Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
319 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1579Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Remarques sur la version de la Bible de M. Louis Segond-05


décembre 8, 2010 par GoDieu



Chapitre 2


Uniformité de traduction

L'exactitude, la plus scrupuleuse exactitude doit être la première règle du traducteur du Livre inspiré de Dieu. Ce principe conduit à celui de traduire autant que possible le même mot de l'original par le même mot français.

Un exemple frappant, choisi dans le Nouveau Testament, fera comprendre l'importance de cette règle:

Le mot Paraclètos, (défenseur, avocat, conseiller, assistant) se trouve dans l'Évangile de Jean 14:16,26; 15:26; 16:7 où il sert à désigner le Saint-Esprit. Dans la 1re Épître de Jean 2:1, Jésus-Christ, à son tour, est appelé notre Paraclètos, Défenseur auprès du Père.

Les versions de Martin et d'Ostervald effacent cette identité d'expression, en traduisant le mot paraclètos appliqué au Saint-Esprit par Consolateur, et par avocat quand Jésus-Christ est appelé notre paraclètos. — Le chrétien qui ne sait pas le grec croira en conséquence que le Saint-Esprit nous console, mais que Jésus-Christ est notre avocat auprès de Dieu. Si ce même chrétien se servait, au contraire, d'une version exacte, comme celle de Lausanne, il découvrirait, grâce à l'uniformité de traduction du mot paraclètos dans les deux cas, un enseignement important sur le ministère que le Saint-Esprit accomplit en nous, enseignement qui serait profitable au développement de sa vie spirituelle: il apprendrait que, de même que Jésus-Christ est notre Défenseur ou avocat auprès du Père et obtient par son intervention en notre faveur la rémission de nos offenses, de même le Saint-Esprit est notre Défenseur, notre Avocat, en nous. Car, de même que dans la vie civile on n'a pas seulement recours à un avocat quand on a un procès, mais aussi pour nous donner des conseils pour éviter les procès, de même le chrétien possède dans le Saint-Esprit cet avocat qui le dirige dans sa voie et le préserve de la chute.

Dans le cas qui nous occupe, M. Segond, tout en laissant le mot Consolateur dans le texte des chapitres 14, 15 et 16 de Jean, met en note les mots défenseur, aide, soutien, et renvoie à cette note dans le passage 1 Jean 2:1.

Mais dans une multitude d'autres cas, M. Segond transgresse cette règle d'uniformité de traduction.

Nous citerons comme exemples les mots les plus importants, qu'on peut appeler les mots bibliques par excellence: grâce, vérité, croire et foi.


1 — Chesed (grâce)

Bornons-nous, pour ce mot, au seul livre des Psaumes.

M. Segond traduit chesed quelquefois par grâce: (Psaumes 23:6; 26:3; 31:22, etc.)

Le plus souvent il le traduit par bonté: (Psaumes 13:6; 25:6; 33:5,18; 36:8, etc.)

D'autres fois par miséricorde: (Psaumes 25:7; 136, dans chaque verset, etc.)

Une fois par amour: (Psaumes 86:5)

Une autre fois par faveur: (Psaumes 141:5)

Enfin une fois par bienfaiteur: (Psaumes 144:2)

Voilà donc, dans un même livre des Écritures, le même mot de l'original traduit sans nécessité aucune par six expressions différentes qui ont chacune sa nuance spéciale, et pour chacune desquelles l'hébreu a un terme particulier correspondant. Pourquoi cette diversité de traduction? Cette manière inexacte de traduire, non seulement désoriente nécessairement le chrétien ignorant l'hébreu, mais dans certains passages, elle détruit l'accord entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Ainsi le Psaume 85:11 (10) parlant des temps messianiques dit que «la GRÂCE et la VÉRITÉ se rencontrent, que la justice et la paix se baisent». (Lausanne) Le Nouveau Testament dit à son tour que «la GRÂCE et la VÉRITÉ sont venues par le moyen de Jésus-Christ». (Jean 1:17).

M. Segond fait disparaître ce rapport en traduisant dans le Psaumes en question: «la bonté et la fidélité se rencontrent», tout en disant dans sa traduction du Nouveau Testament, au passage cité: «la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.»

Le lecteur de la version de M. Segond sera dans l'impossibilité de faire ces rapprochements si utiles pour saisir la pensée divine.


