Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
447 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1590Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Les merveilles de la grâce souveraine-5


octobre 16, 2016 par GoDieu

 

Les fausses idées sur la grâce

L'homme est enclin à considérer Dieu selon ses propres pensées, ou selon ce qu'il est lui-même, et à juger de ses actions, selon ses conceptions et ses sentiments limités, et plus encore, pervertis par le péché. L'homme a créé Dieu à sa propre image, selon son imagination. Le Jésus de leur croyance est une contrefaçon, un faux Christ qui se soumet aux caprices de l'homme et qui ne s'impose jamais à leur prétendu libre-arbitre par lequel ils se veulent maîtres de leur destin. Est-il étonnant qu'il arrive par ce chemin aux conclusions et aux affirmations les plus insensées et même les plus pernicieuses? «Considère ce que je dis, et que L'ADMIRABLE te donne l'intelligence en toutes choses.» (2 Timothée 2:7), écrit Paul à Timothée. Si les gens qui se disent chrétiens cesseraient d'écouter leurs pasteurs de pacotilles, ils seraient plus conscients que le Seigneur seul peut éclairer leur entendement, et s'ils méditeraient avec prière et réflexion ce que Dieu leur dit dans sa Parole, combien d'égarements et de douleurs leur seraient épargnés et ils pourraient être en bénédiction à leur entourage! Mais nous vivons dans des temps où l'on abandonne les saines paroles et où l'on détourne les oreilles de la vérité (2 Timothée 1:13; 4:4). C'est pourquoi les exhortations «Mais toi, sois sobre en toutes choses» (2 Timothée 4:5), ou «Mais toi, ô homme de Dieu, fuis ces choses» (1 Timothée 6:11), ou encore: «Toi donc,... fortifie-toi dans la grâce qui est dans le Christ Jésus» (2 Timothée 2:1) résonnent toujours plus sérieusement, avec toujours plus d'insistance à nos oreilles. L'obstacle à la réception du salut surgit quand l'homme religieux prétend apporter sa propre contribution à l'action salvatrice de Dieu, accomplir la loi divine par ses propres forces, au lieu d'avouer son échec radical et, ensuite, s'abandonner avec humilité à la grâce, devant le fait que Jésus a déjà tout accompli pour nous à la croix. C'est là que le Christ a payé tout le prix de nos transgressions de la Loi, en versant son sang qui nous purifie de tout péché, et cela sans condition, même pas la foi car celle-ci nous est données dans les mérites de Christ qui nous sont attribués gratuitement. En d'autres mots, nous ne croyons pas pour être sauvé, nous sommes sauvés pour croire car la foi ou assurance est un don de Dieu. L'Évangile ou message de la grâce souveraine, tient en une seule déclaration solennelle: «Je ne me souviendrai plus de leurs péchés, ni de leurs iniquités.» (Hébreux 10:17). Tel est le sens de la nouvelle alliance par le sang de Jésus-Christ: tous ceux qui sont donnés de croire en lui sont délivrés de toute condamnation, car Christ, notre Substitut, habite en eux comme seul Médiateur entre Dieu et les hommes (1 Timothée 2:5). Plusieurs fausses notions existent par rapport à la grâce, surtout dans la mouvance dite évangéliques et particulièrement dans les sectes pentecôtistes et charismatiques. Nous présentons ici les cinq déviations les plus populaires:

La grâce est la permission de pécher. D'après plusieurs, si Dieu pardonne le péché dans sa grâce, pourquoi s'efforcer de vivre une vie exempte de péché? «Je suis doué pour pécher. Dieu est doué pour pardonner; c'est une harmonie céleste, n'est-ce pas?» Cet état tordu d'esprit courant suppose que le travail de Dieu est de pardonner notre péché. Il est Dieu — c'est ce qu'il fait. Mais dès lors que l'on présuppose la grâce, il ne s'agit plus de la grâce mais d'une contrefaçon. La grâce n'est pas la permission de pécher, c'est la puissance de Dieu qui a vaincu le péché en Christ, victoire qui est assurée à ses élus par sa Sainte Présence en eux. Par la grâce, Dieu pardonne le péché et transforme les pécheurs choisis en saints. La sainteté n'est pas une condition préalable à la grâce, c'est un effet de la grâce qui nous met à part pour hériter la gloire éternelle. La sanctification du pécheur choisi est garantie en Jésus-Christ qui prend soin des siens, elle n'est pas un effort d'obéissance aux commandements comme se l'imaginent les ennemis de la croix, mais une question d'assurance en le sacrifice de Christ en notre faveur. Sans la grâce de la sanctification accomplie dans le sacrifice de Christ il est impossible d'être sauvé: «Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Veillant à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu...» (Hébreux 12:14-15). Le mot «rechercher» ou «dioko» en Grec, n'implique aucun effort de la part de l'homme, il signifie plutôt «aspirer» à la grâce de Dieu en Jésus-Christ et cela est un don de Dieu et non une faculté humaine. La Grâce divine et souveraine nous pousse à assister les hommes intègres, ceux qui sont justifiés, dans cette aspiration, de les encourager à se maintenir en elle par la foi en Christ, car nous poursuivons tous la gloire éternelle par la foi en Jésus-Christ.

La grâce comble les trous. On entend souvent dire: «Fais de ton mieux et Dieu fera le reste.». Selon cette compréhension ignoble, nous faisons le plus gros du travail nous-mêmes, puis Dieu vient nous aider dans les derniers mètres quand on est fatigué. Comme c'est gentil de la part de Dieu de venir finir ce que nous avons commencé. Le problème avec la vision aberrante selon laquelle «la grâce comble les trous», c'est qu'elle est elle-même un abîme de perversion qui sous-estime largement l'étendue du péché. La Bible ne dit pas que nous sommes des personnes qui avons besoin d'aide pour franchir la ligne d'arrivée. Elle dit que nous sommes des cadavres spirituels qui ont besoin de recevoir la vie (Éphésiens 2:1-5). Lorsque l'on aligne cela à l'enseignement biblique selon lequel le péché touche tous les aspects de notre être, alors on saisit que la grâce n'est pas seulement nécessaire pour mettre une couche de vernis sur nos accomplissements moraux; la grâce est le début, le milieu, et la fin de la vie chrétienne. Plus vous serez honnêtes vis-à-vis du péché, alors plus votre cœur se réjouira dans la grâce. Dieu ne vient pas finir ce que nous avons commencé, cette fausse notion est celle de ceux qui veulent demeurer maîtres de leur destin en cherchant à contribuer à leur salut avec des efforts charnels de la nature humaine déchue: choix, obéissance, persévérance, sentiments, etc.. Dans de tels cas il ne s'agit plus du salut par la grâce mais du salut par les œuvres, c'est-à-dire un salut par le choix d'une décision personnelle pour Christ.

La grâce, c'est Dieu qui abandonne ses exigences. La plupart des gens pense que dans l'Ancien Testament Dieu était obsédé par la sainteté et maintenait un standard presque irréaliste pour son peuple. «Obéissez aux règles» était le slogan pour aller au paradis. Mais ensuite dans le Nouveau Testament, Dieu a dû se réveiller du bon côté du nuage et finalement décider d'abaisser ses standards et juste aimer les gens pour pour ce qu'ils sont. C'est cela? Non. La grâce, ce n'est pas Dieu qui abandonne sa loi mais Dieu qui vient comme Fils pour l'accomplir. Jésus a vécu une vie parfaite, en gardant le contrat et en accomplissant la loi là où le peuple de Dieu avait échoué auparavant. Par les effets renouvelants de l'Évangile et la puissance du Saint Esprit, le chrétien peut vivre une nouvelle vie dans la résignation de Christ en notre faveur, car Christ a accomplit les standards saints de la loi de Dieu pour nous et nous devons nous reposer sur ce fait. Nous ne sommes plus sous la loi mais sous la grâce de son accomplissement qui nous délivre de sa condamnation. La grâce ne nous accorde pas la capacité d'obéir à la loi mais d'être délivré du péché qui est la puissance de la loi (1 Corinthiens 15:56).

La grâce ne s'oppose pas à l'effort. Puisque «tout tourne autour de la grâce» alors clairement l'effort n'a rien à faire là-dedans. Mais certains réprouvés disent que «la grâce ne s'oppose pas à l'effort, elle s'oppose au mérite.». Ainsi, selon ces déformateurs et imposteurs, les chrétiens devraient travailler dur, s'efforcer, se donner de la peine, car pour eux nous ne le faisons pas pour la grâce mais à cause de la grâce. Cette hérésie subtile et dangereuse témoigne d'une ignorance grossière et répugnante à propos de la nature humaine déchue et des facultés ou principes fondamentales de l'être humain. Il n'y a aucune différence entre le mot «effort» et celui de «œuvre», ces termes signifient une seule et même chose. Selon le «Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales», faire un effort est une «Mise en œuvre de toutes les capacités d'un être vivant pour vaincre une résistance ou surmonter une difficulté.»; tandis que faire une œuvre est «L'Ensemble d'actions accomplies par quelqu'un en vue d'un certain résultat.». Nous venons de voir les définitions légitimes des mots «effort» et «œuvre», il ne devrait plus avoir de doute sur ce sujet dans l'esprit des gens: un effort est une œuvre et une œuvre est un effort. La Bible dit clairement que l'effort est le contraire de la grâce, comme la loi est le contraire de la foi. Mais de nos jours il existe malheureusement une grande méconnaissance sur ce sujet, et à cause de cela plusieurs sont séduits et marchent dans les voies d'un faux salut. Pour les gens du christianisme contrefait moderne, les règles officielles de grammaire importent peux, ils les déforment à leur gré comme ils déforment la Parole de Dieu afin de justifier leurs aberrations doctrinales. Pour eux la capacité de faire un choix n'est pas regardé comme un effort ou une œuvre, ce qui est entièrement faux car faire un choix est un effort de la volonté et la volonté de l'homme est esclave de la chair et du péché.

Plusieurs aussi s'imaginent que Dieu accorde le libre-choix au pécheur afin qu'il puisse accepter Christ, mais Dieu n'accorde aucun libre-choix à des gens qui sont morts spirituellement. Au contraire, ils doivent être abaissés dans la poussière de l'humilité et être traînés à la croix comme des esclaves rebelles et désobéissants, afin d'être relevés dans une nouvelle vie en Christ et par Christ. La notion du «choix de la foi», de «choisir de croire» ou de prendre une décision personnelle d'accepter Christ comme son Sauveur personnel, est un faux évangile, une déformation diabolique de la vérité. On veut nous faire croire que Dieu aurait créé l'homme avec le libre-arbitre, mais il n'y a aucun passage dans toute la Bible qui affirme cela. Le libre-arbitre ou notion du libre-choix n'est pas biblique, ce n'est qu'un principe philosophique élaboré par des rêveurs pour contrarier les Saintes-Écritures afin de glorifier la dignité humaine qui est hostile à Dieu dans toutes ses voies.

L'homme a été créé comme serviteur (esclave) de Dieu, et dans sa rébellion en Éden il a prit la décision personnelle d'être maître de son destin (le fruit défendu) et Dieu l'a abandonné à son sort, tout comme il l'avait déterminé d'avance dans son décret de réprobation pour manifester sa justice. La décision ou choix personnel provient de Satan, c'est-à-dire de l'esprit de la chair qui est hostile à l'Esprit de Dieu (Romains 8:7; Galates 5:17). La seule façon d'être réellement libre est d'être esclave de Christ, d'être serviteur de la vérité et non de la duplicité. Un grand nombre de prétentieux cherchent à justifier leurs efforts pour contribuer à leur salut en utilisant les passages de Philippiens 2:12-13 comme motivation d'un prétendu amour envers tous: «... travaillez à votre salut avec crainte et tremblement; Car c'est Dieu qui produit en vous et le vouloir et le faire selon son plaisir.» (Bible Ostervald 2008). Pour la grande majorité des gens qui se disent chrétiens, le mot «travailler» est une embûche, il signifie pour eux qu'un chrétien doit faire des efforts pour maintenir son salut autrement il risquerait de le perdre. Cette fausse doctrine est une contradiction totale de l'assurance du salut et une attaque directe au sacrifice de la croix. La vérité est que «c'est Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire», cela ne dépend donc d'aucun effort humain. Le salut ne peut se perdre car il ne dépend pas de ce qu'on fait, mais de ce que Christ a fait pour nous. Aucun n'est maître de son salut, Christ seul est Maître et sa décision d'en sauver quelques-uns parmi les hommes et de les préserver pour la gloire éternelle est irrévocable. Rien de ce que nous faisons dans notre démarche de tous les jours ne peut changer le plan de Dieu à notre égard. La grâce du salut est permanente, immuable et inaltérable. Il importe de mentionner aussi que sans assurance il n'y a pas de salut possible.

Revenons sur le principe de l'amour parmi les sectes évangéliques. Ces gens mettent beaucoup d'emphase sur l'amour de Dieu et l'amour des frères. Mais il s'agit en réalité que d'un amour sentimental qui n'est que de la prostitution spirituelle. L'amour de Dieu n'est pas un sentiment comme chez les hommes, l'amour de Dieu est un sacrifice, un renoncement, une résignation. Par l'assurance, foi, certitude, ou confiance que nous recevons gratuitement dans les mérites du sacrifice de la croix, nous sommes résignés à Christ en vue de l'espérance de la gloire à venir. Étant résigné à Christ nous sommes donc conséquemment résignés aux frères qui partagent la même foi que nous, et nous marchons tous ensemble vers le même but.

La grâce est pour les personnes pieuses. Bien que la plupart du temps cela ne soit pas dit explicitement, beaucoup le croient au fond. Cela résulte de la simple idée fausse que Dieu aime les gens bons au lieu de la simple idée vraie que Dieu rend les gens bons. La Bible n'est pas l'histoire de Dieu qui cherche des hommes bons, mais celle de Dieu qui rachète des hommes pécheurs. Malheureusement, de nos jours, la dévotion à Christ relève plus des émotions fluctuantes que d'un engagement à vie. Cela est encore l'évidence que le christianisme moderne est un christianisme contrefait, c'est-à-dire un Juda, un traître, qui a vendu la vérité pour sa gloire personnelle (2 Thessaloniciens 2:3-12).

Il est commun parmi les sectes dites chrétiennes de déformer la vérité par rapport à la grâce du salut. La notion la plus populaire est que la grâce nous rend capable d'observer la loi, d'obéir aux commandements, dans le but de se sanctifier. Cela est non seulement une fausse doctrine mais une des pires hérésies dans ces nids de vermines insalubres. Commencer par la grâce et terminer par la l'observance de la loi, n'apporte pas la sanctification mais la déchéance car cela remet le croyant sous l'emprise et la condamnation du péché. Il ne s'agit donc plus de la grâce mais d'une disgrâce abominable. Les réprouvés qui enseignent cette notion excrémentielle sont généralement les Adventistes du Septième Jour, mais elle se retrouve aussi dans certains groupes charismatiques de la troisième vague, notamment chez la vipère Michelle d'Astier qui enseigne que la grâce et l'assurance du salut sont des doctrines exécrables, répugnantes, et diaboliques qu'elle nomme «l'hypergrâce». Or le terme «hypergrâce» signifie que la grâce de Dieu est au-dessus de tout, qu'elle est suprême et souveraine; cette réprouvée s'en prend donc consciemment à Dieu Lui-même. Il n'y a aucun doute que ces gens ont déformés la grâce du salut qu'ils ont en aversion. Il y a aussi une secte dite chrétienne qui se nomme «les Anabaptistes de Courtiron», qui se veulent l'Église de Maison par excellence et qui déforme littéralement la Parole de Dieu en déclarant: «La grâce n'est pas la faveur non-méritée. Une telle notion ne se trouve nulle part dans la Bible; cela appartient à des livres qui commencent par «Il était une fois...» ... La grâce est l'obéissance non-méritée.». Or la Parole de Dieu ne dit aucunement cela, il n'y a aucun verset dans toute la Bible qui supporte une telle aberration doctrinale. Pour ces gens détraqués, la grâce de Dieu, que nous recevons gratuitement dans les mérites du sacrifice de la croix, est un compte-de-fée, et ils ont l'audace de se dire chrétiens. Ils ont transformé la grâce en obéissance lorsqu'une telle notion est complètement étrange à toute l'histoire du christianisme, aucun n'a jamais avancé une telle absurdité odieuse qui contredit la Parole de Dieu. Un autre réprouvé, un pasteur de pacotilles nommé Christian Becquet, un démon sortit directement de l'abîme infernal, enseigne aussi la perte du salut à des crédules qu'il a séduit. Non satisfait de cela, il s'attaque avec véhémence à la Parole de Dieu qu'il déforme honteusement. Cet énergumène est tellement mentalement détraqué, que dans ses délires psychotiques il se dit le pasteur de millions de personnes. Voila un orgueilleux à l'extrême qui recherche la gloire personnelle, c'est juste s'il ne se dit pas Dieu lui-même. Ces gens ne sont que des exemples parmi tant d'autres, tellement nombreux que nous ne pouvons plus les compter. L'apostasie est vraiment à son comble, le jugement dernier est à la porte et ces disciples de Satan récolteront le salaire qui leur est dû.


Marque de commerce © 1999-2020 GoDieu.com - Tous droits réservés