Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
431 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1541Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Mythe du Dieu envoyé de Dieu-4


août 15, 2018 par GoDieu

 

Le ciel est-il un endroit réel?

Aller au ciel serait-il réalisable s'il est en endroit réel? C'est ce qu'on a tendance à croire au sein du christianisme traditionnel et évangélique. Si tel serait le cas, l'homme pourrait-il un jour s'y rendre dans un vaisseau spatial qui voyagerait à la vitesse de la lumière ou plus? Serait-il plus facile d'atteindre le ciel de cette façon que de l'atteindre par la foi? D'ailleurs, comme disent certains idiots, Dieu ne voyage-t-il pas dans une soucoupe volante comme nous voyons dans Ézéchiel? Le mot ciel est souvent utilisé pour décrire une saveur, un sentiment, une expérience particulièrement agréable. Mais est-ce un endroit véritable? Plusieurs croient que la Bible nous dit qu'il y a un endroit réel qui s'appelle le ciel, un lieu précis avec une population et quelqu'un qui règne. On tente d'utiliser quelques passages des Écritures afin de prouver une telle notion subtile et aberrante: Ésaïe 6:1-2 (a) nous dit, «L'année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes...». 1 Rois 22:19 nous dit, «Et Michée dit: Écoute donc la parole de l'Éternel! J'ai vu l'Éternel assis sur son trône, et toute l'armée des cieux se tenant auprès de lui, à sa droite et à sa gauche.».

Mais ces passages ne parlent aucunement du ciel comme un endroit réel, ils sont des révélations accordées aux prophètes pour expliquer la toute-puissance de Dieu en termes figuratifs. Mais on persiste obstinément, contrairement à la vérité, à dire que le ciel est le lieu où Dieu demeure, étant aussi habité par des hôtes célestes et angéliques. Ces hôtes seraient d'après eux les messagers de Dieu qui exécutent ses ordres, en particulier envers ceux qui appartiennent à Dieu. Pour prouver ce point on utilise des passages comme Psaumes 91:11 qui nous dit, «Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies...» Théologiquement parlant, cela se nomme de la manipulation textuelle avec laquelle on fait dire à la Bible ce qu'elle ne dit pas explicitement. Cette pratique néfaste et maléfique d'interpréter les Écritures est malheureusement très populaire au sein du christianisme contrefait de nos jours. On affirme hypocritement que la Bible est la seule règle de notre foi, tout en y ajoutant toutes sortes de conjectures sophistiquées qui déforment sa révélation dans le but de donner de la crédibilité à un système de pensée qui se veut maître des consciences de tous. Vous n'avez qu'à parler avec des chrétiens dits évangéliques et vous réaliserez rapidement que la spéculation sur ce que dit la Bible est plus importante que ce qu'elle dit réellement.

Un des arguments des plus insensés qu'on utilise dans une folle tentative futile de prouver que le ciel est un endroit qui détiendrait des caractéristiques spirituelles tout en étant une localité physique est qu'il est dit que «Jésus priait Dieu, levant ses yeux vers le ciel». Lorsqu'on lit que «Jésus leva ses yeux vers le ciel», pouvons-nous conclure que le ciel se situe physiquement au-dessus de la terre? Lorsque Jésus déclare qu'il vient d'en haut, est-ce que cela signifie que Jésus provient d'une place située au-dessus de la terre, de sur une autre planète peut-être située dans une autre Galaxie que la nôtre, ou encore de sur la planète Uranus car Uranus signifie «Ciel»? Lorsqu'il dit qu'il est «le pain descendu du ciel», cela signifierait-il qu'il est descendu littéralement d'un endroit physique. Et lorsque Jésus monta au ciel parmi les nuages lors de son ascension, comment haut monta-t-il, jusque dans l'espace sidérale, ou est-ce qu'un vaisseau spatial l'attendait dissimulé dans les nuages pour entreprendre le grand voyage vers une localité matériel indéterminé où il habiterait corporellement? La folie des gens au niveau du christianisme traditionnel comme Évangélique ne connaît aucune borne, leurs imaginations fertiles et détraquées les amènent dans toutes sortes d'aberrations, et le pire est que la majorité n'en sont pas conscient. Aussi étrange que cela puisse être, ces gens ne savent pas lire, ils ne font pas attention aux mots et sautent trop rapidement à des fausses conclusions, car ils aiment juger les autres sans être jugé en retour. Très peu prennent le temps d'étudier le sens des mots qu'ils lisent et les appliquent inévitablement hors contexte pour prouver un prétexte, au point que c'est une maladie sérieuse dans ces milieux. Or nous devons réaliser que dans le cadre d'une étude sur le ciel, il faut savoir en distinguer le sens physique et le sens spirituel si nous ne voulons pas nous égarer de la vie avec toutes sortes de suppositions insensées.

