Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
255 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1531Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Les Christophiliens-3


décembre 6, 2014 par GoDieu

 


Chapitre 3


Une Christologie pragmatique

Le Christophilianisme n'a aucun de ces problèmes du fait qu'il n'est pas une organisation ou institution humaine avec une structure, des cadres d'opérations, une idéologie utopique, une discipline charnelle, ou des ministres pédants. Au contraire, il est une philosophie divine, rationnelle, et vivante qui est complètement Christocentrique. L'ensemble de ses enseignements se rapporte à la réflexion de l'Esprit de Christ qui habite et instruit les élus dans la connaissance de sa révélation. Une telle approche fait que tous nos principes ou doctrines se basent sur une Christologie biblique pragmatique alimentée par Christ lui-même. Contrairement au christianisme traditionnel qui a pour base la Théologie Systématique, nous préférons débuter directement par la Christologie. Dans le christianisme traditionnel et évangélique, la Christologie est considérée comme étant simplement une branche de la Théologie; mais pour les Christophiliens, la Christologie est l'arbre au complet de la connaissance de Dieu et non seulement une branche. Nous ne répudions pas la Théologie Systématique, elle a sa place et son utilité, mais elle est insuffisante pour nous communiquer la profondeur de la vérité révélée, ses principes bercent trop souvent dans la spéculation et ses instructions sont vraiment trop superficielles. Cela est évident puisque la Théologie est l'effort de l'homme pour connaître Dieu, tandis que la Christologie Pragmatique est la révélation de Christ à ses amis choisis. La Théologie traditionnelle n'est pas adaptée aux structures de la vie chrétienne courante, elle ne considère pas l'expérience pratique de l'Esprit de Christ, elle ne le voit pas directement en action dans ses différentes phases d'expressions: Création, prédestination, élection, exclusion, incarnation, rédemption, justification, résurrection, exaltation, inspiration, traduction, illumination, révélation, etc.. Tous les éléments de la Théologie Systématique: Bibliologie, Anthropologie, Sotériologie, Ecclésiologie, Angéologie, etc., doivent toujours être interprétées à la lumière de la Christologie et non l'inverse, car Christ est le commencement et la fin de toutes choses.

La Christologie Pragmatique des Christophiliens se base entièrement sur la Souveraineté/Royauté actuelle du Seigneur Jésus sur tous les différents aspects de la vie et sur l'existence de toutes choses. Elle se rapporte aux faits réels de la révélation biblique, et s'attache à l'action interne de l'Esprit de Christ pour l'observer dans la transformation de leurs comportements et dans la direction de ses enseignements afin de lui rendre gloire. Une telle perspective nous permet d'éclairer l'avenir par les faits du passé, soit au niveau personnel ou au niveau historique. Ce qui fait que les «amis de Christ» sont plus soucieux de l'action que de considérations théoriques ou idéologiques. L'activité des enseignements révélés est ordonnée à un but précis de toute éternité, elle est infaillible et produira les résultats voulus dans le décret éternel, et de ce fait la Christologie Pragmatique devient grandement pratique, voire utilitaire, puisqu'elle vise sur la réussite des résultats produits: Conversion, régénération, sanctification, glorification, etc..

Le point central et suprême de la Christologie est l'identité du Seigneur Jésus telle que révélée dans les Saintes-Écritures: sa divinité, son incarnation, ses deux natures, sa consécration, son ministère de Souverain Sacrificateur, ses tentations, sa crucifixion, sa résurrection, son exaltation et sa Sainte Présence. Toute connaissance du Seigneur Jésus nous provient toujours de la Bible et non de sources externes. Vrai qu'on parle de Jésus dans certains écrits historiques comme ceux de Joseph Flavius, d'Origène d'Alexandrie, de Tacite, et dans un grand nombre d'Évangiles Apocryphes, mais tous ceux-ci n'ont pas d'autorité sur notre foi ni sont-ils suffisant pour décrire le sujet dont nous traitons, et contribuent plutôt à égarer les gens sérieux qui veulent connaître la vérité. Rien en fait n'est plus important que de connaître l'identité de Christ, une fausse interprétation à ce niveau essentiel nous amènerait inévitablement dans une voie dangereuse piégée de nombreuses fausses doctrines qui mènent à la perdition, comme nous voyons dans les principes de l'orthodoxie stagnante du christianisme traditionnel et évangélique, et nombreux, très nombreux sont ceux qui y sont déjà tombés. Le Nouveau Testament nous présente plusieurs passages qui contribuent à identifier le Seigneur Jésus. La Christologie traditionnelle utilise principalement celui de Matthieu 16:15 comme base de son interprétation: «Il leur dit: Et vous, qui dites-vous que je suis?» (Bible Ostervald 2008), et il n'est pas compliqué de voir pourquoi ce passage est préféré plus que les autres dans la Christologie traditionnelle. En regardant attentivement son contexte immédiat, on voit qu'il se trouve dans l'encadrement de passages reconnus pour ériger la doctrine sur l'Église (Matthieu 16:18) comme une institution et que l'on retrouve dans l'Ecclésiologie, une des nombreuses branches de la Théologie Systématique. En d'autres mots, l'interprétation est fausse, elle ne recherche pas l'identité de Christ mais de l'Église, et nous en savons tous le résultat troublant: la naissance de l'Église Catholique, romaine et protestante, au Concile de Nicée en l'an 325 sous l'empereur Constantin.

Mais comme Christophiliens ou amis de Christ, nous sommes dirigé directement et sûrement par l'Esprit de Christ vers ces paroles du Seigneur Jésus qui nous dit lui-même: «si vous ne croyez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés.» (Jean 8:24; Bible de Machaira). Tout le contexte immédiat de ce passage (Jean 8:23-59) indique clairement qu'il s'agit ici strictement de l'identité de Christ comme sujet primaire. Ce qui est remarquable dans les paroles du Seigneur Jésus, surtout dans l'Évangile de Jean, est qu'il utilise souvent l'expression «JE SUIS» pour s'identifier. Il est grandement reconnu par la majorité des gens qui se disent chrétiens et par les juifs, et cela depuis des millénaires, que l'expression «JE SUIS» est le nom de Dieu. Ce nom est révélé premièrement à Moïse et au peuple Hébreu comme étant le nom de Celui qui est Père, le Créateur de toutes choses et le Rédempteur d'Israël: «Alors Dieu dit à Moïse: JE SUIS CELUI QUI SUIS. Puis il dit: Tu diras ainsi aux enfants d'Israël: Celui qui s'appelle JE SUIS, m'a envoyé vers vous.» (Exode 3:14) Plus loin il dira: «Est-ce ainsi que vous récompensez YEHOVAH, peuple insensé et sans sagesse? N'est-il pas ton Père, qui t'a formé, qui t'a fait et t'a affermi?» (Deutéronome 32:6); «Il m'invoquera, disant: Tu es mon Père, mon Dieu et le rocher de mon salut.» (Psaumes. 89:26-27); «JE SUIS ton aide, dit l'Éternel; le Saint d'Israël est ton Rédempteur.» (Ésaïe 41:14); «JE SUIS l'Éternel ton Dieu, le Saint d'Israël, ton Sauveur.» (Ésaïe 43:3). Il n'y a aucun doute que le nom de «JE SUIS» est le nom de Dieu comme Père, Père de la Création, Père d'Israël, Père de notre salut, etc.. Tout au long des pages bibliques, le DIEU qui se révèle, au souffle de sa Parole créatrice, comme à travers la voix des prophètes est un DIEU Père. Israël en a fait progressivement l'expérience, traduite en lettres de feu: le Seigneur qui, d'Abraham jusqu'à nos jours manifeste la fidélité de son amour, est le Créateur de tout l'univers; les hommes et leur destinée sont dans Sa Main, comme l'argile dans la main du potier. Le DIEU qui, en présence de Moïse, se nomme «JE SUIS», agit comme un Père à l'égard d'Israël, au moment de la fuite d'Égypte et de la longue purification du désert. Parce qu'il l'a libéré d'Égypte, Dieu appelle son peuple «mon fils premier-né» (Exode 4:22-23). Tout l'Exode peut être perçu comme l'éducation du peuple, comme celle d'un fils par son père (Deutéronome 8:5). Dieu se montre plein de tendresse (Osée 11:1-4); d'où sa souffrance devant l'ingratitude de ses enfants (Osée 11:8-9; Jérémie 3:19). Il se montre comme son protecteur, son nourricier, manifestant en même temps qu'une souveraineté bienfaisante, sa providence, appelant soumission et confiance. Israël gardera toujours la pleine conscience que DIEU est Père de son peuple et de chacun de ses fidèles.

En utilisant l'expression «JE SUIS», le Seigneur Jésus fait plus qu'utiliser le nom de Dieu, il se l'associe, en d'autres mots il se dit lui-même «Dieu, le Père Éternel» qui a prit un corps de chair et qui marche parmi eux comme Fils de Dieu. Jésus était donc Celui qui parlait avec Moïse pour lui révéler SON NOM, il est aussi Celui qui dirigeait le peuple Hébreu lors de l'Exode (1 Corinthiens 10:1-4). Le Christ, le Fils de l'homme, était l'enveloppe visible du Père invisible, il était JE SUIS, l'Esprit éternel, le Père d'Israël et Créateur de toutes choses, manifesté sous une forme corporelle. Le Père était en Christ et non en dehors de Christ, car il était Christ, l'Oint pour le salut de son peuple. En fait, le nom «Jésus» signifie littéralement «JE SUIS SAUVEUR», comme l'a déclaré le prophète Ésaïe lorsque le Père parla par sa bouche et ses écrits: «JE SUIS l'Éternel ton Dieu, le Saint d'Israël, ton Sauveur.» (Ésaïe 43:3). Ce même prophète avait déclaré avant: «Car un enfant nous est né, un Fils nous est donné, et l'autorité est mise sur son épaule: on l'appellera l'ADMIRABLE, le CONSEILLER, le DIEU fort, le PÈRE ÉTERNEL, le PRINCE de la paix» (Ésaïe 9:5-6). Jésus était le Père lui-même manifesté dans la chair comme Fils unique de Dieu, le seul engendré. L'apôtre Paul nous explique cela clairement dans le deuxième chapitre de son épître aux Philippiens:

Philippiens 2:5-11

5 Ayez en vous les mêmes sentiments que Jésus-Christ, Mt. 11. 29; Jn. 13. 15; 1 Pi. 2. 21; 1 Jn. 2. 6;
6 Lequel étant la transformation unique du Dieu éternel, ne s'est point attribué injustement la conformité à Dieu; 2 Co. 4. 4; Col. 1. 15; Hé. 1. 3;
7 Mais s'est privé lui-même de cette conformité, en assumant sur lui l'aspect d'un serviteur, devenant semblable à tous genres d'hommes; Ps. 8. 5; Mt. 20. 28; Jn. 13. 14;
8 Et, ayant paru dans la nature du genre humain, il s'est abaissé lui-même, en se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. Hé. 2. 9; Hé. 2. 14; Hé. 2. 17; Hé. 4. 15; Hé. 12. 2;
9 C'est pourquoi aussi, comme Dieu exalté à la suprématie, il lui a été donné un Nom qui est au-dessus de tout nom; Ac. 2. 33; Hé. 1. 4;
10 Afin qu'au nom de JÉSUS, tout ce qui est dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre, fléchisse le genou, És. 45. 23; Ro. 14. 11;
11 Et que toute langue confesse Jésus-Christ comme étant le Seigneur (YEHOVAH — JE SUIS), le Père de gloire, et Dieu éternel. És. 9. 6; Jn. 13. 13; 1 Co. 8. 6; 1 Co. 12. 3;

Les juifs ne pouvaient comprendre une telle révélation merveilleuse: «Ils ne comprirent point qu'il leur parlait du Père dont il était l'enveloppe visible.» (Jean 8:27; Bible de Machaira), malgré qu'il tentait de leur expliquer, une telle révélation était trop audacieuse pour eux: «Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; c'est pourquoi vous ne les écoutez pas, parce que vous n'êtes point de Dieu.» (Jean 8:47). Jésus va même jusqu'à leur dire la même chose une autre fois: «En vérité, en vérité je vous le dis: Avant qu'Abraham fût, JE SUIS.» (Jean 8:58), mais que le Père éternel, le Grand JE SUIS, soit manifesté dans la chair comme Fils, le Messie promit, était un blasphème impardonnable pour eux, il fallait que Jésus meurt et ils ont tenté de le lapider (Jean 8:59) pour cela, mais son temps n'était pas encore arrivé. Le Père est le Messie Sauveur, le Messie Sauveur est le Fils, le Fils est le Père éternel manifesté dans la chair comme le Messie Sauveur pour racheter son peuple de leurs péchés. En d'autres mots, tous ceux qui se disent chrétiens et qui refusent de croire que le Seigneur Jésus est le Père manifesté dans la chair comme seul Fils engendré de Dieu, sont des faux chrétiens et leurs péchés ne seront jamais pardonnés, ils vont mourir dans leurs péchés (Jean 8:24). Le texte autoritaire de la Bible est clair sur cela, refuser de reconnaître que le Père soit le Fils est refuser de reconnaître que Jésus est le Messie, le Christ, le Sauveur, ce qui fait que ces gens sont des antichrists comme les Juifs l'étaient, des réprouvés destinés aux peines éternelles d'un enfer réel: «Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Messie? Celui-là est l'antichrist, qui nie que le Père est aussi le Fils. Car celui qui nie le Fils, n'a pas non plus le Père; mais celui qui professe le Fils, a aussi le Père.» (1 Jean 2:22-23; Bible de Machaira); «Ainsi avec cela, reconnaissez ceci de l'Esprit de Dieu: toute réflexion qui reconnaît Jésus, comme le Messie venu en chair, est de Dieu; Et tout raisonnement qui ne reconnaît pas JÉSUS (YEHOVAH le Sauveur) comme le Messie venu en chair, n'est point de Dieu. Or, c'est là celui de l'Antichrist, dont vous avez entendu qu'il devait venir, et maintenant même ce raisonnement est déjà dans cette disposition de comprendre.» (1 Jean 4:2-3; Bible de Machaira).

L'évidence irréfutable que le Seigneur Jésus-Christ est le Dieu Tout-Puissant se retrouve dans le nom de Dieu «JE SUIS» qui est mentionné de nombreuses fois dans la Bible en son entier, ce qui veut dire que Dieu lui-même est aussi le Messie Sauveur manifesté dans la chair comme Fils et longtemps attendu. Il serait peut-être plus facile de comprendre tout cela en réalisant que le nom de Dieu en notre langue, le Créateur de toutes choses, le Père Éternel, est JÉSUS. Cela est évident du fait que Dieu n'est pas un nom mais un titre. En d'autres mots, le nom personnel du Père, du Fils, et du Saint-Esprit (Matthieu 28:19), est JÉSUS, le nom qui est au-dessus de tout nom (Philippiens 2:9-11).

Jésus prend la peine de se nommer «JE SUIS» comme le Père l'a fait devant Moïse et ils ne comprennent pas qu'il était le Père, ils étaient littéralement constipés au niveau de l'intellect, tout comme plusieurs le sont de nos jours, la lumière du raisonnement de Dieu n'est pas en eux: «L'œil est la perception du corps: si donc ta perception est franche, tout ton être sera éclairé; mais si ta perception est mauvaise, tout ton être sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi n'est qu'obscurité, combien vaste sera cette noirceur!» (Matthieu 6:22-23; Bible de Machaira). C'est bien tentant de dire qu'ils étaient carrément bouchés, mais en fait, les évangéliques ou pharisiens modernes ne comprennent pas plus aujourd'hui, pour eux le Père et le Fils sont deux personnes complètement distinctes l'une de l'autre, en fait ils ont humanisés et divisés le Dieu indivisible en trois personnes ou subsistances distinctes. Leur Dieu ne seraient donc pas le même Être divin pour ces gens réprouvés, car ils en font un faux Dieu qui est le produit de leur imagination, en d'autres mots ils ont créé Dieu en leur propre image. Ces gens sont tous des antichrists qui renient le Fils et le Père, rejetant ainsi que Dieu est lui-même le Messie Sauveur, il est donc impossible pour eux d'être sauvé de leur péchés (Jean 8:24). Nous savons que le Seigneur Jésus, notre Dieu, s'est ressuscité lui-même d'entre les morts, et nous ne pouvons que constater l'incroyance de beaucoup de gens qui se disent chrétiens car ils sont encore morts dans leurs péchés. Le Seigneur Jésus avait dit à ses disciples: «Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS» (Jean 8:28), mais de toutes évidences aucun chrétien, traditionnel comme évangélique, ne le comprend, ce qui indique clairement qu'ils sont tous des faux chrétiens, des imposteurs qui prétendent être des disciples de Christ. Ils ne sont donc pas des amis de Christ, mais des ennemis de la croix, des antichrists. Mais cette compréhension que Jésus est JE SUIS, le Père Éternel, n'est donnée qu'aux amis de Christ, et elle donne l'assurance du salut à ceux qui seulement ont reçu le don de croire en Lui (Actes 13:48; Philippiens 1:29).

Ceux qui supportent la Christologie de l'orthodoxie traditionnelle avec sa Trinité Ontologique, déclarent que Jésus ne dit jamais «je suis le Père» mais que le voir c'est simplement reconnaître que le Père est en lui, comme s'il y aurait une distinction entre deux personnes. Cette notion est purement spéculative, complètement fausse, et purement absurde, comme nous venons de voir.

