Illustration de Argumens et réflexions par Ostervald
Arguments et Réflexions
sur les livres et les chapitres du Nouveau Testament,
par Jean Frédéric Ostervald.


DEUXIÈME ÉPÎTRE DE SAINT PAUL AUX THESSALONICIENS

Cette Épître a été écrite peu après la précédente, vers l'an 52 de Jésus-Christ. Elle a trois chapitres. Dans le premier saint Paul affermit les Thessaloniciens contre les persécutions. Dans le second il les désabuse de l'opinion où ils étaient que le dernier jour approchait; et dans le troisième il les exhorte à vivre selon la pureté de l'Évangile.

CHAPITRE 1

Saint Paul rend grâces à Dieu
1. de ce que la foi, la charité et la patience des Thessaloniciens croissaient de plus en plus et de ce qu'ils y persévéraient au milieu des persécutions qu'ils souffraient.
2. Il les assure que Dieu ne manquera pas de punir les persécuteurs et ceux qui n'obéissaient pas à l'Évangile, et de couronner les fidèles de la gloire éternelle à la venue de Jésus-Christ.
3. Il prie Dieu d'affermir les Thessaloniciens et de les faire croître dans la foi et dans la piété.

  I. 1-4;
 II. 5-10;
III. 11-12.

RÉFLEXIONS

1. Nous voyons, dans cette Épître, que l'Église de Thessalonique, à laquelle saint Paul avait donné de si grandes louanges dans l'Épître précédente, était de plus en plus remplie de foi, de charité et des dons du Saint-Esprit; que l'affection de cet apôtre pour cette Église allait toujours en croissant, et qu'elle faisait le sujet de sa joie et de ses actions de grâces. Il est bien glorieux pour les Églises de faire ainsi des progrès continuels dans le bien; et c'est la plus douce satisfaction pour les pasteurs de pouvoir rendre à leurs troupeaux le même témoignage que saint Paul rendait aux fidèles de Thessalonique.
2. Ce chapitre nous apprend que tant s'en faut que les afflictions auxquelles la profession de l'Évangile expose les chrétiens doivent les abattre, qu'elles les rend dignes entrer dans le royaume de Dieu, et qu'elles sont même une preuve de son juste jugement, puisqu'il est juste que le Seigneur vienne pour donner du relâche à ceux qui auront souffert et pour exercer la vengeance contre les persécuteurs et contre tous ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Jésus-Christ.

Cette doctrine doit produire en nous la patience et même la joie dans les afflictions, une vive crainte du jugement de Dieu, et un soin continuel de lui plaire. Les vÏuxque saint Paul fait pour l'affermissement des Thessaloniciensdans la foi et dans la grâce de Dieu nous montrent que les chrétiens doivent persévérer dans le bien et tendre de plus en plus à la perfection. Ce doit être le but de leurs soins aussi bien que de leurs prières, comme saint Paul le marque, en disant: Que notre Dieu vous rende dignes de sa vocation ! Qu'il accomplisse puissamment en vous toute sa bonne volonté et l'Ïuvre de votre foi, afin que le nom de Notre Seigneur Jésus-Christ soit glorifié par vous et que vous soyez glorifiés par lui, selon la grâce de notre Dieu et de Jésus-Christ, Notre Seigneur. Amen!

CHAPITRE 2

Saint Paul,
pour désabuser les Thessaloniciens de la croyance que quelques personnes avaient que l'avènement du Seigneur, dont il venait de parler, n'était pas éloigné, prédit qu'avant que ce jour vint, il devait arriver une apostasie dans l'Église par l'homme de péché et le fils de perdition. Il marque quels seraient ses Caractères, le lieu, le temps, la manière de sa manifestation, les progrès qu'il ferait, et enfin sa ruine.
L'apôtre ajoute des exhortations et des vÏux en faveur des Thessaloniciens.

 I. 1-12;
II. 13-17.

RÉFLEXIONS

La prophétie qui est contenue dans ce chapitre est des plus remarquables, mais elle a de l'obscurité. Saint Paul prédit qu'il arriverait dans l'Église une révolte presque générale avant que le jour du Seigneur vînt.

On a cru le plus communément, et de tout temps, que cette prophétie marquait la venue de l'Antéchrist; mais il est difficile d'expliquer toutes les circonstances de cette prédiction. Elle s'applique assez naturellement à ce qui arriva quelque temps après la mort des apôtres, lorsqu'on vit l'ignorance, les erreurs les plus dangereuses, la corruption des moeurs, la tyrannie, l'idolâtrie, et toutes sortes de superstitions et de désordres, entrer dans l'Église et y régner pendant plusieurs siècles. Mais cette prophétie marque aussi que cette apostasie et cette extrême corruption ne durerait pas toujours, et que le Seigneur l'abolirait par sa puissance infinie. Dieu a voulu que cet événement fût prédit, afin qu'on n'en fût pas surpris et que les fidèles se tinssent sur leurs gardes. Il faut remarquer aussi, après saint Paul, que s'il y a eu et s'il y a encore des gens qui se soient laissés séduire par l'erreur, cela est arrivé par un juste jugement de Dieu, parce que ces gens-là n'aimaient pas la vérité, et parce qu'ils prenaient plaisir dans le vice.

Mais ceux que Dieu a éclairés des pures lumières de l'Évangile doivent lui rendre grâces de ce qu'il les a élus pour le salut et pour la profession de sa gloire, demeurer fermes dans la vérité qu'ils ont reçue et prier le Seigneur qu'il veuille les sanctifier entièrement et les affermir dans la bonne et pure doctrine, et dans toutes sortes de bonnes Ïuvres.

CHAPITRE 3

Saint Paul exhorte les Thessaloniciens
à prier pour lui et pour les progrès de l'Évangile, et il prie aussi pour eux.
Il leur ordonne de se séparer de ceux qui vivaient dans le dérèglement et de n'avoir point de communion avec eux, et il condamne en particulier ceux qui vivaient sans rien faire.
Il finit son Épître par des souhaits et des prières pour les fidèles de Thessalonique.

  I. 1-5;
 II. 6-15;
III. 16-18.

RÉFLEXIONS

Il y a trois réflexions principales à faire sur ce chapitre.
1. La première, que le zèle pour la gloire de Dieu oblige tous les chrétiens à prier pour l'avancement de l'Évangile et pour les fidèles ministres qui l'annoncent, comme eux, de leur côté, doivent aussi prier pour l'Église et pour tous ses membres.
2. La seconde, que s'il y a des gens dans l'Église qui vivent d'une manière déréglée et qui ne se conduisent pas suivant les commandemens de Jésus-Christ, il n'est pas permis de les regarder comme frères, mais qu'on doit se séparer d'eux. C'est ce que saint Paul ordonne expressément au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, et ce qui est répété en plusieurs endroits du Nouveau Testament. Par où l'on voit que Dieu veut que la discipline soit exercée, que les pécheurs scandaleux ne doivent pas être réputés membres de l'Église, et que les chrétiens doivent éviter leur commerce.
3. Il est à remarquer que l'apôtre condamne en particulier ceux qui, au lieu de s'occuper et de travailler dans une vocation légitime, passent leur vie dans l'oisiveté, dans la curiosité, et dans des occupations frivoles.

Il parait de ce que saint Paul dit sur ce sujet, que ce genre de vie, qui est ordinairement fort commun dans les villes, et que l'on regarde dans le monde comme innocent, est tout-à-fait indigne des chrétiens, et que ceux qui le suivent ne méritent pas même de vivre, puisque, comme saint Paul le déclare, si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne doit pas aussi manger.

Source: REGARD - Bibliothèque Chrétienne Online