Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
443 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1657Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Vraie et fausse sanctification-2


novembre 11, 2009 par GoDieu


Source de la fausse sanctification

Toutes choses ont une source, bonnes ou mauvaises, il en est ainsi avec la fausse sanctification qui est plus précisément: «une dégradation de la vérité, un abâtardissement de l'essence vitale du sacrifice de la croix, une prostitution de la foi, une pollution ignoble du sang de la Nouvelle Alliance, un blasphème contre le Saint-Esprit». La fausse sanctification provient de la doctrine la plus diabolique en existence qui se nomme «l'Arminianisme», doctrine du traître Judas qui trahit Christ pour trente pièces d'argent, doctrine de Satan dans le Jardin d'Éden qui tenta l'homme de «devenir comme Dieu», et base de l'enseignements du christianisme contrefait des mouvements Évangéliques. Cette odieuse perversion de la vérité fut l'apanage d'un faux prophètes et docteurs très bien connu et grandement estimé dans les sectes dites Évangéliques du nom de John Wesley. Ce caractère ignoble, reconnu comme un grand prédicateur évangélique et père des mouvements de réveils, est responsable à lui seul d'avoir égaré des millions de personnes de la vérité avec ses prétentions doctrinales issues d'un mysticisme malsain et dégradant en provenance des Moraves et des prophètes de Cévennes.

Wesley refusa l'idée d'un salut et d'une perdition arbitraires. Il affina la position subversive du réformateur hollandais Jacob Arminius (1560-1609) en soutenant que l'image de Dieu était partiellement effacée chez l'être humain. Par amour et respect pour ses créatures, Dieu ne leur imposait pas le salut, ce qui veut dire que le salut dépendrait du choix personnel de chaque individuel et non plus de la souveraineté de Dieu. Selon cette position de la doctrine Arminienne, les hommes sont dotés d'une volonté libre d'accepter ou de rejeter sa grâce. Christ était mort pour le salut de tous les hommes et non pour une partie de l'humanité, ce qui implique par nécessité un salut universel. C'était supposément le plan de Dieu que tous obtiennent la vie éternelle mais cette fausse notion de l'élection — ou prédestination (c'est-à-dire ce que Dieu avait prévu ceux qui croiraient d'avance de leur propre volition;) — était conditionnelle au choix de l'individuel et non déterminée à l'avance par le choix d'un Dieu Souverain. Voyant la faille de leur position qui implique un salut universel, les Arminiens rectifièrent subtilement leur doctrine pour dire que le salut était offert à tous mais la grâce de Dieu n'était pas irrésistible: on pouvait la repousser puisque cela est la conséquence logique d'un libre-choix. Si le croyant ne persévérait pas dans sa relation avec Christ, il pouvait aussi perdre la foi et le salut. La contagion de cette apostasie pénétra graduellement tous les niveaux de la chrétienté, mais heureusement quelques-uns ici et là furent épargnés par la grâce de Dieu et purent revenir à la foi chrétienne authentique. Toutefois le poison de l'Arminianisme vint à dominer la théologie de toutes les églises, dénominations et sectes dites chrétiennes, sauf quelques exceptions rares, pour former le christianisme contrefait si populaire de nos jours. Pour cacher la subversion, les théologiens, exégètes et pasteurs évangéliques, remplacent le nom «arminianisme» par le terme «biblique», ce qui donne la fausse impression qu'ils ont rejeté cette doctrine diabolique aux yeux des ignorants. C'est un peu comme dire que la Bible est inspirée, mais seulement dans les autographes originaux, ce qui revient à dire qu'elle n'est plus inspirée ni libre d'erreurs dans la version que vous avez entre vos mains, tout en croyant qu'elle l'est encore. En jouant subtilement avec des structures grammaticales, ils créent des paradoxes et réussissent à vous faire croire ce qu'ils veulent que vous croyez. Malheur à celui ou celle qui se confie aux hommes plutôt qu'à Dieu (Jérémie 17:5).

