Dieu nous a choisi et donné l'onction

Plusieurs fois, je ne me suis pas senti assez qualifié pour diriger la louange. Comme conducteurs de louange, nous pouvons nous décourager nous-mêmes, en sachant que nous ne sommes pas à la hauteur pour accomplir le plan de Dieu. Quand je commence à penser de cette façon, je dois me souvenir : Dieu ne peut pas m'avoir choisi pour accomplir cela sans m'avoir donné son onction. Après tout, il doit y avoir une raison pour laquelle Dieu a organisé les circonstances pour que j'exerce ce ministère. Je dois dépendre de lui pour qu'Il me donne les pensées et les outils pour accomplir le travail. Au cours des ans, le Seigneur m'a aidé à faire face à mes émotions négatives en m'enseignant les trucs suivants :

Soyez satisfaits d'opérer à l'intérieur de vos talents. Plusieurs fois nous sommes tentés d'essayer d'être quelqu'un d'autre. Ne tombez pas dans ce piège ! Vous pouvez seulement être ce que Dieu a fait de vous. Dieu a donné plusieurs dons au corps (1 Corinthiens 12) ; ne soyez pas insensé en croyant qu'ils peuvent être tous réunis dans une seule personne. Ne soyez pas tentés d'essayer de provoquer des choses. C'est un sérieux piège à éviter à tout prix, même si vous croyez que l'église ne répond pas adéquatement à votre direction. Amos 5:21-24 (Je hais, je méprise vos fêtes, je ne puis sentir vos assemblées. Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, je n'y prends aucun plaisir; Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, je ne les regarde pas. Éloigne de moi le bruit de tes cantiques; Je n'écoute pas le son de tes luths. Mais que la droiture soit comme un courant d'eau, et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit.) nous rappelle que plusieurs fois lorsque nous tentons de provoquer les choses par nous-mêmes, nos chants deviennent du bruit. Nous nous sommes tous trouvés dans des cultes où tout était parfait, les chants coulaient, les tonalités étaient parfaites, l'adoration était profonde. Et le pasteur conclut : "Ce culte était juste comme il le faut. Continue !" Il est tentant de créer une formule basée sur la programmation du dimanche d'avant plutôt que de dépendre du Saint-Esprit pour nous guider de semaine en semaine.

Je sais que nous parlons de sécurité d'emploi, les amis. Mais l'appel que Dieu vous donne comme conducteur de louange est un très grand appel. Il n'y a pas de place pour la manipulation. Le culte est une affaire sérieuse. Pensez-y ! Dieu vous fait confiance pour diriger l'église dans sa présence (Ésaïe 62:10 - Franchissez, franchissez les portes ! Préparez un chemin pour le peuple ! Frayez, frayez la route, ôtez les pierres ! Élevez une bannière vers les peuples !), en nettoyant la route de ses obstacles et en élevant une bannière que les gens pourront suivre. Quel privilège !

Ne sous-estimez pas le travail du Saint-Esprit. Le Psaume 22:3 dit que Dieu sièges au milieu des louanges de son peuple. Même si nous ne voyons pas ou ne sentons pas la présence de Dieu durant les moments de culte, cela ne veut pas dire qu'il n'est pas avec nous. Si nous lui offrons une louange et une adoration sincères, le Saint-Esprit va toucher l'église entière, en ayant un ministère envers tous ceux qui veulent le recevoir. Préparez-vous pour Lui permettre d'agir comme Il le désire, sans vous mettre dans le chemin. Il y a beaucoup plus de choses qui peuvent se passer que vous ne le pensez. Gardez votre coeur. Conservez le pur et Dieu fera à travers vous de grandes choses.

Soyez un adorateur conducteur ("lead worshipper"). Certains conducteurs de louange sont élevés par Dieu et ont de merveilleux talents musicaux. Mais que faire si vous êtes un pasteur senior et que vous n'avez pas de conducteur de louange, ou suffisamment de talents musicaux pour diriger l'église ? Il y a des pasteurs qui m'ont appelé en disant : "je ne suis pas un musicien", ou "je ne peux chanter aussi bien. Pouvez-vous m'aider à trouver un conducteur de louange ?" Je les encourage à diriger le culte jusqu'à ce que Dieu suscite quelqu'un pour combler le besoin. Pourquoi ? Nous aimerions tous avoir des cultes d'adoration parfaits, vous savez, les chansons dans la bonne tonalité, avec le bon tempo, et où tout semble "couler". Mais il est intéressant de noter que la plupart des pasteurs qui m'appellent pour trouver un conducteur de louange veulent quelque chose de plus qu'une production spectaculaire le dimanche matin. Ils veulent aller plus profondément au niveau de l'adoration avec leur église.

À ces pasteurs je dis : Vous pouvez conduire les gens dans la présence de Dieu, car Dieu vous a confié la direction de l'église. Une église peut engager le plus grand conducteur de louange du monde, mais si le pasteur n'est pas un pasteur adorateur, l'église ne sera pas une église qui adore.

Le but d'un conducteur de louange est de diriger le culte de l'église vers le Père. Si vous savez que vous avez été appelé par Dieu pour diriger Ses enfants dans une adoration pleine et entière, que vous soyez un directeur de culte expérimenté ou non, l'onction de Dieu sera là. Ne laissez pas votre propre sentiment de ne pas être adéquat vous empêcher de faire le pas d'obéissance et de dépendance que le Seigneur vous demande.

Don Moen

Source : Don Moen



Quatre secrets essentiels

Les principes pour devenir un conducteur de louange ayant du succès, maintenant et pour les années à venir.

Ceux qui maîtrisent n'importe quelle habileté ont appris à identifier les clés vitales du succès. Pour le culte d'adoration, ce n'est pas différent. Mon grand-père avait environ une dizaine de trucs pour la pêche et cela fonctionnait à tous les coups. Il disait, "La pêche consiste en la combinaison de 90% de patience et de 10% de connaissances pour faire trois choses correctement." Je crois que la conduite de la louange comporte les mêmes facteurs de succès. C'est composé en 10% de choses faites correctement et en 90% de patience pour voir ce qui va se passer.

Les quatre secrets suivants sont les clés pour vivre une expérience qui glorifie Dieu et qui libère les coeurs durant le long voyage de la louange.

1. Le principe du contraste

Une bonne communication requiert l'utilisation habile du contraste. Les gens dérivent et se demandent ce qui ne va pas quand chaque cantique est dans la même tonalité et comporte la même sonorité. La plupart d'entre nous avons une atmosphère préférée avec laquelle nous aimons atteindre les autres. Les personnes mélancoliques choisissent une liste morbide, les personnes dynamiques tendent à nous rendre malades avec une musique pétillante et les plus austères aiment la sonorité à pulsation régulière et les grandes formules lyriques.

Toutes ces atmosphères ont beaucoup à nous offrir. Un bon conducteur de louange apprends à diriger avec intelligence et comprends la puissance de contraster une ou deux chansons très chargées avec une plus joyeuse, la douceur avec le silence et ensuite avec la puissance.

Les gens se souviennent et adorent Dieu de tout leur coeur. J'ai une liste d'éléments à travers laquelle je passe quand je choisis des cantiques et que je prie pour le culte. Je me demande à moi-même, quand le silence est-il supposé fonctionner ? Y a-t-il un ou deux cantiques comportant un contenu théologique ? Sinon, pourquoi pas un hymne ? À un certain moment, y a-t-il un chant très fort de proclamation qui peut s'insérer ?

L'instrumentation est un autre secteur où les contrastes finement ajustés fonctionnent bien. J'ai visité beaucoup d'églises, et dans la plupart, le volume est le même du commencement à la fin. Une utilisation créative de beaucoup d'instruments peut être rafraîchissante. Mais l'utilisation sans direction des instruments enterre le culte dans une masse sonore.

Prenez votre temps avant le culte et demandez-vous comment les instruments peuvent être utilisés pour créer un effet. Par exemple, si vous avez des cuivres, les utiliser pendant une chanson peut transmettre une facette puissante de Dieu. Mais s'ils jouent pendant toutes les chansons, ils peuvent nous rappeler combien chaotique et occupé est notre monde. Alterner entre les guitares acoustiques et électriques peut permettre de garder l'attention.

Le contraste entre la voix des hommes et des femmes est un autre outil naturel à utiliser. Quand les femmes chantent un couplet et que tout le monde s'ajoute pour le second couplet, je pense à ce qu'Israël a pu ressentir quand la mer rouge a été mise à sec.
2. Le principe de la sensibilité pastorale

J'apprends davantage en regardant les pasteurs qui dirigent la plupart des cultes d'adoration. Même si vous chantez mal, le don pastoral apporte une touche très guérissante durant le culte.

Les musiciens et chanteurs tendent à être plus en contact avec la musique qu'avec les gens. Ils tendent à faire faire des pirouettes à l'église et à se préoccuper de ce que les transitions soient uniques. Une atmosphère spéciale se crée entre la prédication et la louange quand le pasteur fait les deux ou lorsque le conducteur de louange a pris le thème du pasteur et se voit lui-même comme le pasteur de la louange.

Durant les quatorze ans où j'ai été pasteur senior dans une église à croissance rapide, nos saisons les plus fructueuses furent celles où à la fois je dirigeais la louange et je prêchais. Et seulement un autre pasteur dirigeait la louange quand je ne le faisais pas.

Vous pouvez me dire que je suis un vieux hippie. Je sens que le culte d'adoration, pour être parfait et ordonné, a désespérément besoin d'une infusion de la touche pastorale de Dieu. Cela ne signifie pas que seul le pasteur doit conduire la louange, mais quiconque dirige doit revêtir le don spirituel d'un pasteur.
3. Le principe de la surprise

La surprise est tout ce qui peut avoir un impact sur le coeur humain. Non pas la surprise pour la surprise, mais la surprise qui ouvre le coeur humain au Dieu surprenant.

Voici ce que je veux dire. Avez-vous déjà noté que les pasteurs terminent leurs messages de la même façon à chaque fois. Je commence à constater cela dans mes sermons. Je demande toujours aux gens de se lever et de prier, mais personne n'est ouvert à Dieu parce que c'est trop familier. Un jour, je réfléchissais au sujet des comportements routiniers qui sont des sacrilèges pour Dieu. Alors, à la fin de mon message cette semaine là, j'ai simplement dit "à la prochaine". Tout le monde a été étonné et la Parole est demeurée vivante, subsistant dans les coeurs sans exercice de routine religieuse pour l'affaiblir.

Je savais que j'avais touché un point sensible alors j'ai conçu environ dix finales pour les sermons. Une fois je terminais avec une prière personnelle, la fois suivante avec un cantique pour enfants ou une forte prière publique, ou un "à la prochaine", ou la prière de bénédiction, un hymne ou par le silence, etc. Les gens ne pouvaient jamais prédire quand ou comment j'allais terminer. Et je crois que cela ajoutait de l'impact.

La plupart des conducteurs de louange terminent aussi le culte de la même façon à chaque semaine. Je prêche souvent le sermon après deux cantiques de louange et puis je termine le culte avec une autre période de louange. Franchement, je trouve que cette approche a plus de vie en grande partie parce que je vois le culte comme une réponse à la Parole et à notre proclamation de Dieu. Je préserve aussi la louange d'être une répétition aveugle. La surprise apporte une vigilance spirituelle.
4. Le principe d'être un adorateur

Être un bon musicien n'est pas un remplacement pour une puissante vie d'adoration personnelle. Diriger la louange sans être parrainé sur la façon d'avoir une vie d'adoration est voué à la mort. C'est comme être un prédicateur qui ne fait pas son culte personnel. Les sermons manquent rapidement de l'empreinte claire de la présence de Dieu.

La puissance quitte la louange à chaque fois que le conducteur ne lit pas la Bible de façon disciplinée à chaque jour, étudiant sérieusement la Bible par lui-même et ayant un moment de contemplation et de culte avec Dieu.

Et cela ne consiste pas dans l'étude ou la lecture en préparation de diriger la louange. Un conducteur de louange doit être en contact de façon authentique avec Dieu sur une base journalière, et cela doit être le reflet de son désir et de sa discipline envers Dieu. Des périodes vides d'adoration se produisent quand le dirigeant lui-même n'a pas été en contact avec Dieu pendant toute la semaine. C'est sûrement la clé la plus essentielle pour un ministère de louange dans l'église.

Doug Murren

Source : Doug Murren



Le seul conducteur de louange d'une petite église

Ces dernières années, il y a tellement d'attention qui a été mise sur les grandes églises ! Elles possèdent des centaines, voire des milliers de membres, ont de grands bâtiments, de vastes salles de culte, des aires de stationnement immenses et des budgets annuels qui se chiffrent au-delà du million de dollars US. Elles attirent l'attention. Mais qu'en est-il des petites églises ? En fait, la grande majorité des églises aux États-Unis comporte moins de 100 membres. Cela signifie probablement que ces églises n'ont pas beaucoup de talents sur lesquels elles peuvent compter. Cela signifie que vous pouvez être la seule personne qui peut conduire la louange. Comme Bill Gaither l'a dit, "quelquefois vous devez allumer le feu avec le peu de bois dont vous disposez".

Je me suis trouvé moi-même dans une telle position, il y a quelques années. J'étais pasteur d'une petite église de campagne d'à peu près 60 à 90 personnes le dimanche matin. Nous disposions d'un pianiste et d'un organiste. C'était notre groupe de musique. Je voulais ajouter quelques éléments nouveaux à notre culte. Un dimanche matin, j'ai apporté ma guitare, avec quelques feuilles de musique de chansons contemporaines que j'avais amassé au fil des années. Je me suis simplement tenu derrière la chaire et dirigé les chants à partir de là. Cela n'a probablement pas été une grande présentation, mais c'était tout ce que je pouvais faire. J'ai joué des chansons comme "Sa bannière c'est l'amour", "Père je t'adore" et plusieurs autres. Quelques personnes de l'église connaissaient déjà les chansons, tandis que d'autres ne les avaient jamais entendues. Mais bientôt, tout le monde aimait particulièrement cette portion du culte d'adoration. Les gens devenaient enthousiastes et l'église a quelque peu grossi, en dépit du fait qu'à cause de sa localisation, son potentiel de croissance numérique était limité. Cela a créé une atmosphère importante que de faire quelque chose de nouveau et de moderne. Quand j'ai quitté cette église après quatre ans comme pasteur, une des premières choses que les gens m'ont dit est "qui va diriger les cantiques ?" Je raconte cette histoire pour illustrer que même pour une petite église avec des ressources limitées, la musique contemporaine peut améliorer le culte d'adoration. Quand je regarde en arrière, il y a plusieurs choses que nous pouvons faire pour améliorer l'expérience de la louange. J'ai appris des choses depuis ce temps.


Les Ressources

La première chose à faire est d'estimer vos ressources. Combien de bons chanteurs avez-vous dans votre église ? Combien d'instrumentistes (guitaristes, batteurs ou claviéristes) possédez-vous ? Habituellement, il y a suffisamment de talents autour de vous pour que vous n'ayez pas besoin de tout faire. Vous pouvez utiliser des jeunes ou des personnes d'âge mûr. Les jeunes peuvent être un atout formidable pour le culte d'adoration. Gardez en tête que le talent est important. Vous cherchez des gens qui peuvent améliorer la musique, pas la rendre pire. Malheureusement, la spiritualité n'est pas suffisante lorsqu'on parle de musique, et cela inclut la musique de louange. Après avoir épuisé toutes les options sans succès, vous pouvez en arriver à la conclusion que vous devrez le faire vous-même. Cela peut ne pas être aussi effrayant que ça en a l'air. Si vous ne jouez ni de la guitare, ni du piano, il y a d'excellentes chansons de louange préenregistrées qui sont disponibles aujourd'hui. Vérifiez auprès de votre librairie chrétienne pour voir ce qui est disponible. Le monde du MIDI (Musical Instrument Digital Interface) et la technologie du CD (Compact Disk) ont donné de nouvelles options remarquables pour l'accompagnement.


La chaîne stéréo

L'utilité du système de sonorisation tend à être sous-estimée dans les petites églises. Cela est dû largement au fait que la salle est suffisamment petite pour qu'une personne puisse être entendue sans microphone ou sans amplificateur. J'ai remarqué néanmoins que même si notre salle était petite, cela aurait été d'un grand bénéfice que ma guitare et ma voix soient amplifiées par un petit système de son et une paire de haut-parleurs sur pieds. Cela aurait été plus facile de diriger les chants de l'église, et ma voix n'aurait pas eu à fournir autant d'efforts. Les pasteurs, spécialement ceux qui chantent aussi bien qu'ils prêchent, ont besoin d'économiser leurs voix. Si vous vous trouvez dans une situation similaire, vous devez considérer l'idée d'amplifier le son de votre instrument et de votre voix selon les caractéristiques acoustiques de la salle.


Les instruments et la musique

Les instruments et les musiciens que vous possédez vont largement déterminer qu'elle sorte de musique vous pourrez produire. Une guitare est un instrument très polyvalent, ainsi que le piano. Les claviers/synthétiseurs sont très utiles de nos jours. Leur diversité de sonorités de haute qualité échantillonnées de façon numérique est vraiment étonnante. Posséder plusieurs d'instruments, bien sûr, permet plus de flexibilité au niveau des chansons et des styles que vous pouvez jouer. J'étais tout seul avec ma guitare, et c'était adéquat dans notre situation à ce moment là. Cela aurait été merveilleux d'avoir aussi de la batterie, du piano, du synthétiseur et de la basse électrique, mais nous n'avions pas ce luxe. Néanmoins, l'église appréciait la musique. Aujourd'hui, plusieurs années plus tard, l'attente de la plupart des églises est plus élevée.

Une autre option, telle que mentionnée précédemment, est l'utilisation d'accompagnement instrumental préenregistré. Cela implique des dépenses additionnelles pour un lecteur CD et cassette, ainsi que pour l'achat de la musique préenregistrée ce qui n'est pas une dépense épouvantable. La musique préenregistrée a des avantages et des inconvénients. Cela sonne très bien, les musiciens n'ont pas besoin de pratiquer, il n'y a pas de fausse note ou de personne qui s'écarte du ton, et c'est efficace. Toutefois la musique jouée par de "vraies personnes" est plus spontanée et beaucoup plus intéressante, si les musiciens sont décents. Cela donne aussi l'occasion à plus de personnes de participer durant la louange. De plus, si les gens entrent vraiment dans l'esprit de la louange, vous pouvez vous adapter sur-le-champ et prolonger la durée des chansons, si l'Esprit Saint touche l'assemblée.


Les mots

Qu'importe le type de musique que vous chantez, vous aurez toujours besoin de mettre les paroles devant les gens pour qu'ils puissent chanter. Les projecteurs à transparents (acétates) peuvent efficacement projeter les paroles sur un grand écran ou sur un des murs de l'église. Une autre option est d'imprimer des feuillets avec les paroles des chants. C'est comme avoir un livre de cantiques. Les projecteurs semblent être plus populaires que les feuillets. Cela permet d'avoir les mains libres pour adorer à sa façon. Ils ne se froissent pas, ni ne se perdent, et les yeux de l'adorateur sont tournés vers le haut plutôt que vers le bas. De plus, personne n'a besoin de fouiller pour essayer de trouver la page en question. Plusieurs églises aujourd'hui sont en train d'implanter la technologie du projecteur (style PowerPoint) de façon à ce que les paroles puissent être changées plus doucement. La transition vers le multimédia combine un ordinateur, un enregistreur VHS et un projecteur, de façon à pouvoir permettre la projection de vidéo clips aussi bien que les paroles des chansons. Ce genre de technologie peut excéder le budget des petites églises.

Si vous vous occupez d'une petite église, les chances sont bonnes pour que vous deviez servir tout seul pendant un petit bout de temps. Mais prenez courage, qu'importe vos ressources, une petite église peut améliorer sa période de louange par une équipe de musique ou simplement par vous. Utilisez votre imagination et laissez le Saint-Esprit vous diriger. Vous accomplirez sûrement plus que ce que vous pensiez être capable.

Ron App, M.Div

Source : Ron App, M.Div



Le soliste instrumental comme conducteur de louange

Quand le Corps de Christ se réunit ensemble pour adorer, il y a généralement une personne dont le travail est d'organiser ainsi que de diriger la louange, l'adoration et les remerciements. Selon les coutumes de l'église, un de ces différents types de direction ou une variation de celui-ci, va probablement être employé par le conducteur de louange pour organiser le culte et aider les gens à adorer de façon unifiée.

De façon traditionnelle, il y a habituellement un organiste, quelquefois assisté par une chorale, qui guide les chants d'assemblée avec peu d'indications concernant le début et la fin des différents chants. L'organiste va peut-être se fier au pasteur ou à un membre de la chorale pour donner des consignes visuelles.

La forme prédominante pour diriger les chants d'assemblée est probablement le chanteur/conducteur qui peut battre la mesure ou utiliser des gestes de direction. Ce style de direction est né au sein des réunions évangéliques au début du 20e siècle. Il jouit d'une vaste utilisation tant dans les plus petites églises, où le conducteur s'accompagne lui-même en soliste, que dans les méga-églises où le conducteur peut bénéficier de l'accompagnement non seulement du piano et de l'orgue, mais aussi de la percussion, des cuivres et d'un orchestre complet.

Au cours des 30 dernières années, le chanteur/guitariste et le chanteur/claviériste sont devenus les choix privilégiés dans plusieurs églises. Au début, ces conducteurs étaient seulement efficaces au sein d'assistances petites et intimes, mais heureusement dû aux améliorations de la technologie dans le domaine de l'amplification du son, ceux-ci peuvent être utilisés dans à peu près toutes les dimensions d'auditoire.

Le plus récent concept est l'approche d'équipe où plusieurs choristes se tiennent devant l'église et chantent en harmonie, parlant quelquefois tour à tour et intercalant des chants spéciaux entre les blocs de chants d'assemblée (chants et hymnes). Quelquefois un conducteur de louange coordonne les efforts de l'équipe.


Les étapes du changement

À travers la plupart de mes 22 ans d'expérience comme conducteur de louange, j'ai été un chanteur/conducteur. Toutefois, bien avant que je ne sache comment battre un patron de 4/4 au-dessus d'un plan imaginaire, je jouais de la trompette. Au collège, je travaillais en vue d'obtenir un diplôme qui m'aurait préparé à être un directeur d'orchestre au niveau secondaire ou collégial, et je rêvais de jouer un jour parmi les professionnels. Mais quand le Seigneur m'a appelé au ministère en 1974, j'ai automatiquement supposé que je n'aurais plus besoin de ma trompette. C'est pourquoi j'ai vendu ma "Bach Stradivarius" pour avoir de l'argent, afin d'acheter à ma fiancée un anneau de fiançailles...

En 1980, j'ai été sensibilisé par le vent du changement qui soufflait à travers le monde de la musique d'église. De plus en plus de musique était publiée à la fois pour des instruments solistes et des ensembles. J'ai commencé à me demander s'il y avait une façon que je pourrais utiliser pour intégrer la trompette à mon ministère. Avec l'aide des membres de ma famille, j'ai acheté un nouvel instrument, commencé à pratiquer, joint un groupe de musique local et commencé à chercher de la musique de trompette que je pourrais utiliser à l'église. Seize ans plus tard, je recherche toujours de bonnes partitions solistes qui sont à l'intérieur de mes capacités techniques. De plus, j'ai trouvé récemment une façon d'utiliser ma trompette qui à la fois glorifie Dieu et donne de la vitalité à l'adoration de mon église. En plus de chanter et d'utiliser des gestes de conducteur, j'utilise maintenant le son de la trompette dans un rôle de direction.


Perspective historique

Utiliser des instruments solistes pour diriger l'adoration n'est pas un nouveau concept. Au début du 18e siècle, Jean Sébastien Bach dirigeait l'adoration à Weimar à partir de son orgue à tuyaux. Durant la première partie du 20e siècle, Charles M. Alexander a développé la musique évangélique en incluant les styles d'improvisation piano de Robert Harkness et Henry Barraclough durant ses réunions évangéliques. Par la même occasion, Alexander "sanctifiait" l'usage du piano dans l'église. Homer Rodeheaver, le soliste/conducteur de louange de Billy Sunday, est devenu célèbre en jouant du trombone pendant les chants d'assemblée. Dans ses premières années avec Billy Graham, Cliff Barrows a suivi le modèle de Rodeheaver au trombone. En dépit de ces modèles, même les conducteurs de louange avec de grandes habiletés instrumentales tendent à négliger l'instrument soliste comme outil pour conduire la louange.


Difficultés

Utiliser des instruments autres que le clavier, la guitare et la voix pour diriger la louange présente une nouvelle gamme de problèmes. Pour commencer, ce ne sont pas tous les instruments qui se prêtent à la direction (je ne peux imaginer un joueur de basson diriger l'assemblée dans le chant "Majesté"). Pour donner une bonne direction, un instrument doit jouer à peu près à la même hauteur que la voix humaine. La trompette et le saxophone ténor jouent bien à cette hauteur. Les conducteurs qui jouent de leur instrument avec une hauteur normale en dehors de celui de la voix humaine doivent porter attention en les utilisant.

Quelques instruments présentent aussi des problèmes de transposition. Par exemple, une trompette en si-bémol ne peut pas jouer directement à partir d'une partition vocale parce que cela sonne un ton plus bas que ce qui est écrit. De la transposition à vue peut être effectuée, mais cette habileté demande beaucoup de temps et de pratique. D'autres solutions au problème de transposition incluent de réécrire la pièce à la main (ou avec un logiciel) ou d'acheter de la musique instrumentale déjà transposée.

La plupart des instruments requièrent l'usage des deux mains, c'est donc difficile de donner des signaux pour diriger les gens. Même quand c'est possible de jouer d'un instrument avec seulement une main, comme la trompette, c'est assez difficile d'être suffisamment coordonné. Une bonne planification est nécessaire quand on dirige avec un instrument. Un des problèmes majeurs que je rencontre est dû au fait que je ne suis pas doué pour l'improvisation. J'ai besoin d'une partition imprimée pour à peu près tout ce que j'ai à jouer. L'instrumentiste qui peut jouer "à l'oreille" a un avantage certain. De plus, il faut garder à l'esprit que les chants d'assemblée ne sont pas l'endroit désigné pour étaler ses prouesses créatives au niveau de l'improvisation jazz. À moins d'avoir un groupe solide de choristes derrière vous, soyez attentifs à ne pas mettre trop de fioritures. En d'autres mots, ne vous éloignez pas trop loin de la maison !


Pour commencer

Voici quelques suggestions pour aider les instrumentistes à utiliser leurs instruments efficacement.

1. Pratiquez, pratiquez, pratiquez !

Si la vie et le ministère vous empêchent de pratiquer régulièrement, évitez d'utiliser votre instrument lors de l'adoration publique. Le psalmiste l'a bien formulé quand il a dit : "je n'offrirai point à l'Éternel, mon Dieu, des holocaustes qui ne me coûtent rien" (2 Samuel 24:24).
2. Utilisez de temps à autre.

N'en jouez pas tous les dimanches, ni pour chaque chanson les jours où vous en jouez. Utiliser votre instrument pour amener de la variété dans l'adoration.
3. Formez une équipe.

Conduire la louange avec un instrument fonctionne mieux quand il y a une chorale ou une équipe de choristes solides pour renforcer les mots.
4. Contrôlez le volume. Quelques instruments, comme la trompette, peuvent être assourdissants. D'un autre côté, si vous êtes un flûtiste, vous devez investir dans un bon microphone.
5. Planifiez à l'avance.

Puisque nos mains et nos lèvres sont occupées avec notre instrument, planifiez les tonalités, les transitions, modulations et répétitions à l'avance. Le Saint-Esprit semble mieux me guider durant la planification que dans le "feu de l'action".
6. Planifiez des solos.

De temps en temps, un solo instrumental est bien approprié. Cela donne l'occasion d'exprimer des arrangements musicaux qui pourraient créer de la confusion si apportés durant les chants d'assemblée. C'est aussi une bonne façon d'introduire de nouvelles mélodies. Par exemple, introduire une nouvelle chanson en la jouant une fois ou deux avec votre instrument, puis demandez à un soliste de la chanter une fois ou deux. Pendant ce temps, votre église va se préparer à chanter ce cantique.

Barry Wilson

Source : Barry Wilson



Les motivations du ministère

Les facteurs qui peuvent vous aider à persévérer.

Quand nous regardons l'histoire de l'Église chrétienne, nous sommes accueillis par un grand nombre d'individus formidables, une "grande nuée de témoins", vers lesquels nous pouvons regarder pour obtenir des conseils afin de nous aider à cheminer dans nos propres vies. En tant que dirigeant modèle dans l'histoire de l'Église, l'apôtre Paul est un choix de premier plan à regarder pour obtenir de l'aide. Qu'est-ce qui a motivé Paul à être celui que Dieu lui demandait, et d'accomplir ce que Dieu voulait qu'il accomplisse ? Plusieurs des facteurs de motivation ayant encouragé Paul à poursuivre son ministère continuent de motiver d'autres dirigeants, quelles que soient leurs circonstances particulières.


Bien terminer

Paul est le cas classique d'un dirigeant biblique qui a bien terminé sa vie. Jésus-Christ est encore le Seigneur de sa vie quand son existence se termine. Paul exerce un ministère en conservant une attente fervente du retour de Jésus-Christ. Un certain nombre de caractéristiques d'une personne ayant bien terminé doivent être notées : la relation de Paul avec Dieu par Jésus-Christ est toujours intense et personnelle, il demeure enseignable et soumis à la direction du Saint-Esprit, il a été façonné par le Saint-Esprit à travers le temps à l'image de Jésus-Christ, il vit selon ses convictions bibliques, sa foi est demeurée intacte, il laisse derrière lui un héritage.

Ses contributions profondes comprennent celles qui sont associées avec la sainteté, la pratique, le parrainage, le développement, l'écriture et la promotion de l'Évangile. Pour bien terminer sa vie, pour aller jusqu'au bout, pour terminer sa course, toutes ces choses étaient des moteurs qui stimulaient la motivation de Paul pour le ministère.

Les dirigeants sages évaluent constamment leurs situations. Vous pouvez vous demander à vous-même, "De quelle façon est-ce que la circonstance présente va affecter la manière avec laquelle je termine mon ministère ?" Une bonne anticipation guide le dirigeant sage vers la ligne d'arrivée.


Le jugement

Paul a toujours exercé un ministère avec la certitude qu'un jour il serait jugé pour ses actions, qu'il serait de façon ultime redevable à Dieu pour ce qu'il lui avait été confié. Ce jugement n'est pas une corde autour du cou, comme cela le serait pour quelqu'un qui aurait gaspillé ses talents, mais quelque chose d'excitant à anticiper. Les paroles de Paul lancent un message d'encouragement alors qu'il écrit à Timothée, "Désormais la couronne de justice m'est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement" (2 Timothée 4:8). Être redevable au Seigneur, les dirigeants doivent toujours oeuvrer en sachant que leurs actions, quelles que soient leurs importances, ne vont pas demeurer dans le secret. C'est un outil formidable pour motiver les dirigeants, à la fois jeunes et vieux, que de savoir que leurs bons efforts vont être récompensés.


Confiance dans l'Évangile

Ayant expérimenté la puissance rayonnante de la proclamation de l'Évangile, Paul a démontré une très grande confiance. Il peut parler librement et proclamer le message haut et fort parce qu'il a été témoin de manifestations spirituelles spectaculaires durant son ministère. Il a été capable de dire des phrases comme, "Ayant donc cette espérance, nous usons d'une grande liberté", sans trembler. Avoir vos croyances enracinées dans la réalité et dans le témoignage de votre vie véhicule un message tangible d'honnêteté et de conviction imperturbable. Et lorsque vous êtes convaincu de votre place à l'intérieur de la pièce de théâtre cosmique dans laquelle Dieu vous a invité à participer, vos avez le potentiel de déplacer des montagnes.


Le fardeau pour le ministère

Comme Moïse, Paul a reçu un grand appel pour sa vie afin d'étendre la portée de l'Évangile au-delà des Juifs et vers les païens. Les fonctions apostoliques qu'il a démontrées étaient alimentées par la passion intense que l'Esprit Saint a placé en lui, "Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les églises" (2 Corinthiens 11:28). Est-ce que l'Esprit a imprimé dans votre âme un tel appel qui vous incite à l'action ?


La résurrection

Paul était motivé par la conviction que l'existence temporelle sur la Terre n'était pas tout, qu'il y avait une vie après la mort où un corps ressuscité et une rencontre face à face prendra place avec le Seigneur ressuscité. Son expérience spectaculaire de conversion l'avait convaincu que la vie après la vie était une réalité, que le Seigneur Jésus était une prémice de la réalité de l'événement à venir, et que chaque croyant allait prendre part à ce mystérieux événement.

Au sujet de cet événement à venir, plutôt que de toujours chercher avec obsession le temps et la date de l'événement, Paul a cherché à expérimenter la puissance de résurrection du Royaume dans sa propre vie pendant qu'il était ici sur la terre. Ceux qui étudient le Nouveau Testament ont noté que le Royaume comporte une réalité en deux volets, quelquefois référée comme étant la dichotomie "déjà/pas encore", le Royaume a été introduit sur Terre avec la puissance de la résurrection physique de Jésus-Christ, mais le Royaume atteint encore son point culminant final avec la seconde venue de Jésus-Christ.

Nous discernons cette tension inhérente dans sa lettre aux Philippiens : "Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d'entre les morts" (Philippiens 3:10-11). Bien que ce soit un mystère qui aille au-delà d'une totale compréhension humaine, la motivation de nous laisser transformer à la ressemblance de Jésus-Christ, devenir des représentations de Jésus-Christ pendant que nous sommes sur terre, et puis d'entrer dans la gloire de Sa résurrection, est une puissante motivation.


Utiliser la Parole de façon juste

Paul a utilisé la Parole de Dieu avec un grand impact, maintenant son intégrité tout le long de son ministère. Bien que souvent mentionné pendant les débats sur l'inhérence des Écritures, la phrase de Paul "Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice" (2 Timothée 3:16) à Timothée met en lumière combien il voulait passionnément garder la Parole de Dieu dans sa propre vie : "afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre" (verset 17). Utiliser la Parole de Dieu de façon adéquate était un grand facteur de motivation dans le ministère de Paul.


La promesse du ciel

Paul voyait les problèmes terrestres supportables à la lumière de l'éternité et de ce qui allait arriver. Il exerçait toujours son ministère en regardant en avant, les yeux fixés sur la vie dans l'au-delà. Philip Yancey et d'autres écrivains ont pris note que l'espérance céleste est une des doctrines les plus négligées de l'église chrétienne aujourd'hui. Dans sa seconde lettre à l'église de Corinthe, Paul révèle combien son espérance pour le ciel était vraiment profondément ancréee dans son coeur : "parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles" (2 Corinthiens 4:8). Savoir qu'un jour vient où le mal sera transformé en bien, où les maladies et les infirmités seront enlevées, où il n'y aura plus de mort, est une force et un réconfort que les dirigeants doivent exploiter.


Amour

En tête de liste des motivations dans la boîte à outils de Paul ou de n'importe quel dirigeant se trouve le don de l'amour. L'amour doit être un facteur important de motivation dans tout ce que nous faisons, l'amour est dans la nature même de Dieu le Père, par Jésus-Christ son Fils et par l'Esprit. Dans la première lettre aux Corinthiens, Paul écrit de désirer les "dons les meilleurs" (1 Corintiens 12:31), avant d'enchaîner dans un des passages les plus éloquents au sujet de l'amour qui est une force qui unit toutes choses ensemble. Paul complète cette pensée dans une lettre plus tard lorsqu'il écrit, "Car l'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts" (2 Corinthiens 5:14).


Conclusion

Qu'est-ce qui vous motive dans votre ministère ? Êtes-vous motivé par des choses qui sont adéquates, ou prêchez-vous Jésus-Christ par "envie et rivalité", l'attrait du prestige et de l'argent ou une myriade d'autres faux dieux que cherchent souvent les dirigeants d'aujourd'hui.

Faites l'évaluation de votre situation. Posez-vous certaines questions difficiles à propos de votre motivation. Assoyez-vous tranquillement et demandez au Saint-Esprit d'exposer les véritables motivations de votre coeur.

J. Robert Clinton

Source : J.Robert Clinton est professeur de direction (leadership) à l'école School of World Mission au Fuller Theological Seminary. Cet article a été traduit et réimprimé avec la permission du magazine Worship Leader. Si vous êtes intéressé à vous abonner à Worship Leader, S.V.P. appeler 1-800-286-8099. Visitez leurs sites internet à Worshipleader.com et Songdiscovery.com.



Étendre votre vision de l'adoration

Le conducteur de louange qui désire apprendre

Le premier pas pour se préparer à exercer un ministère d'adoration est d'avoir un esprit enseignable. Un esprit enseignable signifie de vouloir grandir et apprendre de plus en plus. Dans Philippiens 1:6, Paul écrit que "Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ." Stephen Michael Newby, pasteur des arts de l'adoration à l'église Antioch Bible près de Seattle, Washington décrit l'importance de poursuivre sa croissance et son apprentissage pour soi-même et pour les autres au sein de ses équipes. "J'aime employer le mot CIMES C: pour Croissance dans la grâce de Dieu, I pour invention (créativité), M pour de Mieux en mieux, E pour Enseignement (formation) et S pour Soigner les autres". Par exemple, si l'équipe poursuit sa formation et travaille de mieux en mieux sans prendre soin des autres, elle ne se rendra jamais au sommet.

Un esprit enseignable est aussi humble. Il n'y a rien de mal à ne pas tout savoir. Un de mes amis a déjà observé un conducteur de louange qui a raté son ministère, car il "ne savait pas qu'il était ignorant". Ne pas savoir n'est pas le problème; si vous connaissez vos lacunes, vous pouvez vous renseigner à leur sujet. Mais comment pouvez-vous apprendre si vous ignorez tout de ce que vous devez savoir ?

Pour éviter d'avoir le sentiment d'être un animal pris au piège, la prochaine étape dans votre préparation est d'essayer d'évaluer ce que vous devez connaître. Faites-vous un plan d'apprentissage. Qu'est-ce que vous connaissez déjà bien ? Quelles sont vos limites d'apprentissage ? Un plan d'apprentissage ? Un plan d'apprentissage doit au moins couvrir les domaines suivants: Bible et théologie, croissance personnelle et spirituelle, qualités musicales et qualités du ministère. Évaluez-vous honnêtement, et demandez à d'autres personnes de confiance de vous évaluer, incluant votre épouse et votre pasteur. Les domaines de faiblesse personnelle sont de bons endroits où commencer.

Ignorez les voix (incluant celle dans votre tête) qui disent que les musiciens ne peuvent faire cela. Dans son livre, The Heart of the Artist, le conducteur de louange vétéran Rory Noland remet en question l'image conventionnelle des artistes comme étant indisciplinés, peu soigneux et irresponsables. Il demande, "Qu'est-ce que cela prend pour devenir un artiste accompli ?" "Cela prend, vous l'auriez deviné, de la discipline. Il n'y a pas de doute que d'être un artiste demande un bagage peu familier de discipline." C'est le temps d'appliquer la même sorte de discipline dans la préparation pour le ministère que nous mettons dans notre musique.

Cela prend de la pratique pour être un bon musicien, et un ministère efficace nécessite de la préparation. Paul a encouragé son protégé Timothée a bien se préparer pour son ministère : "Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n'a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité" (2 Timothée 2:15). Stephen Newby met l'accent sur l'importance de construire un ministère basé sur l'étude de la Parole de Dieu. "Commencez à lire la Bible et à l'étudier avec les autres en petits groupes. Laisser croître le ministère à partir de ce point là".


Le besoin de hautes études

L'éducation officielle peut donner aux conducteurs de louange de précieux atouts pour le ministère. Kevin Navarro, conducteur de louange à l'église Bethany Evangelical Free Church à Littleton au Colorado, a deux diplômes et a fait des tournées pendant plusieurs années avec le Continentals, un groupe de musique chrétienne. Mais Kevin pense que son éducation a fait la différence dans son ministère. "Je sentais que j'avais beaucoup de formation comme musicien et comme artiste, mais qu'il y avait tout un côté théologique de l'église que je ne me sentais pas bien équipé à faire face." Alors, après avoir quitté les Continentals, il s'est inscrit au programme de maîtrise en divinité au séminaire de Denver. Ses amis lui ont demandé s'il envisageait de devenir pasteur, mais son but était toujours le ministère de l'adoration. "Le séminaire a été un endroit pour travailler sur mes buts et mes intérêts personnels". Plus tard, Navarro s'est inscrit au programme de "Doctor of Ministry" à Fuller, où il a pris des cours de spiritualité, ministère, adoration et direction. "J'ai appris que nous dirigeons à partir de ce que nous sommes, et j'ai grandi à travers la pensée et la compréhension de ce qu'est Dieu, et de ce que l'adoration est." Maintenant il travaille sur un livre dont il espère qu'il sera une ressource pour les conducteurs de louange actuels et à venir.

Curt Coffield, conducteur de louange à l'église Resurrection Life Church à Grand Rapids, Michigan est retourné à l'école pour terminer son diplôme de baccalauréat à l'Université Cornerstone. Curt dit "qu'il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas. Nous voulons grandir, pas seulement musicalement ou comme conducteurs de louange, mais aussi comme pasteurs d'adoration. Je veux être prêt à répondre à la demande." Pour Curt, le but espéré est de compléter une maîtrise en théologie. "Je ne suis pas un théologien, je suis un conducteur de louange," dit Coffield, "mais je crois que je suis prêt à être un théologien et un musicien. Je veux être plus complet dans ma compréhension du christianisme."

Il y a plusieurs types différents de programmes que l'on peut choisir. Un de ceux-ci est le baccalauréat ou la maîtrise traditionnelle à temps plein disponible dans les collèges chrétiens; plusieurs ont ajouté des cours sur l'adoration et sur la musique contemporaine. Si vous vivez à une distance raisonnable d'un de ceux-ci, cela vaut la peine de vérifier ce qui est disponible.

Plusieurs collèges et séminaires ont aussi commencé à offrir des formats non-traditionnels, en utilisant des cours intensifs de une ou deux semaines ajoutés à des cours à distance. Ces programmes offrent une plus grande flexibilité, et permettent aux étudiants de participer même s'ils demeurent loin. Voici un bref rapport de quelques-uns uns des nouveaux programmes de partenariat.


Les programmes d'adoration à Liberty et Regent

Integrity Music s'est associé avec les universités Liberty et Regent en Virginie (USA), pour créer des programmes pour les conducteurs de louange. Actuellement, chacune de ces universités offre un diplôme de maîtrise avec des cours donnés par des conducteurs de louange de Integrity ainsi que d'autres professeurs réguliers de la faculté.

L'Université Liberty à Lynchburg en Virginie a commencé son Institut d'adoration en 1998 comme une partie du Liberty Baptist Theological Seminary. À travers le programme, les étudiants peuvent compléter une maîtrise en religion des études d'adoration. Cinq cours sont enseignés par le personnel et les conducteurs de louange de Integrity Music, comme Don Moen, Ron Kenoly, et autres; le reste des cours est pris à partir du programme scolaire régulier de la maîtrise. Le Dr Ron Giese, un professeur d'études bibliques et le coordonnateur de la faculté pour le programme, note un fort intérêt pour les cours parmi les étudiants du séminaire. Il y a maintenant 50 étudiants qui se sont inscrits au programme, et l'Institut planifie d'offrir des cours à certains endroits en Caroline du Nord (USA). M. Giese croit que l'impact de l'enseignement sur les étudiants a changé des vies. Il dit: "Le travail des étudiants n'est pas seulement académique, il est aussi expérimental".

L'Université Regent à Virginia Beach, Virginie (USA) a mis au point un programme similaire avec Integrity Music. Débutant en 1997, l'Université Regent offre un programme de maîtrise avec une concentration en études d'adoration. Comme le programme de Liberty, la composante d'adoration comprend cinq cours enseignés par le personnel et les conducteurs de louange de Integrity Music. Plusieurs étudiants de d'autres programmes et des auditeurs libres ont aussi pris des cours. Lyle Story, doyen de l'école de divinité à Regent, dit que le programme a débuté lentement, mais qu'il a gagné de l'intérêt; plus de 200 personnes se sont renseignés sur le programme dans les derniers 18 mois. Il n'y a actuellement que 10 étudiants qui sont inscrits au programme, mais chaque cours a environ 20-30 étudiants, les autres proviennent de d'autres programmes ou d'auditeurs libres.


Un terrain fertile pour la formation

Christ for the Nations Institute (CFNI), situé à Dallas, Texas (USA) est bien reconnu comme étant un terrain de formation pour plusieurs compositeurs de chansons et conducteurs de louange, comme Marty Nystrom, Debby Graafsma, Tommy Walker, Shannon Fogel Wexelberg, et Curt Coffield. L'institut a débuté comme collège biblique de deux ans en 1970. Une facette importante de l'expérience de CFNI est l'atmosphère d'adoration, dit Arlene Friesen, la directrice du programme de musique et d'adoration de l'Institut. "C'est un environnement qui nous garde à la fine pointe en ce qui concerne les nouvelles chansons qui expriment la fraîcheur et la jeunesse de notre adoration". Les étudiants ont beaucoup l'occasion de diriger l'adoration et d'être impliqué dans le ministère. Le groupe pour la tournée, appelé Living Praise, est un défi particulier pour former la maturité et la responsabilité." Un grand accent sur les missions caractérise aussi les études et la vie étudiante.

Récemment, CFNI a ajouté une troisième année d'études spécialisées et de préparation dans plusieurs secteurs du ministère, incluant la conduite de la louange. Le rôle du conducteur de louange est nouveau et en évolution, mais Friesen dit que "le rôle de CFNI comme lieu de formation a évolué à travers le temps à un tel point que nous enseignons l'habileté musicale en même temps que nous enseignions l'habileté à conduire les autres dans l'adoration." Il y a 62 étudiants qui sont actuellement dans la troisième année du programme, et environ 75-100 autres assistent aux classes d'adoration. En incluant Friesen, il y a six professeurs de faculté à temps plein pour l'adoration et la musique à CFNI, et d'autres instructeurs qui enseignent occasionnellement.


L'approche historique des études d'adoration

L'Institute for Worship Studies, fondé par Robert E. Webber, est impliqué au niveau de trois différents programmes pour les conducteurs de louange et les pasteurs, et offre aussi un programme de certificat. Le programme de "Doctor of Worship Studies" (D.W.S.) est offert par le campus de l'institut de Floride (USA), et est conçu pour les musiciens qui ont un diplôme de maîtrise. Un doctorat du ministère (D.Min.) dans les études d'adoration pour les pasteurs, est offert par le Northern Baptist Theological Seminary, où Webber est devenu récemment professeur de ministère. Le collège Wycliffe à Toronto offre une maîtrise en études théologiques (M.A.T.S.) d'adoration. La plupart des cours dans la concentration sont offerts de façon intensive. L'institut offre aussi un certificat en études d'adoration à ceux qui complètent tous les sept livres de leurs séries "Alleluia".


Le but de l'institut est de promouvoir le renouveau de l'adoration dans les églises de toutes confessions religieuses ou affiliations. Contrairement aux programmes commandités par Integrity et CFNI, des organisations ayant des racines charismatiques, l'Institute for Worship Studies est basé sur une approche plus historique et traditionnelle de l'adoration. Les lecteurs familiers avec l'approche de Webber à travers ses livres et ses articles dans le magazine Worship Leader vont reconnaître des thèmes familiers dans les titres de ses cours.


À l'horizon

Ces programmes de partenariat et de conduite de louange ont tous débuté au cours des quelques dernières années. L'institut d'adoration de l'Université Liberty a fait la collation des grades de sa première classe en octobre. Alors c'est trop tôt pour dire quel type d'impact ces programmes auront sur les ministères d'adoration. Ils ne seront bientôt plus les seuls programmes disponibles. Le collège Calvin, à Grand Rapids, Michigan (USA), a récemment ouvert le Calvin Institute of Christian Worship avec l'aide de la fondation Lilly. Le directeur est John Witvliet, un musicien et directeur de chorale accompli qui a récemment complété un Ph.D. en liturgie de l'Université Notre Dame. Le collège Whitworth, à Spokane, Washington (USA) est en train de développer un programme de cinq ans avec majeur en musique, pour ceux qui désirent poursuivre le ministère d'adoration en tant que vocation. L'ancien doyen du Wheaton College conservatory, Harold Best, qui s'est retiré, offre ses conseils pour le développement du programme. Au sud, le séminaire théologique Fuller à Pasadena en Californie (USA) a lentement développé un centre pour l'adoration et les arts, dirigé par Fred Davison.

D'autres collèges embauchent de nouvelles ressources en musique et théologie, et ajoutent de nouveaux cours et composantes à leur programme scolaire pour répondre au besoin de la préparation des conducteurs de louange. Un de ceux-là peut être adéquat pour vous ou pour une personne que vous connaissez.

Robb Redman

Source : Robb Redman est Éditorialiste Consultant pour le magazine Worship Leader. Son livre, Understanding the Worship Awakening (Jossey-Bass), devrait sortir quelque part cette année. Cet article a été traduit et réimprimé avec la permission du magazine Worship Leader. Si vous êtes intéressé à vous abonner à Worship Leader, S.V.P. appeler 1-800-286-8099. Visitez leurs sites internet à Worshipleader.com et Songdiscovery.com.



La communication entre le conducteur de louange
et le technicien en sonorisation


Je n'ai aucune idée de ce que représente le ministère de technicien de son dans une grande église. Les tâches et les responsabilités ne se comptent plus à chaque semaine. Tant de choses à s'occuper pour que tout fonctionne bien. Dépendre de tant d'éléments, tels que la puissance, le mélange (mixage), l'éclairage, les haut-parleurs, les égalisateurs de fréquence et j'en passe. Ce n'est pas comme lorsqu'on joue d'un instrument, où tout ce dont nous avons à nous préoccuper est de ne pas faire trop de fautes. Le technicien du son doit s'occuper d'un million de choses qui sont aussi autant de détails pouvant tomber en panne lors d'un seul culte.

En tant que conducteur de louange, je suis très attentif à ce que dit notre technicien en sonorisation. Je lui donne l'entière liberté dans la gestion du son de l'église. Peu d'entre nous pouvons se permettre ce luxe. Cela n'a pas toujours été comme ça, mais ça, c'est une autre histoire. Ce que je voudrais communiquer par cet article est ceci : même si c'est moi qui prends les ultimes décisions, même si je suis l'ultime responsable pour le son dans l'église, je dois donner de la liberté à mon technicien pour qu'il puisse bien faire son travail. Ce sont ses dons et ses talents qui font que ça sonne bien le dimanche. S'il ne peut pas faire son travail, cela se remarquera au niveau le son et durant les moments de louange.

Tous et chacun, nous avons deux choix dans nos rapports avec notre technicien du son : nous pouvons être un contrôleur et essayer de tout gérer (heureusement, nous ne pourrons pas y arriver), ou bien nous pouvons travailler avec lui... côte à côte pour obtenir le meilleur son possible. Tout comme le musicien, le technicien à la console est un oiseau rare (blague) d'une certaine manière. Il a besoin d'être capable d'exercer son ministère pour lequel Dieu l'a appelé. Tout comme nous n'aimons pas que nos pasteurs viennent nous bombarder de suggestions et d'idées au sujet de la musique et de la louange, le technicien à la console doit avoir une marge de manoeuvre pour faire son travail.

Je sais que dans de nombreux cas, le technicien à la console peut ne pas être aussi compétent que vous le souhaiteriez, et que plus de directives sont nécessaires, mais si vous avez un gars ou une fille qui est capable et qui a du potentiel, donnez-lui de la place. Il ou elle fera des erreurs, tout juste comme vous et moi en avons faites dans les premières années et même encore aujourd'hui. Ce dont ils ont besoin est une bonne communication et beaucoup de patience. Ce qu'ils n'ont pas besoin, ce sont des directives constantes durant une répétition, lorsque tout le monde est là. Je sais que c'est le seul moment possible pour que tout fonctionne, mais gardez le maximum d'instructions pour les moments privés en tête-à-tête. Assurez-vous d'avoir de bonnes ressources pour le former.

Si vous trouvez quelqu'un qui aime cela, qui a du potentiel et qui est engagé, alors vous feriez mieux de réfléchir et de faire ce qu'il faut pour le garder. Il y a une tonne d'églises qui improvisent, semaine après semaine, en se demandant si oui ou non la "personne du son" va se présenter ou non.

Un autre commentaire : durant les répétitions et avant le culte, il peut y avoir des moments où votre guitariste a besoin de s'entendre davantage dans les moniteurs ou bien le claviériste aimerait que le niveau de la guitare soit diminué dans les moniteurs, assurez-vous que toutes les communications concernant le son passent par vous, le conducteur de louange ou le responsable de la musique. Rien ne frustrera plus un technicien à la console que lorsque chacun lui demande ce qu'il veut en même temps. Apprenez à vos musiciens à s'adresser à vous et ensuite vous communiquerez les besoins au technicien de la console. Cela vous facilitera la vie et améliorera beaucoup les relations à long terme. Le technicien à la console est un bijou et a tout autant besoin de votre témoignage de confiance que votre meilleur musicien ou chanteur. Donnez-leur le respect et l'environnement convenables et ils feront de votre ministère quelque chose dont il est agréable de faire partie.

Une communication et une direction adéquates feront beaucoup de chemin avec la participation de chaque bénévole. Aimez-les, louez-les et aidez-les à devenir ce que Dieu les a appelés à être et nous en bénéficierons... ainsi que les chrétiens de l'église quand ils participent à la louange, semaine après semaine. Les tensions et les conflits peuvent être évités par une communication dirigée de manière adéquate. Travaillez ensemble comme une équipe et observez les gens s'épanouir et votre ministère se développer. Le ministère ce sont les gens, et plus ils seront nombreux à travailler avec vous, plus vous pourrez exercer votre ministère.

Finalement, je sais qu'il y a des cas où les bénévoles prennent leur ministère en main et ne veulent rien accepter des autres concernant leur façon de faire. Dans ces cas, vous devez être fermes et précis dans vos attentes et sur le rôle que chacun doit jouer. Il est parfois préférable de ne pas avoir de technicien à la console que d'en avoir un qui est arrogant et insoumis. Rappelez-vous, vous êtes responsable du son dans l'église. Vous êtes responsable de l'attitude et de l'esprit d'équipe. Comme le disait un ami : "il n'y a pas de "je" dans une équipe". Il y a des moments où recevoir un enseignement est nécessaire pour affermir l'amour du groupe et le ministère. Heureusement ces moments sont rares. Apprenez à aimer les gens pour qui et avec qui vous travaillez, communiquez ce que vous vous attendez d'eux et ce que vous avez besoin, et vos ministères seront plus productifs et plus joyeux.

Stephen Newman

Source : Cet article a été traduit par Mme Joëlle Richir avec la permission de M. Stephen Newman. Vous pouvez voir le site internet de M. Stephen Newman à l'adresse suivante : Gospelcom.net.



Ce que tout conducteur de louange doit savoir

Il n'y a pas si longtemps, j'ai assisté à un atelier donné par un conducteur de louange "vétéran" qui était à son poste actuel depuis douze ans. À un certain moment, il a mentionné que plusieurs conducteurs de louange ont commencé leur ministère environ au même moment que lui. Difficilement, il a rappelé comment un après l'autre ils ont quitté le ministère à cause de relations extra-conjugales, divorces, fatigue chronique ou inaptitude à diriger et gérer efficacement. De tous ceux avec qui il a débuté, seulement deux étaient toujours en poste.

Peu de conducteurs de louange pensent que leur travail actuel sera un ministère à court terme ou que leur carrière sera une série de mandats marqués par des crises, des conflits et de la fatigue. Toutefois, ce cheminement est de plus en plus commun. Qu'est-ce qui arrive ?

La raison principale expliquant le taux alarmant de surmenage parmi les conducteurs de louange est le manque de formation adéquate. Ils ne sont tout simplement pas préparés à diriger dans l'environnement complexe et exigeant de l'église du 21e siècle. Le manque de formation, de support et d'entraide parmi les conducteurs de louange est en train de coûter cher. Pour chaque succès parmi les conducteurs de louange, il y a plusieurs histoires remplies de souffrance, chagrin et désappointement. Plusieurs des meilleurs et des plus talentueux sont pris sous le fardeau des attentes non-remplies de la part de leurs églises, pasteurs, équipes, familles, et surtout de la part d'eux-mêmes. La triste vérité est que plusieurs conducteurs de louange ont besoin d'apprendre "sur le tas", et que ces leçons ne sont pas apprises suffisamment rapidement. Comme résultat, la durée moyenne de ministère pour les conducteurs de louange est aujourd'hui très brève.

Dans cet article, nous ne pouvons qu'espérer survoler comment les conducteurs de louange peuvent être mieux équipés pour un ministère efficace à long terme. Je crois qu'ils doivent devenir intentionnellement des étudiants à long terme, et rechercher activement à grandir dans ces quatre domaines : formation spirituelle, formation musicale, profondeur théologique et direction du ministère.

1. Formation spirituelle

"Le secret pour être un conducteur de louange efficace", dit le conducteur de louange Monty Kelso, "commence par avoir un coeur d'adorateur". Les conducteurs de louange doivent être des "adorateurs qui dirigent", comme le pasteur et auteur John Piper le dit si bien. Ces derniers doivent diriger en adorant et non pas diriger au lieu d'adorer. Toutefois, les difficultés et les besoins du ministère laissent souvent le conducteur de louange avec peu ou pas de temps pour son culte personnel, et pour prendre soin de son âme. Est-ce que les conducteurs de louange sont trop occupés pour adorer ? Eugene Peterson observe que le terme "pasteur occupé" est une expression généralisée. Le degré d'occupation n'est pas une indication d'efficacité, mais plutôt un produit de notre propre vanité et paresse (Le Pasteur Contemplatif). D'une certaine façon, nous nous tenons occupés parce que nous voulons croire que nous sommes importants. "Les heures incroyables, l'horaire chargé et les grandes demandes vis-à-vis de mon temps sont la preuve pour moi, et pour tous ceux qui vont le remarquer, que je suis important."

D'un autre côté, notre occupation produit souvent comme résultat que ce sont les autres qui dictent notre horaire. "C'était un des thèmes favoris de C.S. Lewis que seulement les personnes paresseuses travaillent durement". Peterson continue, "Mais paresseusement déléguer le travail essentiel de décider, diriger, établir des valeurs et des objectifs, les autres personnes vont le faire pour nous ; puis nous allons nous trouver nous-mêmes frénétiquement à la dernière minute, et essayant de satisfaire une demi-douzaine de différentes demandes à la fois, dont aucune n'est essentielle à notre vocation, et cela pour empêcher de décevoir quelqu'un".

Bruce Larson appelle l'adoration "perdre du temps dans la présence de Dieu". D'un point de vue humain, l'adoration n'accomplit rien. Une bande dessinée que j'ai vue récemment dans le magazine Leadership le décrit de belle façon. La secrétaire de l'église permet à un membre d'entrer dans le bureau du pasteur en disant : "le pasteur ne fait rien, il est seulement en prière". Selon la perspective de Dieu, toutefois, l'adoration est la plus haute forme de ministère. L'adoration et la prière sont l'oeuvre du ministère, pas des distractions de celui-ci. C'est vrai que les activités de ministère peuvent comprendre l'adoration, mais ce n'est pas toujours le cas.

Comment pouvons-nous alors nous préparer pour le long voyage du ministère ? Voici quelques étapes de base pour apprendre à prendre soin de notre âme :

Mettre de côté du temps régulièrement pour l'adoration personnelle. Trouvez une place où vous pouvez être seul sans distractions ou interruptions. Écoutez de la musique chrétienne et chantez en même temps. Vous pouvez aussi prendre une marche et être silencieux tout en méditant l'Écriture, comme les Psaumes, et laisser les mots et les images de la Bible devenir la source de votre louange et de votre prière.

Soyez redevable à quelqu'un d'autre pour votre croissance spirituelle. Nous avons besoin de faire partie d'un petit groupe et d'avoir un directeur spirituel. Cela peut chatouiller plusieurs d'entre nous d'une mauvaise façon, mais je crois que nous avons mal compris la vision de Luther au sujet de la prêtrise de tous les croyants. Il ne voulait pas dire qu'il y avait encore des prêtres, il voulait dire que nous sommes tous appelés à jouer le rôle d'un prêtre les uns pour les autres. Nous n'avons pas besoin de la médiation d'aucun autre prêtre que le Grand Prêtre Jésus-Christ de façon à avoir une rencontre authentique avec Dieu, mais nos frères et soeurs peuvent exercer un ministère envers nous en nous gardant redevables et dans les voies de Dieu à mesure que nous grandissons dans notre vie avec Lui.

Gardez votre mariage et votre famille comme une plus grande priorité que votre ministère. Le professeur Ray Anderson aime mentionner que le test le plus simple de croissance spirituelle est de demander à votre épouse s'il y a plus ou moins d'amour, de joie, de paix, de patience, de bonté, de bienveillance, de foi, de douceur et de maîtrise de soi (Galates 5:22-23) que l'an passé. Malheureusement, plusieurs conducteurs de louange ont vu le succès de leur ministère entrecoupé par la ruine de leurs familles. Dieu n'a jamais demandé à ses serviteurs de sacrifier leurs mariages et leurs familles pour le ministère. Les ministères d'adoration demandent un grand investissement de temps et mettent des pressions inattendues sur les familles. Tôt ou tard, vous allez devoir prendre des décisions difficiles et dire non au ministère pour le bien de votre famille. Maintenir un bon équilibre entre la famille et le ministère requiert un dur labeur et une pensée claire. Cela demande aussi une communication ouverte et honnête avec votre épouse et ceux à qui vous êtes redevables dans le ministère. Quand les crises arrivent, n'ayez pas peur d'aller chercher de l'aide extérieure comme de la relation d'aide conjugale et familiale pour vous aider à tracer des frontières raisonnables.
2. Formation musicale

Un conducteur de louange que je connais m'a dit récemment qu'il avait arrêté de jouer de son instrument. Il est si occupé à diriger son ministère qu'il avait peu de temps pour pratiquer. Il s'enlevait lui-même de l'horaire des musiciens pour faire de la place pour d'autres. Je ne pouvais pas l'aider, mais j'ai noté de la mélancolie dans sa voix, alors je lui ai demandé si cela lui manquait de jouer. "Oui", dit-il. "Beaucoup." Les musiciens et les conducteurs de louange doivent diriger les autres par l'exemple. Comment les membres de l'équipe peuvent-ils vouloir pratiquer si celui qui les dirige ne le fait pas ? Comment pouvons-nous penser que les musiciens vont s'améliorer si nous ne nous améliorons pas nous-mêmes, mais au contraire si nous devenons rouillés ?

Réanimez votre amour pour votre instrument. Scott Andrews, qui se spécialise dans les ateliers de formation pour conducteurs de louange, aime à souligner le fait que si le meilleur musicien planifie d'assister à votre église dimanche prochain, vous pourriez pratiquer juste un peu plus cette semaine. Dans les faits, nous jouons pour le Créateur de la musique chaque semaine, et nous l'honorons quand nous jouons habilement. N'ayez pas peur de prendre des leçons si cela est requis. Plusieurs des meilleurs chanteurs et instrumentistes le font encore. Cela est profitable d'étudier son instrument et d'étudier (ou réétudier) la théorie. Il y a beaucoup de ressources pour ceux qui veulent apprendre par eux-mêmes, cela inclut les livres, les vidéos et les sites internet. De façon prioritaire, apprenez à lire la musique si vous ne le faites pas déjà. Cela peut être difficile, mais vous allez être fiers de votre effort. Qu'importe avec quelle habileté vous pouvez jouer par oreille, vous allez augmenter votre efficacité de façon révélatrice comme conducteur et musicien si vous pouvez écrire et lire des portées.

