0 Shares


Chapitre II


De la Rédemption universelle

La rédemption universelle, par où on entend que Christ est mort pour tous les hommes, ne peut être une vérité évangélique, à cause des raisons et des arguments suivants.

  1. L'élection de Dieu le père, la rédemption de Dieu le fils, et la sanctification de Dieu le Saint-Esprit, doivent toutes être d'une étendue ou d'une latitude égales; mais la rédemption universelle, dans le sens Arminien, les fait inégales.

    Ceci est clair: car comme le Père, la Parole, et l'Esprit sont unis en essence (en une seule personne - Hébreux 1:3); de même ils sont unis en volonté, en œuvres, et en témoignage, dans la rédemption des pécheurs. Comme il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre, savoir: l'Esprit, l'eau et le sang; de même il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit; et ces trois ne sont qu'un (1 Jean 5:6-8). (Non trois personnes mais une seule personne, c'est-à-dire une seule essence ou HUPOSTASIS - Hébreux 1:3 qui révèle la manifestation du Père, de la Parole, et du Saint-Esprit en la personne unique de Jésus-Christ). Ceux que le Père a élus, le fils les a rachetés et le Saint-Esprit les a sanctifiés. Donc s'il y a une rédemption universelle, il doit y avoir aussi une élection universelle, et une sanctification universelle, et (par conséquent), un SALUT UNIVERSEL. Que le Fils n'en rachète pas un seul de plus que le Père n'en a élu c'est évident, d'après ces deux déclarations de la Parole de Dieu, la première (Jean 5:23), qui déclare que le Fils doit être honoré comme égal au Père; mais dire que le Fils les rachète tous, tandis que le Père en élit seulement quelques-uns, c'est donner un plus grand honneur à l'un qu'à l'autre et constituer une inégalité dans leurs opérations. Le second passage est Jean 17:9-10. Tout ce qui est tien est mien, et tout ce qui est mien est tien, etc. Ils étaient du Père par l'élection d'amour, ils sont devenus la propriété du fils par le don de la rédemption: ils étaient tiens et tu me les as donnés (Jean 17:6). Christ rachète seulement ceux que le Père lui a donnés. De là le livre de vie de Dieu dans lequel le nombre des élus est enregistré, est aussi appelé le livre de vie de l'agneau; ce qui nous enseigne que le nombre de ceux qui sont élus par le Père, est mesuré ensemble avec le nombre de ceux qui sont rachetés par le Fils. Mais que le Fils n'en rachète pas un plus grand nombre que ceux qui sont sanctifiés par l'Esprit; c'est ce qui est évident de 1 Jean 5:6-8. Il doit y avoir de l'eau (la Parole - Éphésiens. 5:26; Tite 3:5; 1 Pierre 1:23) pour sanctifier, là où il y a du sang pour racheter. L'oblation de Christ n'est pas d'une plus grande étendue que l'opération de l'Esprit...

  2. Les bénéfices de la mort et de la résurrection de Christ, sont d'égale étendue dans leurs objet; mais le bénéfice de la résurrection de Christ ne s'étend pas à tous.

    Que le bénéfice de la résurrection de Christ ne soit pas étendu à tous, et à chacun également, mais qu'il soit particulier aux croyants, c'est ce qui est reconnu même par les Arminiens. Que la mort et la résurrection de Christ soient d'égale étendue dans leurs objets, est évident de Romains 8:34. (Elles sont toutes deux mises ensemble.) Qui intentera accusation contre les élus de Dieu pour lesquels Christ est mort? qui condamnera ceux pour lesquels Christ est ressuscité? Ceux pour lesquels Christ est mort et ressuscité, ne peuvent être condamnés. Il est mort pour nos offenses et il est ressuscité pour notre justification (Romains 4:25). Ceux qui ont le fruit du combat de Christ, ont aussi le fruit de sa victoire; mais ceci ne peut être dit de tous les hommes, car il y en a une partie sur lesquels demeure la colère de Dieu (Jean 3:36).

  3. Les bénéfices de la mort et de l'intercession de Christ sont d'égale étendue dans leurs objets; mais Christ n'intercède pas pour tous.

    Ceci est expressément déclaré dans l'Écriture. — Je te prie non pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, car ils sont tiens. Ils ne sont pas du monde (Jean 17:9,16). L'intercession de Christ n'est pas pour le monde en général, mais seulement pour ceux que le Père lui a donnés; et la raison confirme ceci, car si Christ a intercédé pour Judas et pour Pilate, etc., il a donc eu un refus et n'a pas toujours été exaucé du Père; contrairement à Jean 11:42. De plus Christ est un souverain sacrificateur, et les deux parties de l'office de la sacrificature l'oblation et la présentation ne peuvent être séparées; et ceux qui ont une part dans la première, ont aussi une part dans la seconde. Car la présentation implique nécessairement l'oblation; qui lui donne une force perpétuelle devant Dieu (Hébreux 9:12). Christ doit intercéder en faveur de ceux qu'il a réconciliés à Dieu par sa mort; et son intercession est l'offrande de lui-même présentée à son Père, en faveur de ceux qu'il a représentés sur la croix.

    Nous ne pouvons pas dire qu'il y en a quelques-uns pour lesquels Christ s'est offert sur la terre, mais pour lesquels il n'intercède pas dans le ciel; ce serait faire de Christ un demi-sacrificateur pour quelques-uns, et non un fidèle souverain sacrificateur; contrairement à une multitude de passages (Ésaïe 53:11-12; 1 Jean 2:1-2; Hébreux 9:11-12 et 10:19-21).

    Ceux pour qui Christ est mort, ont Christ pour leur caution; mais tous n'ont pas Christ pour leur caution.

  4. Tous sont pécheurs; et chaque pécheur doit mourir soit en lui-même, ou dans sa caution, car les gages du péché, c'est la mort, et le cautionnement de Christ, consiste en ceci, que Christ est mort pour nous (Romains 10:8). Il a été fait malédiction pour nous, ce qui veut dire à notre place (Galates 3:13; 2 Corinthiens 5:21). Juda fut caution pour la sûreté de Benjamin (Genèse 44:32). Et Christ est la caution de la nouvelle alliance (Hébreux 7:22). Il a pris sur lui nos péchés en sa mort (Ésaïe 53:4-8; 1 Pierre 2:24). Si Christ a été une caution pour tous, il a donc offert une satisfaction pour tous, en devenant péché, et en portant la malédiction et la colère de Dieu en leur place. Mais cela n'a pas été fait pour tous; car Christ ne reconnaît pas les ouvriers d'iniquité, et il ne les a jamais connus (Matthieu 7:23); Cependant il connaît ses brebis, et il a donné sa vie pour elles (Jean 10:11-15).

  5. Si l'alliance de grâce n'est pas pour tous, Christ n'est donc pas mort pour tous.

    Le sang de Christ est appelé le sang de l'alliance (Hébreux 9:20), et le sang du Nouveau Testament (Matthieu 26:28). Il est évident que l'alliance de grâce n'est pas étendue à tous, car elle est faite seulement avec la maison d'Israël; «c'est ici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, dit le Seigneur, je mettrai ma loi dans leurs cœurs, et je l'écrirai dans leurs cœurs; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple» (Jérémie 31:33). L'alliance est seulement avec ceux dans les cœurs desquels les conditions sont effectuellement mises, savoir: que la crainte de Dieu soit mise dans leurs cœurs; et sa loi écrite dans leur entendement; ce que les élus seuls obtiennent.

    Personne n'osera dire que Dieu entre dans une alliance de grâce avec la semence du serpent, mais c'est seulement avec ceux dont le serpent a mordu le talon (Genèse 3:15).

  6. Si Christ est mort pour ses brebis, ses amis, et son Église seulement; il n'est donc pas mort pour tous.

    Ceci est prouvé par beaucoup de déclarations de l'Écriture. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, et je donne ma vie pour mes brebis (Jean 10:11-15). «Personne n'a un plus grand amour que celui-ci, savoir quand un homme met sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis» (Jean 15:13-14). Paissez l'Église qu'il a rachetée par son propre sang (Actes 20:28). Christ a aimé son église et s'est donné lui-même pour elle (Éphésiens 5:25). Christ est mort pour ceux qui sont semblables à Paul et à Tite, et non pour ceux qui sont semblables à Pharaon et à Judas qui furent des boucs et non des brebis (Matthieu 25:32-33). Il est mort pour sauver son peuple de leurs péchés, et à cause de cela son nom fut appelé Jésus (Matthieu 1:21). Pour ceux qui sont appelés les rachetés du Seigneur (Psaumes 107:2). Alors donc on voit que ceux pour lesquels Christ est mort, sont les mêmes qui entendent sa voix et le suivent et auxquels il donne la vie éternelle (Jean 10:27-28). Les mêmes qu'il sanctifie, qu'il purifie, et qu'il fait paraître devant lui sans souillure et sans tache (Éphésiens 5:27). Les mêmes qu'il a rachetés de toute iniquité, pour les purifier et se les rendre un peuple particulier (Tite 2:14). Les mêmes qui sont son peuple, ses élus, ses enfants, et cela ne peut être entendu de tous, à moins que nous ne disions que Pharaon et Judas, etc. ont été les brebis, les amis et l'Église de Christ. Il est vrai qu'il est mort pour des ennemis (Romains 5:10). Mais ce fut pour les réconcilier à Dieu, et tels furent les fidèles de Rome, qui étaient Gentils. Christ les avait appelés, d'autres brebis qui n'étaient pas de la bergerie juive.

  7. La mort de Christ doit être appliquée à ceux pour qui elle fut destinée; or elle n'est point appliquée à tous, donc elle n'a pas été destinée à tous.

    La fin et le dessein ne peuvent être privés de l'action pour atteindre cette fin. Le dessein de Christ étant d'accorder ce qu'il obtient, il n'obtient rien que ce qu'il applique. Il parle lui-même de quelques-uns, à qui l'Évangile était caché; et d'autres à qui il était révélé, ou donné à connaître. «Tu as caché ces choses aux sages et aux prudents, et tu les as révélées aux enfants» (Matthieu 11:25). La somme totale de l'intercession de Christ, est, que ce qu'il a obtenu puisse être appliqué (voyez tout le chapitre: Jean 17).

  8. Si Christ est mort pour tous, tous doivent donc être réconciliés à Dieu; mais tous ne sont pas réconciliés.

    Le péché empêche la réconciliation; et la mort de Christ est une propitiation pour le péché (Romains 3:25). Ainsi tous ceux pour qui Christ est mort doivent être réconciliés à Dieu. La mort de Christ est la cause, et la réconciliation l'effet qui suit de la cause. Si tous sont réconciliés, tous doivent être sauvés; et rien ne peut être laissé à la charge de qui que ce soit. Ôtez le péché, et vous acquittez le pécheur. Mais cet acquittement et cette réconciliation appliquée à tous, conduit à une multitude d'absurdités. Car de cette hypothèse il suit:

    1. que Caïn, Pharaon, etc., ont été réconciliés à Dieu par la mort de Christ, tandis qu'ils étaient (dans le temps où Christ mourut) dans les tourments de l'enfer, ne devant jamais en être délivrés;

    2. que Dieu damne des personnes réconciliées;

    3. que Dieu prend double payement pour une seule faute, en punissant la caution et le débiteur;

    4. que la réconciliation faite par Christ de quelques-uns, demeure sans effet, etc. Mais ces choses ne sont point ainsi; car à ceux pour qui Christ est mort, la repentance et la rémission des péchés leur est accordée (Actes 5:31). La délivrance de l'esclavage du péché leur est donnée ainsi que la régénération en nouveauté de vie (Romains 6:6; Hébreux 2:14-15). La grâce de la purification leur est accordée, «purifiant leurs cœurs par la foi» (Actes 15:9). Ils ont le sang de Christ pour purifier leurs consciences des œuvres mortes, afin qu'ils puissent servir le Dieu vivant (Hébreux 9:14). Et la vie éternelle est à eux: «Je leur donne la vie éternelle et elles ne périront jamais» (Jean 10:28).

    Tous ces fruits sont des manifestations de notre réconciliation par la mort de Christ.

  9. Ce que l'Écriture n'affirme nulle part, ne saurait être une vérité chrétienne. L'Écriture n'affirme nulle part que Christ soit mort pour tous les hommes, beaucoup moins pour chaque homme individuellement, par conséquent cela n'est point une vérité.

    Il est dit à la vérité que Christ a donné sa vie en rançon pour tous; mais non pour tous les hommes, ou pour chaque homme individuellement. L'Écriture est le meilleur commentateur de l'Écriture, et ce Tous est rendu par PLUSIEURS dans Matthieu 20:28; et Marc 10:45. Le fils de l'homme est venu pour donner sa vie en rançon pour PLUSIEURS. Mon sang est répandu pour PLUSIEURS pour la rémission des péchés (Matthieu 26:28). Et cela est si fréquemment restreint à ses brebis, amis, Église, croyants, élus, et à ceux qui sont donnés à Christ; que cela ne peut signifier que quelques-uns de toute sorte; ce qui en termes équivalents est clairement exprimé dans Apocalypse 5:9-10. Tu nous as rachetés, de tout royaume, et langue et peuple et nation. Par conséquent le mot Tous, doit être pris pour tous les élus, toute son Église, tous ses enfants que le père lui a donnés, etc. et non pour tous les hommes universellement, et pour chaque homme individuellement.

  10. Ce qui fait opposition aux attributs de Dieu, ne doit pas être reçu; et c'est ce que fait la rédemption universelle.

    1. Elle est opposée à sa justice: Si Christ a racheté Pharaon et Judas, donc des âmes rachetées sont injustement condamnées; cette hypothèse place la mort de Christ en opposition directe à la justice de Dieu. Et comment Christ aurait-il pu mourir pour le péché de Judas, quand la mort de Christ a été le propre péché de Judas (11).

    2. Elle est en opposition avec sa sagesse: Comme si Dieu avait dû aimer et haïr la même personne en même temps; Ésaü doit être aimé si Christ est donné pour mourir pour lui, et cependant haï comme étant condamné de toute éternité.

    3. Elle est opposée à son pouvoir: Si Christ est mort intentionnellement, (en tant que Dieu) pour tous, donc les intentions de Dieu sont frustrées, voyant que tous ne sont pas sauvés. Donc Dieu n'est pas Tout-Puissant, s'il est arrêté dans ses desseins par l'ouvrage de ses mains. Et dire, que la LIBERTÉ a été obtenue par la mort de Christ pour ceux qui ne sont pas en LIBERTÉ, est une chose ridicule, c'est faire une risée de la religion.




Réponse aux objections contre la Rédemption particulière


1ère objection

Ce que chacun est obligé de croire, doit être vraie; et c'est le devoir de tous les hommes de croire; donc Christ doit être mort pour tous les hommes.

Réponse

  1. Supposez que nous accordions cette proposition, la doctrine d'un amour de distinction ne serait-elle pas détruite par cela même? Ne serait-ce pas une pauvre consolation pour une âme en détresse de croire que Christ n'est pas plus mort pour elle que pour Judas et pour tous les damnés de l'enfer?

  2. Ceux à qui l'Évangile n'est jamais parvenu, ceux qui jamais n'entendirent parler de Christ, ne sont pas obligés de croire que Christ est mort pour eux. Ce que Dieu révèle est vrai, mais Dieu ne révèle nulle part, que c'est son intention que Judas croit, ou que tous croient. (Jean 12:39-40; 2 Thessaloniciens 2:9-12)

  3. Tous n'entendent pas prêcher l'Évangile; et beaucoup de ceux à qui il est prêché, en entendent le son seulement de l'oreille extérieure. Ils vont et viennent pour entendre cette Parole, comme une porte sur ses gonds, et d'une manière de simple formalité. Ils ne sont point impressionnés par la vue et le sentiment de leur état en tant que pécheurs. Ils ne sont point travaillés et chargés à cause du péché. La proclamation par la trompette de l'Évangile, de la rédemption des péchés par le sang de Christ, n'est point un son joyeux pour eux; ils n'en connaissent point la nécessité. La repentance évangélique est le don de la libre grâce; la foi est le don de Dieu. Ce qui est de Dieu, comme un don qu'il accorde, ne peut être un devoir de l'homme pour l'accomplir comme une condition du salut. Ceux qui sont invités pour regarder à Christ, pour aller à lui, afin d'être sauvés sont décrits d'une manière toute particulière. Ils sont les travaillés et chargés à cause de leurs péchés, les repentants, les âmes affamées et altérées etc., etc. Ce sont les personnes d'un tel caractère qui sont invitées à venir et à croire en Christ, et non tous les hommes (Matthieu 11:28; Ésaïe 55:1; Marc 2:17).


2ième objection

Les mots TOUS et CHACUN employés souvent dans l'Écriture, doivent être pris dans un sens universel.

Réponse

  1. Les mots TOUS et CHACUN ne doivent pas être entendus d'une affirmation universelle, ni collectivement, ni pour tout homme individuellement, dans les citations ordinaires de l'Écriture; mais distributivement comme Matthieu 9:35. Où il nous est dit que Jésus allait guérissant chaque maladie et chaque infirmité parmi le peuple; ce qui veut dire quelques-unes et de toute espèce, car Christ ne guérit pas chaque malade individuellement. De même, Colossiens 1:28chacun est pris distributivement pendant trois fois dans ce qui précède et doit être restreint à ceux à qui saint Paul prêchait.

    Tous, dans 1 Timothée 2:4 ne peut être pris pour chaque homme individuellement; puisque ce n'est pas la volonté de Dieu que tout homme dans ce sens général soit sauvé: car c'est sa volonté, que quelques hommes soient damnés (Proverbes 16:4), et cela très-justement, à cause de leurs péchés et de leurs transgressions. Il sera dit à quelques hommes; retirez-vous de moi, maudits, et allez au feu éternel. Si Dieu avait voulu que tous les hommes fussent sauvés, tous les hommes auraient été sauvés. Car Dieu agit conformément à sa volonté dans l'armée des Cieux et parmi les habitants de la terre (Daniel 4:35). Dieu ne faillit point, il ne peut être trompé dans sa propre volonté; car il opère toutes choses selon le conseil de sa volonté (12).

  2. Il est dit encore (Hébreux 2:9) que Jésus a goûté la mort pour tout homme; et cela est restreint dans le verset prochain, aux enfants amenés à la gloire «et dans le verset 11 (Hébreux 2:11) à ceux qui sont sanctifiés (1 Timothée 2:6) (qui s'est donné lui-même en rançon pour TOUS) est rendu dans le texte parallèle Tite 2:14 qui s'est donné lui-même pour nous.» Mais qui sont les personnes appelées nous dans le texte? N'est-ce pas ceux qui sont particularisés comme; rachetés de toute iniquité, purifiés et faits un peuple particulier? Christ s'est donné lui-même en rançon pour tous ceux qui sont ainsi décrits, et non pour un seul autre. (Il faut comprendre aussi que le mot «homme» ou «ANTHROPOS» est un terme sélectif qui porte la notion de «tous genres d'hommes» et n'implique aucunement tous les hommes du monde entier).

Le prophète David dit: Tous les hommes sont menteurs: Prenez le mot strictement et ce sera un menteur qui aura dit cela.


3ième objection

Jean 3:16 et 1 Jean 2:2. Il est déclaré que Dieu a donné Christ pour le monde et pour les péchés de TOUT le monde; ce qui doit être pris littéralement.

Réponse

  1. Le mot monde a diverses significations. Il y eût un ordre que tout le monde fut enregistré (Luc 2:1). Ce qui signifie l'empire romain et toutes les contrées qui lui étaient assujetties. On parlait de la foi de l'église de Rome dans tout le monde (Romains 1:8). Ce qui signifie, par toutes les églises et parmi tous les saints dans le monde. Lorsque les Pharisiens disaient de Christ, «voici tout le monde va après lui» (Jean 12:19). En référence nous trouvons, que cela signifie une multitude du peuple qui sortit de Jérusalem, à la rencontre de Jésus criant hosanna! (Jean 12:12-13). Les Pharisiens, qui parlaient ainsi, n'allaient pas eux-mêmes après Christ; donc tout le monde n'y allait pas, puisque les Pharisiens n'y allaient pas. Ainsi Jean 3:16. «Dieu a tant aimé le monde», ne peut être entendu de tout ce qui est contenu dans le monde dans un sens strict, car alors les oiseaux, les bêtes, les poissons, et toutes les choses inanimées s'y trouveraient comprises, et ces choses ne peuvent avoir la vie éternelle. Ce ne peut être non plus tous les hommes du monde, si ce n'est en tant que Dieu est le conservateur des hommes et des bêtes (Psaumes 36:6). Il y a un amour de Dieu envers ses créatures, son amour envers les hommes, et son amour envers les gens de bien. L'amour de Dieu a été la cause qu'il a envoyé Christ; et le mot quiconque (dans ce verset) restreint cet amour de Dieu à quelques-uns, à l'exclusion des autres. Le troisième amour doit donc être proprement l'amour de Dieu envers les gens de bien, non ceux qu'il trouve gens de bien, mais ceux qu'il rend tels.

  2. C'est le monde des croyants (Apocalypse 5:9). Et comme la manne était pour Israël seulement, de même Christ, la vraie manne, le pain du ciel, donne la vie au monde des croyants seulement (Jean 6:33). Le monde des croyants seulement a cru en Christ (1 Timothée 3:16). Le monde réconcilié (2 Corinthiens 5:19) et tous les hommes n'ont pas la foi (2 Thessaloniciens 3:2). Il y a aussi le monde des incrédules. «Tout le monde était dans l'admiration après la bête, et adorait le Dragon» (Apocalypse 13:3-4). «Tout le monde est plongé dans la méchanceté» (1 Jean 5:19). Le monde croyant est un monde dans le monde (ils sont dans le monde, Jean 17:11) et ils sont pris et élus d'entre le monde. Ils sont dans le monde et ils séjournent parmi les habitants du monde, comme des étrangers et des voyageurs, ce monde n'étant point le lieu de leur repos, leur maison; et leurs désirs étant tournés vers une meilleure contrée (Hébreux 11:13-16). Qu'ils soient pris et choisis du monde, c'est ce qui est clair de Jean 15:19. «Si vous étiez du monde, le monde vous aimerait; mais parce que vous n'êtes pas du monde mais que je vous ai élus d'entre le monde, le monde vous hait», ainsi que de Jean 17:6,9, «J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés du monde,» «je prie pour eux et je ne prie pas pour le monde».

  3. On accorde que Dieu prend soin de tous les hommes; nous nous confions (dit saint Paul au Dieu vivant, qui est le sauveur, c'est-à-dire, le conservateur de tous les hommes, et spécialement des fidèles (1 Timothée 4:10). Le Seigneur est bon envers tous, et sa tendre miséricorde est sur tous ses ouvrages (Psaumes 145:9). Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons; et il envoie la pluie sur les justes et sur les injustes (Matthieu 5:45). Tout ceci n'implique pas une éternelle conservation; mais seulement une providence et une conservation temporelles, car sans cela, les gages du péché auraient été payés dès l'origine du péché, et le monde (par la confusion du péché) se serait écroulé sur Adam, si Christ n'en était devenu le glorieux garant.

    Tous ceux qui sont rachetés, sont rachetés par Christ; mais les élus seuls lui sont donnés, eux seuls ont un intérêt en lui, sont rachetés par lui, et ils seront glorifiés avec lui.

  4. Le mot Monde est quelquefois dans l'Écriture, mis pour les Gentils en opposition aux Juifs, et il en est ainsi (1 Jean 1:2). Jean écrivait aux Juifs, et était ministre de la circoncision (voyez: Galates 2:9), et il leur dit: Christ est la propitiation pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux de tout le monde; c'est-à-dire, non pour nous Juifs, seulement, mais pour les Gentils aussi. La nation juive se considérait elle-même, comme le peuple particulier de Dieu; et ils l'étaient en effet, car à eux appartenait l'adoption et la gloire, et les alliances, et le don de la loi et le service de Dieu, et les promesses. Et Christ était juif, desquels Christ est né selon la chair (Romains 9:4-5). Les Juifs avaient été enseignés, à s'approprier le Christ exclusivement, à l'entière exclusion des Gentils qui étaient appelés étrangers, incirconcis, communs, impurs, chiens, etc. Et c'était une chose illégale pour un Juif d'être dans la compagnie d'un Gentil; ou d'avoir quelqu'affaire avec lui (voyez: Matthieu 10:5; Marc 7:17; Actes 10:28; et 11:3). Le salut des Gentils est appelé dans divers endroits des Écritures, un mystère, un mystère caché; le mystère de Christ, qui dans les siècles passés n'avait pas été donné à connaître aux enfants des hommes, que les Gentils seraient cohéritiers (Éphésiens 3:4-6; Colossiens 1:27). Mais lorsque ce mystère fut révélé et pleinement donné à connaître, par la mission divine de saint Paul, que Christ envoya pour prêcher aux Gentils (Actes 26:17-18). Lorsque par la vision des bêtes impures, la même commission fut donnée à Pierre en conséquence (Actes 10:9,15,20). Alors les contentions de la circoncision cessèrent (Actes 11:2-3); ils reconnurent que le mur de séparation entre les Juifs et les Gentils, avait été renversé; et que les derniers qui auparavant, avaient été étrangers à la république d'Israël, et étrangers aux alliances de la promesse, étaient maintenant approchés par le sang de Christ: et ils glorifièrent Dieu, disant: Dieu a donc aussi accordé aux Gentils la repentance pour avoir la vie. Jésus-Christ est non-seulement la propitiation pour nos péchés (de nous Juifs), mais aussi pour les Gentils (Éphésiens 2:11-18).

  5. Ce qui précède est prouvé par Romains 11:21 où les deux mots Monde et Gentils sont tous deux employés pour signifier une seule et même chose. Si la chute des Juifs est la richesse du MONDE, et leur diminution la richesse des GENTILS; combien plus leur plénitude?

    «Ce fut une controverse agitée parmi les docteurs juifs, si, lorsque le Messie viendrait, les Gentils, le MONDE, auraient quelque bénéfice par lui; il y eut une immense majorité pour la négative de la question; quelques-uns seulement, tels que le vieillard Siméon et autres, reconnurent qu'il «devait être une lumière pour éclairer les GENTILS aussi bien que la gloire du peuple d'Israël. Tous les autres conclurent que les plus sévères jugements, et les plus effrayantes calamités devaient tomber sur les GENTILS; et que même ils devaient être jetés dans l'enfer à la place des Israélites.» (Dr Gill).

4ième objection

Certainement Christ a autant d'efficace pour sauver, qu'Adam pour damner (voyez: Romains 5:18).

Réponse

  1. Il y a une différence entre une extension nécessaire, et une extension volontaire. Le péché d'Adam a été extensif nécessairement, mais le salut par Christ est de libre grâce, entièrement du bon plaisir de Dieu, et en conséquence il est appelé le libre don (Romains 5:15).

  2. Christ n'est nulle part comparé à Adam, dans l'étendue de son objet, mais seulement dans l'efficacité de son obéissance. Tous, et chacun, ne sont point en Christ radicalement, comme ils étaient en Adam; tous ne sont pas donnés à Christ; mais, tous ceux (dit Christ) que tu m'as donnés. Comme toute la postérité d'Adam est tombée par sa chute, ainsi tous ceux qui sont de Christ sont sauvés par sa mort; comme tous meurent en Adam, ainsi tous ceux qui sont en Christ ont la vie par lui (1 Corinthiens 15:22).

  3. Afin que l'apôtre ne soit pas mal compris, et que le mot TOUS (Romains 5:18), ne soit pas pris universellement, le terme dont il faut avoir l'intelligence, est varié dans le verset suivant (Romains 5:19), et TOUS est rendu par PLUSIEURS. Par l'obéissance d'un seul, plusieurs seront rendus justes.

5ième objection

Romains 14:15, il est dit: ne détruits point celui pour qui Christ est mort, et 2 Pierre 2:1, il est parlé de certaines personnes qui renoncent le Seigneur qui les a rachetées.

Réponse

  1. On ne peut entendre par le mot détruire la destruction éternelle, dans Romains 14:15, et le contexte le montre; car l'apôtre, dans tout le chapitre, exhorte les croyants de Rome, à ne pas se mépriser et condamner les uns les autres au sujet de choses indifférentes; et à ne pas détruire la paix de l'âme du croyant faible, en faisant quelque chose (qui quoique indifférente et non mauvaise en elle-même), pourrait cependant devenir une pierre d'achoppement pour lui. «Je suis persuadé (dit Paul) qu'il n'y a rien d'impur de soi-même; mais une chose est impure à Celui qui l'estime impure. Si ton frère est scandalisé par ta viande, tu ne te comportes pas charitablement. Ne détruis pas par ta conduite (en mangeant des viandes que ton frère ESTIME impures), la paix de l'âme d'un des faibles de ce troupeaux pour qui Christ est mort. Ne mets pas une pierre de scandale, ou une occasion de chute et de péché dans la voie du frère faible.» (Romains 14:13).

    «Soit donc que vous mangiez ou que vous buviez, ou que vous fassiez quelqu'autre chose, faites tout la gloire de Dieu, ne donnez point de scandale» (1 Corinthiens 10:31-32). Tout le chapitre 1 Corinthiens 8, est sur le même propos.

  2. Les personnes dont il est parlé (2 Pierre 2:1), comme renonçant le Seigneur qui les a rachetées, sont ainsi décrites par l'apôtre «FAUX DOCTEURS» faisant une profession hypocrite, ivraie parmi le blé (Matthieu 13:25,38), dans lesquels il n'y eut jamais de vraie racine; non rachetés par Christ de la mort éternelle, mais qui seulement avaient échappé aux excès, ou s'étaient abstenus de la corruption du monde par la connaissance théorique du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ (Matthieu 13:20). Dans quelque but qu'ils avaient, ils faisaient une profession extérieure de l'Évangile, qui les obligeait pour quelque temps à une moralité extérieure; s'étant associés au peuple de Dieu, insinués dans son Église (13), ils y introduisirent sourdement des hérésies damnables; beaucoup suivirent leurs voies pernicieuses, à raison de quoi, la voie de la vérité fut blâmée, et ils faisaient marchandise des vrais croyants; c'est ainsi qu'ils firent pendant quelque temps, et enfin soit que leurs habits de brebis (Matthieu 7:15), leur fussent ôtés, ou qu'ils les dépouillassent eux-mêmes, ils retournèrent au monde. Pendant tout ce temps, ils furent des boucs et non des brebis, des loups ravissants, et non de doux agneaux; et Pierre termine le chapitre les concernant en disant: Il leur est arrivé conformément à ce proverbe véritable. Le Chien est retourné à ce qu'il avait vomi; et la truie qui avait été lavée, est retournée se vautrer dans le bourbier (2 Pierre 2:1-3; et 17-22).

  3. L'apôtre (dans 2 Pierre 2:1) ne parait pas parler dans cet endroit du rachat par le sang du Rédempteur. Le nom ou titre; Seigneur (Grand Despote) n'est nulle part ailleurs appliqué à Jésus-Christ dans le nouveau Testament, mais il est appliqué au Père. Luc 2:29; Actes 4:24; 2 Timothée 2:22; et spécialement dans Jude 1:4, où le seul Seigneur Dieu est distingué de notre Seigneur Jésus-Christ. Et lors même qu'il pourrait être prouvé qu'il s'applique à Christ dans le texte ci-dessus, ce texte pourra être expliqué d'après le principe que ce n'est pas une chose peu commune dans les écrits inspirés, de parler des choses, non comme elles sont en effet, mais selon que les personnes font profession de les montrer. Ainsi par exemple, Matthieu 13:12, «à quiconque a, il lui sera donné et il aura plus abondamment; mais à quiconque n'a rien, il lui sera ôté même ce qu'il a.» Ce qui signifie: Celui qui paraît avoir, comme cela est expliqué (Luc 8:18). Ainsi les apostats sont appelés «deux fois morts.» Ce qui semblerait impliquer qu'ils ont été spirituellement vivants, quoique en fait ce n'ait jamais été le cas, mais seulement ce qu'ils avaient paru être.

  4. Ainsi, lors même que nous accorderions les prémisses, il s'ensuivrait seulement, que tels qui pensent être des rachetés ou que d'autres regardent comme tels, peuvent blasphémer et périr. Ceci ne fait donc pas que tout le MONDE soit racheté: ceci ne peut en aucune manière établir la doctrine de la RÉDEMPTION UNIVERSELLE.



Références

11 Et quand Christ avait dit de Judas: Il vaudrait mieux pour lui de n'être jamais né (Note du traducteur).

12 «Je pense plutôt que PAR TOUS LES HOMMES (1 Timothée 2:4), il faut entendre les Gentils qui sont quelquefois appelés, LE MONDE, TOUT LE MONDE, ET TOUTE CRÉATURE (Romains 11:12,15; Jean 11:2; Marc 16:15) qui est, je crois, le sens dans lequel il est pris le verset (Marc 16:1) où l'apôtre exhorte que des supplications et des prières et des intercessions, et des louanges, soient faites pour tous les hommes pour les Rois et pour toutes les autorités; ce qui était contraire à la notion qui avait prévalu parmi les juifs (qui était en grand nombre dans les églises primitives), qu'on ne devait pas prier pour les PAÏENS et pour les magistrats païens. L'apôtre fortifie, cette exhortation, en montrant les avantages qui en reviendraient aux chrétiens eux-mêmes: afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Car en outre, dit-il, cela est agréable à Dieu votre sauveur, qui veut que tous hommes (soit GENTILS soit JUIFS) soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité et qui en conséquence a envoyé ses ministres prêcher l'Évangile parmi eux. Car il est le Dieu des Juifs et des Gentils, qui par son Évangile, s'est formé un peuple d'entre CES DERNIERS, à cause de son nom et pour sa gloire. En voyant donc qu'il est fait allusion à quelques-unes des notions des JUIFS dans le contexte et que le tout est adapté à l'état des Gentils, il y a bonne raison de conclure que ce sont eux qui sont désignés ici, et par ce moyen une autre principe des JUIFS est réfuté, savoir: que les GENTILS ne devaient retirer aucun bénéfice du Messie, lorsqu'il viendrait; et c'est la vraie raison de la plupart, si non de toutes ces expressions universelles, se rapportant à la mort de Christ, que nous rencontrons dans l'écriture!»

Docteur Gill. Sur 1 Timothée 2:4 dans son ouvrage: La cause de Dieu et de la vérité. «Ouvrage important, justement intitulé, et qui est certainement un souffle de destruction contre la racine de l'ARMINIANISME.»

13 «Il y en a beaucoup dans l'Église qui cependant ne sont pas de l'Église, et qui par conséquent seront jetés dehors à la fin: mais l'entière et parfaite séparation de ces gens-là est différée jusqu'au dernier jour.» (Bèze).

0 Shares