Les réformateurs s'étaient intéressés aux implications du rôle des œuvres avant la justification par la foi. Et ils avaient conclu qu'elles ne sauvaient pas. En revanche, John Wesley tourna son attention sur le rôle des œuvres après la justification. Il conclut que la réponse naturelle à la grâce, sa conséquence, son résultat et ses fruits étaient une vie sanctifiée et des bonnes œuvres. Pour lui, la loi de Dieu n'était pas abolie, car il considérait que les principes des dix commandements étaient éternels et nécessaires pour la sanctification et conséquemment pour l'assurance du salut. Wesley encouragea les prédicateurs méthodistes à prêcher «le plein évangile», c'est-à-dire la justification, la sanctification et la préparation à la gloire du ciel par le moyen des efforts dans la persévérance et l'obéissance. Il vit le salut en terme de délivrance: le pardon (le salut débute), la sainteté (le salut continue) et le ciel (le salut s'achève). Autrement dit, le croyant était sauvé immédiatement de la pénalité du péché, progressivement du règne du péché et eschatologiquement de la présence et des effets du péché, mais toute cette théologie dépendait du choix de l'individuel. Pour Wesley, le salut était aussi une guérison holistique avec deux dimensions thérapeutiques: la restauration instantanée (la nouvelle naissance) et la restauration progressive (la transformation intérieure), les deux conditionnelles au libre-choix. Dans le livre «Primitive Physics», il établit une relation entre la guérison spirituelle et la guérison physique, convaincu que Dieu veut que l'on soit autant que possible en bonne santé, ce qui donna d'arriver progressivement à la fausse doctrine que Christ prit sur lui non seulement tous nos péchés mais aussi toutes nos maladies corporelles. Il accorda de l'importance à l'hygiène, à la nutrition, à l'exercice et aux remèdes naturels. Il affirma que le corps et l'esprit (par des passions déréglés et des émotions négatives) s'affectaient mutuellement, position très similaire à celle que nous retrouvons dans différents groupes du Nouvel Âge. Wesley encouragea activement la poursuite de la sainteté par la pratique des disciplines spirituelles: la méditation chrétienne, la prière, l'étude de la Bible, l'adoration, le témoignage, les actes de service comme s'occuper des pauvres, des orphelins, des veuves, des prisonniers et des personnes dans le besoin. En d'autres mots l'emphase est placé sur les efforts de l'individuel afin de se justifier devant Dieu et les hommes. Il insista sur la participation et la coopération humaine avec Dieu afin d'atteindre «la perfection du caractère». Par là, il signifiait l'amour pour Dieu et le prochain (un amour sentimental qui n'a rien à voir avec l'Agapé ou renoncement divin que demande le Seigneur Jésus de ses disciples), la victoire sur les défauts extérieurs et intérieurs (les mauvaises pensées, attitudes et émotions) par l'obéissance à la loi (ce qui est contraire à la grâce), tout comme le font les sectes Évangéliques modernes. L'évangile que prêcha Wesley aux gens était plaisant à leurs oreilles, car il valorisait leurs efforts et redonnait à l'homme sa dignité qui avait été traînée dans la boue de la misère, de la pauvreté, de l'oppression, et de l'esclavage, mais néanmoins demeurait un faux évangile du libre-choix qui s'opposait à la souveraineté absolue de Dieu dans le salut et la sanctification. Wesley avait rejeté la doctrine de la prédestination des réformateurs et la détestait de tout son cœur, car elle humiliait l'homme dans la poussière de sa faiblesse et dans la démission de sa volonté propre.