L'argument conjectural n'étant pas suffisante pour les réprouvés, ils procèdent à l'utiliser en y ajoutant celui de la science moderne, ennemi de la révélation de Dieu, qui plaît à l'homme naturel de ce monde ténébreux pour expliquer le pourquoi de l'existence de toutes choses. Dans cet amalgame infernal, on nous dit que

«Le ciel existe au-delà du voile qui sépare le royaume visible de celui qui est invisible. L'homme ne peut pas voir des microorganismes à l'œil nu, et pourtant nous savons qu'ils existent au milieu de nous et qu'ils ont des propriétés et des caractéristiques. De la même façon, nous savons par la foi que le ciel existe et que c'est le lieu où Dieu règne».

Avec cette notion émise par les réprouvés, on rejoint la physique quantique qui nous dit que chaque atome est entouré de neutrons et de protons, en d'autres mots un univers microscopique qui serait un duplicata de l'univers macroscopique, l'homme étant situé entre les deux. Or pouvons-nous dire que de cette même façon le ciel existe? Ce que ces gens ne réalisent pas, du moins je l'espère quoique je ne serais pas surpris du contraire, est qu'avec un tel amalgame on côtoie ici les propriétés du microcosme et du macrocosme souvent utilisées dans les rituels de la haute magie, comme ils sont décrits surtout dans la Kabbale juive et le Grimoire ancien de sorcellerie dont la devise principale est: «Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, afin que les deux soient UN», principe subversif de la Table d'Émeraude d'Hermes Trismegiste par lequel les hommes dépravés deviennent des dieux, et dont le symbole est l'hexagramme ou étoile à six pointes connu aussi comme le sceau de Salomon ou étoile de David que nous retrouvons sur le drapeau de la nation moderne d'Israël. Serait-ce pour cela que les évangéliques, surtout les Pentecôtistes et les Charismatiques, supportent tout le peuple de Satan de cette nation diabolique en prétendant qu'ils sont encore le peuple élu de Dieu? Que les chrétiens traditionnels comme évangéliques s'en remettent à de tels arguments dans le but de prouver que le ciel est un endroit, une localité physique située à quelque part dans l'univers, est l'évidence qu'ils se retranchent eux-mêmes de l'héritage éternel qui est destiné uniquement aux élus.

Nous savons tous que la Parole de Dieu évoque souvent le ciel, sa beauté, sa perfection, son harmonie. Malgré cela nos connaissances restent souvent vagues et superficielles du temps que nous cherchons à raisonner les Écritures avec notre intellect charnel qui est soumis à la loi du péché, et donc insuffisant pour en obtenir la moindre lumière. À la vérité biblique se mêle souvent la fiction comme nous voyons avec la définition des anges qui les représentent comme des êtres splendides, vêtus de robes blanches et d'énormes ailes. Pour connaître la vérité, la Parole de Dieu doit rester notre source unique. Toutefois, en affirmant ce principe, certains apostats comme John MacArthur, un prétendu calviniste, un imposteur et un réprouvé dont la théologie est arminienne à sa base et dont l'évangile est celui du libre-choix, affirme que

«Le ciel est bien plus qu'un symbole d'émerveillement. C'est un endroit, un endroit réel, où les croyants se retrouvent après leur mort... le ciel est un endroit réel qui peut être contemplé, touché et habité par des êtres ayant un corps matériel. Nous affirmons cette vérité sans aucune équivoque».

Nous voilà donc revenu au ciel de la science-fiction des évangéliques, un ciel limité à un endroit spécifique, un ciel physique ou matériel, un ciel imaginaire digne des plus grands illusionnistes, un ciel imparfait qui n'est qu'une contrefaçon de sa réalité, bref, un faux ciel avec un faux dieu pour des faux chrétiens qui détiennent une fausse espérance.

 

La vérité sur le Ciel

Il est temps maintenant de quitter ces folies des réprouvés et de se pencher sur la question primaire: Qu'est-ce que le ciel? Dans la Bible Martin, une des versions françaises la plus fidèle aux originaux, le mot ciel est employé 234 fois et celui de cieux 531 fois, pour un total de 765 fois. Dans l'Ancien Testament, le mot hébreu «shamayim», que l'on traduit habituellement par «ciel», est un nom pluriel souvent traduit "cieux" qui signifie littéralement «les hauteurs». Quant au mot grec, «ouranos» (que l'on a utilisé pour désigner la planète Uranus), il signifie littéralement «ce qui est élevé» ou plus précisément «ce qui est très haut». L'étymologie de ces deux termes, hébreu et grec, nous donne exactement la définition de ce qu'est le ciel. Mais avant comprenons bien que les mots «shamayim» et «ouranos» sont utilisés dans l'Écriture pour décrire trois choses différentes. Cela explique d'ailleurs pourquoi Paul dit avoir été ravi au «troisième ciel» (2 Corinthiens 12:2), car une des nuances de «ce qui est très haut» est reflétée dans le mot «suprématie», nous indiquant que l'apôtre Paul a été ravi ou saisi par la troisième suprématie qui domine sur le monde des hommes, c'est-à-dire que Paul a été captivé et émerveillé dans la révélation de la Toute-Puissance de Dieu même par l'Esprit de sa Sainte Présence qui habitait en lui (Galatiens 1:15-16; Éphésiens 1:17-21; 3:3-5,16-19). Une telle révélation surpasse toute la connaissance des deux premiers cieux qui dominent sur le monde physique selon l'ordre naturel des choses.

Le premier ciel: Il y a tout d'abord «le ciel atmosphérique», que nous appelons encore la troposphère — couche d'air qui enveloppe la terre et nous permet de respirer. En rapport avec ce premier ciel, le livre de la Genèse dit que «les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s'ouvrirent. La pluie tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits» (Genèse 7:11-12). Dans ce passage, le mot «ciel» se réfère à cette couche atmosphérique qui enveloppe la terre, et qui est le lieu où les cycles hydrologiques se forment. Le Psalmiste nous dit également que Dieu «couvre les cieux de nuages» (Psaumes 147:8). Ceci est le premier ciel.

Le second ciel, «le ciel planétaire» ou «espace sidérale», est le lieu où se trouvent les étoiles, la lune et les planètes. L'Écriture utilise le mot «ciel» pour décrire l'univers entier avec ses galaxies innombrables connues seulement de Dieu. Ainsi, toujours dans le livre de la Genèse, nous pouvons lire: «Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre.» (Genèse 1:14-17).

Le troisième ciel, ou «ciel spirituel», celui dont parle Paul en 2 Corinthiens 12, est le ciel de la révélation de Dieu, de son existence éternelle, de sa Majesté et de sa Toute-Puissance. Il n'est pas un endroit dans une localité physique, il désigne plutôt l'état d'être d'une existence suprême et glorieuse qui n'est pas accessible au commun des hommes, mais qui est donnée gratuitement et uniquement aux élus. Il implique une métamorphose ou transformation totale dans une nouvelle nature céleste et divine de tous ceux qui sont donnés d'y participer, ce qui est nommé figurativement «le festin des noces de l'Agneau». En d'autres mots, il s'agit de l'existence du Nouvel Homme, d'une race céleste suprême et éternelle dans laquelle Dieu habitera pleinement et sans réserve. Les implications d'une telle existence bafouent toute notre compréhension et notre imagination, on en obtient seulement quelques lueurs que Dieu nous accorde dans sa grâce merveilleuse. Puisque le mot «éternel» implique d'être sans commencement et sans fin, il devient difficile d'expliquer un tel principe, surtout du fait qu'on se retrouve présentement de l'autre côté du voile. Toutefois nous savons que les deux autres cieux passeront (2 Pierre 3:10), mais ce troisième ciel est éternel.

