Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
148 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1557Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Publicité point liée à GoDieu.com

La postérité du serpent-3


mai 12, 2014 par GoDieu

 


Chapitre 3


La confrérie du serpent

De nos jours, nous entendons les rumeurs les plus insensées concernant les Reptiliens, comment ils nous manipulèrent génétiquement dans les temps anciens, comment ils contrôlent le monde, etc. Malheureusement, la plupart des commentaires sur le Programme Reptilien finissent toujours par faire beaucoup de publicité aux envahisseurs à écailles dont l'influence s'en trouve considérablement surfaite. Les récits de la «race du serpent» dans les anciennes cultures sont tout simplement innombrables, et le serpent — le reptilien — symbolisme en relation avec des Annunakis imaginaires et d'autres «dieux» similaires, est aussi largement répandu. Nous en avons un exemple dans la Bible avec le serpent dans le «Jardin d'Éden»: cette histoire qui se retrouve aussi dans des récits Sumériens a clairement été adaptée des Saintes-Écritures, et non le contraire comme se l'imaginent les timbrés qui se veulent descendants d'une race de squameux dont le corps est couvert d'écailles. D'après un faux historien, Zecharia Sitchin, dans un livre qu'il publia en 1976 qui s'intitule «La Douzième Planète» (voir: Nibiru et Anunnakis), les archives sumériennes affirment que les anunnakis étaient des reptiliens bipèdes parfois représentés sous l'aspect de lézards, ils auraient créé génétiquement l'Homo Sapiens il y a plus de 400 000 ans, puis seraient revenus beaucoup plus tard voir le résultat de leur travail génétique, il y a 10 à 15 000 ans de cela. Ils auraient été éblouis par la beauté des terriennes avec lesquelles ils s'accouplèrent et créèrent des êtres hybrides. Cette notion fantaisiste se rapporte aux passages de Genèse 6:1-2 où nous voyons qu'il s'agit de fils de Dieu et non de reptiliens venu de l'espace. Pouvez-vous vous imaginez un instant que nos descendants auraient l'apparence de cette image que nous avons créé pour vous donnez un aperçu de cette notion ridicule? Mieux dans un tel cas demeurer avec le singe de Darwin qui aurait évolué en babouin africain pour finalement se métamorphosé en une race de nègres surexcités qui s'imaginent être le nombril du monde, car apparemment, selon les savants en la matière, dans le dessin de l'évolution l'Afrique serait le berceau du monde. Non que cette notion soit meilleure que l'autre, car les deux dérivent de contresens qui témoignent des anomalies d'une imagination débridée.

La descendance édénique reptilienne

La descendance édénique reptilienne,
enfants d'Ève, femme d'Adam, postérité du serpent.
(Y voyez-vous votre arrière grand-père et grand-mère?)

Parmi tous les animaux vénérés par les hommes de la préhistoire, aucun ne l'était de façon aussi marquante et significative que le serpent et cela parce que le serpent était le symbole d'un groupe qui avait acquis une grande influence dans les premières civilisations sur les deux hémisphères de notre planète. Pour les adeptes de la théorie reptilienne, il s'agissait d'une confrérie savante qui s'était donnée pour but de répandre des connaissances spirituelles et d'atteindre la liberté au niveau spirituel, c'était ce qu'ils nomment la «CONFRÉRIE DU SERPENT». On nous dit que le mot originel de la Bible pour serpent est «nahash», et qu'il tire son origine de NHSH, ce qui signifie «déchiffrer, trouver». Nous n'en doutons aucunement, par contre ce qu'ils ne disent pas est que ce même mot signifie aussi «l'esprit, être brillant, l'intellect ou intelligence, la faculté de raisonner ou le raisonnement, être lucide ou pénétré de lumière, la réflexion», tous des traits qui caractérisent la nature humaine et non une nature reptilienne qui existerait à part l'être humain dans les confins de l'univers. Toutefois selon ces mythomanes de la Voie Lactée qui nous accuserons d'être «lactose intolérant», le prince rebelle EA, dieu sumérien, fut le fondateur de cette «Confrérie du Serpent». Dans les anciennes tablettes mésopotamiennes, on lit apparemment qu'Ea et son père Anu possédaient une grande compréhension éthique et spirituelle. Ce serait précisément ce savoir qui aurait été symbolisé, plus tard, dans l'histoire biblique d'Adam et Ève. Selon les interprètes de la thèse reptilienne, il est supposément dit dans des anciens textes mésopotamiens, égyptiens et bibliques, que le serpent (la Confrérie du Serpent) aurait été vaincu bientôt par d'autres groupes d'extra-terrestres régnants. Ea aurait été banni sur Terre et calomnié par ses adversaires qui voulaient s'assurer qu'il ne retrouverait plus jamais d'adeptes parmi les hommes. De «prince de la Terre» il passa à «prince des ténèbres» et fut affublé aussi de surnoms horribles tels que prince de l'enfer, incarnation du mal, diable. Encore selon la même interprétation loufoque, la caste dominante des extraterrestres est reptilienne. Les entités à peau beige ou blanche sont appelés «Les Dracos» d'où nous avons le mot «dragon». Les autres entités reptiliennes étaient supposément des êtres verts, et certains sont bruns, et pourquoi pas toutes les couleurs de l'arc-en-ciel pour plaire à la communauté gay car sûrement il y avait un grand nombre de dépravés parmi les reptiliens. C'était supposément une race ancienne de la Terre, vivant souterrainement dans les trous et cavernes de l'imagination fertile des mythomanes. Un de ces Dracos ou Dragons pourrait avoir été une des entités Draconienne qui tenta Ève dans le Jardin d'Éden, car elle était la plus belle des femmes aux yeux de ces pervers qui voulaient la violer. Les Reptiliens se considéreraient justement eux-mêmes comme des terriens «autochtones» et se réservaient tous les droits d'appartenance sur ce qui se trouvait sur la terre. On peut dire ainsi qu'ils ont été les inventeurs du copyright ou droits d'auteur, droits qu'ils auraient volés au Dieu Créateur. Ils seraient ceux qui sont appelés «les anges déchus» dans la mythologie dite chrétienne qui est imprégnée de notions babyloniennes, et que les crédules et les arriérés du christianisme contrefait prennent pour la vérité.

Mais le ridicule ne cesse pas à ce point, ils ajoutent l'aberration suivante: «Les Élohim sont une race très ancienne, peut-être même la plus ancienne de l'univers, du moins, à notre connaissance.» Or «Élohim» est le nom de Dieu et quoiqu'il soit un terme singulier qui indique un pluriel, tout comme le mot «famille» ou encore comme le mot «communauté», il est loin d'indiquer l'existence d'une race reptilienne ou de quelques autres races que ce soient, d'insectes intelligentes à apparence humaine ou de végétaux pensant et marchant sur la terre, tous issues de l'imagination maladive de ces mythomanes qui regardent trop de films de science-fiction et qui ne peuvent plus distinguer la réalité de leurs rêveries abominables. Mais poursuivons avec leurs insanités, ils nous disent que «c'est à eux (les Élohim) que nous devons d'avoir eu à supporter le poids du péché originel (relation sexuelle entre Ève et le serpent), car pour leur survie, ils avaient besoin de notre ADN et de celui de nos animaux et de nos plantes, pour pérenniser leur race de reptiliens. Le serpent qui était le plus rusé des animaux, tenta ÈVE soi-disant, dans le jardin d'Éden. Ils sont les rois des manipulations génétiques et nous leur devons la création d'êtres hybrides, humano-reptiliens, que nous ne pouvons pas reconnaître parce qu'ils nous ressemblent.» Nous sommes en plein délires d'une psychose avancée, à vrai dire nous avons la preuve irréfutable que les fous ne sont pas tous dans des asiles d'aliénés mentaux. Par «êtres hybrides, humano-reptiliens» les mythomanes de la théorie reptilienne se réfèrent à Genèse 6:4 qui dit: «Les géants étaient sur la terre, en ce temps-là, et aussi dans la suite, parce que les fils de Dieu venaient vers les filles des hommes, et elles leur donnaient des enfants: ce sont ces hommes puissants qui, dès les temps anciens, furent des gens de renom.» Mais le terme «géants» dans ce texte ne signifie pas une race d'hybrides, ce mot provient du terme Hébreu «nephil» qui devient par extension «Nephilim» et dont l'étymologie est «ceux qui sont tombés», c'est-à-dire «ceux qui sont rejetés» ou plus précisément «les disgraciés». Ceci est confirmé par la racine du mot qui est «naphal» utilisé dans Genèse 4:5: «Mais il n'eut point égard à Caïn, ni à son oblation; et Caïn fut fort irrité, et son visage fut abattu (naphal).» Ce terme signifie littéralement «être rejeté» ou plus précisément «être disgracié». La traduction courante «son visage fut abattu» signifie selon le sens Hébreu «sa présence fut rejetée» pour indiquer que Caïn fut disgracié ou rejeté de la grâce à cause de son sacrifice qui représente les œuvres de la chair. En d'autres mots, Caïn chercha à justifier son comportement par des bonnes œuvres pour plaire à Dieu, lorsque personne ne peut être justifié par les œuvres (Galates 2:16; 3:11; 5:4). La fin du passage de Genèse 6:4 qui dit: «elles leur donnaient des enfants: ce sont ces hommes puissants qui, dès les temps anciens, furent des gens de renom» détient un sens beaucoup plus clair dans l'Hébreu et peut se traduire: «elles leur engendrèrent des ouvriers: ces mêmes devinrent des puissants intrépides qui, dès les temps anciens, furent des décadents réputés.», rejoignant ainsi la notion de «disgraciés». Nous sommes loin ici d'une race d'hybrides d'humano-reptiliens proposée par les insensés de la théorie reptilienne; et même loin de la notion chrétienne qui voit dans les fils de Dieu mentionnés dans le contexte de ces mêmes passages, des anges déchus rejeté du ciel qui auraient eu des relations sexuelles avec les femmes de la terre, rejoignant ainsi les allégations absurdes et aberrantes de la théorie reptilienne. Dire que des chrétiens détiennent une telle notion est vraiment un blasphème odieux et répugnant, et indique que ceux qui la soutiennent sont généralement des imposteurs.

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2020 GoDieu.com - Tous droits réservés