2 — Èmet (vérité)

On a vu dans le passage du Psaume 85:11 que nous venons de citer, que M. Segond met fidélité là où la version de Lausanne et le Nouveau Testament mettent vérité. Dans l'original hébreu il y a Èmet, qui signifie vérité. M. Segond traduit tantôt par vérité, tantôt par fidélité. Cependant, pour exprimer l'idée de fidélité l'hébreu a un autre mot Emounah.

En nous bornant encore au seul livre des Psaumes, nous trouverons que dans les Psaumes 15:2; 45:5 (4); 51:8; 119:43,142,160, M. Segond traduit Èmet, par vérité, tandis qu'il rend le même mot Èmet par fidélité dans les Psaumes suivants: 25:10; 43:3; 86:11; 89:15 (14); 91:4; 111:7; 115:1; 117:2.


3 — Hèèmin (croire)

Ce mot de première importance est rendu par M. Segond par croire dans Genèse 45:26; Exode 4:1; Exode 14:31; Nombres 14:11; 20:12, etc. Mais dans le passage classique, Genèse 15:6, où pour la première fois l'acte de croire est mentionné comme cause de notre justification devant Dieu, au lieu de traduire: «Abraham CRUT en l'Éternel, qui le lui imputa à justice» (Lausanne), M. Segond paraphrase de la manière suivante: «Abraham EUT CONFIANCE en l'Éternel»; cependant dans le Nouveau Testament, Romains 4:3 et Galates 3:6, où l'apôtre cite le passage de Genèse 15:6, M. Segond traduit: «Abraham CRUT...»

Pourquoi cette inexactitude dans un passage capital, et quand la concordance de l'Ancien avec le Nouveau Testament est en jeu?

M. Segond traduit hèèmin (croire) par se confier encore par exemple, 2 Chroniques 20:20; mais il le traduit aussi par espérer (Job 15:22); par n'être pas sûr. (Psaumes 27:13) par prendre pour appui. (Ésaïe 28:16)

Mais relevons particulièrement encore le passage Psaumes 116:10: «J'ai CRU, c'est POURQUOI j'ai parlé» (Lausanne). M. Segond dit: «J'AVAIS CONFIANCE LORSQUE JE DISAIS.» Cette traduction inexacte met encore en défaut le Nouveau Testament, où (2 Corinthiens 4:13) l'apôtre cite ce passage et dit: «selon qu'il est écrit: J'AI CRU, C'EST POURQUOI j'ai parlé» (10).

10 Il est échappé aux réviseurs de la version de Lausanne quelques passages où hèèmin n'est pas traduit par croire: Deutéronome 1:32 (avoir foi), Deutéronome 9:23 (id), 1 Samuel 27:12 (avait confiance), Michée 7:5 (se fier). Nous nous permettons de les y rendre attentifs.


4 — Èmounah (foi, fidélité)

Le mot Èmounah présente une difficulté: il doit se traduire par mot différent en français, selon, qu'il s'applique à des personne ou à des choses, aux rapports de l'homme avec l'homme, ou de Dieu vis-à-vis de l'homme ou enfin de l'homme vis-à-vis de Dieu. On doit donc, selon les cas, le traduire par foi, fidélité, fermeté. Toutefois M. Segond traduit trop librement 2 Rois 12:15 où il met probité et Ésaïe 33:6 où il se sert du mot sûreté.

Mais passons au passage de première importance: Habacuc 2:4, «Le juste vivra par sa FOI» (Lausanne) (11).

M. Segond traduit: «par sa FIDÉLITÉ». Ce qui donne un sens tout différent. Le contexte montre avec évidence qu'il s'agit de la foi en la promesse de Dieu et non de la fidélité de l'homme. C'est ainsi que l'ancienne synagogue a déjà compris ce passage. M. Segond est encore ici en contradiction avec sa propre traduction du Nouveau Testament où, Romains 1:17, il est dit: «selon QU'IL EST ÉCRIT: Le juste vivra par la Foi», ainsi que Galates 3:11. Qui a raison ici, M. Segond ou l'apôtre Paul?

Note 7 — Que Segond a traduit «par sa fidélité» dans Habacuc 2:4 est l'indice incontestable de sa position arminienne dont l'enseignement consiste à demeurer fidèle afin d'être assuré de son salut. Selon cette doctrine infernale nous ne saurions pas justifié par la foi, nous serions plutôt justifié par le choix. Une telle aberration doctrinale transforme le salut par la grâce en un salut par les oeuvres et s'oppose à la souveraineté absolue de notre Dieu. Par la «fidélité», l'homme devient maître de son destin, il est celui qui décide de croire et d'être sauvé. Ce n'est plus Christ qui le sauve mais sa décision personnelle de croire et de l'accepter comme son Sauveur personnel. Telle est l'hérésie des derniers temps qu'il nous faut combattre avec toutes les armes de l'Esprit.

Et qu'on ne dise pas que l'apôtre s'est laissé influencer par la version des Septante, car précisément en ce passage elle traduit inexactement, et autrement que l'apôtre Paul (12).

Il faut bénir Dieu de ce qu'il a permis cette erreur. La version grecque ne peut servir ici de prétexte pour affaiblir la portée de la citation du passage d'Habacuc dans le Nouveau Testament, où il forme avec Genèse 15:6 la base scripturaire de la justification du pécheur par la foi en la parole, en la promesse de Dieu.

À coté de ces mots bibliques par excellence citons en encore quelques autres.

11 Comparez les beaux développements que donne sur ce passage Keil: Die 12 Kleinen Proph. p. 423; ainsi que Delitzsch, Proph. Habakuk, cité par M. Keil.
12 Elle dit: δ δέ δίκαιος έκ πιστεώς μου ζήσεται


5 — Goël (Rédempteur) et Gad (Racheter)

Ce mot important, à cause de la doctrine de la rédemption et de ses types dans l'Ancien Testament, est traduit par M. Segond, dans les passages que nous avons consultés, de quatre manières différentes. Le plus souvent il traduit le verbe par racheter; mais, Psaumes 19:15, au lieu de rendre le substantif par rédempteur, il le traduit par libérateur; puis, Nombres 35:12,19,21,25; par vengeur, ce qui est inexact; car il s'agit dans ces passages d'une revendication, d'un rachat au prix du sang du coupable, et non d'une simple vengeance. De même dans le passage Job 19:25, il ne s'agit nullement d'une vengeance mais d'une revendication.

Exode 15:13. — M. Segond met le verbe délivrer, et il traduit très librement:

«Par ta MISÉRICORDE tu as conduit, tu as DÉLIVRÉ ce peuple»; au lieu de traduire exactement: «Tu as conduit par ta GRÂCE le peuple dont tu t'es fait le RÉDEMPTEUR» (Lausanne).

Job 3:5. — M. Segond dit: s'emparer ce qui est tout à fait inexact, car dans ce passage «les ténèbres et l'ombre de la mort» sont considérées comme le véritable domaine de ce jour maudit où Job est né; ce jour n'aurait, dans la pensée de Job, pas dû être enlevé à son domaine; les ombres de la mort doivent donc le racheter puisqu'elles l'ont laissé échapper, comme on rachète un bien fonds qui est tombé en d'autres mains. (Voir sur ce passage Delitzsch; Das Buch Job, p. 68).

Dans le même ordre d'idées signalons une autre inexactitude: Dans le Nouveau Testament: 1 Corinthiens 6:20; 7:23; 2 Pierre 2:1; Apocalypse 5:9; 14:3, M. Segond traduit, le mot agorazein, qui signifie acheter, comme s'il y avait lutroo, qui signifie racheter. Il y a cependant une différence sensible entre ces deux termes.


6 — Cohen (sacrificateur)

