0 Shares

Dernière mise à jour le 4 mois par GoDieu.com


Désastres des enfants d’Éphraïm qui ont voulu prévenir l’heure de la délivrance.

75:1
¶ En l’année cent quatre-vingtième de la descente d’Israël en Égypte, trente mille vaillants héros des enfants d’Éphraïm, fils de Joseph, sortirent de l’Égypte.

75:2
Car ils disaient que le terme de la servitude, fixé anciennement par Jéhova au patriarche Abraham, était arrivé (1430).

75:3
Ils s’armèrent de toutes pièces, et se fièrent à leur force.

75:4
Ils ne prirent point de provisions pour la route, pas même du pain pour le premier jour: Car, emportant de l’or et de l’argent, ils disaient: Les Philistins nous en vendront; a s’ils ne veulent pas nous en vendre, nous en prendrons de force.

75:5
En effet, ils étaient tellement vigoureux qu’un seul d’entre eux mettait en fuite mille ennemis, et deux une myriade d’ennemis (1431).

75:6
Ils se dirigèrent vers le pays de Geth, et ils rencontrèrent les pasteurs des troupeaux des indigènes.

75:7
Et ils leur dirent: Donnez-nous de vos brebis; car nous n’avons rien mangé de toute la journée.

75:8
Les pasteurs répondirent: Ce bétail ne nous appartient pas: nous n’en pouvons vendre à quelque prix que ce soit.

75:9
Les enfants d’Éphraïm s’étant avancés pour en prendre de force, les pasteurs jetèrent des cris qui attirèrent les gens de Geth.

75:10
Ceux-ci voyant les dispositions hostiles des enfants d’Éphraïm, se retirèrent et appelèrent aux armes tout le pays.

75:11
Et une forte action s’engagea dans la vallée de Geth, et les deux partis y éprouvèrent de grandes pertes.

75:12
Le lendemain ceux de Geth appelèrent à leur secours toutes les villes de la Palestine,

75:13
dont il arriva quarante mille hommes armés.

75:14
Or, les enfants d’Éphraïm, privés de nourriture depuis trois jours, étaient épuisés de besoin et de fatigue.

75:15
Et Jéhova abandonna les enfants d’Éphraïm entre la main des Philistins,

75:16
et ils les frappèrent tous à mort, à l’exception de dix qui purent s’échapper du combat.

75:17
Et ceci était arrivé en punition de ce que les enfants d’Éphraïm avaient contrevenu à la volonté de Jéhova, en sortant de l’Égypte avant le terme qu’il avait fixé.

75:18
¶ Or, du côté des Philistins il n’était pas tombé moins de vingt mille hommes. Et leurs frères les emportèrent et leur donnèrent la sépulture dans leurs villes.

75:19
Mais les cadavres des enfants d’Éphraïm demeurèrent abandonnés sur le sol pendant bien des jours et des années. Et toute la vallée de Geth était jonchée d’ossements humains (1432).

75:20
¶ Cependant les dix hommes échappés du combat parvinrent en Égypte et rapportèrent aux enfants d’Israël tout ce qui leur était arrivé.

75:21
Leur père fit le deuil de ses enfants pendant de longs jours. Et ses frères vinrent le consoler;

75:22
alors il s’approcha de sa femme, et elle enfanta un fils, qu’elle nomma Beria, parce que une calamité était arrivée dans sa maison (1433).


Notes sur le Livre de l’Exode

1430 Le Médrasch-Rabba, commencement de la section Beschallakh, établit qu’ils se trompaient de trente ans dans leur supputation. Voyez aussi: la paraphrase chaldéenne de Jonathan, Exode 13:17.
1431 Nous allons voir que ceci n’est qu’une de ces exagérations si familières aux Orientaux.
1432 D’après le talmud, traité Sanhédrin, fol. 92 verso, ce seraient les ossements de ceux que le prophète Ézéchiel a rappelés à la vie. (Ézéchiel 37)

On lit dans l’Exode 13:17: Cum emisisset Pharaon populum, non eos duxit Deus per viam terrœ Philisthiim, quœ vicina est, etc. Le Médrasch-Rabba, ubi supra, explique: Dieu voulait leur éviter le spectacle des ossements des Éphraïmites, qui aurait pu les décourager, et leur faire rebrousser chemin vers l’Égypte.

1433 Beria, בריעה, quasi, ברעה, in calamitate.

Le Talmud, le Médrasch-Rabba et la paraphrase chaldéenne de Jonathan, sur Exode 13:17, ubi supra, mentionnent cet événement, sans entrer dans les détails qu’ils supposent notoirement connus.

Tout lecteur judicieux conviendra que le récit de la malheureuse échauffourée des enfants d’Éphraïm, avec les détails qu’en donne notre Yaschar, offre le sens naturel, et surtout vrai, du passage suivant du 1er livre des Paralipomènes VII, 20-23: Filii autem Ephraim… occiderunt autem eos viri Geth indigenœ, quia descenderunt ut invaderent possessiones eorum. Luxit igitur Ephraim, pater eorum, multis diebus, et venerunt fratres ejus ut consolarentur eum. Ingressus est ad uxorem suam, quœ concepit, et peperit filium, et vocavit nomen ejus Beria, eo quod in malis domus ejus ortus esset.

Nous ajouterons, en explication du dernier verset, que pendant le grand deuil, les Hébreux ne peuvent pas user du mariage.

0 Shares