Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
438 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1579Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Comment ne pas lire la Bible-3


février 16, 2011 par GoDieu



La Bible est elle-même une interprétation


On entend à l'occasion quelqu'un dire avec la plus grande conviction: "On n'a pas besoin d'interpréter la Bible; il suffit de la lire et d'obéir à ce qu'elle enseigne." Dans un sens, cette affirmation exprime une vérité: la Bible, dans son ensemble, est un livre relativement assez clair qui peut être compris par le commun des mortels. D'un autre côté, cette remarque est la fois naïve et irréaliste en raison de deux facteurs:

  1. la nature pécheresse du lecteur; et

  2. la nature divine des Écritures.

  1. la nature pécheresse du lecteur

    Tous les êtres humains sans exception, hommes, femmes, enfants, sont pécheurs et tous sont perdu et condamnés aux peines de l'enfer pour l'éternité. Même le nouveau-né dans son innocence, de par l'hérédité du péché, n'échappe pas à la gravité de ce fait. Toutefois nous savons que d'entre notre race de dépravée, que Dieu en a choisi certains pour le salut en Jésus-Christ avant même la fondation du monde (Éphésiens 1:4-9; Tite 1:2). Ce qui veut dire que élus et réprouvés font face au message de la Bible en un certain moment donné de leur vie. Il est vrai que la Bible est relativement assez clair pour être comprise par le commun des mortels. Toutefois sa compréhension est limitée, elle est plutôt superficielle et les gens s'y intéressent que par curiosité. Ses enseignements profonds et essentiels ne peuvent pénétrer leur esprit enténébré de superstitions, d'imaginations déréglées, de préjugés, d'hypothèses ou de conjectures sophistiquées. Il faut une conversion, il faut l'Esprit de Christ, pour que la lumière de la vérité pénètre en eux. Avant une conversion réelle, produite par la puissance de Dieu et selon sa volonté souveraine et non selon le choix de l'homme (Jean 1:12-13), le lecteur de la Bible est touché par les principes de la loi qui le condamnent, et cela afin de le réveiller à son état de pécheur et de perdition. À ce point, soit il est poussé surnaturellement à se retirer à cause de son indifférence ou de son incrédulité et de son cœur endurci, car il est réprouvé de Dieu. Soit il est attiré mystérieusement par l'Esprit de Dieu à persister jusqu'à ce que la lumière se fasse prodigieusement, et qu'il connaissent l'assurance du salut en Jésus-Christ, car il est élu à la grâce divine. C'est à ce moment même que l'Esprit de Dieu pénètre en lui pour l'éclairer et le diriger. Ainsi, le rôle de la Parole de Dieu est d'engendrer la foi dans le cœur de l'élu, que son message vienne de la bouche d'un messager de Dieu ou directement des paroles écrites, du temps que les deux s'accordent parfaitement: «La foi vient donc de ce qu'on entend; et de ce qu'on rapporte de LA PAROLE DE DIEU.» (Romains 10:17) Cet engendrement qui nous donne la foi dans le don de grâce, se nomme la régénération d'en haut, traduit souvent par nouvelle naissance. Ainsi selon l'agencement de la révélation du salut par grâce, la régénération est l'élément actif primaire qui produit la foi. Simplement dit, nous naissons de nouveau pour croire, nous ne croyons pas pour naître de nouveau autrement le salut dépendrait de nous et non de Dieu. Répondons immédiatement à une question légitime qui pourrait être posée dans ce contexte, à savoir: la Bible serait-elle nécessaire au salut? La réponse est non, mais son message oui. Cela est évident en ce que la Bible, en tant que livre que nous connaissons, n'a pas toujours existé et n'a pas toujours été disponible à tous comme elle l'est de nos jours.

    Nous faisons face ici à un point crucial, car plusieurs imposteurs sont venus sous la bannière de l'amour de Dieu avec un message de la Bible qui déforme subtilement la vérité de ses enseignements. Des gens prétentieux qui se donnent à toutes sortes de fausses interprétations qui valorisent le libre-choix (l'hérésie), et renversent ou plutôt inversent le message de la grâce du salut par la foi en lui donnant une autre signification subtile et raffinée qui pourrait séduire les élus même, si cela serait possible (Matthieu 24:24). Nous avons vu qu'il faut naître de nouveau pour croire, mais pour ces gens il faut croire pour naître de nouveau. La différence entre ces deux principes est la différence entre le salut éternel et la perdition éternelle. Le premier remet le salut totalement entre les mains du Dieu Souverain et Tout-Puissant qui engendre la grâce dans le cœur de ses élus au moyen de sa Parole. Le deuxième remet le salut entre les mains de l'homme qui décide lui-même librement de croire ou non, se faisant ainsi l'égal de Dieu avec lequel il dit coopérer dans la réception de la grâce pour son salut et sa sanctification. L'un amène à la félicité éternelle, l'autre à la damnation éternelle. Là est l'importance d'interpréter correctement les textes de la Bible lorsque nous lisons son contenu.

    Pour quelle raison notre nature humaine rend-elle obligatoire l'interprétation de la Bible? Simplement à cause du fait que tout lecteur est en même temps un interprète, qu'il soit chrétien ou non! Gordon Fee et Douglas Stuart, dans leur ouvrage collectif Un nouveau regard sur la Bible, exposent ce fait de la manière suivante:

    "Nous apportons invariablement au texte tout ce que nous sommes, avec toutes nos expériences, notre culture, et la compréhension que nous avons d'avance des mots et des idées."

    Puisque tel est le cas, et cela est inévitable pour tous sans exception, nous voyons la nécessité absolue de la conversion afin de parvenir à une bonne interprétation des textes que nous lisons. Sans conversion réelle nous tombons dans le domaine de la duplicité des imposteurs lorsque nous interprétons les textes de la Bible, et cela aussi est inévitable, surtout lorsque nous considérons que Dieu est celui qui impose un esprit d'égarement (une puissante falsification) à ceux qu'il a réprouvés d'avance de toute éternité, comme nous voyons dans 2 Thessaloniciens 2:7-12:

    1. Car ce mystère d'iniquité frauduleuse est déjà actif; attendant seulement que celui qui le retient dans les chaînes maintenant, le relâche du milieu de l'abîme.

    2. Et alors paraîtra la contrefaçon du peuple de Dieu, que le Seigneur détruira par le Souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son apparition.

    3. Duquel la venue de ce faux peuple de Dieu, aura lieu selon la conspiration de la concurrence, avec toute la puissance des prodiges et des faux miracles,

    4. Et avec toutes les séductions de l'iniquité parmi ceux qui se perdent, parce qu'ils n'ont point reçu le renoncement pour la vérité, afin être sauvés.

    5. C'est pourquoi Dieu leur enverra une puissante falsification, pour qu'ils croient au mensonge;

    6. Afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir dans la fraude spirituelle, soient condamnés.

    Dans la simplicité de l'interprétation, prenons l'exemple du mot "croix" qui, de toute évidence, n'a plus aujourd'hui la même signification qu'il avait à l'époque de Jésus-Christ. En effet, lorsque nos contemporains entendent ce mot, il n'est pas rare que la plupart d'entre eux pensent automatiquement à une croix, comme l'ont imaginée des siècles d'art et de symbolisme religieux. Pourtant, une croix à l'époque de Jésus devait plutôt ressembler à un "T". Ainsi nous tombons souvent sous le charme des mots si nous ne vérifions pas le sens réel qu'ils détiennent aux niveaux littéraire, historique, et spirituel.

    Nous pourrions également prendre l'esclavage comme exemple. Dans l'épître qu'il adresse aux Éphésiens, l'apôtre Paul enjoint aux esclaves d'obéir à leurs maîtres (Éphésiens 6:5). Or, sur des Occidentaux du 21e siècle, cette prescription de l'apôtre peut provoquer un effet bien différent de celui produit jadis sur les chrétiens de l'Église primitive. Car la notion que les Occidentaux se font de l'esclavage est bien souvent forgée à partir des récits historiques de l'esclavage des noirs dans le Sud des États-Unis. Il n'est donc guère surprenant que ceux-ci perçoivent l'esclavage d'une manière différente, en général de façon beaucoup plus péjorative, que les citoyens romains du premier siècle. Or le mot esclave signifie aussi «serviteur», et nous sommes tous soit serviteur du péché qui mène à la mort, ou serviteur de Christ qui mène à la vie. Le mot esclavage amène aussi la notion de liberté dans l'esprit des gens modernes, c'est-à-dire libre de toute entrave, de faire ce que l'on veut et quand ça nous le tente. Mais dans les Écritures nous voyons qu'il n'y a pas de liberté sans esclavage, en fait la vrai liberté consiste à être esclave de Christ, un serviteur soumit à Sa Souveraineté, car s'il est esclave de Christ cela signifie en même temps que Christ est le Maître Suprême de sa vie. Mais si un serviteur est esclave de lui-même selon son propre choix, il se dit maître de sa vie et il est perdu pour l'éternité: «Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre...» (Matthieu 6:24)

  2. la nature divine des Écritures

    L'essence même des Écritures est la révélation de Dieu en Jésus-Christ et son but est de témoigner de la vérité. De ce fait incontestable, il est dit que «Toute l'Écriture est inspirée de Dieu.» Selon les définitions que nous avons dans le Grec du mot «theopneustos» ou «souffle de Dieu» qui est traduit par «inspiré» (Concordance Strong Grec, numéro 2315), nous pouvons interpréter correctement et dire que «Toute l'Écriture respire de Dieu», c'est-à-dire qu'elle exalte Dieu, qu'elle l'élève au plus haut point, qu'elle témoigne de sa Sainte Présence. Ainsi l'apôtre Paul dit à Timothée: «Et que dès l'enfance tu connais les saintes lettres, qui peuvent t'instruire pour le salut, par la foi qui est en Jésus-Christ. Or, toute l'Écriture exalte Dieu, et est utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la droiture; Afin que l'homme de Dieu soit mature, et entièrement préparé pour toutes les tâches convenables.» (2 Timothée 3:15-17) Nous pouvons donc dire avec l'Esprit que la Parole de Dieu est vivante (Hébreux 4:12), et cela n'est point une exagération de notre part, notre interprétation est juste et nous vous déclarons la vérité. Ainsi par l'Écriture Dieu est Présent parmi nous pour instruire son peuple élu et le former à son image selon son décret éternel d'élection. Le chrétien réel est donc diriger par Dieu dans ses interprétations des Saintes-Écritures et Dieu le protège et le garde des erreurs sur la révélation de sa grâce. Cela ne signifie aucunement que l'élu n'aura pas de difficultés, mais que le Seigneur veille sur lui et ne permettra point qu'il soit séduit par des hérésies infernales par rapport à la grâce de son salut. Autrement il n'y aurait pas d'assurance et sans assurance il n'y a pas de foi, et sans foi il n'y a pas de salut, et sans salut il n'y aurait point de Christ et nous serions les plus misérables d'entre les hommes.

    Mais la lumière glorieuse de cette merveilleuse vérité que nous venons de voir, a été encrassée par des imposteurs, surtout au niveau de théologiens, exégètes, et pasteurs qui en ont déformés le sens à leur propre perte et à celle de multitudes innombrables qui suivent leur interprétation fallacieuse de l'Inspiration des Écritures. Selon ces déformateurs perfides de la vérité, ce n'est pas que «toute l'Écriture est inspirée» mais que «toute l'Écriture fut inspirée». Le jeux de mots de ces fourbes est simple mais extrêmement trompeur. Par un seul mot «fut», ils ont changé la signification de l'Inspiration et l'attribue uniquement aux autographes ou manuscrits originaux écrit directement par les prophètes et les apôtres et ceux-ci n'existent plus, nous en avons seulement que des copies de copies à travers les siècles. Non seulement cela, mais ils ont changé complètement le sens du passage sur l'Inspiration en disant que ce sont les auteurs qui ont été inspirés, lorsque la Bible dit clairement que ce sont les Écritures qui sont inspirées. En d'autres mots, selon ces mystificateurs qui abusent de la confiance et de la crédibilité des gens, et sans entrer dans les complexités de la Critique Textuelle, cela voudrait dire que la Bible actuelle que nous avons entre nos mains ne serait plus inspirée. Or si l'Écriture n'est plus inspirée, elle ne serait donc plus «utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la droiture.» En fait la Bible ne vaudrait plus rien et le journal du coin serait plus utile pour nous enseigner. Par une telle duperie, ces charlatans usurpent l'autorité des Écritures et s'érigent en maîtres sur son interprétation et sur la foi des gens qu'ils manipulent à leur guise. Et les gens aveuglés par l'étalage pompeux de leur érudition tombent dans le piège de leurs fausses interprétations, et séduits par ces vipères ils vont en séduisant d'autres dans les mêmes voies tortueuses.

    Soulignons aussi qu'une traduction de la Bible est déjà une forme (nécessaire) d'interprétation. Car les traducteurs sont régulièrement appelés à choisir entre différentes significations possibles, et leurs choix affectent nécessairement notre façon de comprendre le texte biblique, et ainsi notre foi et notre destin. Par exemple, quand l'apôtre Paul utilise le terme grec sarx (chair), il entend généralement par ce mot la nature pécheresse de l'homme. Le traducteur doit-il dans ce cas traduire ce mot par "corps" (son sens littéral) ou le rendre par "nature pécheresse" (son sens théologique)? Si le souci du traducteur est d'aider le lecteur à comprendre le sens d'un passage, il préférera sans doute le second terme au premier (ou encore un terme ou synonyme dont le sens est identique). Toutefois, cela implique qu'il fasse un choix, donc qu'il interprète! Mais, comme nous avons vu plus haut dans ce document, cela implique aussi que son choix est basé sur son formatage religieux et intellectuel, et sur le fait qu'il doit répondre à d'autres pour son travail, ce qui veut dire que très peu dans nos temps modernes sont dignes de confiance, puisque l'apostasie a infectée le christianisme à tous les niveaux. De nos jours, un traducteur a la responsabilité de représenter le consensus général de toutes les différentes églises, ce qui se nomme de l'œcuménisme, le fléau des derniers temps. Il n'est pas à l'abri de quelque influence que ce soit, que ce soit par intérêt personnel ou par conflits sociaux, politique comme religieux. Le pourcentage de fidélité dans les traductions va donc de paire avec la fidélité du traducteur, non envers ses supérieurs ou son église, mais envers le Seigneur Jésus-Christ lui-même, et seulement si le traducteur est un chrétien réel, ce qui est la perle rare de nos jours, cela est inévitable.

    Le fait qu'une traduction soit une interprétation signifie-t-il qu'une Bible traduite n'est pas digne de foi? Si nous voulons être honnête et conséquent dans nos pensées, il faut admettre que non. Nous ne devons absolument pas mettre notre foi dans des traductions, mais uniquement dans le Seigneur Jésus qui seul veille sur sa Parole au détriment d'équipes de traducteurs professionnels qui la remanient dans des buts obscurs mais précis afin de dominer sur la conscience des gens. Nous sommes ici en plein jeux de pouvoir politiques et religieux et la question est «à qui profite le crime». On voudrait nous faire croire que l'honnêteté et le travail minutieux des traducteurs assurent l'exactitude de leur traduction, mais rien n'est plus faux. Si en grande partie les traductions sont assez juste, c'est qu'ils ne peuvent tout changer sans que cela soit évident aux yeux du peuple commun. Les modifications qu'ils apportent au texte ont l'apparence d'être minime, mais elles ont été très bien pensées pour produire les effets voulus. Il s'agit simplement de mettre 1% de poison dans un ver d'eau pur pour tuer une personne. Si le Seigneur ne protégerait pas les siens, la lumière de la vérité serait éteinte depuis longtemps et le vrai christianisme inexistant. Il faut admettre qu'une traduction de la Bible est déjà une première interprétation qui provient d'un autre texte dans une autre langue, et que ce texte en retour provient de milliers de manuscrits qui sont des copies de copies d'un originaux non existant et donc non vérifiable. En conséquence, notre lecture de la Bible (traduite) ne pourra jamais être autre chose qu'une autre interprétation d'une interprétation, une ré-interprétation perpétuelle du texte biblique. Si ce fait peut en déconcerter plusieurs, il ne faut pas oublier qu'on doit approcher le texte de la Bible de la même façon que nous approchons le Seigneur Jésus, par la foi, et le Seigneur nous dirigera dans la vérité. Nous sommes en pleine guerre spirituelle et ceux qui se découragent ou qui recule devant l'ennemi donnent l'évidence par cela qu'ils n'ont pas l'Esprit de Christ. L'homme avec toutes ses connaissances ne peut se mesurer à Dieu, le Seigneur l'écrasera sous ses pieds comme on écrase un insecte, ou devrais-je plutôt dire un in-secte duquel nous savons déjà la définition.

Marque de commerce © 1999-2020 GoDieu.com - Tous droits réservés