La sanctification enfin est, pour Wesley, comme pour tous les faux chrétiens, l'œuvre de la purification de l'âme par le moyen des efforts dans la persévérance et l'obéissance, et elle a pour point de départ la régénération qui s'obtient par la foi au moyen du libre-arbitre. Cela est une inversion subtile de la vérité révélée qui dit que nous sommes régénéré pour croire et non que nous croyons pour être régénéré. La régénération est selon la toute puissance de Dieu depuis avant la fondation du monde d'après son décret d'élection et ne nécessite aucunement la foi, elle est plutôt le moyen établit par Dieu pour engendrer la foi. Si la foi viendrait avant la régénération, c'est-à-dire «croire pour naître de nouveau», le salut deviendrait conditionnel à celui ou celle qui prendrait la décision de croire et ne serait plus par grâce mais par les œuvres de la volonté humaine, et c'est exactement un tel salut contrefait qui est proclamé de nos jours par les sectes dites Évangéliques. Selon Wesley, «la sanctification commence, dit-il, dès que nous commençons à croire; et, dans la mesure où la foi se développe, la sainteté se développe aussi», fausse sainteté qui nécessite les efforts de la volonté humaine lorsque le croyant est déclaré saint une fois pour toutes à la croix. De bonne heure, Wesley se convainquit, par l'étude de l'Écriture qu'il déforma selon sa théologie anti-prédestinaire, que cette œuvre de purification intérieure et de victoire sur le péché doit s'accomplir pleinement dès cette vie, et ce fut cette fausse doctrine qu'il prêcha sous les noms bibliques de sanctification entière et de perfection chrétienne. Voici en quels termes il définit cette fausse grâce arminienne conditionnelle au libre-arbitre, et remarqué la subtilité sentimentale dans ses paroles: «C'est aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa pensée et de toute sa force, ce qui implique qu'aucune disposition mauvaise et contraire à l'amour ne demeure dans l'âme, et que toutes les pensées, toutes les paroles et toutes les actions sont gouvernées par l'amour pur.» C'est avec de telles paroles raffinées que les évangéliques jouent sur les émotions des gens pour les séduire. La perfection chrétienne réalisable dès cette vie est donc, selon eux, la perfection de l'amour, mais ce qu'ils ne réalisent pas est qu'il s'agit ici pour ces gens sincères, mais sincèrement égarés, d'un amour sentimental qui excite les émotions à réagir dans le contexte d'une programmation, en d'autres mots «un conditionnement d'esprit» nommé aussi «lavage de cerveau». C'est ainsi qu'en utilisant des techniques de manipulations psychologiques et bibliques, ils réussissent à culpabiliser des personnes afin de détruire leur résistance pour qu'ils prostituent leur foi et deviennent dépendants de leurs présomptions. Or l'amour chrétien dont parlent les Évangéliques n'est en réalité que le sentiment d'une fausse piété par lequel ils justifient leur illusion d'être chrétien, et par lequel ils condamnent tous ceux qui s'opposent à leurs fausses doctrines, validant ainsi l'idéologie de leurs sectes.

Wesley, héro de la foi évangélique et fondateur du Méthodisme, insista fortement sur la rectitude morale et le respect strict du Jour du Seigneur, condamna la promiscuité sexuelle, les boissons alcooliques et l'esclavage, les jurons et blasphèmes, en d'autres mots il œuvrait pour une réforme sociale plutôt qu'une réforme de la foi dans les cœurs et les foyers. Mais cela ne put être autrement car là est la conséquence logique d'une foi qui est qu'une faculté intellectuelle plutôt qu'un don de Dieu. Des sociétés pieuses jaillirent du chaudron de sorcière du méthodisme tant en Angleterre qu'en Amérique: il s'agissait de prier ensemble, de s'exhorter mutuellement et d'aider son prochain, tous de belles vertus humaines qui n'ont que l'apparence de la piété mais qui en renient la force. On ne saurait s'étonner que des rangs du Méthodisme sortit William Booth, fondateur de l'Armée du Salut. Du même chaudron de sorcière sortit aussi les bestioles Pentecôtistes et Charismatiques avec leur parler en langues de vipères et leurs exorcismes de démons imaginaires. De toutes évidences Wesley souffrait d'une psychose avancée et était la victime de ses propres délires obsessionnels, dérèglement de conscience très courant chez les Évangéliques à tendances extatiques. Il avait aussi un caractère très stricte que l'on peut même qualifié de sadique, surtout envers les enfants, comme nous voyons dans ses propres paroles:

«Quelle que soit la peine que cela puisse vous causer, brisez la volonté de l'enfant si vous ne voulez pas qu'il soit damné. Que l'enfant d'un an d'âge apprenne à craindre la verge et à pleurer sans bruit. Dès cet âge, apprenez-lui à obéir aux ordres, même s'il faut le fouetter dix fois de suite pour obtenir ce résultat

Si Wesley serait vivant de nos jours, il n'y a aucun doute qu'il finirait ses jours en prison pour abus d'enfants, sinon pour meurtre, et serait condamné comme un psychopathe dangereux, gourou d'une secte néfaste, et il le mériterait très bien puisque sa théologie est basée sur les mérites de l'individuel. Il récolterait ce qu'il a semé au centuple de la part des autres prisonnier et serait probablement retrouvé assassiné dans sa cellule ou dans quelques coins obscurs de la prison. Sa fin serait selon ses œuvres, mais dans son déséquilibre psychotique il mourut en 1791 avec un sourire sur ses lèvres et fut considéré un grand saint.

Dans la même période vint une vipère théologique glissante du nom de Charles Finney (1792-1875) qui reprit la théologie de Wesley et en devint un défenseur très subtil et raffiné. Ministre Méthodiste, Finney eut plusieurs visions dans lesquelles il dit avoir vu le Seigneur Jésus lui-même. Mais ses visions étaient plutôt des hallucinations de délires d'une conscience déréglée par ses obsessions sur la loi mosaïque. Plusieurs Pentecôtistes et Charismatiques névrosés de nos temps modernes eurent des visions très similaires depuis celles de Finney, surtout parmi les prédicateurs mais non exclusivement. Finney fit des réunions de réveil qui déclenchaient des émotions intenses et sans contrôle. On y entendait des cris et des pleurs bruyants et les gens tombèrent sur le sol frappés par les décharges psychiques qui se manifestèrent comme un fléau, infectant la conscience des gens sensibles à de tels dérèglements l'un après l'autre. Pour cacher la face occulte de ces dérèglements diaboliques, on nomma ces décharges psychiques «onction de Dieu» et cette expérience devint la norme et fut intégrée à son œuvre et à sa théologie. Jusqu'à nos jours personne n'osa en questionner la source de crainte d'être jugé de rébellion envers de tels supposés grands hommes de Dieu, d'être apostat de la croyance populaire dans ces mouvements, et d'être considérer comme manquant d'amour envers les frères en leur disant la vérité. Dans un de ses discours sur les réveils religieux, il dit:

«Trop longtemps on a essayé de sanctifier l'Église sans lui donner rien à faire. Mais la sainteté consiste à obéir à Dieu. Et la sanctification étant un progrès, doit se montrer par une obéissance de plus en plus parfaite. Le moyen d'y pousser l'Église, c'est donc de donner à chacun sa tâche. — Voyez ces grandes églises où se trouvent cinq ou sept cents membres. On y envoie un ministre, les prêcher de Dimanche en Dimanche, tandis qu'ils sont si nombreux, que la plus grande partie n'a rien à faire du tout, et ne sont jamais enseignés à faire quelque chose pour le salut des âmes; c'est ainsi qu'ils attendent la sanctification et se préparent pour le ciel! Ils ne deviendront jamais saints. Ce n'est pas le moyen que Dieu a indiqué. Jésus-Christ a voulu que ses disciples fussent ouvriers avec lui pour sauver les pécheurs, par la simple raison que la sanctification consiste à faire ce qui se rattache à cette œuvre. C'est une des raisons pour lesquelles il n'a pas employé les anges à cette œuvre, et qu'il ne l'accomplit pas dans l'esprit des hommes par une révélation directe de la vérité. C'est qu'il est nécessaire, comme moyen de sanctification, que l'Église sympathise avec Christ dans ses sentiments et ses travaux pour sauver les pécheurs. Il faut qu'elle entre tout entière dans cette voie avant que le monde soit converti. Oh! quand viendra le jour où l'Église se considérera comme un corps de missionnaires, vivant et travaillant en conséquence. Alors sera près aussi le jour de la rédemption du genre humain.»

L'arminianisme sophistiqué et extrêmement rusé de Finney établit la base de la théologie évangélique pour des siècles à venir, et séduisit un nombre incalculable d'âmes qui se retrouvèrent sur la voie de la perdition tout en se croyant sur la bonne voie. L'illusion était complète, la ruse de Satan avait réussie à merveille par voie de ses sbires ou ministres qui présentèrent un faux évangile, un faux Jésus, un faux salut, une fausse espérance, une fausse sanctification, et des millions et millions d'âmes tombèrent en enfer pour en alimenter le feu éternellement.

Tout comme Wesley, Finney était un loup déguisé en brebis. C'est quand même un comble que pour de nombreux évangéliques aujourd'hui Charles Finney soit devenu un modèle, car sa théologie est bien loin d'être évangélique, ni est-elle biblique. En tant que conducteur chrétien, il n'a rien d'un modèle d'humilité et de spiritualité. Même son autobiographie le dépeint comme un personnage douteux. Son propre récit donne de lui l'image d'un homme têtu, arrogant, et même quelque peu retors. Il était fraudeur dès le départ. Dès le début, le ministère de Finney repose sur la duplicité. Il obtient sa licence de prédicateur comme pasteur presbytérien en déclarant qu'il adhère à la Confession de Foi de Westminster. Par la suite, il avouera qu'il ignorait presque tout du contenu de ce document. Il a délibérément trompé ses examinateurs. Tel père tel fils, nous dit le vieux dicton, il est évident par tout ce que nous venons de voir que les évangéliques modernes, enfants de leurs pères fondateurs, sont des imposteurs et que leur forme de christianisme est une contrefaçon subtile conçue dans le but spécifique de tromper les gens avec un faux évangile et une fausse sanctification.


Marque de commerce © 1999-2021 GoDieu.com - Tous droits réservés universellement