Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
153 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1541Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Gestion de contenu (CMS)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Publicité point liée à GoDieu.com

La version du Nouveau Testament dite de Lausanne-01


juin 29, 2014 par GoDieu


La version du Nouveau Testament dite de Lausanne

Première Partie

Histoire


Chapitre I

Le projet

Il y a bientôt de cela quarante ans.

C'était le mardi 2 d'octobre 1827, dans une maison de Lausanne bien connue par son hospitalité chrétienne. Là se rencontrèrent vingt-deux ministres de la Parole de Dieu, qu'avaient rassemblés la réunion mensuelle des missions et la convocation des collaborateurs de la Feuille religieuse.

Après une exposition lucide et animée du pasteur L. Gaussen, de vénérable mémoire, et dans un entretien sérieux auquel prirent part plusieurs des assistants, il fut unanimement et sans difficulté reconnu «qu'il était urgent de faire reparaître la meilleure de nos anciennes versions, et de prévenir ainsi la fâcheuse circulation des nouvelles Bibles de Genève 1805 et de Lausanne 1822 (1); que la meilleure de nos traductions françaises était l'ancienne version de Genève; mais que son langage ayant vieilli, il était indispensable d'y introduire des corrections, au moins à cet égard».

En conséquence, l'assemblée se proposa un plan d'opération dont voici l'essentiel:

«La version de Genève, édition de 1712, sera revue, corrigée et réimprimée par une réunion de ministres attachés aux doctrines fondamentales de l'évangile, telles qu'on les trouve formulées dans la Confession de foi helvétique (2). On s'appliquera toujours à conserver le caractère antique de la diction, partout où la vétusté du langage n'exigera pas quelque changement, et si les éditions plus anciennes de cette même version paraissent avoir mieux conservé l'esprit de l'original, leurs expressions seront reproduites. Les changements qu'on croira pouvoir introduire dans cette édition nouvelle devront être conformes à la version anglaise (la célèbre King James autorisée), ou à l'une des deux versions françaises d'Ostervald et de Martin (on y ajouta bientôt celle de Luther). Tous les autres changements devront se trouver signalés à la dernière page du volume. Aucun changement proposé par les collaborateurs ne pourra s'introduire qu'après avoir été lu, pesé et discuté dans une assemblée générale convoquée à cet effet. Le principe dominant de la révision portera tous les collaborateurs à se rapprocher autant qu'ils le pourront du texte original. Il va sans dire que les livres apocryphes sont très étrangers à cette réimpression, et l'assemblée est unanime pour remercier Dieu d'en avoir complètement épuré la sainte Parole par les dernières transactions des sociétés bibliques».

L'assemblée ayant d'ailleurs arrêté de demander à la société biblique d'Édimbourg si nous pouvions compter dans cette entreprise sur son assistance fraternelle, on chargea MM. Gaussen et Henri Olivier d'en écrire à M. Robert Haldane, au nom des frères de Vaud et de Genève. (3)

Sans avoir compté parmi les disciples de R. Haldane, notre ami Gaussen lui devait beaucoup, et il avait contracté des relations d'autant plus étroites avec le respectable Écossais, que sa foi n'avait pas attendu jusque-là pour naître et s'affermir. On comprend donc sans peine comment il devint l'intermédiaire entre nous et l'Écosse. Peut-être ne s'explique-t-on pas aussi facilement par quelle raison H. Olivier, le plus jeune membre de l'assemblée, lui fut adjoint. Mais, quatre ou cinq ans auparavant, l'Académie de Lausanne avait refusé la consécration à ce jeune homme, aussi distingué par sa piété que par ses connaissances; de même que, trois ans plus tard, Gaussen se vit chasser de sa cure de Satigny par la vénérable compagnie des pasteurs de Genève. Poussé de la sorte hors de l'église de son pays, Olivier partit pour Édimbourg, où il reçut l'imposition des mains. De là ses relations chrétiennes avec plusieurs Écossais, notamment avec M. R. Haldane.

Avant d'aller plus loin, constatons un fait qui ressort des premiers actes de l'association, à savoir qu'au début elle n'avait en vue qu'une simple révision de l'ancienne version de Genève, une nouvelle édition: on se sert même du mot de réimpression, et il s'agissait alors de la Bible entière. Une lecture attentive des premières résolutions montre d'ailleurs qu'on ne prévoyait qu'un très petit nombre de changements non autorisés par les versions existantes.

MM. Gaussen et Olivier s'étant acquittés de leur commission, ils eurent bientôt à écrire, de concert avec M. le ministre G. Jayet, une lettre dont je me borne à donner la première partie:

«Messieurs, chers et honorés frères en Jésus-Christ notre Seigneur.


C'était au nom de notre commun Sauveur que nous avions tourné nos regards vers nos frères d'Édimbourg pour en obtenir le secours nécessaire à la réimpression de notre ancienne version des Écriture?. C'est pour l'amour de lui qu'aussitôt vous avez si généreusement tendu la main à vos frères de la Suisse et de la France; et ce sera encore en sa présence que nous viendrons vous dire notre reconnaissance envers Dieu et envers vous.


Vous rendez un service inappréciable aux églises de notre langue. Votre réponse, Messieurs, nous a touchés, non-seulement comme un témoignage de votre amour fraternel, mais avant tout comme un signe de la bonté et de la fidélité de notre Dieu, qui a incliné vos cœurs à nous assister, et qui veut nous rendre nos livres saints dans leur antique fidélité.


Les Sociétés Bibliques de notre pays font du bien sans doute; mais elles ne sentent pas encore l'importance du travail que nous allons entreprendre; elles ne voudraient pas nous aider à le commencer. Nous pensons cependant que les Comités de Genève et de Vaud, lorsque notre édition nouvelle aura paru, la répandront d'autant plus volontiers qu'elle sera plus belle et moins coûteuse. Nous répondrons d'abord, Messieurs, aux 8 articles de votre lettre».


  1. Vous avez bien voulu acquiescer avec joie à la réimpression de l'ancienne version de Genève, dans une double impression in-4° et 8°. — Vous avez compris l'importance de cette entreprise, et vous vous en êtes réjouis pour l'amour de Christ. Peut-être, Messieurs, que si vous connaissiez mieux les circonstances de nos églises et celles de nos sociétés bibliques, vous apprécieriez mieux encore la grandeur du service que vous nous rendez. Il y a bien des années, que l'exécution d'un semblable projet était l'objet de tous nos vœux; et nous en sentons toujours plus le besoin (4). Depuis cent ans l'esprit charnel d'un siècle incrédule avait exercé son influence jusque sur nos versions. Par une marche uniforme depuis 1723, chaque édition nouvelle s'éloignait toujours plus de l'original et de la simplicité qui est en Jésus-Christ. Nous espérons que désormais, par une marche en sens contraire, nos éditions successives se rapprocheront toujours plus de la pure Parole de Dieu, et nous la reproduirons avec autant de fidélité que notre langue pourra le permettre.


  2. Vous voulez bien prendre à vous tous les frais de cette entreprise. — Nous avions compté sur la coopération de nos frères d'Édimbourg; mais la générosité et la promptitude de vos offres ont dépassé ce que nous osions attendre. Dieu vous rende tout le bien que vous ferez à nos églises!


  3. Vous voudriez que l'entreprise n'éprouvât aucun retard. — C'est aussi notre pensée à tous. Les premières résolutions que nous avons prises et que nous allons vous exposer, vous en seront la preuve. Nous prions Dieu qu'il double notre zèle, et nous désirons que le travail marche aussi vite que pourront le permettre les grands intérêts de son exactitude et de sa correction.


  4. Vous ne vous croyez pas libres d'admettre des références. — Nous comprenons parfaitement et nous ne pouvons que respecter les motifs qui vous les font exclure. Nous renverrons à des jours ultérieurs l'exécution d'une édition qui les porte. Nous n'en avons encore aucune dans notre langue qu'on puisse recommander, et le besoin cependant en est assez généralement senti.


  5. Vous mettez de l'importance à ce que l'exécution typographique de ce travail soit très soignée. — Nous vous en remercions, Messieurs, et nous pensons qu'en effet le premier succès de l'entreprise y est fortement intéressé.


  6. Vous semblez craindre des fautes de langage. — Nous y serons très attentifs, cependant nous croyons que si vous voulez bien examiner le plan de notre travail, vous verrez que cet ouvrage ne pourrait guère y être exposé, puisque ce n'est qu'une réimpression, et qu'il y aura peu de passages entièrement nouveaux (5).


  7. Vous désirez que MM. Olivier et Gaussen vous informent du nombre d'exemplaires qu'on en voudrait tirer, du temps que prendrait le travail, du prix où les exemplaires pourraient être vendus, et d'autres détails de ce genre. — Nous vous ferons part à ces divers égards, Messieurs, des informations qui nous sont déjà parvenues, et des premières résolutions que nous avons prises.


  8. Enfin, vous voulez bien préparer une première avance de fonds pour le moment où le travail aura commencé. — Avant que la correction des premiers livres de Moïse soit achevée, nous n'avons guère d'autres dépenses à encourir que celles de quelques correspondances, de quelques copies, de quelques achats d'anciennes Bibles. Nous cherchons quinze à vingt exemplaires de la version de 1712 pour les distribuer aux collaborateurs, et nous avons bien de la peine à les trouver. Ils sont très rares; et ceux qui les possèdent n'aiment pas à s'en dessaisir. Nous serons peut-être obligés de nous servir de l'édition de 1723».

Dans le reste de leur lettre, MM. Gaussen, Jayet et Olivier exposent les règlements provisoires qu'ils avaient arrêtés. Ces trois frères, jusque-là les vrais fondateurs de l'œuvre, expriment leurs vues propres sur le système à suivre dans la correction de la version de 1712, puis sur l'impression de l'édition nouvelle, et ils sollicitent des observations. On lit de plus vers la fin de la lettre:

«Nous voudrions aussi connaître quelque moyen de vous faire parvenir nos feuilles après que nous les aurons corrigées. Nous mettrions du prix à recevoir même à cet égard vos conseils fraternels».

Les frères d'Écosse avaient simplement demandé les feuilles à mesure qu'elles sortiraient de presse, et l'on se flattait de pouvoir faire marcher de pair l'impression et la correction.

La réponse, à cette lettre n'était pas encore arrivée quand il y eut, à Lausanne, une première assemblée générale des collaborateurs, le 13 février 1828.

Avaient été convoqués:

MM. H. Dîipraz, alors pasteur à Cossonay; S. Pilet-Joly, principal du collège de Morges, et dès lors professeur à l'École de théologie de Genève; L. Vulliemin, ministre à Nyon, aujourd'hui professeur émérite de la Faculté de théologie de l'Église libre du canton de Vaud et professeur honoraire dans l'Académie de Lausanne; Samuel Thomas, suffragant à Grancy, dès lors directeur de l'Institut des missions à Lausanne, et maintenant pasteur de l'Église indépendante de Neuchâtel; Vallouy, alors pasteur à Palézieux; Terrisse, alors pasteur à L'Isle; Victor Mellet, alors pasteur à Gressy; L. Leresche, alors suffragant à Nyon; Marc Fivaz, pasteur dissident à Lausanne, actuellement à Philadelphie; S. Descombaz, principal du collège d'Aubonne, maintenant l'un des pasteurs de l'Église évangélique de Lyon; F. De Coppet, pasteur à Romainmotier, actuellement pasteur émérite de l'Église libre à Yverdon; B. Golliez, pasteur à Payerne, actuellement à Prilly; L. Germond, pasteur à Pailly, actuellement directeur de l'hospice de St. Loup; F. Vulliet, pasteur à St. Cergues, actuellement à Highland (Illinois); Olivier père, pasteur à Cossonay; F. Laurent, pasteur à Ghavornay; A. Rochat, pasteur dissident à Rolle; E. Guers et Empeytaz, l'un et l'autre pasteurs dissidents à Genève; L. Gauthey, alors pasteur à Bullet, puis directeur des Écoles normales de Lausanne et de Courbevoie; Brousson, pasteur au Sentier; L. Lardon, pasteur dissident à Nyon; L. Manuel, pasteur à Lausanne.


À ces noms, il faut ajouter ceux des membres d'un Comité provisoire composé de: MM. L. Gaussen, pasteur à Satigny, mort en 1863, professeur émérite de l'École de théologie de Genève; C. Dapples, pasteur à Lutry, actuellement pasteur émérite de l'Église libre, à Lausanne; G. Jayet, rédacteur de la Feuille religieuse du canton de Vaud; L. Burnier, pasteur à Rolle, actuellement pasteur émérite de l'Église libre, à Morges; Rodolphe Mellet, pasteur à Thierrens, où il est mort; Henri Olivier, ministre indépendant à Lausanne, mort le 6 décembre 1864. Plus tard on put compter parmi les collaborateurs, MM. F. Monnerat et Henri Thomas, et de Neuchâtel, MM. James Dupâquier et Clottu.

Ces noms, pour la plupart, sont effacés de la liste des vivants, et les plus jeunes membres de l'association qui subsistent encore sont des vieillards. Si donc il y avait quelque convenance qu'on rendît une fois compte à l'Église du grand travail qu'ils osèrent entreprendre, on devait certainement le faire sans plus de retard, et il est permis de regretter que cette histoire n'ait pas été écrite par l'un des deux serviteurs de Dieu qui y jouèrent le rôle principal.

À cette nombreuse convocation quinze frères seulement répondirent par leur présence. Ce furent MM. Gaussen, H. Olivier, Dapples, Jayet, Burnier, Dupraz, Pilet, Vulliemin, S. Thomas, Terrisse, Fivaz, Descombaz, Olivier père, Rochat et Empeytaz. Cependant on eut des lettres de MM. Vallouy, Golliez et Guers. «Ces trois frères, dit le procès-verbal, n'ont pu se rendre à la réunion, mais leur cœur nous y accompagne, et ils prient le Seigneur avec nous et pour nous».

Après la prière et une lecture dans la Parole de Dieu, l'assemblée reçut communication de la correspondance avec l'Écosse et discuta le règlement que le comité provisoire avait préparé. Il demeura convenu que les éditions de la Bible qui serviraient de prototypes, seraient celles de 1693, de 1712 et 1723; que le travail des collaborateurs commencerait par la Genèse et devrait être achevé pour la fin d'avril; que chacun d'eux aurait une tâche particulière, bien que tous fussent autorisés à proposer toute espèce de corrections: qu'au terme de la révision de chacune des parties dans lesquelles on aurait divisé la Bible, il y aurait une assemblée générale pour y discuter les changements proposés; qu'un comité de sept membres surveillerait toute l'entreprise, et qu'un ministre correcteur, nommé par l'assemblée et seul salarié, aurait à préparer le travail du comité et à maintenir, sous sa direction, l'activité de toutes les parties de l'œuvre.

Ces décisions prises, avec quelques autres de moindre importance, le comité provisoire fut confirmé, avec l'adjonction d'un septième membre, dans la personne d'Auguste Rochat. Puis l'assemblée tomba facilement d'accord pour offrir à M. H. Thomas, alors suffragant à Bâle, la charge importante de ministre correcteur, moyennant un salaire de 40 louis (environ 1000 francs); la constitution de l'assemblée générale fut corroborée par l'admission au nombre des collaborateurs de tous les pasteurs et ministres qui avaient reçu la convocation ou qui seraient proposés plus lard; enfin, le corps entier fut divisé en sections, quelques-uns des collaborateurs trouvant naturellement place dans plus d'une. Six frères furent spécialement chargés de collationner la version de 1712 avec l'hébreu; cinq avec la version anglaise; six, avec celle de Luther; treize avec les versions de Martin et d'Ostervald; trois, avec les éditions plus anciennes de la Bible de Genève (le comité d'Édimbourg aurait désiré que l'on collationnât aussi 1712 avec la Bible hollandaise de 1608); trois enfin durent s'occuper des alinéas et de la ponctuation.

Pour être complet, nous devrions mentionner les mesures qui furent prises dès ce moment par rapport à l'impression, mesures intempestives, comme l'événement le démontra, et qui durent être à la fin singulièrement modifiées, avec bien d'autres choses.

 


Références

1 Ceci ne voulait dire qu'on mit ces deux version sur la même ligne à tous égards, tant s'en faut.
2 À cette époque, ce n'était guère exclure, parmi les homes ayant quelque piété, que les sociniens et les ariens, alors encore trop nombreux dans le clergé génevois.
3 Tout ceci est extrait d'un fort cahier dont les premières pages sont de la plume de Gaussen et qui fut intitulé par lui: Régistre des transactions relatives à la correction et à la réimpression de l'ancienne version de la Bible, dès octobre 1827, par une réunion de ministres évangéliques de Vaud et de Genève.
4 Le plus âgé des signataires de cette lettre n'avait que 37 ans, et le plus jeune, 28; mais le temps paraît long à qui attend, et les vieillards sont généralement moins pressés.
5 C'était supposé gratuitement que les anciennes versions étaient franches de tout barbarisme.

 

_____________________________ Échange de bannières ______________________________
_____________________________ Échange de bannières ______________________________

Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés