Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
227 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1506Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Publicité point liée à GoDieu.com

Mort à Christ-6


mars 30, 2019 par GoDieu

 

Ceux qui meurent sans Christ

Cette deuxième catégorie se rapporte à tous les êtres humains, sauf ceux qui ont été élus d'entre la race humaine. Il n'y a peut-être dans toute la vie d'un homme qu'un seul instant qui importe et qui compte: celui de sa mort, puisqu'elle est inévitable et que c'est l'instant où il tombe dans l'éternité de Dieu. Est-il, en effet, pour chacun de nous, une heure plus grave, plus émouvante, plus redoutable que celle où va s'accomplir et se fixer d'une façon définitive, irrévocable le destin de notre âme? C'est bien l'heure dernière, celle qui n'aura jamais une seconde fois sa pareille, parce qu'il n'y a pas de retour en arrière, celle qu'il n'est pas possible d'éluder ou de reculer et qui pourtant n'est pas un terme, un achèvement, puisqu'elle a un lendemain. Oh! ce lendemain de la mort! Quelles visions de cauchemar ne fait-il pas surgir dans l'imagination des vivants qui tentent de s'en faire une idée! La seule pensée de notre fin sur cette terre suffit à remplir notre cœur d'une telle angoisse que pour en écarter l'horreur, nous nous jetons dans les «divertissements» les plus insensés et, parfois, les plus coupables.

Pascal a bien marqué cette poursuite effrénée du divertissement chez les hommes pour qui «la mort est plus aisée à supporter sans y penser»; car «les hommes n'ayant pu guérir la mort, la misère, l'ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n'y point y penser». Comme si le «divertissement» qui devait leur apporter le bonheur et la joie, n'était pas bien plutôt la cause de «mille accidents qui font les afflictions inévitables»! «La seule chose, continue Pascal, qui nous console de nos misères, est le divertissement et cependant c'est la plus grande de nos misères. Car c'est cela qui nous empêche principalement de songer à nous, et qui nous fait perdre insensiblement. Sans cela nous serions dans l'ennui et cet ennui nous pousserait à chercher un moyen plus solide d'en sortir. Mais le divertissement nous amuse et nous fait arriver insensiblement à la mort». Sans doute «c'est une chose horrible de sentir s'écrouler tout ce qu'on possède; mais n'est-ce pas aussi s'abuser dangereusement soi-même que de fermer les yeux à la vérité? Entre nous et l'Enfer et le Ciel, il n'y a que la vie, qui est la chose du monde la plus fragile», et «le dernier acte est sanglant, quelle que belle que soit la comédie en tout le reste: on jette enfin de la terre sur la tête et en voilà pour jamais.» N'oublions point que «misérables comme nous, impuissants comme nous, nos semblables ne nous aideront pas: on mourra seul.».

Solitude amère et sombre de ceux qui meurent loin de toute présence amie ou secourable, dans un abandon d'autant plus douloureux qu'à ce moment tout s'effondre, autour de soi, que la nuit devient plus épaisse et que l'âme agonisante a perdu toute raison d'espérer! Détresse morne et muette de ceux qui s'éteignent lentement sur un lit d'hôpital, dans l'indifférence de toute une salle, où chacun, obsédé par le sentiment de sa propre misère, n'a plus le courage de compatir aux souffrances des autres: lorsque le corps s'est raidi dans un dernier spasme, une infirmière arrive et relève le drap sur la tête; c'est fini! Destin cruel de ceux qui s'acheminent doucement vers la mort, avec la fausse espérance qu'ils vont guérir, parce que les parents qui les entourent se refusent, pour ne pas troubler leur quiétude, à leur dire la vérité et les entretiennent dans la mensongère assurance qu'aucun événement grave ne les menace! Comme si, à l'heure où un être humain va quitter la terre, où, par conséquent, il a besoin de savoir si ses derniers moments sont venus, afin de préparer son âme à subir, avec courage et dans la paix, la plus terrible des épreuves, ce n'était pas, sous le fallacieux prétexte de l'affection et de la tendresse, commettre la plus coupable des actions que de le laisser dans l'ignorance de son état et de le priver ainsi des secours auxquels il a droit en cet instant tragique! Qu'elle est dangereuse et condamnable cette vaine sollicitude des parents ou des amis qui ne s'empressent autour du malade que pour le tromper! Il n'est pourtant plus, entre leurs mains, qu'un enfant docile et confiant, sans défense et sans volonté, dont ils disposent à leur guise, puisqu'il ne peut plus rien par lui-même.

Dès les premières pages de l'Écriture, Dieu annonce que, selon son juste jugement, le péché entraînera la mort. Cette vérité est illustrée, développée et précisée tout au long de la révélation divine. Adam reçoit l'avertissement que s'il mange du fruit défendu, il mourra certainement (Genèse 2:17). Il s'agit ici du premier commandement donné à l'homme que l'on nomme «la loi d'interdiction». Son but était d'irriter l'esprit de l'homme afin de le faire réagir à la réalisation qu'il n'était qu'une simple créature et non le Créateur et qu'il n'était pas le maître de son destin. Cette situation ne convenait pas à l'homme qui, dans son raisonnement subtil, désirait plus de son existence, car son ambition était d'être comme Dieu et de décider par lui-même ce qui est bien et ce qui est mal, se déclarant ainsi indépendant en se faisant maître de son propre destin (Genèse 3:5). Ici est la source même du péché, car le péché est la transgression de la loi qui engendre une séparation d'avec Dieu. À son origine l'homme viola la loi d'interdiction. Or briser la loi porte toujours des conséquences désastreuses et ici la répercussion fut des plus terribles pour toute la race humaine: la mort spirituelle, physique, et éternelle. Après que le péché a été consommé, la sentence est confirmée: «tu retourneras à la poussière» (Genèse 3:19); «Par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et... ainsi la mort a passé à tous les hommes» (Romains 5:12). Nous apprenons ainsi que la mort est le relâchement forcé du contrôle de l'homme sur sa vie afin qu'il subisse le jugement et la condamnation de ses actes de rebellons devant le trône de Dieu qui seul est en contrôle de toutes choses, même sur les agissements les plus monstrueux et inqualifiables de l'homme. Comme un sage a déjà dit: «Dieu est Dieu sur toutes choses ou il n'est pas Dieu du tout, il est l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin de toutes choses, rien n'échappe à sa volonté souveraine et absolue».

Le Nouveau Testament nous conduit plus loin. Il nous apprend qu'après la mort il y a un "jugement": «il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, et après cela vient le jugement» (Hébreux 9:27). Mais celui qui a reçu ou plutôt qui a été reçu de Jésus de toute éternité y échappe: «qui croit au Fils a la vie éternelle»; «il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie»; «il ne verra point la mort, à jamais» (Jean 3:31; 5:24; 8:51). Il est clair que dans ces passages, «la mort» a un sens qui dépasse de beaucoup celui de la mort physique. On peut y discerner deux pensées:

La mort: état moral de l'homme naturel

D'une part, la mort est le symbole de l'état moral de l'homme naturel: un état de corruption, d'éloignement complet et définitif de Dieu: «Vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés» (Éphésiens 2:1). C'est un état dans lequel il n'y a aucun espoir, à moins que Dieu n'intervienne pour vivifier l'âme d'après son décret d'élection.

La mort, jugement de Dieu à l'égard du péché

D'autre part, la mort est le symbole du jugement qui la suit, pour ceux qui n'ont pas cru. La mort et le jugement sont liés ensemble dans l'expression «la mort», et mis en contraste avec «la vie éternelle»: «Car les gages du péché, c'est la mort; mais le don de grâce de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus» (Romains 6:23). Le chapitre 5 de l'épître aux Romains montre explicitement que, pour toute la descendance d'Adam, les conséquences de la faute sont «mort» et «condamnation» (Romains 5:15-18). À la fin de la révélation divine, le juste jugement de Dieu à l'égard de ceux qui n'ont pas reçu Jésus, l'étang de feu, est appelé: «la seconde mort» (Apocalypse 20:14). Aujourd'hui encore, à tous «ceux qui périssent» — c'est-à-dire à tous ceux qui sont dans cet état de mort et marchent vers la mort et le jugement — s'adresse la voix du Sauveur, «afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle» (Jean 3:15-16).

Quelles que soient nos opinions, nos convictions, notre âge ou notre situation, quelles que soient la route suivie, la direction prise, il faudra, à plus ou moins bref délai, rencontrer l'infatigable moissonneuse. Pour tous, la mort est inévitable et son ombre plane sur chacune de nos vies. Ni l'excellente santé, ni la jeunesse dont nous jouissons aujourd'hui encore, ne nous promettent un lendemain sous le soleil, rien ne nous assure que l'heure dernière ne va pas sonner pour nous, et qu'à côté de notre date de naissance ne s'ajoutera pas une seconde et dernière date, celle de notre mort. Sans nous consulter, désirée ou haïe, la mort accomplit sa mission. Depuis que l'homme existe, la mort, toujours à la page, a suivi les progrès de la civilisation. Dès l'apparition de la vie, commence la peur de la mort. L'homme sait qu'il doit mourir, mais ignorant le jour et l'heure de ce terrible rendez-vous, sa mort, la mort des autres, il les vit à l'avance. Nous mourons en vivant, nous vivons en mourant. Dès notre premier souffle, nous sommes déjà sur la ligne d'horizon et nous longeons à tout instant les rives de l'Éternité. Jeunes ou âgés, malades ou bien portants, tous peuvent dire avec le roi DAVID: «En vérité, il n'y a qu'un pas entre moi et la mort» (1 Samuel 20:3). Vérité atroce! Thème poignant! lieu commun sans doute, mais qui nous atteint tous au vif de l'âme. On voudrait oublier ce destin tragique, pour ne plus penser qu'à la vie! Et c'est justement la vie qui chaque jour ramène à la mort!

C'est ainsi que la mort installe le règne de la peur jusque dans nos demeures. Et tout cela, parce que la multitude des hommes ne connaît pas Jésus-Christ, qui, par Sa mort, a anéanti celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable. Seul le Christ, nous dit l'Écriture, délivre tous ceux qui par crainte de la mort, sont toute leur vie retenus dans la servitude (Hébreux 2:5). Un examen sérieux nous ferait remarquer qu'en dehors de la Révélation biblique, la mort n'a pas été comprise et est restée une inconnue. C'est pourquoi jamais peut-être nous ne pouvons mieux apprécier la Révélation divine que lorsque nous entendons Dieu Lui-même nous expliquer ce redoutable mystère dans Sa Parole. Amis incroyants, laissez là vos préjugés, vos a priori, et, avec nous, retournez à la Bible, car il en vaut la peine. Vous savez que la mort est certaine et que vous ne pouvez y échapper. Pourquoi seriez-vous donc de ceux qui meurent sans Christ? Pourquoi voudriez-vous souffrir pour l'éternité des peines les plus atroces?

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés