Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
107 invités

Partager

share

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13549Membres
1286Messages
29Commentaires
1157Lectures
4034040Lectures globales
25001Clics
93Réf. externes
146Réf. internes
35Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Bible Drupal

Publicité point liée à GoDieu.com

Les ruses de Satan-19


septembre 3, 2011 par GoDieu


71. URI GELLER

Ce jeune Israélien a soulevé beaucoup de poussière dans le monde avec ses expériences. Sur tous les continents une lutte s'est faite entre les opinions, partant de l'assentiment religieux et allant jusqu'au refus extrême.

De quel problème s'agit-il? Si Uri paraît à la télévision ou dans une salle de rassemblement public, et montre ses tours d'adresse inexplicables, les fourchettes et les cuillers se tordent. De vieilles montres qui ne marchaient plus se remettent à marcher.

Donnons un seul exemple bien documenté. Dimanche, le 19 janvier 1975, le canal 2 de la télévision apporta un programme de divertissement.

Dans ce spectacle, Uri Geller fut montré posant son doigt sur une fourchette. Sans que la fourchette ne devienne chaude, elle se tordit lentement. Des participants examinèrent la fourchette. Elle était devenue tendre comme du plastique. On demanda à Uri d'où venait la force qui agissait ici. Il répondit: «Puissance du dehors».

Les paroles d'Uni sont remarquables: «Je ne m'étonnerais pas si pendant ce spectacle des couverts se tordaient dans des milliers de familles».

Et c'est exactement cela qui est arrivé. Le professeur Dr. Bender, qui avait été prié d'assister au spectacle comme expert, rapporte qu'après le spectacle, 19,000 appels furent reçus. Le journal illustré reçut mille quatre cents cinquante lettres de «victimes». Le professeur Bender reçut dans son institut neuf cents lettres venant d'Allemagne et trois cents de la Suisse. Un exemple, donné au spectacle, a la force d'une preuve. Une dame S. fut témoin du fait que cinquante-six pièces de couverts se tordirent pendant et après le spectacle d'Uri Geller. Elle appela la dame demeurant avec elle et finalement la police. Deux agents examinèrent les couverts dans la maison. En la présence d'un des agents une cuiller se tordit. Dans l'écrin, des pièces continuèrent à se plier sans que quelqu'un ne s'approche. Un truc ou l'emplit secret d'une force n'entrait pas en considération. Un des agents de police déclara qu'il était prêt à témoigner sous serment.

Après ce reportage avec les personnes ayant pris part, le jury fut interrogé. Il s'agissait du professeur Bender, déjà nommé, d'un juriste et d'un journaliste.

Le juriste déclara qu'en vue d'un tel cas il avait appelé le professeur Bender comme expert.

Le journaliste, un rationaliste à cent pour cent, mit tout en doute.

Le professeur Bender contredit la critique et le scepticisme dont était imbu le journaliste au moyen d'une bonne citation du professeur Freud: «Celui qui se sent sceptique devrait pourtant commencer honnêtement par douter de son propre scepticisme» J'aurais personnellement réagi encore plus vigoureusement que le professeur Bender contre ce journaliste et j'aurais déclaré: L'arrogance de l'ignorance égale la présomption du manque de savoir.

Tout le jugement du professeur Bender sur le programme entier était important pour moi. Il parla de la possibilité de psychokinésie. Cette expression fut formulée par le professeur Rhine de l'université Duke, aux États-Unis. D'autres parapsychologues parlent aussi de télékinésie. La psychokinésie donne déjà une explication. Ses représentants partagent l'opinion que ces phénomènes inexplicables sont des manifestations de puissance de la psyché. Cela est en contradiction avec d'autres hypothèses qui disent que c'est l'esprit qui peut avoir une influence directe sur la matière.

Les représentants des deux directions sont d'accord en ceci, c'est que ces manifestations de force sortent de l'homme et qu'aussi une immanence est présente, non une transcendance. Qualité humaine intérieure et non pas extérieure.

Uri Geller, avec des milliers d'autres médiums, est d'un autre avis. Ils expliquent leur don comme force venant de l'extérieur. Ici, des explications animistes et spirites se dressent l'une contre l'autre.

Dans la cure d'âme chrétienne ces antithèses ne jouent pas un grand rôle. Le conseiller ne fait qu'observer les effets et il cherche les possibilités de guérison. Cette question sera encore traitée dans des portions finales de ce livre.

Nous n'avons pas encore fini avec l'effet — Uri Geller. Depuis que mon premier livre contre l'occultisme a paru, en 1952, j'ai eu environ vingt mille conversations particulières et des rapports par lettre, parmi lesquels plus de dix mille expériences occultes avec des effets négatifs. Ces nombreux cas spontanés rendent possible une meilleure vue d'ensemble des expériences.

Où se trouve le secret de ce que, dans le spectacle Uri Geller, des milliers de spectateurs font l'expérience de manifestations de puissance? D'après un côté, le problème est plus simple que les parapsychologues le pensent. Il y a des centaines de milliers d'êtres humains qui ont des prédispositions de médium, lesquels sont ignorants de la chose. Uri est extrêmement médiat. Une aussi forte qualité médiate surgit quand les deux lignes des parents et grands-parents ont aussi des qualités médiates et qu'ils ont fait hériter le fils et petit-fils de cette qualité médiate dominante. Il y a encore d'autres indications de naissance. La qualité médiate héritée deux fois ou quatre fois est très forte. Elle permet des contacts avec des personnes présentes qui sont aussi médiates ou même avec des personnes prédisposées à être médiates et qui se trouvent à une plus grande distance.

Toutes les personnes qui lors du spectacle Uri Geller ont fait l'expérience de la torsion des fourchettes et des couteaux sont consciemment ou inconsciemment médiates. Uri ne peut pas tordre une fourchette à cinq cents km à moins qu'il y ait, dans cette chambre lointaine une personne médiate, dont la capacité médiate est employée.

Uri n'est que mobile de débrayage. Une question morale et biblique est: quel caractère ces forces médiates ont-elles? Il ne s'agit pas ici d'un don de Dieu, ni non plus d'un don neutre naturel. Une aussi forte qualité médiate, telle qu'Uri Geller la possède, vient des péchés de sorcellerie des aïeux. Il vaudrait mieux qu'il ne l'emploie pas mais qu'il demande plutôt à Dieu de l'en délivrer.

En ce qui concerne l'origine, l'opinion des parapsychologues n'est pas valable: ce ne sont pas des puissances venant de l'âme mais des puissances hétérogènes. Ce ne sont pas des puissances de l'âme mais des puissances venant de l'extérieur. L'explication d'Uri est plus près de la vérité que l'opinion du jury.


72. VAMPIRES

Deux incidents introduisent la signification de ce mot.

Exemple 260.

À l'occasion de mes voyages missionnaires en Amérique du sud je me rendis aussi au Pérou dans six différentes tribus d'Indiens. Je donnai là, par exemple, dans l'école biblique de la mission suisse parmi les Indiens, vingt-neuf discours. Les missionnaires me conduisirent ensuite de l'école aux différents champs de mission.

Le missionnaire Sachtler m'accompagna chez les Aquarunas, le missionnaire Zehnder chez les Shipibos et Conibos.

Une nuit restera inoubliable pour moi jusqu'à la fin de mes jours. Pour la nuit, une hutte nous fut indiquée qui consistait en huit piliers et un toit fait de feuilles de palmiers. Tous les côtés étaient ouverts, le plancher de terre battue.

Lorsque je regardai le faîte, je découvris beaucoup de bêtes, corps à corps, avec la tête pendant vers le bas. Je demandai au missionnaire: «Sont-ce là des chiens volants»? Ils m'informa: «Ce sont des vampires, qui ont la particularité de sucer du sang pendant la nuit aux animaux et aux hommes. Les poules et les nouveaux-nés en meurent. Les bêtes domestiques et les hommes n'en meurent pas».

«Ce sont là de beaux présages pour un bon sommeil! Ne pouvons-nous rien faire contre eux»? «Si», répondit le missionnaire, «nous nous chercherons un autre lieu sans vampires». «Est-ce que cela nous aiderait? Les bêtes des forêts sentent les choses de loin. Elles nous trouveront».

Entre-temps une bonne solution m'était déjà venue à la pensée. Ce n'est pas pour rien que dans ma jeunesse j'étais un golopin qui connaissait tous les trucs des garçons.

Je fis dans la hutte, sur la terre battue, un feu et j'allai chercher beaucoup de grandes feuilles des arbustes de bananiers. En quelques minutes une fumée jaune et verte monta au faîte. Et à la même vitesse les vampires prirent le large. Ce n'est qu'alors que je vis la grandeur des bêtes. Elles avaient un empan de vol de cinquante centimètres et même plus (presque deux pieds). Le missionnaire compléta mon savoir. «Ils ont des dents comme des couteaux. C'est à peine si l'on ressent leur morsure».

J'étais débarrassé des vampires. J'allai chercher une provision suffisante de feuilles vertes, afin de maintenir le feu pendant la nuit contre les vampires.

Mais j'avais aussi perdu le missionnaire Sachtler. Il dit: «Si je dors ici, demain matin je serai comme un jambon fumé». Il se chercha aussi un autre lieu. Les vampires avaient perdu le désir de me maltraiter.

Il existe aussi un «vampirisme» à d'autres égards. On désigne par là la croyance populaire selon laquelle des morts peuvent de nuit sortir de leurs tombeaux afin de sucer du sang vivant. Mais nous trouvons cet exemple chez les satanistes aussi, chez des hommes qui se sont donnés en signant de leur sang, chez les Macumbas et les Vaudouistes, lesquels torturent les gens, surtout aussi des enfants, sucent leur sang dans des buts rituels ou pour fêter la messe noire. Dans ma filière, j'ai des exemples effrayants de cette chose. Deux récits doivent être mentionnés. Mais ce ne sont pas les pires exemples que je possède.

Exemple 261.

Pendant l'été de 1974, il y eut à Nüremberg un procès lugubre. L'accusé s'appelait K. Hoffmann, âgé de quarante et un ans, qui admit devant le tribunal qu'il était entré par effraction dans trente-cinq morgues afin de sucer du sang de personnes mortes récemment. Pendant les débats l'accusé admit d'autres méfaits. En mai 1972, il surprit un couple d'amoureux dans sa voiture. Il tua le jeune couple et suça ensuite son sang.

Comme troisième crime, Hoffmann admit qu'il avait tiré sur le garde de la morgue. Le garde n'était pas mort, mais grièvement blessé. L'expert en psychiatrie tint Hoffmann pour malade mental et il recommanda de le mettre dans un asile d'aliénés.

Il n'est pas étonnant que juge et psychiatre, qui abhorrent ces actions, ne puissent connaître les conditions préalables de tels crimes.

Si on étudiait le passé de cet homme ou l'histoire de ses aïeux, les racines d'une telle attitude anormale seraient mises à jour.

Exemple 262.

Encore un exemple du champ de mission. Les cinq hommes d'une femme attrayante de vingt-cinq ans, à Sumatra, moururent les uns après les autres. Elle les avait épousés assez rapidement l'un après l'autre. Tous les cinq époux moururent de la même maladie, c'est-à-dire d'une anémie aiguë.

Après cette tragédie, les parents de la jeune femme allèrent consulter un sorcier qui donna l'explication suivante: «La jeune femme est possédée d'un Nagasjatingarong (vampire) lequel suça le sang de chaque époux de la belle femme, parce qu'il voulait être seul propriétaire de cette femme».

Au dire de ce sorcier, les cinq hommes auraient eu un concurrent de l'autre côté. On trouve aussi là du spiritisme, le culte des démons, l'incube (mariage de démon).

Les trucs raffinés du plus grand ennemi n'ont pas de fin. Nous apprécions d'autant plus le chant de triomphe du psaume 118: «Des cris de triomphe et de salut s'élèvent dans les tentes des justes: la droite de l'Éternel manifeste sa puissance»! Si nous n'avions pas cette conviction, alors la puissance des ténèbres nous écraserait.


73. VERGE ET PENDULE

Le matériel que j'ai rassemblé en quarante-cinq ans est si étendu que seulement sur ce domaine de la verge et du pendule je pourrais écrire un gros bouquin. C'est pourquoi je ne puis que mettre en évidence quelques problèmes brièvement.

  1. L'outillage

    Les sorciers emploient d'habitude une baguette de saule recourbée. Plusieurs se servent d'une verge de baleine ou aussi d'acier. Il y a aussi des sourciers qui n'emploient pas du tout d'outil mais qui écartent simplement les doigts et qui sentent les soi-disant rayons de la terre. D'autres emploient un pendule, c'est-à-dire un poids en métal qui est suspendu à un fil. Comme la verge et le pendule appartiennent au même domaine, les corporations des sourciers et de ceux qui emploient le pendule furent réunis à la corporation de la radiesthésie. Il y a un certain nombre d'années que j'ai appris à connaître le président de cette corporation. C'est un hambourgeois, lequel ne travaille pas seulement avec la verge et le pendule mais qui approuve aussi la consultation magique et s'en sert. Il m'a dit cela lui-même au cours d'une rencontre.

  2. La confusion des esprits

    Même parmi les croyants chrétiens, le manque d'unité règne dans le jugement sur la verge et le pendule. Je rencontre des médecins, des pasteurs, des missionnaires, même des évangélistes qui travaillent avec la verge et le pendule et qui pensent qu'ils ont reçu ce don de Dieu. Ici l'art de la tromperie de Satan est manifeste, lequel a su tromper même des chrétiens. Je donne l'exemple d'un pasteur.

    Exemple 263.

    À l'occasion d'une série de réunions d'évangélisation en France, je fus prié par le pasteur de l'endroit de donner aussi une conférence sur la verge et le pendule, parce que beaucoup de membres de la congrégation pratiquaient ces arts occultes. Après mon discours, un auditeur demanda la parole. Je ne le connaissais pas. Je demandai au pasteur s'il était d'accord, parce que j'ai déjà fait l'expérience de voir des occultistes venir sur la plate-forme et dire exactement le contraire. Le pasteur me souffla: «Il te faut le laisser parler, il est notre préposé». Alors le préposé se tourna vers l'assemblée et dit: «Vous me connaissez tous. Je dois reconnaître que j'ai employé le pendule pendant vingt-cinq ans afin de retrouver des choses cachées. J'ai consulté le pendule pour toutes les choses inexpliquées et par là j'ai servi ma congrégation. J'ai dû reconnaître que le pendule n'est pas un don de Dieu mais qu'il est un don d'en bas. Et je dois me repentir de cela et vous demander à tous de me pardonner». Après cette confession je demandai à cet homme s'il m'accordait la permission de publier son histoire. Il fut d'accord, à la condition que je n'emploie pas son nom. J'ai donc transmis ici l'avertissement du préposé à sa congrégation.

    Cet exemple montre qu'un pasteur, lequel comptait dans tous les environs comme un homme de foi, pratiqua la sorcellerie pendant vingt-cinq ans et par là chargea son église. Il a, dans sa propre vie, encore subi de lourdes suites dont je ne parlerai pas ici.

  3. Historique

    Après la courte introduction, voici maintenant un petit coup d'œil sur l'emploi de la verge et du pendule dans l'histoire humaine. Les dessins des cavernes, dans l'état d'Orange, en Afrique du sud, appartiennent certainement aux plus anciennes trouvailles de ce genre. Les archéologues datent ces dessins de cavernes, parmi lesquels se voit aussi la baguette de sourcier, à plus de six mille ans. En ce temps-là, on cherchait de l'eau avec la verge, de même que les terrains de construction, pour voir s'ils n'étaient pas traversés, sous terre, par des courants d'eau. Ensuite, nous trouvons la verge chez les Grecs. Le poète Homer en a parlé. De même les Romains ont employé la verge et le pendule. De même, l'histoire européenne dans son ensemble, pendant les derniers deux mille ans, présente un emploi varié de la verge et du pendule. Pour moi, c'est une expérience douloureuse d'apprendre qu'un théologien, qui a la vocation d'être un croyant chrétien, approuve l'emploi de la verge et du pendule et pense que cela appartient aux dons de la création de Dieu. On ne peut arriver à posséder une telle opinion que sur la base d'une cure d'âme défectueuse et d'une expérience imparfaite.

  4. Géophysique

    Les sourciers et ceux qui emploient le pendule prétendent que la réaction de la verge et du pendule est déterminée par les soi-disant rayons de la terre. La science ne connaît pas de rayons de la terre au sens des sourciers. Mais il y a d'autres données physiques qu'on pourrait avancer pour expliquer les soi-disant rayons de la terre. Notre terre possède un champ magnétique dans lequel les aiguilles de la boussole se dirigent vers le pôle sud magnétique (sur l'Île Boothia felix). Le champ magnétique terrestre n'est pas homogène, c'est-à-dire qu'il n'a pas la même force partout mais qu'il a des zones de perturbation. Ces zones de perturbation sont conditionnées par la composition du terrain, par des fentes de rejet, des cavernes, des courants d'eau souterrains, des minéraux, des gisements de sel, d'huile, de fer, etc. Ces champs de perturbation peuvent être mesurés. Il y a toute une série d'instruments avec lesquels ces perturbations magnétiques terrestres peuvent être captées; par exemple, le magnétomètre, le compas double, la balance de champ Askania, la mesure de champ UKW, le géramètre. Le meilleur instrument est le magnétomètre de résonance des protons. On a déjà entrepris, avec des sourciers capables, des essais pour voir s'ils pouvaient saisir ces champs de perturbation. Avec une partie des sourciers l'expérience a réussi. Cette expérience ne signifie pourtant pas que l'on doive, au point de vue chrétien, accepter l'activité des sourciers et des usagers du pendule. Cela deviendra encore plus clair dans le prochain passage.

  5. Le facteur médiat

    Les sourciers prétendent que les hommes qui ont leur lieu de travail ou leur lit à la portée de rayons de la terre courent un danger. C'est pourquoi ils donnent d'habitude le conseil de mettre peut-être le bureau ou le lit à un autre endroit, ou d'écarter le danger grâce à de soi-disant petites boîtes contre les rayons. J'ai pu examiner toute une série de telles petites boites contre les rayons. Il s'agit d'un charlatanisme sans limite. Je n'ai pas le temps de discuter ces instruments contre les rayons.

    Si les centres de perturbation ont un effet défavorable sur les humains, alors l'emploi d'instruments à mesurer n'est pas à rejeter. En tout cas, nous ne devons pas employer des forces médiates pour sonder les centres de perturbation.

    Ici s'élève la question de savoir si les centres de perturbation ont une influence sur les humains. Des recherches faites sur des animaux ont montré que les fourmis, les chats et les abeilles cherchent les centres de perturbation et les aiment. Les chevaux, les bovins, les chiens, les porcs s'éloignent si possible des centres de perturbation. Parmi les hommes, seuls ceux qui ont les dispositions pour les choses médiates, ou l'homme qui a un système nerveux faible et sensible réagissent contre les centres de perturbation. Quand une telle faiblesse de santé est découverte chez un homme alors un des appareils nommés plus haut peut être employé scientifiquement pour mesurer la force du centre de perturbation. Je refuse à cet égard d'une manière radicale l'emploi de la verge et du pendule.

    On pourrait me répondre qu'il y a vingt ans, je n'étais pas si radical qu'aujourd'hui. Il y a une raison pour cela. En 1952, mon premier livre Occultisme et cure d'âme fut publié. Pour cette publication, je n'avais qu'environ six cents exemples d'occultisme à ma disposition. Au cours des années, un nombre toujours plus grand de mes livres contre l'occultisme fut publié. Il en résulta qu'une très forte cure d'âme s'établit dans le monde entier. Dans les vingt-quatre ans qui suivirent, j'ai dû conseiller de vive voix ou par lettre environ vingt mille personnes. Parmi ces vingt mille cas de cure d'âme, il y avait peut-être dix mille à onze mille personne qui avaient des problèmes occultes.

    Mais nous ne savons pas encore ce que nous devons penser du facteur médiat. Pour une description détaillée, la place manque ici. Ce thème doit être présenté en détail dans quelques années, dans le livre «Médialité du point de vue de la cure d'âme». Ici, quelques remarques marginales seulement. La «médialité» se trouve surtout aux environs des péchés de sorcellerie. Quand les aïeux étaient spirites à la troisième et même à la quatrième génération (Exode 20:5; 34:7; Nombres 14:18; Deutéronome 5:9), ou s'ils s'étaient occupés de magie et d'autres formes des arts occultes, alors les descendants sont généralement prédisposés médiatement. La «médialité» peut être consciente ou inconsciente. Bien des hommes sont médiats sans le savoir. Chez d'autres, la «médialité» peut être reconnue au cours d'un événement défini. La sensibilité par la verge et la réaction par le pendule est une disposition médiate. J'ai sondé l'histoire de beaucoup de familles chez lesquelles les descendants sont prédisposés médiatement. Le don d'aller avec la verge ou de trouver par le pendule des choses cachées peut être acquis de trois manières: soit par hérédité, venant des aïeux, ou, deuxièmement, par transmission par un fort occultiste, et, troisièmement, en faisant des expériences avec des formules magiques, telles qu'elles sont publiées dans les livres sur l'occultisme. La question de savoir si une «médialité» neutre existe a souvent été discutée. Si un chrétien découvre une disposition médiate dans sa vie, il doit demander à Dieu de lui enlever cette disposition. La notion de bien des théologiens, selon laquelle la «médialité» purifiée et employée ensuite au service du royaume de Dieu, est anti-biblique. C'est à peu près ce que nous montre l'histoire de la diseuse de bonne aventure de Philippes, Actes 16:16-18. Si un chrétien emploie des forces médiates, alors cela devient une faute pour laquelle il a besoin d'être pardonné.

  6. Cure d'âme

    Je donne deux exemples de médecins qui vous montreront qu'on ne peut pas jouer avec les choses médiates.

    Exemple 264.

    Un médecin vint me voir à la cure d'âme et me dit que pendant deux ans, il avait travaillé avec le pendule. Il pouvait reconnaître beaucoup de choses cachées avec le pendule. Quand on lui présentait la photo d'une personne, il était alors en mesure de donner exactement à l'aide du pendule, le nom, l'adresse, le métier et toutes les autres dates de sa vie. Il pouvait même deviner exactement des événement futurs avec le pendule. Ces capacités mirent le médecin lui-même mal à l'aise. Il remarqua aussi en lui-même un changement négatif dans son caractère. Il devint plus fortement alcoolique, fumeur à la chaîne qui fumait jusqu'à quatre-vingt cigarettes par jour. Il dérailla aussi dans d'autres domaines et il s'abrutit totalement. Il craignait de finir un jour dans une maison d'aliénés. C'est pourquoi il vint à moi dans la cure d'âme, fit une confession générale de sa vie, et moi je lui montrai le chemin qui mène à Jésus. Il fut très difficile pour lui d'être libéré de son don médiat. Au total, nous eûmes quatre rencontres. Un cercle de prière fut établi, lequel pria pour lui pendant environ quatre mois, jusqu'à ce qu'il soit complètement libéré. Une telle «médialité» est rare, naturellement. Mais ici ce don occulte était arrivé à maturité, de sorte qu'on pouvait étudier et voir les suites clairement.

    Exemple 265.

    À l'occasion d'une série de conférences dans une ville, je tombai malade. Je m'informai de l'adresse d'un médecin chrétien. On me nomma un homme que j'allai voir. En entrant dans sa salle de consultation, je vis un pendule suspendu au mur. Je lui demandai s'il travaillait avec le pendule. Il répondit que le pendule était un diagnostic complémentaire. Je dois signaler qu'il ne s'agissait pas d'un guérisseur mais d'un docteur en médecine. Après son explication je lui dis: «Il n'est pas question pour vous d'être mon médecin. Je refuse le pendule». Il fut très surpris de la position que je prenais. Comme il devait toutefois prendre soin de beaucoup de monde, je pris le temps de l'informer. En même temps je priais dans mon cœur pour que Dieu l'éclaire. Finalement il me vint à l'esprit d'apporter un jugement de Dieu. Je signale que je n'ai fait cela qu'une fois de toute ma vie. Je lui dit: «Vous avez la permission d'employer le pendule». Il prit son outil, — il ne fonctionnait pas. Il me regarda avec une grande surprise et déclara: «Vous êtes le premier homme pour qui le pendule ne fonctionne pas». Je continuai à prier et je me réjouis de ce que Dieu était déjà à l'œuvre. Il me plaça encore à deux autres endroits de sa salle. Mais le pendule ne bougeait pas. Alors le médecin me demanda: «Qu'avez-vous fait? Quel homme êtes-vous»? Je lui répondis que je croyais en Jésus-Christ et que j'étais convaincu que les forces médiates viennent d'en-bas et que nous n'avons pas le droit de les employer. Et à cela appartient aussi le pendule. Je lui dis aussi ouvertement que j'avais prié pour un jugement de Dieu afin que Dieu lui ouvre les yeux. Le médecin répondit: «J'accepte cela. Si vous pouvez arrêter le pendule par la prière, alors il n'y a, derrière la fonction du pendule, aucune force naturelle mais ce doit être une force contre Dieu». Le médecin tint parole. Dès lors, il n'a plus employé le pendule.

    Je conseille de ne pas imiter cela. Je ne l'ai fait qu'une fois dans ma vie, parce que le Seigneur m'en donna la liberté intérieure, afin d'ouvrir les yeux de ce médecin.

    Des forces qui se laissent déranger par la prière ne sont pas des forces physiques. Peut-être est-il permis de souligner la chose par un autre exemple.

    Exemple 266.

    C'est l'expérience d'un ami en France auquel je suis lié depuis des dizaines d'années. Il vint par hasard dans la maison d'un ami dans laquelle un sourcier cherchait justement de l'eau. Cela ne convenait pas à mon ami, et il se jeta à genoux dans une chambre de cette maison, en criant à Dieu: «Seigneur, si ces forces ne viennent pas de toi, alors veuille les arrêter». Soudain, il entendit le sourcier, dehors dans la cour, qui jurait et criait: «Je viens justement de trouver ici une forte veine d'eau, pourquoi est-ce que je ne la trouve plus»? À celui qui priait dans la chambre, ce fut la réponse de Dieu.

    Dans le dernier chapitre de ce livre intitulé: Dans le cortège triomphal du vainqueur, un autre récit est encore donné montrant comment une missionnaire fut délivrée des dons et de la malédiction des sourciers.

  7. La visière ouverte

    Le caractère occulte de l'emploi de la verge et du pendule deviendra tout à fait clair par l'événement suivant. J'étais observateur et participant critique à une conférence de quelques soixante sourciers de différents pays. Un ami suisse du pendule déclara qu'il n'avait même pas besoin d'aller sur le champ pour trouver de l'eau ou des trésors du terrain. Il lui suffisait d'ouvrir une carte de géographie et de chercher ensuite des trésors sur la carte. Il apporta même l'exemple suivant. Il pouvait, par exemple, promener son pendule sur une carte de géographie du Japon pour trouver de l'eau, de l'huile, du sel et d'autres trésors. Cet atlas du Japon est peut-être imprimé en Suisse avec du papier et de l'encre qui sont aussi faits en Suisse. Cet atlas du Japon ne peut jamais transmettre les impulsions du terrain du Japon. Ici, la carte du Japon n'est qu'une sorte de pont de contact que le sourcier emploie pour sentir et s'introduire dans les conditions du terrain japonais. Il s'agit aussi ici sans équivoque d'une chose occulte. Les usagers du pendule l'appellent téléesthésie, une perception à distance. Ils différencient la verge physique avec laquelle le sourcier doit marcher sur le terrain et la verge mentale avec laquelle le sourcier ou l'usager du pendule n'ont besoin que d'une esquisse ou d'une carte de géographie du territoire impliqué qu'ils veulent sonder. Il est pour ainsi dire grotesque que le théologien qui dirigeait cette conférence tenait toutes ces facultés pour des dons naturels de Dieu. Il se savait certain d'être approuvé par les sourciers, car deux seulement des participants ont protesté, le médecin français, Dr. Arthur Bach, de Nancy, et moi-même. Nous fûmes ensuite repoussés avec fracas par les sourciers et usagers du pendule et avec des mots de colère du professeur de théologie qui conduisait la conférence.

    Comme conclusion de tout ce chapitre, voici un rapport exquis que j'ai trouvé dans le San Francisco Chronicle du six janvier 1976. L'article, qui représente une sorte de confession, vient d'un homme croyant et il est signé du nom de John Price. Je le remercie ici pour son témoignage clair et courageux. Et maintenant la teneur:

    J'étais un sourcier. Ce don s'hérite dans les familles d'après les règles de la génétique (enseignement de l'hérédité). Le grand-père d'Edgar Cayce était un vieux sorcier qui possédait la force de faire danser un balai dans sa chambre. Souvent il était en voyage, afin de chercher de l'eau avec sa baguette.

    La capacité de travailler avec la verge ou le pendule peut aussi se transmettre très facilement. Un vieux sourcier, qui conduit la main d'un jeune homme ayant des dispositions médiates, peut très facilement transmettre ce don. Le résultat se montre tout de suite et un nouveau sourcier est né. C'est la manière par laquelle je suis moi-même arrivé là-dedans. Mon propre père me transmit cette capacité. Depuis ce temps-là, j'ai beaucoup voyagé partout, j'ai cherché de l'eau avec succès et j'ai transmis à beaucoup d'autres mon don.

    La bonne aventure par la verge est aussi mentionnée dans la Bible, et cela dans Osée 4:12. Le mot hébreu pour bâton signifie, dans la version du roi Jacques, une canne ou verge voyageuse coupée d'une branche fourchue. Le prophète Osée mit en garde le peuple d'Israël contre cette pratique de sorcellerie.

    Il y a maintenant cinq ans que j'ai commencé avec ma femme croyante à lire la Bible. Le résultat en a été que j'ai fait l'expérience d'une conversion et que j'ai trouvé Jésus. Je me suis soumis au baptême des croyants par immersion. Depuis ce jour-là, mes différentes baguette de sourcier sont restées muettes. Elles ne travaillaient plus

    Je suis extrêmement reconnaissant pour ce rapport parce qu'il confirme mes propres observations: sensibilité de la baguette par hérédité et transmission. Libération par la conversion à Christ. De même le grand-père de Cayce, qui était un sorcier, jette de la lumière sur Cayce dont l'histoire est aussi contenue dans ce livre.


74. YOGA

Ce mot vient du sanscrit et il se peut qu'il soit la racine de la langue pour le mot grec iogé (Protection, abri) et pour le latin jugum, le joug. Pratiquer le yoga signifie, d'après ces racines de langues: se placer sous un joug, chercher la protection sous une puissance défensive.

Décrire le yoga dans un court article est une impossibilité. Tout d'abord, il y a beaucoup de formes du Yoga indien et tibétain, de sorte que l'énumération des formes donnerait déjà plus qu'un livre épais. Deuxièmement, la description d'une seule forme prendrait trop de place.

Pour celui qui cherche une bonne introduction au Yoga, le livre de Maurice Ray Yoga, oui ou non? peut être vivement recommandé. Ce livre décrit le yoga Hatha et le yoga Raja (yoga royal) du point de vue de la foi chrétienne. C'est la meilleure analyse qui me soit connue dans le monde chrétien.

Ici, dans cette courte présentation, une portion très limitée seulement du yoga peut être considérée. J'ai employé les sources suivantes:

  1. Conversations dans la cure d'âme à l'ouest et à l'est, particulièrement en Extrême-Orient que j'ai parcouru huit fois à fond.

  2. Informations du Professeur indien de Roy, lequel put étudier en chrétien le yoga de son entourage.

  3. L'œuvre étendue de Mishra sur le Pantajali The textbook of Yoga Psychology (The Julian Press, New York).

    Quelques phrases-clefs de l'œuvre de Mishra nous révèlent l'atmosphère spirituelle du Yoga:

    1. Le «moi» plus élevé de l'homme est transcendant et immanent, il est sans commencement ni fin, il n'a ni naissance ni mort.

    2. Yoga signifie la synthèse de l'univers physique et métaphysique.

    3. Le ciel et l'enfer ne sont que des produits de l'esprit humain.

    4. Le système Yoga est aussi présent derrière la magie, le mysticisme et derrière l'occultisme.

Ces quatre phrases déjà montrent que le Yoga et la Bible ne peuvent à aucun prix être rapprochés. Les systèmes de l'Extrême-Orient et la foi chrétienne sont des antithèses irréconciliables.

Par une coupe transversale à travers les formes de Yoga les plus connues, quelques quatre étapes se font connaître.

  1. La première étape a comme but de communiquer à l'étudiant du yoga la maîtrise de sa conscience et de son corps. Des exercices spirituels et corporels servent à la réalisation de ce but.

    Aux exercices spirituels appartiennent la méditation, l'auto-convalescence, la concentration, le Koan, c'est-à-dire la litanie avec la répétition permanente d'un mantra (mot secret).

    Les exercices corporels comprennent la gymnastique respiratoire, différentes positions du corps comme être assis avec les jambes croisées, la position du cobra, la position debout sur la tête, etc.

    Cette première étape a aussi un caractère psychosomatique, la production de l'unité du corps et de l'esprit.

    Beaucoup de chrétiens pensent qu'on peut se joindre sans danger à cette première étape du yoga. Il ne s'agirait de toute manière que d'exercices de détente.

    Oui, si c'était vrai! La cure d'âme montre un autre état des affaires. Cette technique de détente et ces «exercices d'évacuation» ne conduisent qu'à une chose, c'est-à-dire qu'un autre esprit — que d'autres esprits — se déversent en l'homme. Et le disciple yoga ne le remarque pas. Quelques exemples à cet égard:

    Exemple 267.

    Une institutrice croyante, G.C., me rapporta qu'un vétérinaire et sa fille voulaient, à l'occasion d'une série de réunions d'évangélisation, remettre leur vie entre les mains de Christ. Mais ils étaient bloqués. Ce ne fut qu'après s'être libérés de leurs exercices de Yoga, et s'être humiliés de ces choses , qu'ils purent venir à Christ.

    Exemple 268.

    À Johannesburg, en Afrique du sud, un étudiant en théologie vint à ma cure d'âme. C'était encore un jeune homme, lequel avait effectué un retour à Jésus quelques années auparavant. Sur la base d'une recommandation ecclésiastique, il s'inscrivit à un cours de yoga. Après quelques mois, il ressentit lui-même un changement dans sa vie de foi. Son désir de lire la Bible disparut. Il se fatigua aussi de la prière. Je lui conseillai avec force d'arrêter immédiatement ses exercices de yoga et de s'en détacher complètement.

  2. La deuxième étape du yoga comprend la maîtrise de l'inconscient. Le maître de la deuxième étape contrôle et dirige le système viscéral des nerfs. J'ai rencontré des maîtres de la deuxième étape, lesquels montrèrent des expériences étonnantes. Quelques exemples:

    Exemple 269.

    Dans une ville universitaire de l'ouest, je rencontrai un étudiant en théologie qui pratiquait la deuxième étape du yoga. Il était en mesure d'augmenter ou de diminuer la circulation de son sang. Comme il aimait à faire des farces, il entretenait avec ses capacités ses camarades d'université. Il pouvait faire rougir le lobe d'une oreille tandis que l'autre devenait pâle. Il pouvait se suggérer d'avoir des taches rouges sur la peau.

    Je me demande seulement avec quel évangile il prendra une fois soin de son église.

    Exemple 270.

    Dans une ville du monde, j'entendis parler d'un agent de police qui possédait aussi la maîtrise de la deuxième étape. Il pouvait se suggérer des stigmates (cicatrices) sur les mains. Il n'est en aucune manière un saint mais un athée. — En passant, nous constatons ici, que les stigmates dans la paume des mains n'ont pas du tout besoin d'être condidérés comme un phénomène religieux. Il y a des stigmates conscients et inconscients, religieux et irréligieux, de même que quatre formes de stigmates qui n'ont absolument aucun rapport avec Christ. Si c'est aussi par une contemplation mystique des stigmates de Jésus qu'il y a des imitations de stigmates, est une chose que je considère comme possible. Ni la foi ni le salut ne sont ici nécessaires. Nous avons Jésus et nous n'avons besoin ni de saints à stigmates ni de personnes qui ne sont pas saintes pour notre salut.

    Exemple 271.

    Au sud de l'orient asiatique, je rencontrai bien des fois des yogis qui pouvaient réduire la respiration, l'activité du cœur, et la circulation du sang à un minimum. Ils entraient alors dans un sommeil qui ressemblait à une transe, laquelle pouvait durer de trois à dix semaines. Pendant ce temps, ils ne prenaient ni nourriture ni liquide.

    Exemple 272.

    Mon expérience la plus instructive de cet art arriva en Californie. Une jeune femme vint à ma cure d'âme. Elle me rapporta qu'elle avait maîtrisé la deuxième étape du yoga. Dans ses exercices, elle avait même choisi Jésus comme Guru. Remarquons-le bien, non pas Jésus comme Sauveur et Rédempteur, mais seulement comme modèle, comme grand maître. Par ses exercices de yoga, elle développa des capacités occultes. Cela lui devint inquiétant et elle chercha à se libérer. C'est alors seulement qu'elle remarqua quel lien le yoga était. Elle se mit à rechercher Christ. Quelques amis prièrent pour elle. Elle fut libérée au sein de terribles luttes. Elle écrivit un rapport intitulé: «Du yoga à Christ». Elle m'accorda le droit de publication. Je regrette de n'avoir pu, jusqu'à maintenant, publier toute son histoire.

    Le yoga ne libère pas mais il réduit à l'esclavage. Le yoga ne détache pas mais il lie. Le yoga n'éclaire pas mais il assombrit. Le yoga ne prépare pas le terrain pour Christ comme le père J.M. Déchanet (cahier du Val) le prétend mais il immunise contre le salut par Christ. Le yoga n'ouvre pas la porte au Saint-Esprit mais les portes aux esprits du spiritisme.

    Cela devient encore plus clair lorsque nous décrivons même brièvement la troisième et la quatrième étape.

  3. La troisième étape du yoga poursuit la maîtrise des forces de la nature. En occident, j'ai trouvé cela très rarement mais par contre en orient très souvent. La spécialité des yogis tibétains est de combiner la magie et le yoga. Après un apprentissage chez un Lama, qui est le maître de cet art, l'adepte (apprenti) doit être en mesure de dégager dans la nature des énergies de chaleur et peut-être par la concentration des idées de faire fondre de la glace. Des exemples sont à ma disposition. Je n'ose pas les présenter au lecteur, de crainte qu'on doute de ma responsabilité morale.

    Je trouvai le renversement encore plus souvent, dans lequel la chaleur des yogis, aussi bien que des flammes de feu, sont engendrées. Nous trouvons cela chez les adorateurs du feu qui pratiquent aussi la magie du feu.

    Exemple 273.

    À Port Élizabeth, un des ces «maîtres du feu», qui de l'Inde avait émigré en Afrique du sud, vint à moi dans la cure d'âme. Il reconnut ses péchés et demanda mon aide. Il voulait être délivré mais ne pouvait le faire par lui-même. Je lui montrai le chemin qui mène à Jésus. Il était prêt à accepter Jésus comme son Seigneur. Je ne sais naturellement pas s'il a tenu bon. Les occultistes ont souvent des rechutes.

    Celui qui après l'étape une et deux douterait encore que des incidents occultes sont provoqués par le yoga, doit admettre à la troisième étape que le yoga mène aux puissances de l'abîme.

    Maurice Ray écrit dans le livre mentionné, page 68: «Celui qui pratique sérieusement le yoga hatha gagne de nouvelles capacités. À celles-ci appartiennent la télépathie, la puissance du pressentiment, le deuxième visage et toutes les forces d'un état extra-sensoriel, comme elles sont indispensables pour les actions occultes». Peut-être lirons-nous à ce point de vue l'exemple du pasteur qui pouvait, par la méditation, découvrir des choses cachées. (B 156).

  4. À la quatrième étape le yogi atteint la maîtrise des arts noirs. Pour cela, les Lamas tibétains sont connus avant tous les autres. J'ai recueilli beaucoup d'exemples de la quatrième étape du yoga. À Kalimpong, à la frontière du Tibet, j'entrai en contact avec beaucoup de Tibétains En plus, j'ai obtenu des rapports d'anciens missionnaires. J'ai surtout reçu un aperçu par la confession d'un homme dont il m'est permis de donner l'exemple.

    Exemple 274.

    Mon interlocuteur avait étudié pendant dix ans le yoga, la magie et le spiritisme chez les lamas. Il avait entendu parler de mes conférences à Sydney et il voyagea afin de me trouver jusqu'à Newcastle (Australie). Il fit une confession générale et il appela les choses par leur nom. Il dit: «Ce que les lamas transmettent, c'est le culte des esprits, le culte des démons. Moi aussi, je suis tombé par là sous la puissance des démons. S'il vous plaît, aidez-moi afin que je sois libéré». Nous eûmes une longue conversation. Avec de tels liens, il me fallait en tout cas avoir un cercle de prière. Combien peu d'hommes de prière, fidèles, forts en la foi, il y a même parmi les croyants! De la confession de cet homme j'appris aussi que les yogis du Tibet ont maîtrisé la transe, les matérialisations, les excursions de l'âme, la télékinésie, la lévitation, qu'ils ont une maîtrise parfaite de la télépathie et de tous les arts spirites. Sur l'étape quatre, que j'ai trouvée avec cette intensité seulement chez les Tibétains, les Zombis, les Alouts, les Macumbas, les Vaudouistes, le yoga ne peut absolument plus se masquer. Ici le yoga est parvenu à son Chef, Satan, qui grâce à ses promesses et ses artifices veut tirer les hommes dans l'abîme.

    L'aspect religieux du yoga ne doit plus être éclairci. Le yoga ne finit pas seulement par le salut par soi-même et l'athéisme mais par le culte des démons. Celui qui se prépare à prendre part aux exercices du yoga se rend sur un champ de puissance duquel il est branché inconsciemment sur la ligne de l'envoyeur de puissance. Ce sont les puissances dont Paul parle dans ses lettres, comme par exemple dans Colossiens 2:15. Christ nous a délivrés des esprits, des démons, et des puissances. Le chef de ces puissances est Lucifer, qui par sa lumière trompeuse égare, et veut regagner ce qu'il a perdu. Et de quel succès il est gratifié puisque le yoga est devenu la chose à la mode dans le monde occidental!

    Une citation de la littérature mondiale doit confirmer ma propre opinion. Dans le livre Satan combat pour gagner le monde, de Lindsey et Carlson, il est dit à la page 33: «Chris. Pike (fils de l'évêque Pike), m'a dit dans une interview personnelle qu'il avait en son temps pratiqué le yoga et la méditation. Il avait alors été maîtrisé par des esprits qui détruisirent presque sa vie. Il s'est ensuite libéré de ces puissances au nom de Jésus, et il est aujourd'hui un témoin de la puissance transformatrice de Jésus-Christ. Sa vie en fut complètement changée».

    À tous les chrétiens qui se laissent entraîner sans le savoir vers le yoga s'applique la Parole de Galates 5:1: «C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude».

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2017 GoDieu.com - Tous droits réservés