Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
450 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1620Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

La T.U.L.I.P.E. - Chapitre 4


février 25, 2009 par GoDieu



Chapitre 4

UNICITÉ DE L'ÉLECTION INCONDITIONNELLE

A — L'Élection inconditionnelle ou la double prédestination

Le caractère unique ou l'unicité de l'élection inconditionnelle est que Dieu a choisi certains individus avant la fondation du monde pour qu'ils soient sauvés dans le but de manifester sa gloire, et selon la réprobation il a prédéterminé les autres à la perdition, de les exclure de la grâce et de les punir pour leurs péchés dans le but de manifester sa justice (Romains 8:28-29; 9:22-23; Éphésiens 1:4-5,11; 2 Timothée 1:9; Proverbes 16:4; 2 Pierre 2:9; Jude 1:4). Ce choix était uniquement motivé par sa propre volonté souveraine (Romains 9:15-16,18; Éphésiens 1:5; 2 Timothée 1:9). Il n'a pas choisi certains pécheurs parce qu'il prévoyait une réponse ou une obéissance de leur part, comme la foi, la repentance, etc. Au contraire, Dieu accorde la foi, la repentance, et la sanctification à chaque individu qu'il a choisi (Actes 13:48; Philippiens 1:29; 2:13; 2 Timothée 2:25). Ces actes sont le résultat et non la cause du choix de Dieu (Philippiens 1:6). L'élection ne fut donc pas conditionnées par quelque qualité vertueuse ou quelque action prévue dans l'homme (Romains 7:18). Ceux que Dieu a élus souverainement au salut avant même la fondation du monde, il les amène par la puissance de l'appel irrésistible de l'Esprit à recevoir Christ comme Sauveur et Seigneur (Jean 6:68; 10:3-4,27). Ainsi, c'est le choix du pécheur de la part de Dieu, et non le choix de Christ de la part du pécheur, qui est la cause ultime du salut (Jean 1:12-13). Le choix appartient à Dieu et non à l'homme.


B — Source et importance de l'Élection

Il est évident que tous les Six Points du Souverainisme sont d'une importance capitale. En effet, si n'importe quels des Six Points du Souverainisme étaient niés, notre héritage spirituel serait complètement perdu. Or il est certain que la vérité de l'Élection Inconditionnelle est le solide fondation de chacun d'eux. Cette vérité est la pierre angulaire de la foi biblique et chrétienne. C'est la base de la vérité de Dieu au sujet de notre salut. C'est le coeur et le noyau mêmes de l'Évangile de la Souveraineté de Dieu. C'est la base de toute la consolation et de l'assurance du peuple de Dieu au milieu du monde. Elle seule inspire dans les coeurs des fidèles l'espoir brûlant de la vie éternelle. Il n'y a aucun doute que c'est précisément pour cette raison, qu'aucune autre vérité dans toute l'histoire du christianisme, ne fut attaqué si vicieusement avec consistance que la vérité de l'Élection Inconditionnelle. Mais aucun homme ne peut jamais prétendre être Chrétien ou Souverainiste sans qu'il tienne fermement son engagement envers cette vérité précieuse.

Nous sommes généralement portés à retracer cette vérité de l'Élection Inconditionnelle au temps de la Réforme de Calvin. Mais ce n'était pas Calvin qui était le premier pour développer cette vérité. Or, tout comme avec la vérité de la Dépravation Totale, il en est ainsi avec cette vérité. St. Augustin, qui vivait plus d'un millénium passé, au cinquième siècle, en avait déjà parlé. En cela il reprenait l'enseignement de l'apôtre Paul. Mais le premier à parler d'elle ne fut nul autre que le Seigneur Jésus-Christ Lui-même :

« ...car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus » Matthieu 20:16 (Bible Martin)

« Ce n'est pas vous qui m'avez élu, mais c'est moi qui vous ai élus... » Jean 15:16

« ...il nous a élu en lui avant la fondation du monde... » Éphésiens 1:4 (Bible Ostervald)

Dans les âges sinistres entre Augustin et Jean Calvin, nous trouvons que très peu ont maintenu cette vérité avec l'accent qu'Augustin y avait placé. Ce ne fut point avant la période de la Réforme Protestante que la vérité de la prédestination souveraine fut amenée d'avant. Le Réformateur Martin Luther l'a cru, l'a maintenu, et l'a enseigné avec emphase. Mais Luther ne la fit jamais une partie intégrale de sa théologie. Le souci d'importance capitale pour Luther était la vérité de la Justification par la Foi, et il n'élabora point la vérité de la prédestination souveraine dans toutes ses spécifications scripturaires. Ce travail a été effectué par Jean Calvin. Et, en effet, s'il y avait une raison pour laquelle Calvin fut détesté, c'est parce qu'il maintenait fortement la vérité de l'Élection Inconditionnelle sans broncher. Toutefois cette Réforme était une Réforme de l'Église, une Réforme Orthodoxe des institutions et des structures de la foi dans un contexte religieux rigide, ce qui était nécessaire pour ce temps. Mais la Réforme des Derniers Temps est une Réforme Marginale, une Réforme de la foi dans les coeurs et les foyers qui n'a aucune institution sauf la famille, aucune forme sauf la Bible, et aucune loi sauf la loi de l'amour, de la vérité, et de la liberté.

Ce fut dans la dernière partie du temps de la Réformation et au début du 17ème siècle que cette vérité essentielle de l'Élection Inconditionnelle fut attaquée par Arminius. Professeur de théologie à l'université Réformée de Leyde, il avait étudié à l'Académie de Genève ; mais néanmoins il répudia ouvertement la vérité de la prédestination. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi les Arminiens enseignent l'élection conditionnelle. Ils ne croyaient point en la doctrine de la Dépravation Totale pour commencer. Ils ont voulu préserver chez l'homme la liberté de sa volonté — la puissance de la volonté de l'homme de choisir le bien, d'accepter librement l'offre de l'Évangile selon son propre choix. Ce fut leur prétention que Dieu, de sa part, aimait tous les hommes, et que la haine et la colère furent étrangère à la nature de Dieu, et que c'était l'intention et le désir de Dieu de sauver tous les hommes, et qu'ainsi, Dieu rendit le salut disponible et accessible à tous les hommes par le rachat universel — une croix universelle sur laquelle le Christ est mort pour les péchés de tous les hommes. Mais il est clair que dans un système tel que celui proposé par les Arminiens, qu'il n'y a aucune place pour l'Élection Inconditionnelle. Tandis que les Arminiens cherchaient à maintenir le langage Réformé et scripturaire en parlant de l'élection, ils tranchèrent le coeur de cette vérité importante et merveilleuse en insistant sur le fait que l'élection est conditionnelle. Dieu choisit ceux qu'il sait d'avance vont croire, disent les Arminiens. Dieu a élu ceux qu'il sait accepteront de leur propre choix l'Évangile qui leur est offert. Dieu a élu ceux qu'il sait accepteront l'Évangile par un acte de leur propre volonté et qui persévéreront également de cette manière dans l'Évangile et garderont par eux-même cette foi qu'ils ont exercée. L'élection devient ainsi basée sur l'oeuvre de l'homme et non sur la souveraineté de Dieu. Ainsi, faisant de la foi une faculté intellectuelle et du salut une décision personnelle, l'homme demeure le maître de son destin et la dignité de l'homme est préservée au détriment de la vérité. La JUSTIFICATION PAR LE CHOIX et non LA JUSTIFICATION PAR LA FOI devient ainsi l'essence de l'élection conditionnelle de l'Arminianisme. N'est-ce pas une répétition des évènements qui se produisirent dans le jardin d'Éden quand la femme fut tentée par Satan d'utiliser son libre choix afin de déclarer son indépendance pour qu'elle et son mari deviennent comme des dieux ? Il n'y a rien de nouveau sous le soleil, nous dit l'Ecclésiaste.

L'élection est donc ce décret de Dieu par lequel, d'une liberté souveraine, il choisit un seul peuple pour lui-même dans lequel il détermina de mettre son amour, et lequel il délivra du péché et de la mort par Jésus-Christ, pour participer à sa gloire éternelle. Il est important de spécifier que Dieu a un seul peuple de disposés au salut, non un peuple national, mais celui des élus qui est appelé irrésistiblement d'entre tous genres d'hommes. Cette élection est souveraine, elle est le choix souverain et libre de Dieu. Cette élection est éternelle tout comme le conseil de Dieu est éternel. Cette élection est inchangeable tout comme le conseil de Dieu est inchangeable. Cette élection est efficace de sorte que le décret de l'élection lui-même soit, par Christ, la puissance par laquelle les élus sont sauvés réellement.

En changeant l'élection inconditionnelle pour une élection conditionnelle, le coeur de la vérité du salut est détruit parce que la puissance de la grâce souveraine est reniée comme puissance par laquelle Dieu sauve ceux qu'il a choisis de lui appartenir éternellement. La rédemption particulière ou rachat limité est ainsi rejeté, quoiqu'on enseigne cette vérité sur chaque page de l'Écriture. Conséquemment la dépravation totale est rejetée aussi et à l'inverse plusieurs choses louables sont trouvées en l'homme, dont la principale est sa capacité de coopérer dans l'oeuvre du salut. C'est l'élection conditionnelle qui prépare le terrain pour toutes les autres hérésies. Tout entre en ligne de compte. Le choix de Dieu n'est donc plus souverain, mais dépend de ce que l'homme fera avec le salut que Dieu lui offre affectueusement, mais qui ne lui appartiendra pas s'il ne l'accepte ou le rejette par son propre pouvoir.


C — La vérité de la Réprobation

Dans ce contexte, nous devons mentionner aussi la vérité de la Réprobation. En premier lieu, on doit souligner que la vérité de l'élection et de la réprobation se tiennent ou tombent ensemble. Nier l'élection est de nier la réprobation. Nier la réprobation est de nier l'élection. Croire en l'élection est de croire en la réprobation. Croire en la réprobation est de croire en l'élection. Il n'y a aucun compromis sur ce point. Calvin a une très belle citation sur ce sujet dans ses Instituts. Il écrit dans le Livre III, Chapitre XXIII, Para. 1 :

« Plusieurs, en effet, comme s'ils voulaient éviter la haine de Dieu, admettent l'élection d'une telle façon à nier que certains sont réprouvés. (C'est le cas de la grande majorité des Baptistes et des mouvements dits Évangéliques qui se refusent l'appellation de Arminiens.) Mais ceci est puéril et absurde, parce que l'élection elle-même ne pourrait pas exister sans avoir son opposée dans la réprobation. Dieu sépare ceux qui sont sauvé de ceux qui sont perdu. Ceux que Dieu laisse de côté il les réprouve, et cela pour aucune autre cause que sa détermination de les exclure de l'héritage qu'il a prédestiné pour ses enfants. Or l'irritabilité des hommes est intolérable, si elle refuse d'être retenue par la Parole de Dieu qui traite de son conseil incompréhensible, adorés par les anges eux-mêmes. »

Le décret de Dieu sur la réprobation est également un décret de son conseil souverain, éternel et inchangeable. Selon ce décret dans lequel nous voyons que la Chute fut prédéterminée d'une manière absolue, Dieu détermina de révéler sa justice, sa colère, et sa haine du péché, et de cette façon la sainteté de son propre être divin, dans des vaisseaux de colère préparés pour la destruction et punis éternellement dans l'enfer en raison de leurs péchés.

Il n'est pas du tout étrange que cette vérité de la double prédestination soit niée presque universellement. Aujourd'hui il est évident que ceux qui adoptent la position Arminienne ne parlent plus aucunement de la prédestination. Cette vérité divine, longtemps négligée, ne se retrouve plus dans le christianisme moderne apostasié, car l'Arminianisme n'a pas de place pour la prédestination, ni désirent-ils la reconnaître. Et quand ils lui donnent quelques assentiments prétentieux, ce n'est que pour en torde le sens à leur propre perte, confirmant ainsi leur réprobation sans qu'ils le réalisent.

Plusieurs nient la vérité de la double prédestination en soulevant des objections contre la doctrine. Ces objections sont aussi anciennes que la doctrine elle-même. Les mêmes objections que nous entendons aujourd'hui ont déjà été formulées aux jours d'Augustin — en effet, aux jours même de l'apôtre Paul. Une catégorie de ces objections se résume en une charge de fatalisme. Il est dit que la vérité de la double prédestination est fataliste et qu'elle est semblable à l'horrible doctrine de l'Islam. Mais l'Islam n'a aucune place dans sa théologie pour un Dieu d'amour, ni pour un Rédempteur. Ces objections, qui proviennent surtout des mouvements Évangéliques et Oecuméniques, veulent signifier que la vérité de la double prédestination rend les hommes négligents et en fait des pécheurs profanes. Cette doctrine réveille chez les hommes l'affirmation : "laissez-nous péché que la grâce surabonde." Cette doctrine force les hommes à dire : "Si je suis un élu, je vais aller au ciel que ce soit quoique je fasse — même si je commets les péchés que je désire faire. Ainsi je m'amuserai dans cette vie, parce que mon péché ne peut pas changer mon élection. Et, d'autre part, si je ne suis pas un élu, je n'irai pas au ciel même si je vis une bonne vie. Par conséquent j'irai sûrement en enfer si je suis un reprouvé quoique je vive saintement. Donc, je suis aussi bien jouir de la vie et péché autant que possible. Rien ne peut changer la détermination éternelle de Dieu." Ainsi, il est dit, la doctrine de la double prédestination selon la Souveraineté de Dieu détruit la responsabilité de l'homme et la raison de son existence, et fait de lui qu'un stock vendu aux enchères.

Cet enseignement de la Réprobation ne peut être accepté par ceux qui cherchent à se justifier devant Dieu par leur conduite ou leurs mérites. Ainsi ils soulèvent contre Dieu l'accusation d'être injuste, comme si Dieu leur devait le Salut éternel, malgré leur rébellion. Ceci ne se justifie nullement, nous dit A.R. Kayayan, "Révélation et Connaissance du Salut". « On pourrait parler d'injustice de Dieu si l'homme pouvait avoir une quelconque prétention par rapport à Dieu. Mais la situation est totalement autre. Car tous les hommes, sans exception, ont abandonné Dieu pour s'adonner au péché. Personne n'a le droit de contester Dieu pour son élection ou sa réprobation. Dans le contexte de la Prédestination, Dieu serait injuste s'il n'avait pas appelé les élus au salut (Matthieu 20:14-15; Romains 9:14-15). La doctrine du Salut par la Grâce est nulle autre que la doctrine de la Prédestination qui comporte deux parties : l'Élection et la Réprobation. La doctrine de l'élection laisse entendre, naturellement, que Dieu n'a pas choisi ou élu tout le monde pour être sauvé. S'il a décidé de sauver les uns, il a aussi décidé de réprouver ou de ne pas sauver les autres. La réprobation peut être définie comme « le dessein éternel de Dieu d'exclure certains hommes de sa grâce spéciale pour les punir à cause de leurs péchés pour manifester sa justice ».

Plusieurs faux chrétiens s'opposent avec véhémence à la doctrine de la Réprobation, prétendant qu'elle n'est pas enseignée dans les Écritures. Mais la Parole de vérité renverse leur faux raisonnement : "Car avant que les enfants fussent nés, et qu'ils eussent fait ni bien ni mal, afin que le dessein arrêté selon l'élection de Dieu demeurât, non point par les oeuvres, mais par celui qui appelle, il lui fut dit : le plus grand sera asservi au moindre. Ainsi qu'il est écrit : J'ai aimé Jacob, et j'ai hais Ésaü. Que dirons-nous donc ? Y a t'il de l'iniquité en Dieu ? À Dieu ne plaise !" (Romains 9:11-14) ; "Et qu'est-ce si Dieu, en voulant montrer sa colère, et donner à connaître sa puissance, a toléré avec une grande patience les vaisseaux de colère, préparés pour la perdition ; et afin de donner à connaître les richesses de sa gloire dans les vaisseaux de miséricorde, qu'il a préparé pour la gloire" (Romains 9:22-23) ; "L'Éternel a fait tout pour soi-même, et même le méchant pour le jour de la calamité" (Proverbes 16:4) ; "La Pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, est devenue la Pierre maîtresse du coin, une Pierre d'achoppement, et une Pierre de scandale ; lesquels ceux-ci se heurtent contre la Parole, et sont rebelles ; à quoi aussi ils ont été destiné" (1 Pierre 2:7-8) ; "Car quelques-uns se sont glissés parmi vous, qui dès longtemps auparavant ont été écrits pour une telle condamnation ; gens sans pitié, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renoncent le seul dominateur Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur" (Jude 1:4; Version Martin).

D'autres qui suivent la Théologie Libérale de Karl Barth, comme nous voyons chez les sectes Baptistes du Québec (SEMBEQ), prétendent que la Réprobation dépend uniquement de l'homme qui rejette la révélation de Dieu en Christ ; doctrine qui est appuyé sur le libre choix de l'individuel, et que nous avons démontré être fausse. Selon Daniel G. Reid, "Dictionary of Christianity in America", la Théologie Libérale de Karl Barth (1886-1968) avec son nouveau modernisme, exerça un impact considérable sur le Protestantisme Américain et sur le mouvement évangélique ; mais elle fut rejetée par le grand théologien Réformé Cornélius Van Til comme une perversion de la vérité. On ne peut donc point s'étonner de voir ce poison s'infiltrer dans tous les adeptes du libre choix qui prétendent être chrétiens, au détriment de la vérité biblique.


Marque de commerce © 1999-2021 GoDieu.com - Tous droits réservés