Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
274 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1531Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Corruption de la nature humaine-2


janvier 1, 2017 par GoDieu

 

La source de la haine et des conflits

Puisque l'homme se veut indépendant de Dieu et maître de son propre destin, il est évident qu'il est un être insoumis et rebelle envers tout ce qui est réellement bon, car «Dieu seul est bon» nous dit le Seigneur Jésus (Matthieu 19:17; Marc 10:18; Luc 18:19), ce qui veut dire que le contraire est vrai pour l'homme qui de nature est un être mauvais, méchant, et malicieux. Quoique malin dans tous les fibres de son être, il détient la capacité de faire «le bien», mais comprenons par cela qu'il s'agit de faire ce qui lui est agréable ou convient à sa nature déchue, ce qui est profitable à son existence en tant qu'individuel et en tant que collectivité. Tel est le sens du mot «bien» ou «towb» en Hébreu que nous retrouvons dans l'expression «l'arbre de la connaissance du bien et du mal» (Genèse 3:9). En faisant ce qui lui est agréable, ce qui est bien pour lui-même et par lui-même, ce court texte nous indique qu'il fait ce qui est «mal» ou «méchant» de «rah» en Hébreu, terme qui porte aussi les désignations de «désastre, de douleur, et de malheur». Or ce qui est bien aux yeux de l'homme est en réalité une fatalité inévitable, une ruine totale de son existence, une contrefaçon qui donne seulement l'apparence d'une bonté bienfaisante qui ne détient aucune valeur aux yeux de Dieu car complètement corrompue dans son essence rebelle d'auto-gratification. La bonté de l'homme n'est que de l'égoïsme issue de l'orgueil de son indépendance dans l'admiration idolâtre de sa propre personne. Tel est le serpent dans la conscience de l'homme par lequel il se fait dieu (Genèse 3:5), car le mot «serpent» en Hébreu ou «nachash» signifie aussi «la brillance (l'orgueil et l'admiration), l'intelligence, le raisonnement ou réflexion, la clairvoyance, l'entendement, l'ingéniosité, la subtilité», tous des qualificatifs de l'esprit de la chair qui est hostile à l'Esprit de Dieu (Romains 8:7; Galates 5:17). En d'autres mots, la source de la haine et des conflits est nulle autre que l'esprit de la nature humaine déchue qui réside en chaque homme. Ce point est crucial car il nous indique que la volonté de l'homme dans ses choix et ses désirs est esclave de la chair et du péché (Romains 7:18-25). Tous les choix de l'homme, ses décisions, ses réflexions, ses expressions, ses actions, ses façons d'agir, sont sous cette même domination tyrannique, aucun ne peut en échapper. Seul Christ en nous peut nous délivrer de son oppression, et cette libération est progressive dans notre cheminement chrétien afin de purifier notre foi, elle aspire à notre transformation totale seulement au dernier jour de ce monde, c'est ici la patience ou persévérance des saints dans le combat pour la foi (2 Timothée 4:7; Jude 1:3; Apocalypse 14:12), car nous devons tous apprendre à faire confiance à Christ pour toutes choses dans nos vies, et non à nous-mêmes.

Force est de constater que nous passons notre temps à nous diviser, nous classer dans des catégories, des groupes. Dans un monde idéal on pourrait simplement tous se considérer comme des êtres humains, mais l'utopie n'est pas de ce monde. Depuis le début des temps les hommes se divisent en race, en nationalité, en groupe avec une quelconque spécificité comme la religion, la culture, les choix politiques, les positions sociales, ou simplement les goûts ou l'orientation sexuelle, afin de mieux s'identifier et cela est parfaitement normal puisque nous détenons tous nos propres caractéristiques qui font que nous sommes tous des personnalités distinctes. Mais dans ces divisions naissent aussi les tensions entre nous à cause de notre nature rebelle qui se veut indépendante. Nous ne voyons pas l'autre comme un semblable, quelqu'un qui pourrait nous sauver la vie ou nous aider dans des moments de crises, mais voyons l'autre comme un rival qu'il faut surveiller et se méfier. Rivalité naturelle que nous entretenons par une compétition journalière que notre société nous impose et encourage. Il faut toujours se comparer aux autres et plus encore les dépasser. Il ne faut pas être heureux, il faut être plus heureux que les autres, il ne faut pas être à l'aise, mais plus riche que les autres. Si l'autre est meilleur, nous ne savons pas être content pour lui, nous préférons la jalousie. L'autre nous permet de nous situer, et c'est un paradoxe, nous avons besoin de l'autre, mais nous le voulons moins fort, moins riche, moins heureux. Nous nous focalisons sur notre bien-être et notre bonheur, en faisant total abstraction de ce que peut ressentir l'autre. Sa souffrance n'a pas de réalité particulière, seul compte notre douleur, nos frustrations qu'il faut absolument faire disparaître.

À l'inverse, si nous verrions les autres comme des semblables, des autres «nous», nos comportements deviendraient plus altruistes, nous prendrions conscience naturellement de la souffrance de l'autre, car il y a de fortes chances que la souffrance de l'autre soit la même que la notre. À partir de là, nous ne serions plus en compétition, mais en collaboration, l'autre ne serait plus notre rival mais notre partenaire, nous ne chercherions plus à obtenir le meilleur pour nous-mêmes mais le meilleur pour le plus grand nombre. En prenant conscience de l'autre, l'homme deviendrait un être bienséant et bienfaisant agréable à tous. Mais il ne faut pas se faire d'illusions, nous ne vivons pas dans le monde imaginaire de John Lennon dans lequel «il n'y a aucun ciel ni aucun enfer, aucune nation ni aucune religion». Un tel monde est pour les rêveurs, les alcooliques et les drogués seulement. Mais pour nous qui vivons dans la réalité du moment c'est tout autre, nous devons faire face constamment au fait irréfutable que l'être humain est essentiellement corrompu dans toutes ses voies, et encore plus dans ses prétentions à une nouvelle-naissance dans laquelle il s'imagine à l'abri des conséquences de sa déchéance naturelle. En fait, quoique cela puisse en surprendre beaucoup, la pire corruption se trouvent dans le christianisme avec ses nombreuses contrefaçons, un christianisme nominatif sans Christ plein d'arrogance, de présomptions et de duplicités, et dont le père est le diable (Jean 8:44). La contrefaçon est en fait le chef-d'œuvre du christianisme traditionnel comme évangélique que nous retrouvons surtout dans le mysticisme et le spiritisme des mouvances pentecôtistes et charismatiques. Mais les pires hypocrites sont ceux de la secte Baptiste, ce nid de vermines insalubres détient la couronne des malfaiteurs, leurs pasteurs empoisonneurs n'arrêtent devant rien pour manipuler les gens et les endoctriner dans leurs voies pernicieuses.

L'idée que l'homme est naturellement bon fabrique aussi une autre forme de victimisation. La victime prétendument innocente serait corrompue par une société mauvaise. Mais puisque la société est mauvaise, on comprend qu'elle ne peut supporter la présence de personnes supposément «bonnes» en son sein car, par effet de contraste, leur seule existence mettrait en évidence de manière trop crue tout ce que cette société porte de mauvais. Si donc les humains sont naturellement bons ce ne saurait être qu'à la naissance et pendant quelques années, le temps qu'il faut pour les rendre mauvais, ce qui est complètement contraire à la vérité scripturaire déclaré par le roi David: «Voilà, j'ai été formé dans l'iniquité, et ma mère m'a conçu dans le péché.» (Psaumes 51:7; Bible Ostervald 2008). Cette théorie a ceci de séduisant qu'elle évite un questionnement plus approfondi, plus essentiel, sur l'origine du mal et de la violence qui en est le signe le plus manifeste. Au fond c'est simple: on naît dans l'iniquité, on est conçu dans le péché, et cela de génération à génération depuis le début des temps jusqu'à la fin des temps. La théorie que l'homme est naturellement bon amène à se poser quelques questions dérangeantes. Par exemple: comment est-il possible qu'un être mauvais engendre un être initialement bon? Ou encore: à quel moment le passage du bon au mauvais se fait-il et par quels moyens? Et plus: quelles failles préexistent dans cet être supposément naturellement bon pour qu'il puisse se laisser corrompre? Comment peut-il être si bon et si peu durable dans sa bonté? Si l'homme était naturellement bon, il ne changerait pas. La bonté, si elle est naturelle, devrait être une qualité presque indélébile, qui ne changerait pas plus vite que le génome. Tout n'est cependant pas encore dit. Car pourquoi la société deviendrait-elle tellement mauvaise? Ici beaucoup de théories interviennent. Aucune ne donne de réponse définitive.


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés