essentiels dans la grâce du salut, sans dépendance il n'y a pas de salut possible car la dépendance repose sur l'autorité suprême du Seigneur Jésus-Christ. Nous voyons ainsi que le salut par grâce est comme une maison spirituelle composée de différents éléments indissociables l'un de l'autre. Nous y trouvons la dépendance, la repentance, et la foi, auxquels vient s'ajouter un quatrième élément à savoir l'assurance ou la sécurité, et ceux-ci forment un tout en Christ. Ces quatre éléments essentiels sont la fondation de la grâce sur laquelle est construite la charpente et les murs de la maison, c'est-à-dire les différents aspects ou doctrines sur lesquels est posé la toiture du salut. Ainsi nous dit l'apôtre Paul: «Car nous sommes ouvriers avec Dieu; vous êtes les laboureurs de Dieu, les constructeurs de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée, j'ai posé le fondement, comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus; mais que chacun prenne garde comment il bâtit dessus. Car personne ne peut poser d'autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ.» (1 Corinthiens 3:9-11).

Il n'y a aucun doute que le mot repentance implique un changement, non un changement dans nos façons d'agir qui serait le résultat ou l'action de nos désirs ou de nos efforts, mais un changement de direction dans lequel nos regards sont portés ou attirés irrésistiblement vers Christ sur la croix par la puissance de l'Esprit de Dieu. Il s'agit littéralement d'une reconsidération divine par rapport à Christ dans notre manière de penser qui nous fait renaître dans une nouvelle vie, une perception que nous ne pouvons plus demeurer indépendant, mais que nous devons dépendre entièrement de Christ pour notre salut. Celle-ci a pour effet d'opérer la grâce qui nous pardonne et nous rachète de tous nos péchés, nous transforme en fils de Dieu et nous accorde la vie éternelle. La puissance de la reconsidération ou repentance n'est pas une faculté humaine mais divine, elle est engendrée par la puissance de Dieu selon son décret d'élection dans lequel nous avons été choisis pour le salut en Christ depuis avant la fondation du monde. Ainsi on a pas à se détourner de nos péchés, ce qui serait un regard égocentrique, mais à se détourner de l'importance qu'on s'accorde à soi-même afin de donner l'importance à Christ, c'est-à-dire de se soumettre, de se résigner, d'abdiquer au Roi des rois qui nous a vaincu sur la croix, et cela se fait par la puissance de l'Esprit de Dieu. En regardant à Christ nos péchés sont lavés dans son sang, ils s'évanouissent et nous recevons la paix et la sécurité de la foi par la Sainte Présence de l'Esprit de Christ qui vient habiter en nous. Quelle grâce, quelle merveille, qu'avons-nous à demander de plus, nous sommes faits participants des mérites de Christ sur la croix qui nous sont attribués par le moyen de la foi, aucun homme ne pourrait espérer mieux, nous sommes donnés la félicité dans une vie éternelle et nous ne périrons jamais.

 

À Christ seul soit la Gloire

 

Source: LeVigilant.com — Jean leDuc


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés