0 Shares

Dernière mise à jour le 4 mois par GoDieu.com


Naissance de Moïse. — Son adoption par la princesse Banda, fille de Pharaon.

68:1
¶ En ce temps-là l’Esprit de Dieu fut sur Marie, fille d’Amram et sœur d’Aaron. Et elle allait par la maison en répétant: Voici que pour le coup il nous naîtra, de mon père et de ma mère, un fils qui sauvera Israël de la tyrannie des Égyptiens.

68:2
Amram avait répudié sa femme depuis trois ans (1409);

68:3
mais quand il entendit cette prédiction, il reprit Jochabed et la ramena chez lui. La femme d’Amram devint enceinte,

68:4
et au septième mois de sa grossesse elle enfanta un fils. En ce moment la maison fut remplie d’une lumière éclatante, comme celle du soleil et de la lune dans leur plus grande splendeur.

68:5
La mère voyant que cet enfant était beau et d’un aspect agréable, le cacha pendant trois mois dans une chambre secrète.

68:6
¶ Or, les Égyptiens avaient imaginé une ruse pour découvrir les enfants que les Hébreux tenaient cachés.

68:7
Leurs femmes portant sur l’épaule leurs propres enfants qui ne parlaient pas encore,

68:8
allaient à Gessen où étaient les Hébreux.

68:9
Elles entraient dans les maisons sous couleur de visiter les femmes israélites.

68:10
Et quand leurs enfants faisaient entendre les sons inarticulés propres à leur âge, le petit Hébreu qui était caché y répondait.

68:11
Aussitôt elles allaient le dénoncer à Pharaon, qui le faisait prendre et mettre à mort.

68:12
¶ Jochabed ne put cacher plus longtemps son enfant, dont l’existence avait été portée à la connaissance du roi.

68:13
Et afin de prévenir son enlèvement par les exempts égyptiens, elle prit un coffre de jonc, et l’enduisit de bitume et de poix. Elle y mit ensuite son fils, et l’exposa ainsi au milieu des roseaux de la rive du fleuve.

68:14
¶ Or, Marie se tint à une certaine distance de cet endroit, afin de savoir ce qui arriverait à son petit frère, et ce que deviendraient ses propres prédictions.

68:15
Et Dieu envoya sur l’Égypte en ces jours-là des chaleurs tellement fortes que les habitants en eurent la peau comme brûlée,

68:16
et ils cherchaient du soulagement dans les eaux du Nil.

68:17
En cette occasion, Bathia, fille de Pharaon, y alla aussi, pour se baigner. Ses filles de service la suivaient sur le bord du fleuve, où se tenaient beaucoup de femmes égyptiennes.

68:18
Alors Bathia, en promenant le regard sur le fleuve, aperçut un coffre de jonc sur la surface de l’eau; et elle l’envoya prendre par une de ses servantes.

68:19
L’ayant ouvert, elle vit un enfant qui pleurait. Elle en eut pitié, et dit: C’est un enfant des Hébreux.

68:20
Toutes les Égyptiennes du bord s’offrirent, l’une après l’autre, pour lui donner de leur lait, mais l’enfant ne voulut prendre le sein d’aucune d’elles. Or, Jéhova lui inspirait cette répugnance, afin de le faire revenir au sein de sa mère.

68:21
Alors Marie, qui s’était mêlée à ces femmes, dit à la fille de Pharaon: Veux-tu que j’aille te chercher pour cet enfant une nourrice parmi les femmes des Hébreux?

68:22
La fille de Pharaon lui dit: Va. Aussitôt la jeune vierge alla et appela la mère même de l’enfant.

68:23
Et la fille de Pharaon dit à Jochabed: Prends cet enfant, et nourris-le-moi. Je te donnerai pour ton salaire deux pièces d’argent par jour. La femme prit l’enfant et le nourrit.

68:24
Et lorsque, au bout de deux ans, l’enfant fut en âge d’être sevré, elle le rapporta à la fille de Pharaon, qui l’adopta et lui donna le nom de Moïse, disant: Parce que je l’ai retiré de l’eau (1410).

68:25
Mais Amram, son père, le nomma Héber; parce que, dit-il, c’est pour lui que je me suis réuni à ma femme.

68:26
Jochabed le nomma Jécuthiel, car elle avait espéré à son sujet en Jéhova, qui le lui avait rendu.

68:27
Sa sœur, Marie, le nomma Jared, parce qu’elle était descendue au fleuve pour le suivre et savoir ce qu’il adviendrait de lui.

68:28
Son frère, Aaron, le nomma Abi Zanoé, disant: Mon père avait quitté ma mère, et pour lui il l’a reprise.

68:29
Caath, son aïeul paternel, le nomma Abi-Ghedor, parce que Dieu avait fermé, à cause de son mérite futur, la plaie de la maison d’Israël; car on cessa de jeter à l’eau les enfants mâles.

68:30
La femme chargée de le soigner le nomma Abi-Succa, parce qu’il était demeuré caché pendant trois mois dans une chambre-cabane, de crainte des enfants de Cham.

68:31
Tout le peuple d’Israël le nomma plus tard Séméia fils de Nathanaël, car en ses jours Dieu entendit leurs gémissements, et les sauva de la main de leurs oppresseurs (1411).

68:32
¶ Et Moïse, adopté par Bathia, fille de Pharaon, était élevé avec les fils du roi.


Notes sur le Livre de l’Exode

1409 Il était un de ceux que s’étaient séparés de leurs femmes. Voyez: colonne précédente.
1410 Moïse. משה, Mosché. Josèphe, Philon, Clément d’Alexandrie, quelques anciens Pères de l’Église, ont parfaitement reconnu que ce nom se compose de deux mots égyptiens, dont le premier, μω, signifie eau, et le second, sauver. Celui-ci est, d’après Ign. Rossi (Étym., Ægypt.) ουσαι, et d’après Jablonski (Opuscule, t. I) ουσε.

À l’exemple des LXX, nous transcrivons en σ le djandja du copte, dont nous n’avons pas de caractères dans ce moment.

1411 Héber, חבר, attachement, réunion. — Jécuthiel, יקותיאל, de קוה, espérer, et אל, Dieu. — Jared, ירד, descendre. — Abi-Zanoé, אבי זנוח, de אבי, mon père, et זנח, abandonner, quitter. — Abi-Ghedor, אבי גדר, de אב, père, et גדר, enceindre, fermer. — Abi-Succa, אבי סכה, de אב, père, et סכה, cabane. — Séméia, שמעיה, Dieu a entendu. — Nathanael, נתנאל, Dieu a donné, accordé.

Le Médrasch-Rabba et le Makhzor (fête de Simkhat-Thora) donnent à Moïse ces mêmes noms avec quelques autres. Le Makhzor ponctue l’avant-dernier nom, Abi-Socho, ce qui en changerait la signification.

0 Shares