Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
303 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1531Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Israël est l'Église-09


novembre 29, 2015 par GoDieu

 

Jésus refuse le royaume juif des sionistes

Peu de personnes comprennent le drame de Jésus et la raison pour laquelle les juifs refusèrent de reconnaître en Lui le Messie attendu. Il refusa de restaurer un Royaume juif car le Royaume de Dieu «n'est pas de ce monde» (Jean 18:36). Ainsi, un État juif est aussi condamnable par Dieu qu'un État chrétien ou musulman. Le drame de Jésus c'est le sionisme, la politisation du judaïsme. Tout le problème est là! L'essence du judaïsme est spirituelle, comme dit l'apôtre Paul: «Ainsi la loi est sainte, et le commandement est saint, juste et honorable... En effet, nous savons que la loi est spirituelle... (Romains 7:12,14). Que la loi soit spirituelle ne signifie pas pour autant qu'une personne puisse être sauvé par la loi, au contraire, la loi a été donnée pour manifester le péché et le condamner dans la chair. En fait dit l'apôtre Paul: «je n'ai connu le péché que par la loi...» (Romains 7:7), car «... la puissance du péché c'est la loi.» (1 Corinthiens 15:56). Il est donc impossible d'être sauvé ou sanctifié par la loi, autrement nous serions encore sous la puissance du péché et perdu pour l'éternité. Or la certitude de la loi qui provient de Dieu, débuta avec Abraham, il y a 4,000 ans, à qui le Créateur se révéla en vue de se faire connaître par Lui à tous les hommes pour le salut de ses élus et la perdition des réprouvés. L'intention divine n'était pas de créer un courant politique juif mais de répandre la connaissance du Dieu unique, afin que les enfants de la promesse soient dirigé par la loi au pied de la croix. Durant les siècles, le sionisme a étouffé le judaïsme au point de le réduire à un nationalisme juif. Les Hébreux crurent qu'ils devaient traduire leur foi en créant un État national. Le judaïsme, est-il une foi ou un État? Dans l'optique de Dieu, les deux ne sont pas compatibles. Tout le drame est là! De crainte que le sujet soit mal interprété, disons-le maintenant: le royaume juif des sionistes et le royaume millénariste des évangéliques sont identiques, il s'agit d'un seul et même royaume terrestre avec quelques variantes fantaisistes de la part des derniers dues à leur imagination fertile stimulée par une théologie-fiction moderne.

Le Judaïsme prit une tournure politique au XIe siècle av. J.-C., après l'entrée des Israélites en Palestine. Dès cette époque, la communauté juive voulut se transformer en royaume: «Les gens d'Israël dirent à Gédéon: Règne sur nous, toi, ton fils et ton petit-fils... et Gédéon leur répondit: Ce n'est pas moi qui régnerai sur vous, ni mon fils non plus, car c'est Dieu qui doit être votre Roi.» (Juges 8:22-23). Gédéon, avait compris le danger d'une telle dynastie politique et rejeta le projet, comme Jésus après lui, en déclarant que Dieu est l'unique Roi, sauf que dans le second cas Jésus lui-même était le Roi des rois. Un second essai fut tenté un siècle plus tard sous Samuel. Cette fois, un royaume juif fut établi avec Saül comme premier roi, mais contrairement à la volonté explicite de Dieu et du Prophète Samuel. En effet, Dieu se considéra détrôné par les juifs et déclara à Samuel: «C'est Moi qu'ils ont rejeté ne voulant plus que je règne sur eux.» (1 Samuel 8:7). Après l'intronisation de Saül, Samuel invita la communauté israélite au repentir et à reconnaître son tort d'avoir choisi un homme comme roi: «Reconnaissez clairement combien grave est le mal que vous avez commis au regard de Dieu en demandant pour vous un roi.» (1 Samuel 12:17). Et les juifs d'avouer: «Nous avons mis le comble à tous nos péchés en demandant pour nous un roi.» (1 Samuel 12:19). La politisation du judaïsme est ainsi condamnée, dès l'origine, par ceux-là mêmes qui l'ont instituée. Des siècles plus tard, les prophètes rappelèrent aux juifs leur déviation vers la politique. Dieu dit par le prophète Osée: «Ils (les Israéliens) ont fait des rois, mais sans mon aveu; ils ont établi des chefs mais à mon insu.» (Osée 8:4) «... Tu t'es détruit, Israël! En Moi seul est ton secours! Où donc est-il ton roi? Qu'il te sauve! Tes chefs, qu'ils te protègent! Ceux-là dont tu disais: «Donne-moi un roi et des chefs.» Un roi, Je te l'ai donné dans ma colère et dans ma fureur je te l'enlève.» (Osée 13:9-11). Effectivement, le royaume fut enlevé d'Israël après l'invasion babylonienne sous Nabuchodonosor, en 586 av. J.-C.. Le Temple de Salomon fut détruit, les juifs furent déportés en Babylonie et la royauté, la dynastie de David, cessa en Israël depuis (2 Rois 25:8-12; 2 Chroniques 36:17-21). Dès lors, les Israéliens eurent la nostalgie de ce royaume davidique, oubliant totalement que le seul Roi est Dieu. Durant les siècles qui suivirent l'invasion babylonienne, ils tentèrent souvent de rétablir leur royaume en Israël. Ils voyaient dans le Messie la seule personne capable de rétablir ce royaume davidique. Ce royaume terrestre devint leur obsession, tout comme il l'est pour les chrétiens sionistes et les évangéliques. Comme les vieux Siméon et Anne, ils attendaient de toutes leurs forces cette «consolation d'Israël», cette «délivrance de Jérusalem.» (Luc 2:25-38).

Au premier siècle av. J.-C., sous l'Empire Romain, les juifs parvinrent à rétablir un royaume avec l'aide des Romains. Le premier roi fut Hérode le grand. Celui-ci n'obtint pas le consentement du peuple, n'étant pas de la lignée de David, mais un descendant des Macchabées (de la tribu de Lévi). De surcroît, Hérode n'était qu'un agent à la solde des Romains, intronisé par eux pour calmer les juifs en quête d'un royaume. Hérode devint ainsi le premier Souverain Pontife d'Israël sous la tutelle romaine qui lui attribua le pouvoir après qu'il eut offert des sacrifices au dieu Jupiter devant le sénat romain. La dynastie des rois hérodes est décrite dans l'Apocalypse comme étant figurativement «les sept têtes du grand dragon rouge» qui chercha à détruire Jésus et ses disciples (Apocalypse 12:3-9). Or les juifs voulaient un royaume autonome dirigé par une dynastie issue de David. Ils cherchaient donc à se soulever, à la fois, contre Hérode et contre les Romains pour rétablir ce royaume. Mais ils croyaient qu'il fallait qu'apparaisse d'abord le Messie pour rassembler le peuple au combat contre les Romains. Cette nostalgie croissante d'un royaume israélien éclipsa totalement la dimension spirituelle du judaïsme. Le Messie n'était attendu que pour «sauver» Israël politiquement et militairement, en vue de restaurer un vaste empire juif, un «Grand Israël» semblable à celui de Salomon.

Voyant Jean-Baptiste attaquer Hérode, les nationalistes le prirent pour le Messie et le suivirent en foules nombreuses. Mais lui disait aux foules qu'un autre, plus puissant et plus important que lui, devait apparaître (Matthieu 3:11; Jean 1:26-37). Mais pour Jean-Baptiste, ce Messie qui devait le suivre ne pouvait être qu'un guerrier libérateur. Lui-même ne comprenait pas le comportement de Jésus et, «ayant entendu, dans sa prison, parler des œuvres du Christ, il lui envoya certains de ses disciples pour lui dire: Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre.?» (Matthieu 11:2-3). Il s'attendait à ce que Jésus rassemble le peuple au combat. Or «ces œuvres» du Christ dont il entendait parler, étaient celles d'un miséricordieux qui pardonne et d'un guérisseur, non d'un révolutionnaire juif. Ces œuvres spirituelles ne pouvaient satisfaire les nationalistes, dont Jean faisait partie. C'est pourquoi, sans douter de Jésus comme envoyé divin, Jean envoya des disciples Lui demander s'il était le Messie attendu, ou bien «fallait-il en attendre un autre» comme Messie pour mener la révolte? Il n'avait pas encore saisi la dimension spirituelle de la Libération. C'est la raison pour laquelle Jésus avait dit que Jean-Baptiste est, à cause de sa conception matérialiste du royaume, plus petit que le plus petit dans le Royaume des Cieux, ce dernier ayant compris que ce Royaume est intérieur, dans l'âme. Jean-Baptiste lui-même ne l'avait pas compris (Matthieu 11:2-11). Aujourd'hui encore, tous ceux qui ne saisissent pas cette dimension, attendent de même cet «autre Messie» pour restaurer le royaume politique en Israël.

À l'époque de Jésus, les juifs avaient déjà perdu la notion spirituelle du salut. Les meilleurs parmi eux comprenaient ce fait politiquement. Pour eux, le Messie devait naître d'une famille cléricale de haut rang ou riche et puissante de Jérusalem, capable de mobiliser le peuple au combat. Paradoxalement, Jésus sortit d'une modeste famille du village lointain de Nazareth: «De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon?» (Jean 1:46). Un pauvre charpentier n'a pas convaincu l'orgueilleuse attente des Israéliens. Sa mission principale était de rétablir le judaïsme dans sa pureté originelle, spirituelle, le libérant de la politique en établissant le Royaume de la grâce des enfants de la promesse: «Mon royaume n'est pas de ce monde» avait dit Jésus. (Jean 18:36). Par Jésus, Dieu devait reconquérir son Trône dans le cœur des élus qui furent donnés de croire en lui pour la vie éternelle (Actes 13:48). Ce Royaume ne devait pas se limiter aux seuls juifs, mais à tous les hommes de bonne volonté du monde entier qui avaient été choisis dans son décret d'élection.

Jésus apparut parlant du Royaume de Dieu. Les juifs crurent en Lui en le voyant opérer des miracles, mais ils voyaient en lui le libérateur politique et militant. Au lieu de répondre à son invitation au repentir, c'est-à-dire de reconsidérer leur position face à la réalité spirituelle du Royaume, leur réaction devant ses miracles était nationaliste. Ils voulurent même le forcer à être le roi politique d'Israël, à rétablir le royaume de David, Lui qui était issu de la lignée de David. En effet, Jean, dans son Évangile, nous dit que les juifs, après le miracle de la multiplication des pains, crurent en Jésus, puisqu'ils dirent: «C'est vraiment Lui le Prophète qui doit venir dans le monde.» Mais leur réaction devant ce miracle ne fut pas spirituelle, vu que Jean ajoute: «Jésus se rendit compte qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi; alors Il s'enfuit de nouveau dans la montagne tout seul.» (Jean 6:14-15). Il faut souligner ce fait qui passe ici inaperçu: «Ils allaient venir l'enlever pour le faire roi... et Jésus s'enfuit.». Les juifs ne venaient pas «solliciter» Jésus, ni Lui «offrir» le royaume israélien, mais le Lui imposer. Il n'avait d'autre choix que la fuite devant ce qui faisait la trahison de sa mission. N'avait-Il pas déjà repoussé l'offre de l'empire israélien de la main du diable? (Matthieu 4:8-10), exactement et on peut même dire que cette tentation était une préfiguration de cet évènement avant qu'il se produise. Dans ces versets paraît le drame de Jésus car, devant sa persistance à renier le royaume d'Israël, les juifs finirent par le renier, à leur tour, comme Messie. Les nationalistes en voulurent à Jésus et le jugèrent non patriotique parce qu'Il n'avait pas mis sa puissance miraculeuse au service de la nation et du trône. Ils l'accusèrent de «tromper le peuple» (Jean 7:12). C'est que les juifs nourrissaient, en Le voyant agir et parler, de faux espoirs de restauration nationale: «Nous espérions, nous, que c'était Lui qui délivrerait Israël» dirent deux de ses disciples après sa mort (Luc 24:21). Voyant que Jésus ne satisfaisait pas leurs espoirs politiques, les chefs juifs conclurent que ses miracles étaient faits par la puissance du diable (Jean 10:20; Matthieu 12:24-28). Ils obtinrent enfin que Jésus soit crucifié car, par son messianisme spirituel qui galvanisait les foules, Il était devenu un obstacle à la réalisation de leurs buts politiques et nationalistes (Jean 7:37-52; 12:10-11). Pourtant, Jésus n'est pas le premier juif à avoir refusé d'établir un royaume israélien, sachant que cela était contraire à la volonté de Dieu. Gédéon, Samuel et plusieurs autres ne s'étaient-ils pas prononcés contre la réalisation d'un tel royaume, «Dieu étant l'unique Roi»?