Nous avons vu que «le ciel est identifié de manière étroite avec Dieu même dans la conception hébraïque», mais il est faux de dire, comme certains réprouvés le font, qu'il était devenu «un euphémisme qui remplaçait le nom de Dieu lui-même». Ces imposteurs, dépourvus de la révélation suprême de la grâce divine et souveraine, s'imaginent que «le mot ciel a été substitué au nom de Dieu par ceux qui craignaient d'utiliser son nom en vain». Ils disent même «qu'à l'époque du Nouveau Testament, cette façon de procéder était tellement ancrée dans les coutumes que la plupart des références concernant le ciel ont été comprises comme des références à Dieu lui-même». Une telle notion indique l'ignorance crasse de ceux qui sont trop paresseux pour analyser le sens des mots qu'ils lisent, s'en remettant aux dires farfelus de tous et chacun, spécialement de ceux qui sont reconnus comme étant accrédité d'une érudition académique quelconque. Tous les réprouvés plient le genou devant les érudits du Culte de l'Intelligence, ils font de ces bouffons orgueilleux, pédants et prétentieux, des petits dieux qui déterminent ce qu'ils doivent croire ou non. Mais ces gens se fourvoient dans leurs délires, car l'intelligence de l'homme ne peut saisir la révélation de Dieu, elle est un don de Dieu qu'il accorde à qui il veut selon le bon plaisir de sa volonté souveraine.

Maintenant, nous savons sans l'ombre d'aucun doute que le mot ciel signifie littéralement «le ou ce qui est très haut». Or, comme nous venons de voir, l'expression «très haut» n'indique pas un endroit ou une localité, mais un état d'être, et rien n'est plus haut que la divinité même. Nous comprenons maintenant exactement c'est quoi le ciel, il est un état d'existence divine, ce qui veux dire que ceux qui sont désignés pour le ciel sont désignés pour la divinité. Ils ne deviennent pas «comme des dieux» (Genèse 3:5) comme fut le raisonnement fautif de l'homme charnel, ils deviennent Dieu même. Ils ont été créés et désignés pour cela depuis avant la fondation du monde. Le grand Augustin avait dit: «Dieu devint un homme afin que l'homme devienne Dieu», mais Augustin manqua de précision car la divinité n'est pas accordée à tous les hommes mais aux élus seuls. Évidemment plusieurs argumenteront contre cette révélation qui fait de l'homme Dieu même, mais l'enseignement du Seigneur Jésus est clair sur ce sujet pour ceux qui ont des yeux pour voir. Contemplez ces passages merveilleux dans l'Évangile de Jean, et si vous êtes un de ceux qui ont été élus à la gloire éternelle, une lumière glorieuse percera votre âme pour vous en accordez la révélation: Jean 17:20-24 «Or je ne prie point seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui croiront en moi par leur parole. Afin que tous soient un, ainsi que toi, Père, es en moi, et moi en toi; afin qu'eux aussi soient un en nous; et que le monde croie que c'est toi qui m'as envoyé. Et je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un. Je suis en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient consommés en un, et que le monde connaisse que c'est toi qui m'as envoyé, et que tu les aimes, comme tu m'as aimé. Père, mon désir est touchant ceux que tu m'as donnés, que là où je suis, ils y soient aussi avec moi, afin qu'ils contemplent ma gloire, laquelle tu m'as donnée; parce que tu m'as aimé avant la fondation du monde.» Puis dans 2 Thessaloniciens 1:6-10, il est écrit: «Puisque c'est une chose juste devant Dieu, qu'il rende l'affliction à ceux qui vous affligent; Et [qu'il vous donne] du relâche à vous qui êtes affligés, de même qu'à nous, lorsque le Seigneur Jésus sera révélé du Ciel avec les anges de sa puissance; Avec des flammes de feu, exerçant la vengeance contre ceux qui ne connaissent point Dieu, et contre ceux qui n'obéissent point à l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ; Lesquels seront punis d'une perdition éternelle, par la présence du Seigneur, et par la gloire de sa force; Quand il viendra pour être glorifié en ce jour-là dans ses saints, et pour être rendu admirable en tous ceux qui croient.»

Pour préciser davantage, le ciel est un état d'être éternel, sans commencement et sans fin, dans lequel les élus sont assimilés à la divinité de Christ, car ils font parties de son Corps. Ils deviennent Dieu comme Christ est Dieu, ceci est l'héritage éternel qui nous attend et que nous possédons déjà, et comme Christ est l'Alpha et l'Oméga, le Commencement et la Fin, il en advient que les élus qui sont en Christ depuis avant la fondation du monde, se retrouve au commencement et à la fin de toutes choses, surtout du fait que le temps n'existe pas dans l'éternité. L'aspect étonnant et époustouflant de cette révélation extraordinaire et inimaginable est que les élus existaient déjà en Christ avant la fondation du monde. En d'autres mots, nous étions présents lors de la création de toutes choses et nous serons présents lors de la destruction de toutes choses pour la création d'un nouveau monde. Nous comprenons donc mieux la signification du terme hébreu «Elohim» qui est traduit par le mot Dieu dans l'Ancien Testament. Ce terme est un singulier qui représente un pluriel tout comme le mot famille. Puisque Christ est Dieu, c'est-à-dire Elohim, et que nous sommes en lui, il en advient que nous sommes aussi Elohim, c'est-à-dire «l'Être des êtres» ou plus précisément «l'Esprit des vivants». Ceci se comprend davantage lorsque nous disons que nous sommes christiens car nous sommes de Christ, mais il y a plus car nous serons Christ lui-même puisque nous sommes identifiés à lui par sa Toute-Puissance, et il nous donne sa gloire afin que nous soyons un avec lui lorsque nous serons transformés en son image, à sa ressemblance. Ce que nous sommes nous ne le voyons pas présentement, mais lorsque nous le verrons face à face nous serons tel qu'il est, il n'y aura plus aucune différence, aucune distinction. Le péché n'existera plus, la mort sera vaincue, et la réalisation de Dieu sera complète. Dieu vivra en nous pleinement et sans restriction, au point même que nous serons identiques. Tel est le ciel et tel nous serons, car nous étions auparavant et nous le serons éternellement. Ainsi se complète le cercle de la vie pour les élus.

Or lorsque nous voyons des passages comme Jean 6:38 où le Seigneur Jésus dit: «Car je suis descendu du ciel...», nous savons maintenant que Jésus n'est pas descendu d'un endroit ou d'une localité particulière. Puisque le verbe «descendre» porte aussi la notion de «abaisser» et que le mot «ciel» porte la notion de «divinité», nous comprenons mieux les paroles de Jésus en ce qu'elles signifient: «Car je me suis abaissé de la divinité». N'est-ce pas exactement cela que l'apôtre Paul nous dit dans son Épître aux Philippiens en parlant de Christ: Philippiens 2:5-11 (Bible de Machaira 2016):

5
Ayez en vous les mêmes sentiments que Jésus-Christ,
Mt. 11. 29; Jn. 13. 15; 1 Pi. 2. 21; 1 Jn. 2. 6;

6
Lequel étant la transformation unique de L'ESPRIT DES VIVANTS éternel, ne s'est point attribué injustement la conformité à L'ESPRIT DES VIVANTS;
2 Co. 4. 4; Col. 1. 15; Hé. 1. 3;

7
Mais s'est privé lui-même de cette conformité, en assumant sur lui l'aspect d'un serviteur, devenant semblable à tous genres d'hommes;
Ps. 8. 5; Mt. 20. 28; Jn. 13. 14;

8
Et, ayant paru dans la nature du genre humain, il s'est abaissé lui-même, en se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix.
Hé. 2. 9; Hé. 2. 14; Hé. 2. 17; Hé. 4. 15; Hé. 12. 2;

9
C'est pourquoi aussi, comme ESPRIT DES VIVANTS exalté à la suprématie, il lui a été donné un Nom qui est au-dessus de tout nom;
Ac. 2. 33; Hé. 1. 4;

10
Afin qu'au nom de JÉSUS, tout ce qui est dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre, fléchisse le genou,
És. 45. 23; Ro. 14. 11;

11
Et que toute langue confesse Jésus-Christ comme étant L'ADMIRABLE, le Père de gloire, et L'ESPRIT DES VIVANTS éternel.
És. 9. 6; Jn. 13. 13; 1 Co. 8. 6; 1 Co. 12. 3;

Dorénavant, lorsque vous verrez le mot ciel dans les Saintes-Écritures, surtout dans l'Évangile de Jean, traduisez-le automatiquement dans votre tête par le mot «divinité» et vous serez rempli des richesses inimaginables de la gloire éternelle.


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés