Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
207 invités

Partager

share

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13467Membres
1270Messages
29Commentaires
2383Lectures
3816269Lectures globales
15498Clics
90Réf. externes
210Réf. internes
33Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Bible Drupal

Publicité point liée à GoDieu.com

Les ruses de Satan-09


septembre 3, 2011 par GoDieu


41. MESSE NOIRE

Tous les cultes de Satan de l'histoire et du présent célèbrent la messe noire. Il y a peu d'exceptions mais il y a , par exemple, les «gens du progrès».

Le sens de la messe noire, c'est de tourner Dieu en ridicule et c'est la diffamation de la Trinité.

Exemple 155.

Il y a quelques années que quelques étudiants en théologie à Münster (Allemagne) causèrent une grosse sensation. Dans une église, ils célébrèrent la messe noire. Sur l'autel se trouvaient des bouteilles de fort alcool. Dans les prières ils remplacèrent le nom de Dieu par celui de Satan. On leur demanda pourquoi, au fond, ils étudiaient la théologie. Leur réponse fut: «pour détruire l'Église».

Exemple 156.

Dans un voyage de conférences à Cornwall (Angleterre) j'entendis un rapport sur les messes noires de ce territoire. Comme autel une femme non vêtue est employée, et les proches abusent d'elle par des perversités. On ne peut pas du tout reproduire ces monstruosités dans un livre. J'ai devant moi la confession d'un académicien qui depuis la pratique de ces monstruosités ne pouvait plus trouver de repos intérieur. Parfois les satanistes entrent par effraction dans les églises et ils volent pour la messe noire les ostensoirs ou ils prennent un crucifix dans leurs fêtes et couvrent le corps de Christ de leurs crotte.

Exemple 157.

Aux États-Unis, les satanistes célèbrent la messe noire avec du sang d'animaux. Des cercles très exclusifs des satanistes mélangent le vin et le pain avec une substance de la femme et de l'homme. En Haïti la grande prêtresse boit du sang d'enfant au festival annuel. Chez les groupes Macumba au Brésil, la même chose se fait lors de la consécration d'une Mac de Santo (mère du culte).

Les pratiquants de la messe noire sont les troupes d'élite de Satan.

Qu'il soit encore une fois communiqué aux sympathisants du signe de la paix que le pape noir, Anton La Vey, à San Francisco, fait monter le signe de la paix sur une grande toile avant de commencer ses fêtes de Satan. Et les innocents chrétiens européens portent le signe de la paix à une chaînette autour du cou ou à la manche de leur veston!


42. MUSIQUE ROCK

«Que pensez-vous de la musique rock?»

On m'a posé cette question déjà bien souvent. J'en suis toujours embarrassé, parce que je ne comprends rien à cette musique. Si par inadvertance il m'arrive de l'entendre, je me sauve, parce que pour moi cette musique représente un vomitif.

Je sais aussi par mes voyages en Afrique et en Amérique du sud que ce genre de musique est employé dans les danses culturelles. Les primitifs se font entrer avec cette musique dans la frénésie et les orgies sexuelles.

Il y a pourtant de la musique qui nous attire vers les hauteurs. Pensons à celle de Johann Sebastian Bach. Il y a aussi de la musique qui détruit tout ce qui est bon et qui nous tire en bas. Il y a de la musique d'inspiration divine ou diabolique.

Mais, comme dit, c'est une opinion subjective. Chacun a le droit de former son propre jugement.

Écoutons une fois un expert dans cette question controversée.

Pendant l'automne de 1971 des semaines de conférences furent tenues dans les états du Maine, de New Hamphire, États-Unis d'Amérique. Les orateurs étaient inter-changés. Les conférenciers désirés se tenaient debout sur la plate-forme. Jack Wyrtzen, sous la chaire duquel cinq mille personnes se pressent parfois, se trouvait parmi eux. Mes propres conférences dans vingt-trois églises furent envoyées à l'avance en rapport avec ces semaines de proclamation ou liées à elles.

À cette occasion, Bob Larsen croisa mon chemin. Il était aussi un des orateurs, probablement le plus jeune de tous et en même temps un des plus désirés. Suivons son chemin.

Exemple 158.

Bob fit sa carrière en passant du joueur de musique rock à l'évangéliste. Il est le professionnel qui peut parler de musique rock.

À l'âge de treize ans Bob avait déjà son propre orchestre. Il devint une étoile juvénile parmi les musiciens du rock. Les stations de radio, qui diffusent de la musique rock, le louèrent constamment. Faveur et argent affluèrent vers le jeune musicien.

Ensuite il y eut soudain un stop. Un soir où il était libre, ce qui arrivait rarement, le jeune homme ne savait que faire de son temps. Un esprit mélancolique, une sorte de cafard moral vint sur lui. Dans cette solitude, le jeune homme non satisfait fut attiré dans une petite église.

Un psychologue dirait: humeur typiquement de la puberté, par laquelle presque chacun passe.

Mais il y avait plus que cela. Bob a des parents croyants qui priaient beaucoup pour le fils prodigue. Pendant le service divin, l'Esprit de Dieu saisit ce jeune homme. La misère entière de sa jeune vie passait devant ses yeux. Culpabilité, péché, manque de paix le serraient de près.

En cette heure-là, il remit sa vie entre les mains de Jésus. Il prit des décisions radicales. Il abandonna son orchestre. L'instrument de son succès, sa guitare électrique, reçut un lieu de repos. Il ne pouvait même pas employer cet instrument pour des chants spirituels. Cela lui semblait hors de place. Il voulait aussi gagner de la distance.

Bob demanda à Dieu dans la prière: «Que faut-il que je fasse maintenant?» Son chemin devint clair. Le prochain arrêt était une étude biblique. Par là, son prochain ordre se cristallisa. Il devint un témoin de Jésus, prédicateur de l'Évangile.

Comme il avait trouvé son chemin de la musique rock à Jésus, il ressentit un appel envers les «mordus» du rock. Les stations de radio étaient encore ouvertes et il employa les portes ouvertes. Sur le pays entier, par la radio, Bob Larsen parla de son changement de la musique rock à Jésus.

Par là il fit une découverte des plus intéressantes, laquelle est aussi un symptôme de notre temps.

Quand Bob Larsen parlait dans les églises on le saisissait. On lui disait:«Tu exagères, on peut aussi adopter la musique rock à l'Évangile».

Bob Larsen déclara: «Non, cette musique a un esprit qui vient de sources troubles et ténébreuses. Elle ne se laisse pas laver pour avoir de la valeur aux yeux du Saint-Esprit».

Quand Bob Larsen parlait aux amateurs du rock, alors il trouvait de l'approbation. Ils lui disaient: «Tu es sur le bon chemin. Continue ainsi. Nous ressentons tous quelque chose de diabolique dans cette musique».

De quelle découverte s'agit-il ici? Où la vérité devrait être, elle est refusée. Où elle n'est pas attendue, on l'accepte.

Ceci ne signifie rien de moins que: un amateur de rock est plus près du royaume de Dieu que bien des anciens d'église. Ceci rappelle le mot de Jésus: «Les publicains et les prostituées vous devancent dans le royaume de Dieu» (Matthieu 21:31).

C'est ainsi qu'un ancien musicien de rock a érigé un témoignage pour les fils et les filles prodigues. Personne n'est trop mauvais pour Jésus. Pour aucun il n'est trop tard. La compassion de Jésus est pour tous ceux qui le cherchent.

Dans la cueillette du matériel pour mes livres, j'ai très souvent fait l'expérience que l'information exacte dont j'avais besoin m'est tombée sous la main. C'est ainsi que je l'ai aussi expérimenté en écrivant ce chapitre. Un frère qui m'est inconnu en Californie me donna dans une lettre des informations excellentes sur la musique rock et il me pria de mettre en valeur par écrit ses informations. Les parties les plus importantes de la lettre sont retransmises ici.

Exemple 159.

La Bible nous dit que dans les derniers jours des hommes s'attacheront à des esprits trompeurs et à des doctrines de démons. Beaucoup de musiciens de rock ont admis qu'ils étaient employés comme porte-parole des démons.

Dans la musique populaire, l'influence satanique est très grande. Les enseignants chrétiens remplis de l'Esprit devraient prendre garde aux textes de la musique rock. Ce ne sont pas d'innocents chants d'amour. Ils ont des interprétations et des camouflages raffinés qui induisent l'auditeur en erreur. Cette musique a induit en erreur une génération toute entière d'adolescents par la passion de la drogue et le mauvais emploi du sexe.

  1. Il suffit de prendre garde aux paroles des chants pour en connaître le caractère. Je ne donne que les titres de telles chansons en vogue.

    • Nous tombons dans un cercle de feu.

    • Nous faisons un pacte avec le diable.

    • Des hommes au visage souriant cachant le mal qui habite en eux.

    • En 1968, je perdis mon âme.

    • Appelle-moi, et je serai là pour accomplir ton désir.

    • Nous pratiquons la sorcellerie et vendons notre âme.

    • Jésus va nous faire souffrir quand son temps sera venu.

    • Les Beatles sont plus populaires que Jésus.

    • La chrétienté finira dans les ténèbres.

    • Nous travaillons pour un monde dans lequel il n'y a pas de religion.

    • Le serpent noir vit dans la sombre caverne.

    • Nous sommes nos propres sauveteurs.

    • Des sorcières dans la forêt.

    • Nous venons d'en bas.

    • Le ciel est un lieu où personne ne veut aller.

    • Les enfants se poursuivent la nuit, pendant que les parents dorment.

    Ce sont là des titres et des thèmes dont le caractère est patent. L'inspiration qui est derrière eux n'a pas besoin d'explication.

  2. Une autre caractéristique de la musique rock est l'emploi de mot de codes qui sont incompréhensibles aux non initiés. Un tel mot répété mille fois est PLUIE. Dans leurs chants ils la craignent. Ils ont peur de couler en elle. Ils veulent l'arrêter. Seuls les musiciens du rock comprennent ce que cela signifie.

    Une autre clé de code est le mot arc-en-ciel. Ils chantent: «Celui qui persévère jusqu'à la fin fait l'expérience de l'arc-en-ciel. Non seulement ils chantent à ce sujet mais les Hippies peignent sur des milliers de placards l'arc-en-ciel. Certaines grandes communautés de passionnés de la drogue et de satanistes s'appellent «Familles de l'arc-en-ciel». Oui, une commune communiste, dans le Wisconsin s'appelle le «Trone-arc-en-ciel».

    Derrière ces mots codifiés se cache une philosophie rock. Ils chantent aussi au sujet du soleil. Ils crient: Prends garde à lui. Il te brûle les yeux. Il découvre ton être.

  3. Une troisième caractéristique de la musique rock est la connaissance de faits bibliques et leur reconnaissance ou leur fausse interprétation, pour dire le contraire.

    C'est ainsi qu'ils chantent au sujet du grand abîme, de l'océan, du canon entre le ciel et l'enfer (Luc 16:25). Beaucoup de leurs chants parlent de l'espérance de faire un jour un pont par-dessus le grand abîme.

    Beaucoup de chants parlent aussi de la crainte d'arriver une fois aux souffrances de l'enfer et d'y brûler (Matthieu 13:40), quand la «pluie» n'arrête pas.

    Ils suivent le père du mensonge quand ils nient dans leur chanson en vogue la Divinité de Jésus. Ils demandent: Jésus-Christ, Superstar, es-tu vraiment celui qu'ils disent que tu es? Le résultat de cette lourde attaque est la destruction de la foi dans des millions de jeunes hommes.

    Bob Dylan, qui comme musicien de rock a gagné des millions, écrivit un livre intitulé: Trantula. Là-dedans la destruction de l'enfer est décrite (Apocalypse 20:10). L'auteur fait ses déclarations dans la forme du «Je» comme Satan lui-même. Dans ce livre aussi, les nombreux mots du code réapparaissent: pluie, soleil, montagne, etc.

    Les démons rapportent beaucoup d'argent à leurs représentants (Actes 16:19). Des milliards ont été gagnés par ce commerce — un commerce de milliards pour détruire «les âmes des hommes». Jusqu'ici la lettre me rapportait des choses que je ne connaissais pas en détail. Je remercie ici le frère en Californie.

    Dans l'intervalle, la musique rock a dépassé son point culminant. Le diable édite de nouveaux disques afin de demeurer toujours dans les affaires.

    Les «Festivals Pop» ont poussé les amateurs de rock en partie dans l'arrière-plan. C'est ce que rapportait un journal anglais, selon lequel un festival Pop avait attiré quelques deux cents soixante-dix milles jeunes gens. La police ne pouvait plus maîtriser l'affluence et les excès. À Ludvigsburg, les choses se passèrent un peu plus calmement. J'en donne un rapport tel que présenté par les journaux, le seize août 1975:

    Exemple 160.

    Vingt-cinq mille amateurs de musique Pop arrivèrent. Le grand festival en plein air se déroula assez tranquillement. Cent soixante organisateurs furent appelés. Le festival en plein air de Ludwigsburg, en fin de semaine, se passa sans emploi de force et sans excès. Vingt-cinq mille jeunes amateurs de musique Pop étaient venus de toutes les parties de la République dans la ville baroque. L'affluence des jeunes était attendue avec des sentiments mélangés par les autorités de la ville. Des expériences faites avec des spectacles analogues justifiaient le scepticisme. Des batailles entre les membres de la police et les spectateurs, les orgies des drogues et de l'alcool — tout cela avait déjà causé le fiasco de plus d'un festival. L'agence de concert avait appelé des organisateurs qui furent mis à l'épreuve par la police sur l'ordre des autorités. «Les amateurs de Rock ne furent pas acceptés», déclara un porte-parole de la ville.

    Les mêmes journaux rapportèrent les résultats du déroulement tranquille de la manifestation: cent soixante-quatorze personnes durent être aidées, parce qu'elles avaient pris trop d'alcool ou de drogues. Treize jeunes gens durent être conduits à l'hôpital. Vint-cinq visiteurs du festival furent temporairement incarcérés parce qu'ils avaient violé la loi des stupéfiants.

    Que l'enfer devait être déchaîné dans d'autres manifestations de ce genre, si ceci était un cours plus tranquille!


43. NÉO-RATIONALISME

Par Martin Luther, l'Allemagne est devenue le guide de la Réformation. L'Allemagne a perdu cette position théologique de guide par Bultmann et ses disciples.

C'est ainsi que me l'affirma aussi le Prof. Dr. Hermann Sasse en Australie. Il ajouta à cela: «La direction théologique a passé aux États-Unis d'Amérique».

Que veulent les néo-rationalistes? La Bible et ses affirmations doivent être coupées d'après les chablons de la raison humaine. Avec cet essai, ils ne sont pas les premiers. Marcion a déjà essayé cela au deuxième siècle. Les théologiens libéraux au dix-neuvième siècle se sont aussi avancés dans ce courant sans profondeur. Les néo-rationalistes du vingtième siècle ont dépassé cet athéisme masqué.

Une analyse théologique ne sera pas donnée ici. Cela, des frères honorables comme Bergmann, Beyerhaus, Deitenbeck, Küneth, Rodenberg et beaucoup d'autres le font depuis des années.

Une brochure seulement, à la portée de tous, écrite par le Dr. Bergmann, sera mentionnée: Alarm um die Bibel (Alarme concernant la Bible) dont plus de cent mille exemplaires ont été imprimés.

Ce livre n'apporte pas d'analyse scientifique. Il vient de la pratique de la cure d'âme et il est écrit pour l'usage quotidien. À cet égard, voici quelques expériences:

Exemple 161.

Un de mes amis était ancien d'église dans une église d'un faubourg de Francfort. Le jeune pasteur servait chaque dimanche à sa congrégation quelque chose de confus selon la recette: Mélangez un peu de moraline avec deux prises d'activité sociale, garnissez avec un peu de chatouillement de nerfs tiré des événements contemporains — et la congrégation sera nourrie. Mais elle n'était pas nourrie. L'ancien d'église écouta cette pieuse salade pendant quelques dimanches et alla ensuite auprès du jeune pasteur avec qui il eut une conversation spirituelle. Cela ne servit naturellement à rien. Une deuxième conversation suivit à la fin de laquelle l'ancien d'église donna sa démission. Il déclara: «Je ne puis prendre la responsabilité devant l'église d'une telle prédication». Le pas suivant — le tout avec beaucoup de prière et peine de cœur — fut la sortie de l'église.

Exemple 162.

Dans une tournée de conférences au nord de l'Allemagne, j'ai été l'hôte d'un pasteur croyant. Il me rapporta le cas suivant de son district: «Un jeune pasteur avait déclaré dans sa prédication de Noël que l'enfant dans la crèche de Bethléhem n'était pas le Fils de Dieu. Après le service divin les anciens se réunirent sans le pasteur afin de se consulter. Ensuite ils se rendirent à la maison du pasteur et dirent au pasteur confus: «Vous vous êtes tenu pour la dernière fois sur la chaire de notre église. En même temps, le surintendant et le conseil de l'église, qui heureusement se montrèrent d'accord, s'entendirent. Le pasteur fut immédiatement déplacé — et dans l'église suivante il fut un peu plus prudent, sans toutefois changer d'idée.

Nous devrions avoir plus d'anciens d'église à la main ferme et orientés vers la Bible. Une telle discipline d'église du bas en haut est salutaire.

Exemple 163.

À Chicago, mon ami Heinz Plaum me raconta l'événement suivant: il eut une conversation avec un pasteur luthérien et lui dit: «Luther se retournerait dans sa tombe s'il entendait prêcher de tels pasteurs». Le pasteur luthérien répondit à Plaum: «Croyez-vous donc sérieusement qu'on permettrait encore aujourd'hui à Luther de monter en chaire»?

À peu près catastrophiques sont les répercussions des maîtres de religion et des pasteurs néo-rationalistes chez les jeunes qu'ils enseignent.

Exemple 164.

Un de mes amis, pasteur dans une très grande congrégation ayant une cathédrale, avait un fils qui donnait les plus grands espoirs. Dans ses jeunes années, ce fils avait fait l'expérience de la conversion et il voulait étudier la théologie. À l'école supérieure sa classe eut un moderniste comme maître de religion, lequel détruisit tout ce que la maison de ses parents croyants avait planté dans le cœur des enfants. Le jeune se mit à douter. Après un brillant baccalauréat il se décida quand même pour la théologie. Les professeurs enfoncèrent le même clou que le maître de religion. Ceux de la maison paternelle ne furent plus en mesure d'arrêter le développement descendant. Le fils continua en théologie mais il n'allait pas à l'église.

C'est le souci et la douleur de tous les parents chrétiens, que leur influence ne suffise pas pour élever une digue contre l'esprit de cette théologie d'inspiration satanique.

Exemple 165.

Le Prof. Dr. Braun, qui pendant quelques années fut professeur à l'université théologique de Berlin puis à l'université de Mayence, est passé par la même expérience. On rapporte qu'à l'âge de seize ans il aurait fait l'expérience de la conversion (Jeunesse pour un christianisme décidé). Plus tard, il jeta tout par-dessus bord et il devint un des chefs des théologiens modernistes. Il se fit particulièrement connaître par le fait qu'il déclara qu'il ne pouvait pas croire à un Dieu personnel.

Exemple 166.

Un frère croyant m'écrivit et il m'exposa la tragédie concernant son fils aîné. Le jeune avait reçu l'impulsion à la conversion lors d'une série de réunions d'évangélisation. Depuis ce temps-là, il lisait fidèlement la Bible et il menait une vie de prière. À l'école, il faisait de bons progrès. Il fut premier de sa classe pendant sept ans. Ensuite un nouveau pasteur arriva dans la petite ville. Il était docteur en théologie et il reprit l'enseignement de la religion dans la classe supérieure. Les parents entendirent avec un grand souci ce que le fils disait de cet enseignement: La Bible ne serait pas la Parole de Dieu mais l'œuvre des hommes. Il ne s'agirait ni de l'histoire de Bethléhem ni de la croix mais plutôt de la semence spirituelle qui s'y trouve. La prière n'aurait pas de sens parce qu'il manquerait le TU, auquel nous nous adressons. Ce ne serait que de l'apaisement personnel. Cette œuvre de destruction porta ses fruits. Le jeune homme abandonna l'idée de l'étude de la théologie. La Bible n'était plus lue. La prière était devenue superflue.

À l'égard de cette expérience, le père me demanda: «Devons-nous exposer nos enfants à l'influence de tels pasteurs, qui détruisent tout ce que la maison croyante des parents et des évangélistes a planté»?

Je répondis au père qu'il devait donner un signe de sa position en retirant son fils de l'enseignement religieux. Aujourd'hui, je serais encore plus radical. Je ne voudrais plus être membre d'une église qui détruit la foi et qui méprise la Bible.

Exemple 167.

Mon ami John Ballantyne de Farnham, (Surrey, Angleterre), me communiqua en janvier 1976 qu'une institutrice anglaise avait radiodiffusé un message très remarqué. Elle protestait contre l'enseignement de la religion par des maîtres de religion incrédules. Elle déclarait avoir retiré ses quatre enfants de l'enseignement religieux pour aussi longtemps que le maître de religion serait un moderniste et un athée qui arrachait du cœur des enfants la foi en la Bible. Je désirais que des milliers de parents chrétiens, dans le monde entier, suivent l'exemple de cette institutrice anglaise. Un enseignement moderniste et athée est un crime perpétré contre la jeunesse.

Il serait aussi intéressant d'étudier l'attitude des évêques à l'égard du néo-rationalisme. Je connais beaucoup d'exemples individuels qui ne peuvent toutefois pas tous être publiés. Deux seulement seront mentionnés:

Exemple 168.

L'évêque Lilje a la réputation, en Allemagne, d'être un homme croyant. C'est pourquoi il est d'autant plus incompréhensible que pendant des années il avait Heinz Zahrnt, un moderniste, comme rédacteur de son journal du dimanche. Des hommes connus se sont efforcés de montrer à Lilje l'impossibilité de cette attitude. Ce fut en vain. Lilje retint fermement Zahrnt. Zahrnt fut ensuite aussi nommé à la présidence du Jour de l'Église, lequel fut plongé dans le courant moderniste sous sa direction, et cela de plus en plus. Pour beaucoup d'hommes croyants cela devint une question sérieuse et ils se demandaient s'ils devraient encore inviter leurs églises à un tel Jour de l'Église. Le mouvement du témoignage se décida ensuite à tenir son propre Jour de la Congrégation, lequel, à Stuttgart, devint une conférence richement bénie.

La question se posa aussi pour moi, si je voulais prendre part à la Journée de l'Église. Wilhelm Horkel m'écrivit pour me demander si je serais d'accord de conduire une discussion sur la «Cure d'âme et l'Occultisme». Je refusai avec l'allusion au fait que je ne collaborerais pas avec une direction moderniste.

Exemple 169.

Il y a aussi d'autres évêques. Celui qui en son temps fut pasteur principal de l'église de Michel à Hambourg, H.H. Harms, devint évêque d'Oldenbourg. Il n'est pas connu aussi universellement que Lilje mais il suit un cours bien déterminé. Dans une visite d'église il dit au pasteur de la congrégation: «M. Le pasteur, vous avez conservé l'Évangile à votre congrégation». Nous devrions avoir plus d'évêques de ce genre, qui ne laissent pas leur jugement s'obscurcir par l'œuvre illusoire de la théologie moderne.

Le néo-rationalisme est la mort de l'église chrétienne. Dans le Nouveau Testament une fin est mise à toutes les subtilités des démythologistes.

1 Corinthiens 1:20: «Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde»?

1 Corinthiens 3:19: «Il prend les sages dans leur ruse».


44. OPÉRATIONS SPIRITES

Encore plus dévastatrices que les guérisons spirites sous le manteau de la piété sont les opérations spirites.

Depuis quelques années un homme des Philippines fait beaucoup parler de lui. Il conduit des opérations apparentes mais tout sans instruments de chirurgie. Il se met dans une demi-transe et il fait sur le patient des signes de la main comme s'il opérait vraiment. Les patients guéris prétendent que de cette façon il peut enlever l'appendice ou la vésicule biliaire sans que la peau du ventre ne soit coupée. Naturellement, j'aimerais d'abord une fois voir par radiologie si cela correspond à la réalité. Le fait est pourtant que même de l'Europe et de l'Amérique, des gens se rendent chez ce guérisseur spirite. Ce qui m'a beaucoup étonné, c'est qu'en Europe même un médecin organisait de tels voyages.

Si cet homme des Philippines peut vraiment enlever des organes malades, alors ce serait une «dématérialisation», que, dans la cure d'âme, j'ai souvent connue. Moi-même, je n'ai jamais pris part à des pratiques spirites et je ne le ferai jamais. C'est pourquoi je dois le répéter, car j'ai déjà été accusé d'avoir pris part à des séances spirites par des calomniateurs.

Sur l'activité de cet homme des Philippines, j'ai reçu deux conversations de confession. Un étudiant, qui s'était soumis à une telle «opération spirituelle», revint de là avec de très fortes dépressions. Il souffrait de pensées de suicide, était complètement apathique, ne pouvait continuer ses études. Il se rendit d'abord chez un psychothérapeute qui ne put être au clair sur son cas. Le thérapeute envoya l'étudiant chez moi. J'essayai de lui montrer le chemin qui mène à Jésus et à la délivrance. Je n'y réussis pas. Son âme était de pierre.

La deuxième patiente de cet homme des Philippines qui vint à moi était une Suissesse croyante. Elle était malade depuis des années et elle se laissa séduire par les merveilleux rapports de sorte qu'elle se rendit aux Philippines. Elle, aussi bien que sa parenté, prièrent beaucoup pour ce voyage et pour ce traitement. L'homme ne put rien faire pour elle. La prière l'avait bloqué.

L'homme qui a le plus de succès parmi les chirurgiens est le brésilien Arigo. Tout ce qu'il a fait est une série de merveilles — toutefois des miracles diaboliques. L'église catholique le désigna comme guérisseur spirite.

Dans mes huit tournées différentes au Brésil, je passai aussi par Belo Horinzonte. Dans cette petite ville eut lieu une merveille d'opération incroyable d'Arigo. Le sénateur Lucio Bittencourt avait tenu une assemblée de votation à laquelle Arigo aussi s'était rendu avec ses amis de Cogonhas. Bittencourt avait un cancer des poumons et il avait fait le plan d'aller se faire opérer aux États-Unis après la campagne de votation.

Le sénateur et Arigo passèrent la nuit dans le même hôtel. Pendant la nuit, Bittencourt voit soudain Arigo avec un rasoir dans la main dans sa chambre. Il entend encore les paroles d'Arigo: «Vous courez un grand danger». Ensuite, il perd connaissance. Quand il revient à lui, il sent que sa condition a changé. Il fait de la lumière et découvre du sang figé sur son pyjama. Il enlève son pyjama et regarde le haut de son corps dans le miroir. Il remarque une fine coupure sur ses poumons. Comme il connaît l'art de guérir d'Arigo, il va rapidement dans la chambre d'Arigo et lui demande: «M'as-tu opéré»? «Non, vous avez sûrement trop bu». Le sénateur répond: «Il faut que je le sache exactement. Je prends le prochain avion pour Rio et vais chez mon docteur». Bittencourt explique seulement au médecin qu'il a été opéré. Le spécialiste fait des radiographies et confirme: «Oui, vous avez été opéré selon les règles de la chirurgie américaine. Ici au Brésil nous n'en sommes pas encore là». Alors seulement le sénateur explique ce qui s'est passé. Cette histoire passa comme une grande sensation dans les journaux et déclencha une avalanche de visiteurs à la «clinique» d'Arigo.

Des médecins américains arrivèrent, des journalistes, des photographes qui essayèrent tous les tests possibles sans trouver la moindre tromperie. Arigo était prêt pour n'importe quelle mise à l'épreuve. Il opéra aussi sous les films qui étaient pris. Le Dr. Puharich, se laissa même opérer d'un lipome. L'opération fut entreprise avec un couteau rouillé, sans anesthésie locale, sans moyen de désinfection. Le Dr. Puharich ne ressentit pas non plus de souffrance. Cette opération aussi se fit sous l'œil de la caméra à filmer.

Quel caractère ont ces interventions chirurgicales remarquables? D'abord pour la personne d'Arigo. Il n'eut que quatre années d'école primaire et aucune formation médicale. De son métier, il est mineur. Plus tard, les autorités lui donnèrent un emploi. Il fait ses opérations quand il est en transe.

Il prétend que l'esprit d'un médecin allemand, le Dr. Adolf Fritz, le rend «possédé». Cette allusion conduit à l'erreur, parce qu'aucun médecin allemand ne ferait de telles opérations sans narcose, sans désinfection, avec un couteau rouillé et cela peut-être pour une opération des poumons. Les incisions d'Arigo se guérissent aussi sans couture et très rapidement. D'autre part, aucun médecin au monde ne peut, à distance et sans aucune recherche, établir des diagnostics exacts. Il s'agit donc ici du diagnostic par clairvoyance, telle que nous ne la trouvons que chez les plus forts médiums spirites.

Il ne s'agit chez Arigo de rien d'autre que d'une possession. En cela, toute la soi-disant piété ne peut nous aider à sonder la chose. Arigo a au-dessus de sa porte une plaque: «Ici, dans cette maison, nous sommes tous des catholiques». Pendant l'opération, dans sa maison, il place le patient sous une image de Jésus et sous le proverbe: «Pense em Jesus», c'est-à-dire: Pense à Jésus. Le matin, avant de commencer son travail, il dit un Notre Père.

Ce cadre pieux trompe le visiteur. Le diable a aussi des disques pieux dans son répertoire avec lesquels il peut prendre des âmes. Et il s'agit de prendre des âmes. Ces «guérisons miraculeuses» sont payées au diable par la perte du salut de l'âme.

Tout ceci semble dur, méchant, borné, bigot, fanatique ou encore ce que ceux qui ne voient pas de mal et ceux qui sont innocents peuvent l'appeler. J'en suis conscient. Mais celui qui a dû voir les effets du spiritisme pendant quarante-cinq ans, ne peut qu'avertir avec toute la force dont il dispose.

Tenons nous en bien à ceci: les guérisons d'Arigo ne sont pas du bluff, de la tromperie. Ce sont des opérations authentiques. C'est pourquoi il en est venu secrètement, jusque dans les cercles les plus élevés du gouvernement, de ceux qui voulaient le voir et se faire traiter par lui. Les tribunaux le condamnèrent pour pratique non permise de la médecine à seize mois de prison. Le président, qui lui-même a laissé sa fille être traitée par Arigo, diminua la peine à deux mois.

Ce sont les effets secondaires dévastateurs qui me poussent à donner le plus fort avertissement. La guérison du corps au prix du salut de l'âme ne vaut pas la peine.

Au reste, le sénateur fut tué, plus tard, dans un accident d'aviation et Arigo dans un accident d'auto. Cela aussi est une chose qui arrive assez souvent, que des personnes chargées par l'occultisme ou qui sont même possédées finissent dans un accident mortel. Dans mon fichier, j'ai beaucoup de tels cas. William Branham, qui était aussi un spirite religieux, mourut de même des suites d'un accident d'automobile.

Un «guérisseur miraculeux» allemand eut ce même sort, de même que beaucoup d'autres. Ne voulons-nous pas finalement nous laisser mettre en garde?


45. PACTE PAR LE SANG

Les engagements par le sang appartiennent aux problèmes les plus difficiles de la cure d'âme. Dans mon fichier j'ai réuni environ une centaine de tels exemples. De quoi s'agit-il dans l'engagement ou le pacte par le sang? Un homme prend une feuille de papier, se gratte le doigt jusqu'à ce qu'il saigne et ensuite il signe un pacte avec le diable. Dès ce jour-là, les hommes ne sont plus abordables. Ils déclinent tout en ce qui concerne l'église, la Bible, la prière et ce qui concerne toute aide ou influence spirituelle. Je m'étonne toujours de ce que de telles personnes viennent encore à la cure d'âme. Cela montre pourtant qu'elles ne sont pas heureuses près de leur maître et qu'elles cherchent quelque chose d'autre qui puissent les satisfaire.

Exemple 170.

Je donne un exemple venant du Canada. J'étais le conférencier au cours d'un loisir de jeunes gens. Il y avait une jeune fille de dix-sept ans dans le groupe qui toute la journée prenait part aux travaux bibliques et à la communion dans la prière. Mais la nuit elle avait des rêves désordonnés et ses camarades de chambre pouvaient l'entendre se maudire elle-même et déclarer: «Je hais Jésus. J'aime le diable. Il est mon Maître». Puis la même fille, qui se maudissait et avait fait un pacte avec le diable, pouvait revenir à la cure d'âme et demander de l'aide.

Exemple 171.

Un jeune instituteur vint à la cure d'âme. Il avait des dépressions et des pensées de suicide. Il demandait des conseils et de l'aide. Dans cette conversation les choses suivantes vinrent à la surface. Dans une crise de désespoir, il avait fait un pacte avec le diable par le sang. Il mit l'engagement dans une caverne, posa la feuille sur une aspérité de rocher et posa une pierre dessus. Ensuite il sortit de la caverne. Mais après quelques minutes seulement il regretta cet acte de désespoir. Il revint sur ses pas et entra de nouveau dans la caverne. Il voulait chercher le contrat et le détruire. Mais le contrat n'y était plus quoique personne ne se trouvât dans la caverne. Un coup de vent ne pouvait pas avoir déplacé la feuille puisqu'il avait placé une pierre dessus. Il fut alors pris de peur et cette peur l'amena à la cure d'âme.

Un psychiatre dirait naturellement: c'est un homme instable. Mais il a, malgré sa dépression et son instabilité, fait savoir conformément à la vérité, que c'était son profond désir de chercher le chemin qui mène à Jésus. Il se passa encore beaucoup de temps avant que l'instituteur arrive à la paix intérieure. Il fit une confession générale et put, par la foi, saisir le pardon en Christ. Il fit ensuite une chose que je ne conseille jamais à des humains qui se sont engagés par le sang. Il se gratta de nouveau le doigt et il renonça au diable avec son propre sang. Je répète que je ne donne jamais de tel conseil, quoique je sache que certains conseillers le font.

Les pactes par le sang sont un blocus terrible. De tels êtres humains ont les plus grandes difficultés à trouver le chemin du salut. La chose vécue suivante le montrera très clairement.

Exemple 172.

Une femme appartenait à un cercle spirite et elle avait fait un pacte avec le diable par le sang. À l'occasion d'une série de réunions d'évangélisation elle entra dans une assemblée. Elle fut saisie par l'Esprit de Dieu et dans la cure d'âme elle fit une confession générale. Elle voulait coûte que coûte suivre Jésus. Depuis ce moment-là elle eut des luttes terribles. Un point culminant des attaques sataniques fut un tatouage rouge qui, une nuit, apparut sur sa poitrine. Elle la montra à sa sœur. C'était un fer à cheval avec la lettre S au milieu. Un cercle de prière s'occupa avec succès de cette femme tourmentée.

Exemple 173.

Plus que la puissance de Satan, ce qui nous intéresse est la puissance victorieuse de Jésus. Un homme qui s'était engagé par le sang rendit visite à un de mes amis. Ce conseiller, un théologien authentique, écouta sa confession et lui conseilla de se libérer de Satan avec son propre sang. Cette cure d'âme risquée fut accompagnée de la bénédiction du Seigneur. L'homme fut libéré.

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2017 GoDieu.com - Tous droits réservés