Devenez un musicien polyvalent. Si vous être claviériste par exemple, vous pouvez apprendre les modulations et l'improvisation pour créer des transitions qui coulent entre les pièces. Apprendre les techniques d'écriture vous aidera à ajouter d'autres dimensions musicales à votre culte. Maîtriser les technologies MIDI va aussi étendre votre polyvalence. Les guitaristes acoustiques doivent pouvoir jouer aussi de la guitare électrique et de la guitare basse. Apprendre de nouveaux styles musicaux sur votre instrument augmente votre polyvalence. Un ministère musical mature a un son particulier, une signature, un style qui est agréable pour l'église, mais il est important de ne pas laisser le son devenir identifiable uniquement selon un seul style. Un conducteur de louange doit créer une atmosphère d'expérimentation et d'exploration vis-à-vis des nouveaux styles musicaux.

Réanimez votre amour pour la musique. Prenez du temps simplement pour écouter de la musique. Plusieurs conducteurs de louange se plaignent que la seule musique qu'ils ont le temps d'écouter est celle des CDs qu'ils parcourent à la recherche de nouvelles chansons pour leur église. Devenez ce que le professeur Harold Best appelle "un pluraliste musical", en étendant vos horizons en écoutant des styles de musique peu familiers. Allez à des concerts et écoutez des vidéos ; étudiez les oeuvres des maîtres et apprenez des choses sur leur art. En apprenant la musique à un niveau plus profond et en améliorant continuellement votre habileté avec votre instrument, vous allez communiquer à votre équipe de musique, ainsi qu'à votre église, la très grande valeur de la musique et l'importance de l'excellence musicale. Votre enthousiasme va se communiquer aux autres et votre passion pour votre ministère va revenir.

Dieu nous a créé pour être des gens qui apprennent et nous a donné l'habileté d'acquérir des connaissances et des habiletés. En dépit du fait que l'éducation pour la plupart des gens se termine avec la collation des grades du secondaire ou du collège, nous continuons à apprendre tout au long de nos vies. Récemment, les pasteurs ont été sensibilisés au besoin de programmes de formation continue.

L'éducation officielle au niveau sous-gradué ou gradué est une forme commune de formation continue. Les programmes visant à compléter un certificat deviennent de plus en plus populaires à mesure que les collèges et universités répondent au désir des hommes et des femmes qui veulent, rendus à l'âge mûr, terminer leur baccalauréat. Les écoles graduées répondent aux besoins en rendant les programmes de maîtrise et de doctorat plus flexibles et accessibles.

L'apprentissage officieux à travers des séminaires, ateliers et conférences est une autre voie de formation qui est en croissance. Plusieurs employeurs et professions requièrent maintenant que les travailleurs assistent à des événements de formation continue. Un certain nombre d'églises et d'organisations parallèles offrent aussi de la formation. Ces événements tendent à mettre l'accent sur le côté pratique et sur le développement des habiletés reliées au lieu de travail ou au ministère. L'auto-formation ou l'étude en petits groupes devient de plus en plus populaire. Plusieurs élèves ont un plan personnel de formation qui inclut l'apprentissage officieux et la lecture. Lire des livres et discuter de différents sujets dans des groupes d'étude est devenu plus populaire depuis les années 1980.
3. Profondeur théologique

La meilleure défense contre le surmenage dans le ministère est peut-être la formation continue et la croissance au niveau théologique. C'est une attitude généralisée pour ceux qui sont dans le ministère à temps plein, et spécialement pour ceux qui sont des pasteurs de musique, de diminuer l'importance de la théologie. Plusieurs conducteurs de louange m'ont dit : "la théologie n'est pas pertinente pour moi. J'ai besoin de choses pratiques." Mais la compréhension théologique est-elle vraiment peu pertinente ? Il y a plusieurs années, Ray Anderson du Fuller Seminary a écrit que "le surmenage des responsables d'église est un symptôme d'amnésie théologique. Plusieurs pasteurs et ministres du culte découvrent seulement trop tard que de profondes racines théologiques pouvaient les prévenir de la souffrance et de la frustration."

Un pasteur qui a été un de mes anciens étudiants, appelons-le Jeff, commença ses études au Fuller Seminary en étant prêt à quitter le ministère. Son ministère était une catastrophe, une tragédie d'erreurs, une direction pauvre, des conflits, un manque de communication et des blessures d'orgueil. Son église réclamait sa démission, et sa femme lui avait donné cet ultimatum : "quitte ton ministère maintenant ou c'est moi qui te quitte". Comme Jeff était assis à mon bureau, des larmes commencèrent à couler de son visage. "Je veux que vous sachiez, Dr. Redman, que c'est ma dernière chance," en se référant à son programme d'étude. "Si ça ne fonctionne pas, j'abandonne".

Ma réponse à son dilemme l'a surpris. Bien que je lui aie recommandé les solutions pratiques d'usage comme la relation d'aide conjugale pour lui et son épouse, ainsi que quelques interventions de la part des gens de sa confession religieuse pour identifier les problèmes dans son ministère, la plus grande assistance que j'ai pu lui donner était théologique. Plus que n'importe quoi, il avait besoin de raffermir ses bases théologiques encore une fois. Tous les deux ensemble, nous avons conçu un programme incluant des études bibliques et théologiques de grande profondeur. Jeff a gradué au printemps de 1997 et il était devenu un autre homme. Bien qu'il fut éventuellement écarté de son église, Jeff a depuis débuté son ministère à une autre église où il dirige efficacement avec un nouveau sens des valeurs et un nouvel engagement.

Pour éviter un surmenage potentiel, vous devez avoir des racines solides. Voici quelques façons pour vous aider à affermir vos fondations théologiques, que vous n'ayez jamais lu un seul livre théologique ou que vous ayez un doctorat en théologie.

Développez votre propre théologie de l'adoration. Commencez par étudier les passages-clé qui ont rapport à l'adoration et la louange. Lisez des livres et des articles qui présentent une étude sur l'adoration, aussi bien que de la littérature qui a une approche pratique sur la direction. Inscrivez-vous à des séminaires et conférences sur l'adoration dans votre région. Prenez des cours sur l'adoration et la louange à un collège ou un séminaire. Finalement, écrivez votre perspective et vision sous la forme d'un essai de 20-25 pages vous aidera à cristalliser votre pensée. Comme Samuel Johnson l'a dit : "la lecture ouvre notre esprit, la parole nous prépare à l'action, mais l'écriture nous rend exact et rigoureux".

Apprenez à connaître votre pasteur au point de vue théologique. Découvrez ses perspectives théologiques et passions, ouvrez le dialogue. Plusieurs pasteurs ont de forts intérêts théologiques qu'ils ont développés au séminaire, mais peu ont des occasions régulières d'avoir des conversations théologiques. Il y a une possibilité pour qu'ils veuillent parrainer votre croissance théologique. Demandez-lui de vous suggérer quelques livres ou articles à lire. Essayez de lire un livre ensemble, et ensuite de vous rencontrer une fois par semaine pour discuter d'un chapitre ou deux. Si vous êtes nouveau dans le ministère de louange et d'adoration écoutez la cassette d'un message, particulièrement sur l'adoration, est un bon point de départ.

Faites parti d'une communauté d'apprentissage avec vos compagnons de ministère. Connectez-vous avec d'autres conducteurs de louange et apprenez d'eux. Les ateliers et séminaires sont un excellent endroit pour créer un réseau avec des collègues de votre région. Développer une relation un à un avec des pasteurs de d'autres églises vous fera apprendre des tas de choses et vous inspirera. Ces relations peuvent s'étendre à des groupes qui peuvent fournir de l'encouragement et de la redevabilité pour la croissance.

Développez une stratégie pour approfondir la sensibilisation théologique de votre équipe. Préparez et lisez des études bibliques pour votre équipe sur des passages-clé dans le Nouveau et l'Ancien Testament. Abonnez-les à la revue Worship Leader et à d'autres publications, ayez des moments réguliers pour discuter des articles et des sujets qui ont un impact sur votre équipe.
4. Direction du ministère

L'inaptitude à diriger et gérer le ministère de musique est la faiblesse la plus importante des conducteurs de louange aujourd'hui. De bonnes idées et les meilleures intentions sont souvent minées par un manque d'organisation personnelle et des maladresses dans les relations humaines. Les conducteurs de louange n'ont pas besoin d'être des génies pour bien diriger leur équipe. Toutefois, ils ne peuvent négliger les choses fondamentales nécessaires à la construction d'un ministère efficace. Vous n'avez pas besoin d'un M.B.A. (maîtrise en administration des affaires) pour diriger l'adoration, mais la direction du ministère va vous sortir de votre zone de confort. Max de Pree a écrit "la première responsabilité d'un dirigeant est de définir la réalité. La dernière est de dire merci. Entre les deux, le dirigeant doit devenir à la fois un serviteur et un maître" (tiré de "Leadership is an Art").

Prenez en charge votre horaire et devenez organisé. Commencer en réservant du temps chaque semaine pour l'adoration personnelle, pratiquer votre instrument, ainsi que pour l'étude et la réflexion. Faites attention aux rencontres inutiles. Le spécialiste en gestion Peter Drucker croit qu'une organisation qui passe plus du tiers de son temps (12 heures par semaine) en réunion est une faillite. Apprenez à utiliser votre ordinateur pour l'organisation et la communication. Utilisez des volontaires pour vous aider avec des tâches routinières. Une secrétaire ou assistante administrative à votre église peut vous montrer comment organiser un système de classeurs et d'éviter que la paperasse ne s'accumule inévitablement sur votre bureau.

Prenez le temps de développer des relations humaines importantes pour votre ministère. Gardez-vous beaucoup de temps pour passer avec votre pasteur et les autres personnes-clé de votre ministère, ne dépensez pas votre temps pour des urgences reliées au ministère. La direction est une question de confiance. La confiance peut simplement être gagnée dans les relations humaines, et les relations prennent du temps.

Prenez du temps pour la planification à long terme et dressez une stratégie. Équilibrez l'immédiat avec une vue d'ensemble. "Le problème avec la planification des cultes," observe le conducteur de louange "vétéran" Monty Kelso, "est que le dimanche revient à chaque semaine". Plusieurs conducteurs de louange se font attraper dans la planification hebdomadaire et n'ont pas l'occasion de se reculer pour regarder selon une vision générale. Établissez des buts et objectifs annuels, comme par exemple des événements spéciaux ou des voyages, qui vont au-delà du culte hebdomadaire.

Apprenez à faire face aux conflits de façon spirituelle. Plusieurs musiciens évitent les conflits en espérant que le conflit va s'évaporer si on n'y prête pas attention. Mais comme Joseph Garlington l'a dit, "ce qui est enterré vivant demeure vivant". Plusieurs équipes de musique sont empoisonnées par des conflits qui reviennent à la charge pour des choses extrêmement banales qui infestent et infectent tout le ministère. Comme dirigeant, nous devons diriger par l'exemple et résoudre les conflits de façon spirituelle en suivant Matthieu 18.

Développez un système de commentaires qui permet une évaluation honnête. Les musiciens prennent les choses vraiment à fleur de peau quand cela est de la critique. Un seul commentaire négatif peut mettre dans l'embarras quelqu'un pendant des jours. Toutefois sans commentaires, il est impossible de savoir comment ça va. Les conducteurs de louange qui ont du succès apprennent à recevoir les commentaires avec un grain de sel, qu'ils soient négatifs ou positifs. Ils apprennent à retenir ce qui peut être utile et à laisser de côté le reste. Je connais une église en particulier où l'équipe de musique, incluant le pasteur et la sonorisation, se rencontre directement après chaque culte. Chaque personne dans le cercle de discussion mentionne une chose qui a bien fonctionné et une chose qui a besoin d'être travaillée. Les commentaires incluent aussi la prédication. Chacun prend des notes, et un plan d'action est développé pour corriger les problèmes. Chacun des cultes a besoin d'être évalué en recevant des commentaires honnêtes.

Robb Redman

Source : Robb Redman est Éditorialiste Consultant pour le magazine Worship Leader. Cet article a été traduit et réimprimé avec la permission du magazine Worship Leader. Si vous êtes intéressé à vous abonner à Worship Leader, S.V.P. appeler 1-800-286-8099. Visitez leurs sites internet à Worshipleader.com et Songdiscovery.com.



La conduite de l'adoration et la louange dans l'assemblée

Le rôle du conducteur de louange

Le rôle du conducteur de louange a évolué énormément depuis ces dernières années. Les nouvelles attentes du peuple de Dieu et les changements dans le répertoire musical nous amènent à nous ajuster afin de répondre à la demande. Si la forme du culte est appelée à se modifier en fonction des époques et des cultures, le fond demeure le même : c'est la direction de l'Esprit Saint qui est un gage de succès. Si l'Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain (Psaumes 127:1).

La forme de culte qui est privilégiée présentement est "l'adoration interactive". L'assemblée partage l'intimité spirituelle établie entre le conducteur de louange et Dieu. Le conducteur de louange invite l'assemblée à l'imiter, dans la vérité. Le rôle du conducteur de louange consiste à faire la connexion, à établir le contact. Il ne doit pas jouer l'intermédiaire, cela placerait l'assemblée dans une attitude passive. Le temps d'adoration est un moment de prière musicale, de communion avec Dieu.

Un conducteur de louange n'est pas un mélange de musicien, de chanteur, d'animateur et de prédicateur. La musique et les paroles sont un outil que j'utilise pour amener l'assemblée dans une atmosphère intime et empreinte de liberté. Je veux créer un moment spécial où chacun se trouve seul devant le Seigneur, le coeur à nu et en mesure de recevoir la grâce de Dieu. En ce sens, Don Moen est un excellent exemple. Ron Kenoly pour sa part est plus dynamique et exubérant. D'autres exemples aussi comme Luc Dumont, EXO... et puis tous les bons conducteurs de louanges qui se dévouent dans leur église.

Le conducteur de louange doit donner une direction musicale claire pour tous. Le langage du corps doit aider les gens à chanter ensemble. Ainsi, le conducteur de louange émet par ses gestes, des directives sur les entrées, le rythme, la mélodie, les notes longues, les modulations et les reprises. Il lui est possible de participer activement à la musique (chant ou instrument).

Le conducteur de louange guide spirituellement l'assemblée à travers le temps d'adoration. Il ne comble pas les temps morts mais utilise ceux-ci, sans parole inutile, pour donner une facette nouvelle à des chants connus. Il ne craint pas le silence, pour autant qu'il participe positivement à l'atmosphère du culte, mais laisse l'opportunité au gens de réfléchir.


Qu'est-ce que bien conduire la louange ?

C'est une tradition dans la Bible que de voir son peuple le louer et l'adorer a travers le chant et la musique. Le roi le plus illustre du peuple d'Israël (David) fut lui même un grand musicien, compositeur et adorateur.

Dans nos assemblées évangélique, l'adoration par la musique et le chant tend a prendre de plus en plus d'importance. Si hier, " n'importe qui" dans l'église pouvait être appelé a diriger la partie chant d'une réunion, aujourd'hui, il faut que cette personne soit appelée par Dieu pour effectuer ce service dans son église (comme tout autre service d'ailleurs !) On peut diviser les conducteurs de louanges grossièrement (car en fait, on peut être un peu des trois à la fois ou alternativement) en trois groupes. Ceux qui veulent vraiment conduire l'adoration (III) et dont le coeur est humble; ceux qui se donnent une apparence et sont là pour se faire voir (I); et ceux qui se sont vus confier une tache pour laquelle ils n'ont pas été formés ou appelés.(II)

Performance d'adoration

Donne l'impression d'une vie d'adoration avec Dieu.
S'élève lui-même.
Manipule les gens à travers une "adoration virtuelle" (rituelle).
Caractérisé par la présentation d'une "image éclatante" (1 Samuel 16:7 dit : l'Éternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L'Éternel ne considère pas ce que l'homme considère ; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Éternel regarde au coeur.)
N'arrive pas à donner l'image générale au niveau spirituel.
But personnel : visibilité maximale.
Met l'attention sur soi en : s'habillant de façon révélatrice, voyante ou dans un style extrêmement à la mode; artificiel, trop de gestes ou de trop grands gestes ; mouvements exagérés lorsque jouant d'un instrument ; déployant de la virtuosité vocale ou instrumentale pour le spectacle ; monopolisant la scène centrale avant.
Paroles, gestes préfabriqués.
Essaie de "travailler la foule" pour manipuler une expérience.
Dit quoi faire en mettant de la pression sur les gens pour qu'ils répondent selon ses désirs.
Inflexible dans l'ordre des éléments ; fais tout selon le plan.
Recherche de la part de la foule des signes d'approbation.
Ne permet pas ou interrompt le silence.
N'aime pas donner le micro à d'autres.

Conduite par habitude

Aime sincèrement le Seigneur.
Mais ne mesure pas la portée grandiose de la louange.
N'arrive pas forcement à l'heure à la répétition de musicien ou à la réunion ou il fait "chanter".
La liste de chants n'est pas préparée ou bien elle contient des chants que le leader lui-même ne maîtrise pas.
Ne prête pas forcement attention a l'auditoire et à sa réaction.
"Casse" le moment d'adoration par une évènement (autre chant, parole, prière...) inapproprié à la situation; non volontairement mais maladroitement.
Fait "chanter" au lieu de conduire la louange.

Conduite d'adoration

Prends sérieusement l'adoration comme un style de vie.
Élève Dieu.
Conduit les gens à adorer en adorant lui-même.
Conduit les gens à adorer en adorant lui-même.
Caractérisé par une passion pour Dieu et une intégrité de coeur (Psaumes 27:4 "Je demande à l'Éternel une chose, que je désire ardemment : je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l'Éternel, pour contempler la magnificence de l'Éternel et pour admirer son temple." Éphésiens 4:22-24 "par rapport à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.").
Garde la rédemption de Christ comme point de mire.
But personnel : invisibilité.
Détourne l'attention de lui-même en : s'habillant à la mode mais modestement ; utilisant les gestes comme une expression naturelle d'adoration ; parlant seulement pour donner le contexte ou pour une révélation supplémentaire sur Dieu ; mettant l'emphase davantage sur le caractère et les oeuvres de Dieu; jouant pour exprimer et non pour faire effet ; offrant ses habiletés à Dieu comme un sacrifice de louange; capable de se retirer quand cela est nécessaire.
Permet à Dieu de façonner son propre style à partir de sa propre personnalité, ses dons et expériences.
Adore spontanément.
Crée une atmosphère d'adoration puis se retire pour laisser Dieu rencontrer les gens là où ils sont.
Préparé, mais sensible à ce que Dieu fait : programme préparé mais modifiable.
Abandonne le contrôle de la réunion, permet à Dieu de parler comme il l'entend.
Prêt a laisser la place a quelqu'un d'autre que lui-même.
Célèbre Dieu de façon authentique, qu'importe la dimension de l'assistance

Les qualités du conducteur de louanges

Qualités spirituelles :

Sauvé par la grâce et fondé dans les écritures. (Une personne "ancrée" dans la foi et ayant une certaine expérience même jeune).
Homme de prière.
Soumis à l'autorité.
Respect du temps alloué et ne prends pas la place du prédicateur.
Sensible aux gens.
Esprit de service.
Visionnaire pour son ministère. (Dieu ne cherche pas à utiliser les gens seulement de manière ponctuelle).
Appelé par Dieu (Exercer le ministère de conducteur de louange demande un appel. C'est premièrement Dieu qui choisit les personnes pour chaque fonction dans son église).

Qualités techniques

Musicien ou chanteur apprécié (Le niveau requis dépend du contexte).

Qualités personnelles

Leader.
Communication verbale claire.
Relationnel.
Bonne présence sur la scène, ne pas être nerveux en face des gens.
Avoir le support de sa famille.

Personne ne peut être le conducteur de louange idéal. Mais nous pouvons facilement développer des caractéristiques a éliminer. L'orgueil est un piège facile surtout quand on a un certain succès ou résultat. La négligence nous guette tous quelque soit notre service pour Dieu. L'adoration publique est une activité qui a beaucoup d'impact sur l'église. Que Dieu nous aide à bien le servir.

La réalité est comme cela : avant que n'importe qui d'entre nous puisse s'engager dans une adoration authentique et interactive envers Dieu, nous devons premièrement devenir des adorateurs. (Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l'adorent; l'adorent en Esprit et en vérité. Jean 4:24) Cela peut signifier de descendre de la scène et de mettre nos vies en synchronisme avec Dieu. Cela peut vouloir dire de s'asseoir dans la salle et apprendre comment adorer pour la toute première fois. Dépendant de notre situation, cela peut impliquer un processus allant de quelques semaines à plusieurs années. Toutefois, voir les faits en face est une obligation. Un seul est digne de recevoir la louange (Apocalypse 4:11 "Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées) et celui-ci désire la vérité, non des prétentions ; être, non paraître. Quand nous nous retrouvons derrière le micro, nous devons être un instrument, non le sujet de la louange. Nous devons être prêts à laisser de côté notre image scintillante de façon à refléter l'image glorieuse de Jésus-Christ.

Source : David Clark — Compilation de plusieurs articles sur le sujet et de réflexions personnelles.