LE PREMIER
LIVRE DE MOYSE,
DIT LA
GENÉSE.


PRÉFACE.

Le livre de la Genéfe eft le plus ancien livre du monde: Moyfe l'écrivit avec les quatre fuivans, dans le defert de l'Arabie, lors qu'il conduifoit le peuple de Dieu de l'Egypte en Canaan. Ce nom de Genéfe, qui lui a été donné dans la célébre verfion Grecque, appellée des Septante, fignifie en cette langue la naiffance ou l'origine des chofes, & ce nom convient parfaitement à ce divin livre qui commence par l'hiftoire de la création, & qui paffe enfuite de là à l'origine de l'Eglife. Moyfe pouvoit avoir la connaiffance de la création du monde par la tradition qui s'en étoit confervée dans les familles des fideles depuis Adam jufques à lui, puisqu'il n'y avoit eu de l'un à l'autre que cinq ou fix générations. Mais ce n'a pas été fur les fimples mémoires d'une tradition, qui, toute certaine & bien établie qu'elle étoit, pouvoit néanmoins fe trouver défectueufe en beaucoup de chofes, que Moyfe a écrit l'hiftoire depuis la création jufques au temps où il a vécu, il l'a fait par les lumieres du St. Efprit, qui a conduit fa main & sa plume, c'eft pourquoi il a toûjours été reconnu de toute l'Eglife, non feulement pour un prophete, mais pour le plus grand de tous les prophetes, & Jefus-Chrift lui-même en a parlé en cette maniere, & en a extrémement relevé l'autorité dans fes difputes avec les Juifs. La création du monde, par laquelle Moyfe commence ce livre, n'a été connue que confufément parmi les Payens, & la vérité de l'Hiftoire a été tellement défigurée par les fictions de la Fable, que l'on peut à peine l'y reconnoître. Les Philofophes auroient pû la découvrir par les feules lumieres de la Raifon, fi l'ignorance & les préjugez ne leur avoient caché la plus grande partie de cette importance vérité, plufieurs d'entr'eux femblent en avoir été fi proches, qu'on diroit quelquefois à les entendre, qu'elle leur a été tous à fait connue, mais quand on examine bien ce qu'ils en ont dit, en trouve que ceux qui font allez le plus loin dans cette recherche, n'ont pû paffer jufqu'à la connoiffance du néant pour comprendre que Dieu ait fait le monde de rien: ils ont crû qu'il y avoit eu avant cela une matiere éternelle, & que cette matiere, foit atomes, foit maffe confufe, & un pur Cahos, comme quelques-uns l'on appellée, Dieu avoit produit l'Univers. Moyfe eft donc le premier qui a mené, pour ainfi dire, nôtre efprit jufques fur le bord du néant, & qui de là nous a fait voir des Etres fans nombres, fortir du neant à la feule parole de Dieu, & à fon fimple commandement; Que la lumiere foit: & la lumiere étoit. Que la terre foit: & la terre étoit, ainfi de tout le refte. L'homme & la femme furent la derniere production de Dieu; il tira l'homme de la terre, & la femme d'une côte de l'homme, & il donna à l'un & à l'autre une ame fpirituelle & raifonnable, pleine de lumiere & de fainteté, en cela l'image vivante de fon Créateur. Par là l'homme fut digne de commander à tous les animaux, & d'avoir à fon ufage & à fa difpofition les plantes, les fruits, & toutes les autres productions de la terre & de la mer. Un état fi heureux ne dura qu'autant que dura la fainteté de l'homme, mais combien de temps dura l'un & l'autre, c'eft de quoi Moyfe n'a point parlé, & dont nous n'avons aucune connaiffance certaine: il paroît feulement par le recit abrégé qu'il nous en a fait, que l'homme perdit bien-tôt fon innocence, & que le defir de manger du fruit défendu, le jetta lui & la femme dans le crime, & du crime dans la condamnation. Adam & Eve n'avoient point encore eu d'enfans, & leur crime auroit été auffi-tôt fuivi de la mort, fi Dieu n'avoit eu fur l'homme des vûes de grace. Il lui promit un Libérateur, un Sauveur, & la promeffe qu'il lui ... fous le nom d'un fils de la femme qui devoit brifer la tête du ferpent, ouvrit, pour ainfi dire, la carriere à l'Alliance de grace, fous laquelle l'Eglife a vécu depuis, & vivra jufques à la fin du monde. La corruption fe répandit peu de temps aprés fur terre, avec le genre humain dont elle fe trouva peuplée: & elle y fut fi générale, & fi extrême, cette corruption, que Dieu réfolut d'envoyer un déluge univerfle fur terre, comme pour nettoyer des ordures qui l'avoient rendu à fes yeux un objet d'horreur. L'an du monde 1656. Dieu envoya cet affreux déluge, fous lequel tout le genre humain auroit péri fi Dieu n'en avoit voulu garder Noé, & fa famille, huit perfonnes en tout, qui furent fauvées dans l'Arche. De Sem, l'un des trois fils de Noé, defcendit Abraham, né dans la ville d ... en Caldée; & de là choifi & appellé de Dieu pour être le Patriarche & l'origine d'un peuple fur lequel Dieu avoit par avance des vûes de grace pour en faire un peuple particulier, l'objet de fes foins & de fa tendreffe. Ce peuple defcendit en Egypte au nombre de foixante-dix perfonnes avec Jacob le pere de tou ...famille, & petit-fils d'Abraham. Il y furent attirez par Jofeph l'un des fils de Jacob, qui ayant été vendu par fes freres à des marchands Madianites ...eux mené en Egypte, & vendu pour efclave à un des Officiers de la Cour de Pharaon, parvint à une fi haute élevation, qu'il n'y avoit plus que le Pharaon au deffus de lui. Dieu préparoit par des commencemens fi imperceptibles le chemin aux plus grands évenemens qui fe foient jamais vûs dans le monde, & ... mémoire ne mourra jamais dans l'Eglife. Jacob arrivé en Egypte avec fes enfans, y vêcut encore dix-fept ans, & Jofeph, l'appui & la gloire de fa famille, furvêcut à fon pere environ ... ans, & mourut enfin comblé d'honneur & de richeffes, l'an du monde 2369, auquel fini ce livre de la Genéfe.

Genèse 1

Création du monde, 1-25.
Création de l'homme & de la femme, 26. 27.
Leur empire fur les animaux, 28.

1:1
Au commencement DIEU créa les cieux et la terre.

1:2
Et la terre était sans forme, et vide, et les ténèbres étaient sur la face de l'abîme; et l'Esprit de Dieu se mouvait sur le dessus des eaux.

1:3
Et Dieu dit: Que la lumière soit; et la lumière fut.

1:4
Et Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière des ténèbres.

1:5
Et Dieu nomma la lumière, jour; et les ténèbres, nuit. Ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le premier jour.

1:6
Puis Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux.

1:7
Dieu donc fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue, d'avec celles qui sont au-dessus de l'étendue, et il fut ainsi.

1:8
Et Dieu nomma l'étendue, cieux. Ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le second jour.

1:9
Puis Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous des cieux soient rassemblées en un lieu, et que le sec paraisse; et il fut ainsi.

1:10
Et Dieu nomma le sec, terre; et il nomma l'amas des eaux, mers; et Dieu vit que cela était bon.

1:11
Puis Dieu dit: Que la terre pousse son jet, de l'herbe portant de la semence, et des arbres fruitiers, portant du fruit selon leur espèce, qui aient leur semence en eux-mêmes sur la terre; et il fut ainsi.

1:12
La terre donc produisit son jet, savoir de l'herbe portant de la semence selon son espèce; et des arbres portant du fruit, qui avaient leur semence en eux-mêmes, selon leur espèce; et Dieu vit que cela était bon.

1:13
Ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le troisième jour.

1:14
Puis Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue des cieux, pour séparer la nuit d'avec le jour, et qui servent de signes pour les saisons, et pour les jours, et pour les années;

1:15
Et qui soient pour luminaires dans l'étendue des cieux, afin d'éclairer la terre; et il fut ainsi.

1:16
Dieu donc fit deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour dominer sur le jour, et le moindre pour dominer sur la nuit; il fit aussi les étoiles.

1:17
Et Dieu les mit dans l'étendue des cieux pour éclairer la terre,

1:18
Et pour dominer sur le jour et sur la nuit, et pour séparer la lumière des ténèbres; et Dieu vit que cela était bon.

1:19
Ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le quatrième jour.

1:20
Puis Dieu dit: Que les eaux produisent en toute abondance des reptiles qui aient vie; et qu'il y ait des oiseaux, qui volent sur la terre vers l'étendue des cieux.

1:21
Dieu donc créa les grandes baleines et tous les animaux se mouvant, lesquels les eaux produisirent en toute abondance, selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ayant des ailes, selon son espèce; et Dieu vit que cela était bon.

1:22
Et Dieu les bénit, en disant: Croissez et multipliez, et remplissez les eaux dans les mers, et que les oiseaux multiplient sur la terre.

1:23
Ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le cinquième jour.

1:24
Puis Dieu dit: Que la terre produise des animaux selon leur espèce, le bétail, les reptiles, et les bêtes de la terre selon leur espèce; et il fut ainsi.

1:25
Dieu donc fit les bêtes de la terre selon leur espèce, et le bétail selon son espèce, et les reptiles de la terre selon leur espèce; et Dieu vit que cela était bon.

1:26
Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur le bétail, et sur toute la terre, et sur tout reptile qui rampe sur la terre.

1:27
Dieu donc créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il les créa mâle et femelle.

1:28
Et Dieu les bénit, et leur dit: Croissez, et multipliez, et remplissez la terre; et l'assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur toute bête qui se meut sur la terre.

1:29
Et Dieu dit: Voici, je vous ai donné toute herbe portant semence qui est sur toute la terre, et tout arbre qui a en soi-même du fruit d'arbre portant semence, et cela vous sera pour nourriture.

1:30
Mais j'ai donné à toutes les bêtes de la terre, et à tous les oiseaux des cieux et à toute chose qui se meut sur la terre, ayant vie en soi-même, toute herbe verte pour manger; et il fut ainsi.

1:31
Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait, et voilà il était très-bon; ainsi fut le soir, ainsi fut le matin; ce fut le sixième jour.