Jésus eut beaucoup de mal à expliquer à ses amis les plus intimes son Royaume spirituel. À plusieurs reprises Il préparait ses Apôtres à sa mise en croix, non au combat contre Hérode et les Romains. Le Royaume dont Il leur parlait n'avait rien de politique et son langage n'a jamais été celui d'un nationaliste. Il ne parlait jamais du royaume de David mais du Royaume des Cieux. Eux s'attendaient à l'entendre dire par exemple: «Enfants d'Israël, vous les fiers descendants de Jacob et les héritiers de la Terre, suivez-moi, n'hésitez pas à prendre les armes et à libérer la terre de vos ancêtres, etc..» Mais ses discours étaient du genre: «Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux... heureux les doux... et heureux les miséricordieux.» (Matthieu 5:1-12)... «Il en va du Royaume des Cieux comme d'un homme qui a semé du bon grain dans son champ» (Matthieu 13) «... Aimez vos ennemis, priez pour vos persécuteurs...» (Matthieu 5:43-45). Aux Pharisiens qui lui demandaient «quand devait arriver le Royaume de Dieu» (d'après eux, le royaume davidique), Jésus répondit: «La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer et l'on ne saurait dire: «Le voici! Le voilà!». Car sachez-le, le Royaume de Dieu est en vous.» (Luc 17:20-21). Ce Royaume étant intérieur, il ne fallait donc plus en attendre un autre à l'extérieur, car un royaume terrestre est contre la volonté de Dieu. Nul en Israël ne s'attendait à ce genre de Royaume ni à ce messianisme. Le courant nationaliste avait séduit tous les juifs, les apôtres inclusivement, et une grande multitude innombrable en nos temps moderne, et cela depuis de nombreuses générations.

Afin d'instituer ce Royaume divin, il fallait briser l'idole qu'était le Messie politique. Jésus savait qu'il n'y parviendrait qu'au prix de son sang. Il prépara ses apôtres à ce dénouement dramatique: «Le fils de l'homme doit être livré aux mains des hommes et ils le tueront.» À ces mots, «ils furent tout consternés» (Matthieu 17:22-23), car, ne voyant encore en Lui qu'un Messie nationaliste, ils n'imaginaient pas que Jésus soit vaincu, mis à mort, sans rétablir le trône et la dynastie de David. Les apôtres eurent beaucoup de mal à saisir la dimension spirituelle du Royaume quoique Jésus demeurât avec eux durant trois années. Après sa Résurrection, il s'était encore montré vivant aux siens et «pendant quarante jours Il leur était apparu et les avait entretenus du Royaume de Dieu» (Actes 1:3). Malgré cela, ils continuaient de croire que ce Royaume était politique et lui demandèrent, juste avant l'Ascension: «Seigneur est-ce en ce temps-ci que tu vas restaurer le royaume royauté en Israël?» (Actes 1:6). Aussi ils ne purent comprendre la portée de sa réponse: «Ce n'est pas à vous de savoir les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité» (Actes 1:7), car elle s'adressait au royaume à venir de «la bête sortie de l'abîme» comme peuple de Satan (Apocalypse 17:8). Ce n'est qu'après avoir reçu l'Esprit Saint, qu'ils commencèrent à comprendre l'intention du Maître (Actes 1:7-8; 11:15-18; 15:7-11). Jésus devait remplacer, dans la mentalité de ses apôtres, la notion du messie sioniste par celle du Messie spirituel et universel des enfants de la promesse. C'est un subtil exorcisme qu'il fallait opérer. Il attendit trois ans et demi avant d'entamer cette délicate opération. D'abord, Il devait s'assurer que ses apôtres croyaient indéfectiblement en Lui comme Messie. Il fallait qu'Il manifestât sa puissance par les miracles pour donner aux disciples confiance en Lui. C'est ainsi, en effet, qu'ils crurent en Lui (Jean 2:11; Jean 6:14). C'est alors seulement qu'Il leur demanda: «Pour vous qui suis-Je?» Et Pierre, lui seul, eut le courage de répondre: «Tu es le Christ...». Jésus le loua, lui disant que cette révélation lui venait de Dieu (Matthieu 16:15-17). Le premier pas, à savoir garantir leur foi en lui comme Messie, était ainsi franchi. Néanmoins, pour Pierre et les apôtres, le messianisme de Jésus ne pouvait être que nationaliste; il est le Messie, oui, mais le messie guerrier! Pierre portait encore son épée lors de l'arrestation de Jésus! (Jean 18:10-11).

Le deuxième pas à franchir, le plus délicat, était la révélation de son messianisme spirituel; les apôtres ne pouvaient même pas l'imaginer. Jésus, après avoir obtenu de ses disciples, pour la première fois, la reconnaissance de sa qualité de Messie, pouvait franchir ce deuxième pas qui consistait à leur présenter son vrai visage de Messie spirituel, non nationaliste. C'est ce qu'il fit en leur annonçant, pour la première fois, sa prochaine mise à mort. Il leur déclara cela «à dater de ce jour» où ils Le reconnurent comme Messie, non pas avant, précise l'Évangile de Matthieu (Matthieu 16:21). C'était leur dire: Je suis le Messie, oui! Mais je ne restaurerai pas de royaume politique. Pour que vous le compreniez, je serai livré à la mort. La réaction spontanée de Pierre était de rejeter cette annonce inattendue: «Dieu t'en préserve Seigneur! Non, cela ne t'arrivera point!». Cela lui a valu une sévère réprimande du Christ: «Éloigne-toi de moi, Satan. Tu m'es un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes» (Matthieu 16:21-23). La réaction de Pierre est due, justement, au fait que les disciples ne pouvaient pas, à ce moment, concevoir que le Messie, le futur roi d'Israël et le sauveur de la nation, finisse sur une croix, comme un vulgaire criminel, eux qui l'imaginaient déjà sur le trône d'Israël, inaugurant la nouvelle dynastie davidique. Le Messie, le roi d'Israël, mourir sur une croix? Jamais! Lui qui doit détrôner Hérode et chasser les Romains! Les apôtres «ne comprenaient pas cette parole: elle leur demeurait voilée» (Luc 9:44-45). Il fallait que les apôtres subissent de la part du Maître un réel lavage de cerveau, un «baptême de l'Esprit», un bain de régénération par la Sainte Présence de Christ en eux pour transformer leur entendement. Il ne pouvait changer leur mentalité que sur la croix. Il fallait que meure ce Messie auquel ils croyaient, et cela sans restaurer de royaume israélien. Alors, leur foi en Lui comme Messie — non plus nationaliste, mais spirituel et universel selon l'accomplissement de la promesse — devait continuer à vivre en eux; ce qu'ils ne comprirent que plus tard, après la crucifixion de Jésus. Ainsi, par la mort de Jésus, s'écroule, dans l'esprit de ses disciples, l'idole sioniste. Par sa mort, Jésus triompha de la mort qu'est ce nationalisme: «J'ai vaincu le monde» dit Jésus la veille de sa crucifixion (Jean 16:33). Cette victoire glorieuse impliqua par nécessité l'accomplissement de la loi en faveur des enfants de la promesse pour les délivrer de son fardeau et de sa condamnation, ce qui est l'instauration du Royaume spirituel de l'Israël de Dieu, l'Église de Jésus-Christ, c'est-à-dire de «la convocation à renaître» des élus pour entrer dans une nouvelle vie par la Sainte Présence de Christ en eux. Tel est le Royaume de Dieu proclamé par Jésus et par les apôtres qui, par après, furent réveillé à sa réalité comme nous voyons dans les enseignements de l'apôtre Paul qui en reçu la révélation pour nous la transmettre dans ses écrits.

Après la mort de Jésus, en effet, les apôtres continuèrent à croire en Lui comme Messie. Ils découvrirent ainsi la dimension spirituelle et universelle de la grâce du salut envers les élus seulement qui se trouvent parmi les peuples de toutes les nations de la Terre. Dieu n'est plus le monopole des juifs, Il appartient désormais au monde entier, ce qui ne veut pas dire «à tous les hommes», mais «à tous les élus parmi les hommes»: «Dieu est-il le Dieu des juifs seulement, et non point des Païens. Certes, également des Païens» (Romains 3:29). Par contre, les nationalistes endurcis, ceux pour qui Jésus était «une occasion de chute» (Matthieu 11:6), et une «pierre d'achoppement» (Romains 9:30-33), furent choqués par son manque de «patriotisme» et le renièrent. Il y a lieu de distinguer entre un nationalisme religieux coupable, créé au nom d'une croyance particulière — celui-ci est condamné par Dieu — et un patriotisme légal indépendant de la foi qui est rejeté de la grâce. À noter que le messie sioniste représente tout esprit matérialiste et dominateur, que ce soit de la part des rois, des présidents, des premier-ministres, ou des pasteurs. Cet esprit a séduit d'innombrables chrétiens le long des siècles. Ceux-ci n'ont rien compris à la Croix du Christ, en effet la majorité en sont des ennemis. Tous les matérialistes suivent l'esprit du messie sioniste et meurent dans leurs péchés comme les juifs qui refusèrent, par le passé, de croire en Jésus comme étant le Père Éternel manifesté dans la chair (Jean 8:21-24), le Messie promit depuis le début des temps (Genèse 3:15).

Quant à Judas Iscariote, le prétendu apôtre qui trahit le Christ, il n'a jamais suivi Jésus par conviction spirituelle, mais par intérêt matériel. Cela ressort des paroles de Jean à son propos: «C'était un voleur et que, tenant la bourse, il dérobait ce qu'on y mettait» (Jean 12:6). Judas, décrit comme étant un vrai démon par le Seigneur Jésus (Jean 6:70-71), croyait que Jésus était le Messie nationaliste. Son unique ambition était de voir restaurer le royaume davidique par Jésus, afin d'y avoir une position de prestige (ministre des finances par exemple). Les miracles de Jésus et ses discours spirituels le laissaient spirituellement indifférent. Il n'y voyait qu'un moyen pour rétablir le royaume politique et réaliser ses propres ambitions matérielles. Son indifférence masquée vis-à-vis des œuvres et des paroles du Christ apparaît dans le jugement de Jésus sur Judas après le miracle de la multiplication des pains et son discours sur le Pain de Vie: «Il en est parmi vous qui ne croient pas. Jésus savait en effet qui étaient ceux qui ne croient pas et qui était celui qui le livrerait... Dès lors, nombre de ses disciples se retirèrent et cessèrent de l'accompagner. Jésus dit alors aux Douze: Voulez-vous partir vous aussi? Simon-Pierre Lui répondit: Seigneur à qui irions-nous. Tu as les Paroles de la Vie Éternelle. Jésus reprit: Ne vous ai-je pas choisis, vous les Douze? Pourtant l'un de vous est un démon. Il parlait de Judas, fils de Simon Iscariote; c'est lui, en effet, qui devait le livrer, lui, l'un des Douze» (Jean 6:64-70). Judas aurait mieux fait de se retirer dès ce moment avec les incroyants comme lui. S'il est demeuré avec le groupe, c'est encore, et uniquement, dans l'espoir de réaliser ses ambitions matérielles. Quand Judas eut la certitude que Jésus ne comptait pas établir un règne politique, et qu'il ne pouvait plus rien tirer de Lui, il décida de le livrer (Jean 13:2). Il est important de réaliser que le rôle de Judas fut déterminé d'avance de toute éternité et que Judas fut prédestiné dans le décret de réprobation à trahir Christ pour l'accomplissement de la promesse. Rien, absolument rien échappe à la souveraineté absolue du Dieu Tout-Puissant, tout à été préfiguré d'avance pour la gloire de son nom et de sa justice.

L'intérêt matériel de Judas primait sur toute autre considération, cela se voit dans son désir de livrer Jésus pour au moins obtenir un certain profit pécuniaire. En effet, «Il alla trouver les grands prêtres (qui cherchaient l'occasion d'arrêter Jésus par ruse) et leur dit: «Que voulez-vous me donner, et moi je vous le livrerai?» Ceux-ci lui versèrent trente pièces d'argent» (Matthieu 26:14-15). Judas est la concrétisation du drame de Jésus. Après le drame de la croix, les pèlerins d'Emmaüs étaient consternés à propos de la crucifixion de Jésus, déçus de sa mort car, dirent-ils: «Nous espérions, nous, que c'était lui qui délivrerait Israël» (Luc 24:21). C'est qu'ils s'attendaient à une délivrance politique et non spirituelle. Lors de l'Ascension du Seigneur Jésus lorsqu'il fut exalté dans sa gloire première devant les apôtres qui en étaient témoins, certains toutefois doutèrent (Matthieu 28:17). Quelle était la nature de ce doute? Ils doutèrent de Lui comme Messie vu qu'Il n'avait pas restauré le Royaume en Israël et ce doute persiste jusqu'à nos jours. Aujourd'hui, le drame de Jésus se renouvelle par la résurgence du nationalisme juif, incarné dans l'État d'Israël moderne. Cet État a séduit des foules de chrétiens menées à le soutenir aveuglément. Et ceci, malgré la mise en garde de Jésus: «Prenez garde qu'on ne vous abuse lorsque vous verrez l'Abomination de la Désolation installée dans le Saint Lieu (Terre Sainte, Jérusalem). Ne le croyez point.» (Matthieu 24:4-15; Luc 21:7-8). Et pourtant, ils y crurent et y croient encore! Le christianisme contrefait moderne a été séduit et attend encore la réalisation d'un royaume sioniste qui, selon eux, sera instauré dans le faux Israël qui surgit de la terre des nations en 1948 (Apocalypse 13:11; 17:8).


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés