Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
152 invités

Partager

share

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13512Membres
1286Messages
29Commentaires
1664Lectures
3944538Lectures globales
15466Clics
63Réf. externes
161Réf. internes
20Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Bible Drupal

Publicité point liée à GoDieu.com

Les ruses de Satan-06


septembre 3, 2011 par GoDieu


26. GNOMES ET DÉMONS DES CHAMPS

Dans mes tournées de conférences, je pus souvent jeter un coup d'œil sur la vie et les actions des peuples et tribus primitifs. Il y a quelques années que je donnai vingt-neuf conférences dans l'école biblique de la mission suisse parmi les indiens à Pucallpa (Pérou). Les missionnaires me conduisirent vers les différentes tribus.

Exemple 100.

Un chrétien vraiment croyant me raconta, à l'aide d'un traducteur, parmi les indiens Piro, qu'il avait rencontré un petit nain qui ne mesurait que cinquante ou soixante centimètres. Il était en train de chasser et il allait justement tuer un sanglier. Alors ce petit homme marcha vers lui. Il pensa alors que cela pourrait être un nain semblable aux pygmées d'Afrique du sud. Mais dans l'Amazone, il n'y a pas de tels nains. Ce petit bonhomme lui interdit de tuer le sanglier. Le chasseur le repoussa du bras. Mais alors le petit homme manifesta une force inouïe et jeta le chasseur à terre, de sorte qu'il resta étendu et inconscient pendant trois jours. Des hommes de son village le cherchèrent et ne le découvrirent qu'après trois jours. De tels événements ont fait croire aux Piros que ces petits êtres sont une sorte de démons des champs. Les missionnaires considèrent que cela fait partie de leur croyance païenne. Mais dans le cas présent l'homme qui vécut la chose était un chrétien de bonne foi. Il est évident que même des chrétiens, parmi les tribus primitives, peuvent être pris dans leurs anciennes intuitions païennes. Pourtant, il n'est pas permis de repousser un tel événement comme étant simplement un motif de légende.

En Afrique, un missionnaire me conduisit à la tribu des Xhosas. Au sein de cette tribu règne aussi l'opinion qu'il existe des gnomes et des démons des champs. Ces gnomes se montrent souvent aux enfants et jouent même avec eux. Au moment où un adulte s'approche, les gnomes disparaissent. Naturellement, on pourrait considérer comme l'effet d'une disposition eidétique cet incident. Par eidétique nous comprenons la projection extérieure de nos représentations ou de nos fantaisies, de sorte que le produit de notre propre fantaisie peut être vu optiquement. Les enfants en dessous de quatorze ans, avant tout ceux des tribus primitives, ont généralement cette disposition eidétique.

Sur les champs missionnaires, on m'a souvent communiqué de telles histoires et de telles expériences. Tout autre est la situation quand peut-être on nous présente de telles choses parmi les peuples hautement civilisés. J'ai souvent voyagé en Scandinavie, soit tous les pays scandinaves jusqu'au cap nord. Avant tout, il y a beaucoup d'histoires, au nord de la Suède, au sujet des lutins familiers, des gnomes, des démons des champs et d'autres êtres fabuleux remarquables. En Suède du nord, quelques noms de telles figures de nains me sont connus. Il y a là des gnomes, des Noecks, et avant tout des Tomters auxquels on croit généralement en Suède. Beaucoup de gnomes sont prêts à jouer de mauvais tours. Les petits lutins sont considérés comme esprits serviables. Mais quand on veut avoir leur aide, il faut s'adresser au plus élevé, à Satan lui-même. Mais cela coûterait le salut. Cette représentation correspond à la représentation de la Bible, selon laquelle ces esprits des champs ont une origine démoniaque. Je pourrais faire une autre observation, et c'est que ces lutins, gnomes, de même que tous ces petits êtres apparaissent surtout à des humains qui ont des dispositions médiates. C'est là aussi une confirmation indirecte que ces petits êtres fabuleux ne sont pas neutres éthiquement mais qu'ils représentent des esprits des champs ou des démons des champs, dont la Bible parle aussi. Je pourrais peut-être donner un exemple démontrant deux problèmes.

Exemple 101.

L'écrivaine Helga Braconnier vit souvent des accidents à l'avance. Elle avait des dispositions médiates. À une station de pilotage de la mer du nord, elle vit le naufrage d'un navire à l'avance. Elle en avertit le pilote qui se moqua d'elle. Le jour suivant une vieille Suédoise arriva chez l'écrivaine et déclara que du mauvais temps s'approchait car les Tomters, qui demeurent sur les écueils, se sauvaient vers l'intérieur. Ceci signifie toujours de la tempête. Le soir, le mauvais temps se déchaîna. Un bateau envoya des signaux de détresse. Le pilote, qui s'était moqué de celle qui avait donné le cri d'alarme, dut appareiller le bateau de sauvetage. Le bateau fut jeté sur des écueils et il eut plusieurs morts. Le pressentiment et la déclaration de la vieille femme étaient corrects.

On pourrait écrire un livre sur ces petits êtres nains. Mais ce n'est pas ma tâche.

Il est vrai qu'on trouve aussi en Suisse des hommes qui se sont occupés du problème des esprits de la nature. C'est ce qu'a fait Georges Sulzer, l'ancien président de la cour de cassation à Zürich, qui a écrit et a identifié quatre genres d'esprits de la nature: les gnomes, les nymphes, les sylphes ou elfes et les nixes ou sirènes, appelées aussi ondines. Cet auteur aussi écrit que ces petits êtres nains mesurent de soixante à quatre-vingt centimètres. Pour des services, ils seraient très reconnaissants mais pour des insultes ils réagiraient avec un mauvais tour et des actes de vengeance.

Arthur Conan Doyle, auteur de Sherlock Holmes, était spirite. Il donna des rapports sur les esprits de la nature et sur les personnes qui les ont vus. Conan Doyle possède aussi des négatifs de photos avec des prises de vue d'esprits de la nature. Le témoignage d'un démon des champs est instructif. Il dit: «Nous les démons sommes apostats après la guerre contre Dieu et appartenons à une création précédente. Nous n'avons aucune espérance. Notre activité à l'égard des hommes consiste à leur dire des mensonges et à les conduire dans l'erreur. Au commencement nous étions très élevés spirituellement mais maintenant nous sommes par notre faute et notre chute considérablement abrutis».

Que dit la Bible sur le thème des lutins, des esprits de la nature, des esprits des champs, des démons des champs? Ésaïe 34:14 dit: «Les animaux du désert y rencontreront les chiens sauvages, et les boucs s'y appelleront les uns les autres; là, le spectre de la nuit aura sa demeure, et trouvera son lieu de repos».

Dans l'hébreu se sont les Zihim et Ohim.

Après la Bible, nous jetons encore un rapide regard sur l'histoire de l'Église. Demandons donc à Martin Luther, le réformateur des Allemands, ce qu'il pensaient des lutins. Dans ses discours de table il dit une fois: «Le lutin faisait du bruit quand j'était au lit. Mais je ne m'en inquiétais pas. Alors que j'étais déjà un peu endormi, il fit un tel bruit dans les escaliers qu'il semblait qu'on jetait un tonneau en bas. Je me levai, me rendis vers l'escalier et je criai: Si c'est toi, qu'il en soit ainsi. Ensuite je me recommandai au Seigneur, duquel il est écrit: Tu as tout mis sous ses pieds, et ensuite je retournai au lit. C'est le meilleur moyen de le chasser: le mépriser et invoquer Christ. Cela, il ne peut le supporter». Une autre fois, Luther aurait même jeté son encrier contre le diable.

Contre toutes ces forces des ténèbres le message de l'apôtre Paul a de la valeur pour nous. Pensons peut-être à Colossiens 2:15. Dans une traduction libre il est dit: «Il a dépouillé les dominations et les autorités, et il les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix».


27. GUÉRISONS SPIRITES

C'est en majorité le spiritisme camouflé religieusement qui se montre dans le domaine des guérisons. Il y a aussi de soi-disant guérisseurs par la foi qui travaillent, non pas dans la puissance du Saint-Esprit mais avec un spiritisme religieux ou avec la magie blanche.

Les États-Unis avaient un guérisseur spirite connu en Edgar Cayce, lequel donnait ses diagnostics dans une transe, de même que ses impulsions de guérison.

L'Angleterre a maintenant une organisation de guérison très étendue. Le président est Harry Edwards, lequel réunit environ deux mille guérisseurs spirites dans son organisation. Il se vante du fait qu'il a de cent vingt à deux cents prêtres anglicans comme clients. Son livre Spiritual healings (guérisons spirites) est traduit en plusieurs langues.

On se ferait erreur en qualifiant simplement ces méthodes de tromperie. Des résultats de guérisons sont effectivement atteints. Mais à quel prix? Depuis quelques dizaines d'années, j'observe les effets négatifs lourds de telles guérisons sur la vie de l'âme et la vie de la foi.

Le caractère spirite de l'activité d'Edwards devient clair par sa déclaration: «Quand mes anges ne sont pas ici, je ne puis guérir». Ici, un parallèle intéressant de l'activité de guérison de William Branham devient visible. Il dit une fois, il y a des années, à son interprète, le pasteur Ruff: «Quand mon ange ne donne pas le signe, je ne puis guérir». Comme Ruff observa plusieurs fois des choses spirites au service de Branham, il l'abandonna. Ces «anges» ainsi nommés d'Edwards et de Branham sont de mauvais esprits sous l'aspect de la lumière. Nous nous trouvons en face, ici comme dans beaucoup d'autres domaines occultes, du fait que le diable paraît comme ange de lumière (2 Corinthiens 11:14).

Une preuve inverse est le fait qu'Edwards, aussi bien que Branham, ne pouvaient guérir quand des hommes nés de nouveau se tenaient devant eux, lesquels s'étaient recommandés à la protection de Jésus. Chez Branham j'en ai moi-même fait l'expérience. Lorsqu'il parla à Karlsruhe et à Lausanne, il se trouvait parmi ses auditeurs des chrétiens vraiment croyants, — j'appartiens aussi à leur nombre —, qui prièrent de la manière suivante: «Seigneur, si cet homme possède ces forces de ta part, alors bénis-le et emploie-le, mais si ces dons de guérison ne viennent pas de toi, alors empêche-le». Qu'est-il arrivé? Dans les deux cas Branham déclara sur la tribune: «Il y a des forces perturbatrices ici, je ne puis rien faire».

Cet événement me fut aussi souvent révélé dans les conversations de confession. Le Dr. Trampler, à Münich, était aussi un guérisseur spirite. Deux femmes croyantes étaient assises et priaient pendant ses consultations. Toutes les deux se firent dire: «Avec vous, je ne puis rien faire. Retournez chez vous».

Un exemple encore plus fort fut donné une fois par le guérisseur spirite Seiler d'Ottenheim près de Lahr. Pendant qu'une femme croyante de Freiburg priait dans la salle d'attente, le guérisseur vint subitement, et en colère, hors de son bureau et il cria: «Fais que tu disparaisses, vieille vache, toi je ne peux pas t'aider».

Il est naturel que les chrétiens, qui connaissent à l'avance le caractère spirite de ces hommes des ténèbres, n'aillent en aucun cas visiter leur bureau. Dans de tels cas, le Seigneur n'aide pas. Un domaine encore plus troublant de guérison sera décrit dans le prochain chapitre.


28. HALLOWEEN

L'article qui suit va sans doute bouleverser certaines personnes religieuses. L'Église catholique en Europe observe la Fête de la Toussaint chaque année le premier novembre. Des personnes pieuses apportent des fleurs et les placent sur les tombes de leurs anciens parents et amis. À certains endroits ils mettent des chandelles allumées dans leur fenêtres la veille du premier novembre pour «aider les âmes perdues à trouver leur chemin», comme ils le disent d'une manière si charmante.

Le même Festival est célébré aux États-Unis mais d'une manière différente. Hallowe'en est plus comme un carnaval européen que comme un acte de souvenir. Les Américains ont des soirées de Hallowe'en vêtus de déguisement, avec des masques, et avec beaucoup d'alcool. Un petit exemple servira d'illustration pour montrer combien sérieusement ils prennent la chose.

Exemple 102.

Je donnais une série de réunions d'évangélisation dans une église de l'état de Milwaulkee. Le pasteur de l'église avait invité un collègue. L'autre pasteur refusa l'invitation. Il avait été invité à une soirée de Hallowe'en. La soirée avec déguisement était plus importante pour lui que l'Évangile.

Le jour de la Toussaint et Hallowe'en eurent leur origine dans un festival païen. Avant les jours du christianisme, les druides en Angleterre (prêtres d'une race celtique) avaient l'idée que les gens avaient besoin d'être purifiés après leur mort. L'âme du défunt était transférée magiquement dans le corps d'un animal. Pendant la nuit du trente et un octobre, les âmes enchantées étaient libérées par le dieu druide, Samhain, et conduites ensemble au ciel druide.

Ce festival druide était toujours accompagné de sacrifices d'animaux et parfois d'êtres humains, et ils étaient liés à toute sorte de magie.

Malgré la venue du christianisme, le festival païen continua d'être observé en Angleterre jusqu'au sixième siècle. Grégoire-le-Grand (A.D. 540-604) conseilla à l'archevêque de Cantorbury de maintenir les sacrifices qui jusqu'alors étaient druides et de les célébrer en l'honneur des saints chrétiens.

Ceci est un exemple de la politique catholique d'assimilation et elle a des parallèles dans beaucoup de champs de mission. Pendant l'été de 1975, je visitais une église catholique à Bogota, Colombie, où je fus abasourdi de trouver des masques de dieux indiens sur les murs. Le guide expliqua que les espagnols avaient employé ces dieux indiens pour attirer les Incas dans l'Église chrétienne. À la lumière de l'enseignement de la Bible, il est incroyable que quelqu'un essaie de conduire des gens au Dieu vivant avec l'aide des démons.

Pour retourner au festival druide, des pionniers anglais introduisirent ces coutumes aux États-Unis. Là, le festival jouit d'une grande popularité parce qu'elle donne au peuple l'occasion d'avoir des vacances.

En Allemagne, l'Association du jour de la Toussaint avec le festival druide a disparu depuis longtemps. Seule la coutume religieuse est restée, et elle est très populaire parmi les catholiques. Aussi longtemps que la décoration des tombes n'est qu'une expression de respect pour les défunts, la coutume peut demeurer. L'autre coutume d'allumer des chandelles pour montrer le chemin aux âmes perdues est de la superstition. Ce qui compte dans l'éternité, c'est si nos vies ont été vécues pour Christ ou non. Il n'y a rien que nous puissions faire pour changer le sort des défunts, quelque près et chers ils puissent être pour nous. Ni dans l'Ancien Testament ni dans le Nouveau il y a un texte quelconque qui nous dise de prier pour les morts. À cet égard, on peut ajouter que les messes pour les morts, qui furent aussi introduites par Grégoire-le-Grand, sont doctrinalement fausses et superstitieuses.


29. HARE KRISHNA

Hare Krishna est une des sectes indiennes qui font des collectes dans le monde occidental. Aux États-Unis, je tombai trois fois sur leurs traces. J'allais mon petit pas le long d'une rue à San Francisco. Alors je remarquai un groupe de jeunes gens. En vêtement couleur safran ils se tenaient ensemble et chantaient un chant de l'orient, les têtes complètement rasées. Seule une petite touffe de cheveux se dressait sur leurs têtes. Ils faisaient une drôle d'impression. Quand un nombre suffisant de personnes fut rassemblé, ils se mirent à collecter. Comme leur conduite et leurs vêtements m'avaient été connus en Asie, je ne leur donnai pas un sou.

Je trouvai leurs traces une seconde fois à Los Angeles. Ce groupe Hare Krishna est si actif qu'il peut, par exemple dans cette métropole de la Californie, collecter environ un million de dollars par an. Où va l'argent, personne ne le sait.

Le chef de ce groupe est Tosan Krishna. Il a vingt-trois ans. Il est en même temps le directeur de l'administration de cette secte. Il prétend que l'argent qui rentre n'est pas employé pour les membres de son église. Il dit sur le but de l'emploi de l'argent: «Notre tâche est de répandre la conscience Krishna, le message Krishna dans le monde entier». Une troisième fois, j'entendis parler du groupe à Manhattan (New York). Ils étaient justement en train d'acheter une maison de club de l'université Columbia pour 2.5 millions de dollars. Cette action aussi montre que la secte est, au point de vue financier, des plus actives et bien pourvue.

Aux États-Unis, cette secte compte environ deux mille membres et il doit y en avoir à peu près autant sur les autres continents.

Mais rendons-nous maintenant en Allemagne. Un journal allemand publia en décembre 1974 un article avec ce titre: «Hare Krishna — le dieu qui encaisse des millions de ses moines».

Ces moines à tête rasée auraient continué en Allemagne aussi leur commerce obscur si l'administration de l'état ne s'était occupée d'eux. D'abord, quelques-uns des chefs furent une fois mis derrière les verrous pour possession illégale d'armes. Ensuite sept cents mille Marks, produit de la mendicité, furent confisqués par l'administration de l'état, à Frankfort. Cet argent de la mendicité n'est pourtant pas ce qui nous inquiète le plus mais bien la séduction spirituelle par ces moines. Les parents sont sans défense. Leurs enfants disparaissent d'habitude à l'étranger, et cela avec de faux papiers. Il y a aujourd'hui une question chez tous les parents chrétiens: Comment protégeons-nous nos enfants contre l'esprit du siècle?

Les jeunes gens se font sucer par les poisons de la drogue et de la musique Rock, du sexe et de l'alcool et ils deviennent les victimes d'un fanatisme religieux. Il n'y a qu'une chose qu'ils ne veulent pas: se livrer à Christ et le suivre. i


30. HYPNOSE

Le mot étranger hypnose vient du mot grec hypnos, le sommeil. Le laïque dit, en parlant de cela, qu'on peut produire par l'hypnose un état de sommeil artificiel. Vu objectivement, il est plus précis de parler d'un état de conscience restreinte.

Le jugement de l'hypnose est très différent au sein des cercles professionnels. Le médecin genevois connu, Dr. Paul Tournier, refusa l'hypnose comme étant une intervention dans la psyché humaine. D'autres médecins, comme par exemple le docteur Lechler, qui fait partie du cercle de mes amis, déclara qu'il se sentait libre d'employer l'hypnose pour le diagnostic mais pas pour la thérapeutique. Ensuite j'ai rencontré beaucoup de médecins qui emploient l'hypnose aussi bien pour la thérapeutique que pour le diagnostic. À Winnipeg, au Canada, j'eus une dispute avec un médecin missionnaire des Baptistes qui déclarait qu'il avait la liberté d'employer l'hypnose sous toutes ses formes. Dans cette chaude discussion, je remarquai que ce médecin missionnaire était lui-même un homme accablé.

Si l'on me demande mon avis, alors je dois reconnaître que j'ai fait tellement d'expériences négatives avec l'hypnose que je la refuse.

Le territoire où j'ai eu mes expériences principales avec le problème de l'hypnose, c'était l'Asie orientale que j'ai parcourue huit fois. Alors que l'hypnose, à l'ouest, commença seulement à se développer avec Anton Mesmer, (1778, mesmérisme, magnétisme animal), l'hypnose, en Asie orientale, était déjà pratiquée depuis des millénaires. J'ai entendu, de la bouche de mes amis en Asie orientale, des choses sur l'auto-hypnose et l'hypnose induite par d'autres que l'on regarderait en occident comme étant peu probable ou même mensonger.

Quant à l'auto-hypnose, j'ai pu faire mes propres observations. J'ai vu des pèlerins, dans des cortèges religieux, qui par une auto-hypnose semblable à une transe, étaient devenus totalement insensibles à la douleur. Ils s'enfonçaient des couteaux ou des tiges de bambous à travers les bras ou à travers des parties du visage sans ressentir de douleur. J'en ai parlé dans un autre chapitre et dans d'autres livres.

Le plus fort exemple de l'auto-hypnose est l'abaissement de l'activité cardiaque chez les Jogis et les Fakirs. Ils se laissent mettre dans un cercueil pendant trois à dix semaines dans un tombeau de pierre. Leurs amis sont informés exactement du moment où ils doivent les faire ressortir. Ensuite l'activité diminuée du cœur reprend ses fonctions normales. Il y a des exemples de cela dans la nature. En Suisse, j'ai lu un article sur le sommeil hivernal des marmottes. Dans l'article il était dit que les marmottes abaissent leur activité cardiaque à un tel point qu'elles n'ont qu'un battement de cœur à la minute. Cela serait aussi un exemple semblable à celui de l'auto-hypnose des magiciens, Yogi et Fakirs de l'extrême orient.

Le fait que dans l'hypnose, en orient, j'ai toujours trouvé, en relation avec la magie, le spiritisme et d'autres courants semblables de demi-jour m'a fortifié dans ma position de refus à l'égard de l'hypnose.

J'ai souvent eu des discussions avec des médecins croyants sur la signification de l'hypnose, surtout dans le monde occidental.

Exemple 103.

Un médecin en Allemagne occidentale par exemple, prétend qu'il peut souvent, en un seul jour, guérir la migraine par un traitement hypnotique. Je ne veux pas donner l'adresse du médecin, autrement ce livre lui enverrait encore des patients.

Une conversation très fructueuse sur l'hypnose me fut accordée avec le médecin en chef du sanatarium Cruz Blanca, Esquel, au sud de l'Argentine. Esquel m'était devenu à plusieurs égards une grande chose vécue. J'eus l'occasion, là, de tenir plusieurs conférences chez les Indiens et aussi au sanatorium. Un rapport plus détaillé se trouve dans le livre déjà nommé: «Jésus sur tous les continents».

Exemple 104.

Et maintenant une expérience hypnotique du Dr. Winther, le médecin en chef déjà mentionné. On lui amena une femme qui souffrait d'un complexe d'araignée. Cette femme torturée voyait nuit et jour des araignées partout dans sa maison. Sur le plancher, sur les parois, sur les couvertures. Et elle en souffrait terriblement. Tout bon encouragement n'avait ni sens ni valeur. Le Dr. Winther l'hypnotisa. Pendant l'hypnose il la persuada: «Quand vous vous réveillerez, vous ne verrez plus d'araignées». Ce traitement réussit. Quand la femme se réveilla, elle respira profondément. Toutes les araignées avaient disparu. Jusque là l'expérience avait réussi. Mais maintenant l'autre côté de la médaille. Le Dr Winther me dit que depuis ce jour-là la femme était devenue une très forte, oui une extrême alcoolique. Elle est débarrassée des araignées mais voilà qu'elle est entièrement tombée sous la puissance de l'alcool. Cette expérience, aussi bien qu'une autre encore, poussèrent le Dr. Winther à renoncer à l'hypnose. Il disait que dans ces deux cas il ne s'agissait que d'un décalage et non pas d'une délivrance.

À refuser complètement sont les expositions dans lesquelles des trucs magiques et des essais d'hypnose sont montrés. Même les professionnels dans le domaine de l'hypnose appellent ces expositions un scandale qui devrait être interdit. Et malgré cela il y a toujours des recteurs qui organisent de tels événements dans les écoles et causent de grands dommages à leurs enfants. Quelques exemples du thème des arrangements scolaires.

Exemple 105.

Une fille, à Tokio, fut hypnotisée par un charlatan pendant une fête d'école. Il ne fut pas capable de la sortir de l'hypnose et de la réveiller. La fille poussait des cris de bête, eut une fièvre très élevée et elle ne put être ramenée à l'état conscient que quelques jours plus tard par des médecins spécialisés.

Exemple 106.

Une femme vint me consulter à la cure d'âme et elle me raconta ce qui suit. Le recteur de l'école avait organisé une soirée récréative. À cette occasion plusieurs trucs furent montrés. L'acteur essaya aussi d'hypnotiser. Chez le fils de mon interlocutrice, âgé de treize ans, l'hypnose réussit. Mais le garçon eut, dès ce jour de forts rêves de peur. Pendant le sommeil il criait souvent: «L'homme noir s'en vient, l'homme noir s'en vient. Débarrassez-moi donc de l'homme noir»! Ces rêves de crainte du garçon durèrent pendant des années. La mère était extrêmement furieuse contre cet acteur. Elle aurait pu l'étrangler de ses propres mains. Le recteur de l'école porte une responsabilité dans cette répercussion négative. On ne doit jamais inviter un acteur à une soirée récréative, s'il pratique aussi l'hypnose.

Exemple 107.

Le prochain exemple montre encore plus clairement la relation entre l'hypnose et les puissances occultes. Je tenais quelques conférences dans une église baptiste de l'état du Maine. Le pasteur de l'église me raconta l'histoire de son fils et il me permit même de donner son adresse si cela était nécessaire. Mais ici, dans ce livre, cela n'est pas nécessaire.

Son fils avait passé par la conversion à l'âge de seize ans, il fut baptisé et il était membre de l'église depuis lors. Le jeune homme fréquentait un collège à environ cent kilomètres de la maison paternelle.

Le recteur du collège avait, à la fin de l'année scolaire, invité aussi un acteur qui entretint les élèves et les professeurs à l'aide de toutes sortes de trucs et de choses artistiques. Entre autre, il se choisit vingt-cinq élèves, qu'il appela sur la plate-forme, afin de les hypnotiser. Il donna une pomme de terre crue et suggéra: tu es un bébé et voici la bouteille de lait que tu prends maintenant. Le jeune but le contenu de la bouteille. À un troisième il dit qu'il avait très chaud, qu'il se trouvait près d'un lac et pouvait se baigner. Le jeune se déshabilla en effet et mis un caleçon de bain. Tous ces tours étaient accompagnés des rires et des applaudissements des spectateurs. Au fils du pasteur il dit: «Tu prends part à une course de chevaux et ton cheval a une chance de gagner. Le jeune se mit à reculer sur sa chaise, comme s'il était assis sur un cheval.

Lorsque la soirée récréative fut terminée l'acteur arrêta l'hypnose. Avec le fils du pasteur cela ne lui réussit pas. Le recteur était en colère. Mais l'acteur s'efforça en vain de ramener le jeune hors de son hypnose. Il n'y avait pas d'autre choix que d'appeler un hôpital. Là, cinq médecins cherchèrent à intervenir auprès du jeune homme. Ils n'y arrivèrent pas. Le père ne fut mis au courant que cinq ou six jours plus tard. Il se rendit de suite en auto à l'hôpital et ramena son fils à la maison. Ensuite il appela le médecin de famille qui arriva aussitôt. Le médecin était fâché et dit que si c'était son propre fils, il citerait le recteur et l'acteur devant les tribunaux. Le pasteur et sa femme prièrent pour leur fils, lequel continuait à être sous l'hypnose. Même la prière à longueur de journée ne servait à rien. Soudain il vint à l'idée du pasteur de commander au nom de Jésus. Il tourna en esprit son regard vers la croix de Jésus à Golgotha et cria: «Au nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, je vous commande, à vous les puissances des ténèbres, de vous retirer». En un clin d'œil, le charme fut rompu. Le jeune homme revint à lui. Et la course à cheval était enfin terminée.

L'événement montre que cet acteur était un homme occulte et qu'il s'agissant d'une hypnose à base occulte. Au fond, c'était un délit criminel. Je répète encore une fois clairement que ce pasteur m'a donné la permission de donner son adresse entière si cela devait être nécessaire.

Naturellement, je sais bien que les spécialistes refusent radicalement cette forme d'hypnose. Cela aussi je l'ai déjà fortement exprimé. Nous distinguons aussi entre une hypnose employée par des médecins spécialistes pour le diagnostic et le traitement et une hypnose à base occulte qui a clairement un caractère occulte. Il ne m'est toutefois pas permis de m'abstenir de dire que je repousse même l'hypnose. Je n'ai pas la liberté d'approuver l'hypnose.

Exemple 108.

Un médecin croyant me rapporta l'incident suivant. Un guérisseur de l'Appenzell montrait dans l'est de la Suisse des expériences hypnotiques. Il pouvait hypnotiser des personnes au point qu'elles devenaient aussi raides que des planches. Le médecin considéra comme étant un devoir à assumer d'arrêter ce désordre. Il pria trois frères croyants. Ils s'assirent dans la salle et prièrent pendant que l'hypnotiseur faisait sa démonstration. Ce soir-là aucune expérience ne réussit. Finalement l'Appenzellois dit: «Il y a des courants contraires ici. J'arrête la représentation. Faites-vous rembourser le prix d'entrée».

Avec cela le médecin et ses amis virent clairement à quelles puissances ils avaient à faire.

Exemple 109.

L'exemple le plus sensationnel, sur le thème de l'hypnose nous vient de Zürich. Il y a plus de quinze ans de cela, j'avais quelques semaines de conférences à donner à Zürich. Durant ce temps-là un hypnotiseur hollandais parut avec une personne servant à ces expériences. Son cobaye s'appelait Minrindajo. Mirindajo est le mot esperanto qui signifie merveilleux. Les deux hommes appartenaient aussi en Hollande à des cercles spirites.

Les représentations étaient très fortement suivies à Zürich. Il s'agissait en l'occurrence d'une sensation unique dont on avait jusque là jamais entendu parler en Suisse. L'hypnotiseur enfonçait un fleuret dans la poitrine de sa victime sur la plate-forme de la salle des conférences. Naturellement, presque chacun pensait à un truc. Dans un cirque on montre parfois aussi des trucs dans lesquels une personne est sciée, ou bien un être humain est mis dans une caisse, et ensuite on enfonce un sabre de tous les côtés par des ouvertures laissées dans la caisse. Il s'agit ici de sabres qui se referment simplement. L'homme qui se trouve dans la caisse n'est pas blessé.

Chez Mirindajo, toutefois, il ne s'agit pas d'un truc. La preuve en fut apportée par le Prof. Dr. Méd. Brunner, à ce moment-là Ordinaire à l'université de Zürich. Les deux Hollandais ont montré cet enfoncement du fleuret environ cinq cents fois dans différents pays.

Lorsqu'ils vinrent à Zürich pour répéter soir après soir cette expérience, les croyants de Zürich furent inquiets. Je sais que de petits cercles de prière se retrouvèrent, lesquels demandèrent à Dieu d'arrêter cet horrible spectacle, parce qu'ils soupçonnaient que derrière cet événement se trouvaient des forces magiques. Qu'arriva-t-il? Au cinq centième essai, Mirindajo mourut. C'était la fin de cet horrible spectacle. On pourrait naturellement faire le reproche aux croyants de Zürich d'être responsables de la mort de cet homme. Je ne partage pas cette opinion. Les croyants ont fait ce qu'ils considéraient comme étant juste. Ils se défendaient contre le fait que dans leur ville on montrait de telles expériences publiquement, lesquelles étaient occultes et même démoniaques.

En complément on peut ajouter que Mirindajo ne souffrait pas quand on lui enfonçait le fleuret dans la poitrine. Quand le fleuret était retiré, les deux plaies ne saignaient pas. Deux heures après elles étaient guéries. Cela correspond exactement aux observations que j'ai pu faire en orient. Toutes ces blessures, que ces pèlerins s'infligent eux-mêmes, ne saignent pas et les blessures guérissent très vite. Et ils ne ressentent pas non plus de douleurs. Ceci montre que l'expérience de Mirindajo correspond exactement aux expériences de l'Asie. Il ne s'agissait ni de truquage ni de tromperie, car les rayons X en avaient révélé la vérité et donné la preuve.

Venant de l'expérience de la cure d'âme, un petit appendice peut être ajouté. On m'a souvent demandé si une personne pouvait être hypnotisée contre sa volonté. L'expérience montre qu'une personne ayant une forte volonté peut résister. Cela est particulièrement vrai lorsqu'une personne croyante se met contre l'hypnose dans la prière. Alors l'hypnotiseur est impuissant.

Si un être humain a été hypnotisé une fois ou deux, alors une nouvelle hypnose est beaucoup plus facile. Un professionnel dans ce domaine (Brennmann) a formulé la chose ainsi: «Personne n'arrive sans sa volonté à l'état d'hypnose. Mais il se peut qu'il ne soit pas conscient de cette intention».

Pour le chrétien il est de rigueur de ne pas employer de tels moyens douteux. Peut-être devons-nous nous souvenir une fois de plus de la Parole du Psaumes 3:9: «Le salut est auprès de l'Éternel».

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2017 GoDieu.com - Tous droits réservés