Nous ne nous arrêterons pas à emploi du mot malsonnant de prêtre par lequel M. Segond traduit le met cohen. Nous préférons, avec la version de Lausanne, le mot sacrificateur, bien qu'il ait, tout comme le mot prêtre, un sens moins général que le mot cohen, qui n'a pas d'équivalent assez largue en français. Cet inconvénient, toutefois, disparaît pour un lecteur attentif de la Bible par la comparaison des passages 2 Samuel 8:18, où le titre de sacrificateurs est donné aux fils de David, avec le passage parallèle 1 Chroniques 18:17, où ces mêmes fils de David sont appelés «les premiers à côté du roi», ainsi qu'avec 1 Rois 4:5, où le titre de sacrificateur donné à Zaboud, fils de Nathan, est expliqué par le terme «ami (confident, conseiller intime) du roi». Un lecteur, de la Bible, comparant passage avec passage, quand même il ne saurait pas un mot d'hébreu, trouverait par la Bible elle-même que le mot sacrificateur désigne dans la Bible quelqu'un qui se tient auprès d'un supérieur pour traiter ses affaires et recevoir ses communications particulières. Il en conclura que c'est dans ce sens aussi qu'il faut prendre le mot sacrificateur quand il désigne les ministres du culte lévitique. Ce ne sont pas seulement des hommes chargés d'offrir des sacrifices, mais les amis de Dieu, ses confidents, les premiers auprès de lui. C'est précisément ce qu'est Jésus-Christ, le vrai souverain sacrificateur du peuple de Dieu, et ce que nous sommes par lui, nous qui formons un royaume de sacrificateurs, comme dit l'Écriture.

Cette idée riche du mot, Cohen échappera au lecteur de la version de M. Segond, qui dans les passages 2 Samuel 8:18; 20:26 et 1 Rois 4:5, traduit Cohanim (13) par ministres d'État; car il ne doutera pas le moins du monde que des ministres d'État puissent être désignés dans l'original par le même mot que les sacrificateurs du culte lévitique. Même M. Reuss, qui se permet de bien plus grandes libertés que M. Segond, traduit le mot Cohanim dans ces quatre passages, comme il le fait partout, par prêtres.

13 Forme du pluriel de Cohen.


7 — Les diverses espèces de sacrifices

Dans les premiers chapitres du Lévitique les sacrifices sanglants (Sébachim (14)), et les sacrifices non sanglants, sont compris sous le terme général de Korban, (offrande).

Cette partie des oracles de Dieu distingue ensuite cinq espèces de sacrifices:

  1. L'holocauste (Olah), qui symbolise l'entière consécration à Dieu.

  2. L'hommage (Minechah) indique, la consécration à Dieu.

  3. Les sacrifices de prospérité (Sibechej schelamim ou Sébachim tout court, ou aussi simplement Schelamim, de Schalom, paix, prospérité.) Ce sont des sacrifices eucharistiques ou d'actions de grâces et de communion. En effet, la bête étant offerte à Dieu, une partie en revenait, de la part de Dieu, au sacrificateur, et à celui qui offrait le sacrifice; ou devait le manger en présence de Dieu. C'est la victime immolée qui devient la nourriture du fidèle, et celui-ci devient le commensal de Dieu. C'est l'expression la plus haute de la joie, du bonheur et de la paix du peuple de Dieu.

    Ces sacrifices étaient aussi offerts dans des cas de détresse, où le fidèle, s'humiliant et recherchant la face de Dieu, renouvelle sa communion avec lui sur la base des promesses, c'est-à-dire de la communion établie dans le passé (Juges 21:4).

  4. Le sacrifice de péché (Chattaah) représente, par la mort de la victime, amenée par l'effusion de son sang, le châtiment du pécheur; car la mort est le salaire du péché.

  5. Le sacrifice de culpabilité (Ascham) représente la satisfaction donnée à Dieu pour réparer le dommage que nos transgressions lui ont causé; car, pour que la paix avec Dieu soit parfaitement rétablie, il ne suffit pas que la peine du péché soit portée (sacrifice de péché); il faut aussi que le dommage du péché soit réparé. Le sacrifice de culpabilité complète et achève ainsi le sacrifice du péché; il en est le couronnement.

Nous ne mentionnons pas les autres noms de sacrifices qui rentrent dans les catégories énumérées, spécialement dans celle des sacrifices de prospérité, et dérivent des circonstances ou des dispositions dans lesquelles se trouve celui qui offre le sacrifice. Rappelons seulement que c'est Jésus-Christ qui, par sa vie sainte et par sa mort sur la croix, a accompli le sens de tous ces sacrifices: La consécration de son être entier à Dieu, son obéissance jusqu'à la mort, c'est l'holocauste (Olah); l'hommage (Minechah) qui l'accompagne toujours, c'est le détail de la sainte activité de Jésus-Christ, pendant chaque jour de sa vie. Dans son sacrifice sur la croix il subit la peine du péché du monde; c'est le sacrifice expiatoire proprement dit, le sacrifice de péché (Chattaah), par lequel il apaise la justice divine. En même temps qu'il l'offre, ce sacrifice, accompli selon la volonté de Dieu et précédé de sa vie sainte, consomme son obéissance (Philippiens 2:8); il répare ainsi nos transgressions, et donne une entière satisfaction à la sainteté divine; c'est le sacrifice de culpabilité (Ascham). Jésus-Christ, enfin, est notre sacrifice de paix (Schèlem); car il donne à ses croyants «sa chair à manger et son sang à boire»; ce dont ils ont un gage dans la Sainte Cène.

Nous sommes entrés dans ces détails pour faire comprendre au lecteur chrétien combien il est important pour l'intelligence de l'œuvre rédemptrice du Seigneur, préfigurée dans sa plénitude par les sacrifices lévitiques, de fixer le caractère spécial de chaque espèce de sacrifices. Or, pour cela il est absolument nécessaire qu'il n'y ait pas de confusion dans les termes. C'est ici, ou jamais, qu'il faut traduire sans varier le même mot du texte original par le mot qu'on aura choisi pour lui correspondre dans notre langue.

C'est encore ce que ne fait pas la version de M. Segond.

Le mot Korban (offrande) est tantôt rendu par offrande: (Lévitique 1:2; 3:12; 17:4; 23:14, etc.); tantôt par le verbe offrir: (Lévitique 3:14; 4:23,28; 9:7, etc.). Cela peut paraître peu important, puisque le substantif dérive de ce verbe; cependant, que l'on compare le passage Lévitique 22:18 traduit littéralement avec la version de M. Segond, et l'on verra que la traduction littérale présente une précision qui manque absolument à la seconde. Pour plus de clarté, nous numéroterons les différents membres de phrase: Quand un homme...

  1. offrira SON OFFRANDE

  2. dans tous les sacrifices votifs,

  3. dans tous les sacrifices volontaires

  4. qu'ils offrent à l'Éternel en HOLOCAUSTE... (Lausanne)

Il s'agit là a) d'abord du cas général d'une offrande (Korban); b) et c) indiquent deux cas dans lesquels cette offrande peut-être présentée à Dieu; la phrase d) enfin indique quelle espèce de sacrifice constitue cette offrande faite à Dieu: un holocauste.

Voici comment M. Segond rend ce passage: Tout homme...

  1. qui offrira un holocauste à l'Éternel,

  2. soit pour l'accomplissement d'un vœu,

  3. soit comme offrande volontaire...

Ce n'est certes pas là une traduction, c'est un résumé. La phrase d) est résumée dans a), au détriment du mot offrande, Korban, qui disparaît dans le verbe; dans b), les mots sacrifices votifs deviennent l'accomplissement d'un vœu, et dans c), les sacrifices volontaires deviennent une offrande volontaire; le terme spécial de sacrifice, qui rappelle une effusion de sang est remplacé par let mot offrande qui, comme nous l'avons dit plus haut, peut aussi désigner les hommages non sanglants.

Dans d'autres endroits, et c'est bien plus grave encore, M. Segond confond le terme général offrande (Korban) avec le sacrifie non sanglant de l'hommage (Minechah). M. Segond ayant adopté, comme la version de Lausanne, le mot offrande, comme correspondant de Korban, aurait dû de toute nécessité employer un autre terme pour la Minechah; autant que nous avons pu le constater, il ne l'a fait qu'une seule fois: Lévitique 2:1, où il traduit Minechah par don; dans tous les autres cas que nous avons comparés, il met offrande: Exode 29:41 30:9; 40:29; Lévitique 2:3,4,5, etc., (en général, il y a dans ce chapitre un grand nombre d'inexactitudes). Nombres 4:16; 5:25,26; 6:15,17; 7:13; 8:8; 15:4, etc., etc. Josué 22:23, etc. 1 Rois 8:64, etc. Psaumes 20:4; 40:7; 141:2. Ésaïe 19:21, etc. Jérémie 14:12; Ézéchiel 46:14. Ainsi dans la version de M. Segond, le Korban et la Minechah, sauf une fois, sont toujours confondus sous une même dénomination.