— Premièrement deux personnes ne peuvent habiter dans un même corps, et encore moins trois. Cela est impossible et violerait toutes les lois de la physique. Lorsque le Seigneur Jésus déclare qu'il est JE SUIS, ce n'est pas pour indiquer que le Père est en lui comme un être séparé et distinct, mais pour indiquer qu'il est lui-même le Père sous une forme corporelle unique. Encore, Jésus ne dit pas JE SUIS pour indiquer qu'il est d'une même essence ou d'une même volonté que le Père avec lequel il serait pleinement d'accord, mais pour démontrer sans l'ombre d'aucun doute qu'il est Celui qui se révéla à Moïse et au peuple hébreu sous le nom de JE SUIS et à nous sous le nom de JÉSUS. Pour d'autres idiots, Jésus avait une double ou triple personnalité, faisant de lui un malade mental, un psychopathe qui souffrirait du syndrome de multiples personnalités, c'est-à-dire «un fou». Mais une telle explication insensée se rapporte plutôt aux consciences déréglées que l'on retrouve parmi les cinglés de la mouvance évangélique, particulièrement chez les sectes pentecôtistes et charismatiques qui s'imaginent dans leurs délires névralgique être chrétiens.

— Deuxièmement, le fait que notre Dieu, le Seigneur Jésus, dit lui-même: «si vous ne croyez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés.» (Jean 8:24; Bible de Machaira) est clairement suffisant pour indiquer qu'il est lui-même le Père manifesté dans la chair comme Fils. En fait, si voir Jésus c'est voir le Père, comme la Bible l'atteste fortement, c'est que Jésus est lui-même le Père. Il n'est pas la deuxième personne d'une trinité spéculative qui fait dire à la Bible ce qu'elle ne dit pas, il n'est pas «le Fils éternel de Dieu», mais le Fils, Dieu même en lequel est toute la plénitude de la divinité. Cette vérité glorieuse que Jésus est JE SUIS le Père, se retrouve aussi dans les passages suivant:

Jean 14:5-11; Bible de Machaira

5 Thomas lui dit: Seigneur, nous ne savons où tu vas; et comment pouvons-nous en savoir le chemin?
6 Jésus lui dit: JE SUIS le Chemin, la Vérité et la Vie; personne ne vient au Père que par moi. Jn. 1. 4; Jn. 1. 17; Jn. 10. 9; Jn. 11. 25; Hé. 9. 8;
7 Si vous m'aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père; et dès à présent vous le connaissez, et vous l'avez vu.
8 Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.
9 Jésus lui dit: Il y a si longtemps que JE SUIS avec vous, et tu ne m'as pas connu! Philippe, celui qui m'a vu, a vu le Père. Comment donc dis-tu: Montre-nous le Père? És. 9. 6; Jn. 1. 18; Jn. 10. 30; 1 Jn. 5. 7;
10 Ne crois-tu pas que je suis l'expression du Père, et que le Père est mon apparence? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même, mais le Père qui demeure en moi, fait lui-même les œuvres que je fais. Jn. 5. 17; Jn. 7. 16; Jn. 8. 28; Jn. 10. 38; Jn. 12. 49; Jn. 14. 24; Jn. 16. 13; Jn. 17. 21;
11 Croyez-moi quand je dis que je suis dans le Père, et que mon Père est en moi;

Il importe aussi de mentionner que la Christologie des «amis de Christ» ou «Christophiliens» est extrêmement radicale et donc souveraine, sa base est un Hyper-Calvinisme intransigeant qui ne fait aucune concession à la duplicité du christianisme moderne contrefait (Voir: L'Hyper-Calvinisme, pilier de la vérité biblique). L'hyper-calviniste est fondamentaliste en ce qui concerne les doctrines essentielles de la grâce, il est inflexible et radical dans sa défensive de la vérité. Spécifions qu'il s'agit d'un radicalisme en faveur de la vérité et non des institutions. La vérité a toujours été tranchante, ferme, invariable, immuable, intransigeante, et ceux qui la proclament ne peuvent se permettre de plier le genou et être accommodant envers tous. Une vérité qui est complaisante n'est pas la vérité mais de la duplicité. Évidemment une telle attitude n'est pas appréciée par les tièdes pour qui la foi est regardée comme étant douce et agréable à tous. Ceux qui maintiennent cette position tépide et répugnante qui est celle des évangéliques modernes que nous voyons surtout chez les pentecôtistes et les charismatiques, seront vomis de la bouche du Seigneur: «Je connais tes œuvres; je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Oh! si tu étais froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.» (Apocalypse 3:15-16) Or l'Hyper-Calvinisme est l'essence même de la Réforme spirituelle des derniers temps, et contrairement à ce que disent ses antagonistes qui répandent la désinformation à son sujet, il est purement et solidement biblique. L'Hyper-Calvinisme est la position officielle des Christophiliens ou Amis de Christ et ses défenseurs sont inflexibles et inébranlables.


Marque de commerce © 1999-2019 GoDieu.com - Tous droits réservés