Quant aux Schelamim (sacrifices de prospérité), M. Segond les appelle sacrifices d'actions de grâces. Ce terme est trop étroit, et ne correspond pas à l'étymologie; mais l'ayant adopté, M. Segond aurait dû s'y attacher dans tous les cas; or, Nombres 29:39, il dit sacrifice de prospérité; le lecteur de sa version s'imaginera donc qu'il s'agit, dans, ce passage, d'une nouvelle espèce de sacrifices. — D'un autre côté, M. Segond parle de sacrifices d'actions de grâces, qu'on croit donc être des Schelamim, là où dans le texte il n'y en a pas; ainsi Jérémie 33:11... «La voix de ceux qui offrent DES SACRIFICES D'ACTIONS DE GRÂCES dans la maison de l'Éternel»; tandis qu'il y a dans le texte hébreu: «apportant LA LOUANGE à la maison de l'Éternel» (Lausanne), ce qui est bien différent. Amos 4:5, il y a une confusion semblable; il est question dans le texte de louange (Todah) et M. Segond en fait des sacrifices d'actions de grâces (Schelamim).

Quant à la Chattaah (sacrifice de péché), M. Segond traduit quelquefois par sacrifice de péché ou pour le péché; Nombres 15:27. Tandis que dans d'autres cas il traduit par sacrifices expiatoires, ce qui est inexact, parce qu'on pourrait croire que le caractère expiatoire appartient exclusivement à cette espèce de sacrifices, alors qu'il appartient tout aussi bien aux sacrifices de culpabilité (Ascham) comme cela se voit clairement dans Lévitique 5:16: «le sacrificateur fera EXPIATION pour cet homme avec le bélier DU SACRIFICE DE CULPABILITÉ.» — Le choix de ce terme entraîne encore un autre inconvénient: il détruit l'harmonie entre Psaumes 40:7, où M. Segond dit: «tu ne demandes ni holocaustes, ni VICTIME EXPIATOIRE», et l'épître aux Hébreux, où M. Segond traduit: «tu n'as agréé ni holocauste, ni SACRIFICE DE PÉCHÉ.»

Mentionnons encore une autre erreur au sujet de l'eau d'impureté (M. Segond dit eau de purification), dans le passage Nombres 19:9, où M. Segond croit que les mots: Chattath hou (littéralement: sacrifice de péché) cela se rapportent à l'eau d'impureté, et traduit en conséquence: C'est une eau expiatoire. En réalité ces mots forment le résumé de tout le paragraphe de la vache rousse et signifient: C'est un sacrifice de péché; c'est la vache rousse qui est un sacrifice de péché, comme cela ressort surtout du verset 17e; l'aspersion par l'eau d'impureté a pour but la purification et non l'expiation, qui devait être faite préalablement. Ce sont des notions bien distinctes.

Enfin M. Segond confond quelquefois le sacrifice de culpabilité (Ascham) avec le sacrifice de péché (Chattaah). Ainsi Lévitique 19:22, il parle du bélier offert comme victime pour le péché, tandis que le texte parle du bélier de culpabilité; de même, 1 Samuel 6:3, M. Segond fait dire aux sacrificateurs philistins: «faites à Dieu une OFFRANDE POUR LE PÉCHÉ»; tandis qu'il y a littéralement: «ne manquez pas de lui payer un SACRIFICE DE CULPABILITÉ» (Lausanne).

Cette même confusion existe dans l'important passage Ésaïe 53:10, où M. Segond traduit: «Quand il aura livré sa vie en SACRIFICE POUR LE PÉCHÉ» tandis qu'il y a en hébreu: «Quand son âme aura fourni le SACRIFICE DE CULPABILITÉ» (Lausanne) Par cette expression, le prophète fait voir que l'œuvre rédemptrice accomplie par le Serviteur de l'Éternel (Jésus-Christ) est parfaite puisque le sacrifice de culpabilité suppose le sacrifice du péché dont il est le couronnement.

On le voit, il serait impossible d'étudier la doctrine si importante des sacrifices dans la version de M. Segond; or, c'est là la moelle des Écritures.

14 Malgré le sens général du mot Sebachim, ce mot désigne spécialement, en tout cas dans le Pentateuque, les sacrifices de prospérité.


Marque de commerce © 1999-2020 GoDieu.com - Tous droits réservés