Accueil GoDieu.com
Plan de Salut de Dieu
Recherche GoDieu.com

En principe, ce panneau vous présentera des choix de moteur de recherche GoDieu.com.

Fermer
Recherche biblique
GoDieu.com
Cette page en favori Affiche une version imprimable de cette page entière. Expédier la page d'accueil par courriel. Contacter GoDieu.com
Dimension de police du texte
 
Facebook GoDieu.com Twitter GoDieu.com Youtube GoDieu.com Dailymotion GoDieu.com Instagram GoDieu.com Suivez-nous !   

Traduction du site

Afrikaans - Vertaling - Kies taal - af - Afrikaans Albanian - Përkthimi - Zgjidhni gjuhën - sq - Albanais Deutsch - Übersetzung - Sprache wählen - de - Allemand አማርኛ - ተርጉም - ቋንቋ ይምረጡ - am - Amharique English - Translate - Select Language - en - Anglais العربية - ترجمة - تحديد اللغة - ar - Arabe Հայերեն - Թարգմանություն - Ընտրեք լեզուն - hy - Arménien Azeri - Translation - Dil seçin - az - Azéri Euskal - Itzulpen - Hizkuntza aukeratu - eu - Basque বাংলা - অনুবাদ - ভাষা নির্বাচন করুন - bn - Bengali Беларусь - Пераклад - Выбраць мову - be - Biélorusse မြန်မာစာ - ဘာသာပြန်ဆို။ - ဘာသာစကားကိုရွေးချယ်ပါ။ - my - Birman Bosanski - Translation - Odaberite jezik - bs - Bosniaque български - Преводач - Избор на език - bg - Bulgare català - Traductor - Selecciona l'idioma - ca - Catalan Cebuano - Translation - Pilia pinulongan - ceb - Cebuano Chichewa - Translation - Sankhani chinenero - ny - Chichewa 中文 (简体) - 翻译 - 选择语言 - zh-CN - Chinois (simplifié) 中文 (繁體) - 翻譯 - 選擇語言 - zh-TW - Chinois (traditionnel) සිංහල - පරිවර්තනය - භාෂාව තෝරාගන්න - si - Cingalais 한국어 - 번역 - 언어설정 - ko - Coréen Corsica - Traduci - Sceglie a lingua - co - Corse Kreyòl ayisyen - Tradiksyon - Chwazi lang - ht - Créole haïtien hrvatski - Prevoditelj - Odaberite jezik - hr - Croate Dansk - Oversæt - Vælg sprog - da - Danois Español - Traductor - Seleccionar idioma - es - Espagnol Esperanto - Tradukado - Elektu lingvon - eo - Espéranto Eesti - Tõlkimine - Vali keel - et - Estonien suomi - Kääntäjä - Valitse kieli - fi - Finnois Français - Traduction - Choisissez la langue - fr - Français Frysk - Oersette - Selektearje taal - fy - Frison Gaelic (Skotlân) - Eadar-theangaich - Tagh cànan - gd - Gaélique (Écosse) Galego - Tradución - Escolla o idioma - gl - Galicien Cymraeg - Cyfieithu - Dewiswch iaith - cy - Gallois ქართული - თარგმანი - ენის არჩევა - ka - Géorgien Ελληνικά - Μετάφραση - Επιλογή γλώσσας - el - Grec ગુજરાતી - અનુવાદ - ભાષા પસંદ કરો - gu - Gujarati Hausa - Translation - Zabi harshe - ha - Haoussa Hawaiian - Unuhi - Wae 'ōlelo - haw - Hawaïen עברית - תרגם - בחירת שפה - iw - Hébreu हिन्दी - अनुवाद करें - भाषा चुनें - hi - Hindi Hmong - txhais lus - Xaiv lus - hmn - Hmong Magyar - Fordítás - Válasszon nyelvet - hu - Hongrois Igbo - Translation - Họrọ asụsụ - ig - Igbo Indonesia - Translate - Pilih Bahasa - id - Indonésien Gaeilge - Aistriúchán - Roghnaigh teanga - ga - Irlandais Icelandic - Þýðing - Velja tungumál - is - Islandais Italiano - Traduttore - Seleziona lingua - it - Italien 日本語 - 翻訳 - 言語を選択 - ja - Japonais Javanese - Translation - Pilih basa - jw - Javanais ಕನ್ನಡ - ಅನುವಾದ - ಭಾಷೆ ಆಯ್ಕೆ - kn - Kannada Қазақ - Аударма - Тілді таңдау - kk - Kazakh ខ្មែរ - បកប្រែ - ជ្រើសភាសា - km - Khmer киргизский - Комментарий - Тил тандаңыз - ky - Kirghyz Kurdish - Wergerandin - Hilbijêre ziman - ku - Kurde ລາວ - ການແປພາສາ - ເລືອກພາສາ - lo - Laotien Latin - Latin - Elige lingua - la - Latin latviešu - Tulkotājs - Atlasiet valodu - lv - Letton Lietuvių - Versti - Pasirinkite kalbą - lt - Lituanien Lëtzebuergesch - Iwwersetzen - Wielt Sprooch - lb - Luxembourgeois Македонски - Превод - Избери јазик - mk - Macédonien Malaysia - Terjemahan - Pilih bahasa - ms - Malaisien മലയാളം - പരിഭാഷ - ഭാഷ തിരഞ്ഞെടുക്കുക - ml - Malayalam Madagascar - Translation - Mifidiana teny - mg - Malgache Malti - Traduzzjoni - Agħżel lingwa - mt - Maltais Maori - Translation - Kōwhiri te reo - mi - Maori मराठी - भाषांतर - भाषा निवडा - mr - Marathi Монгол - Орчуулга - Хэл сонгох - mn - Mongol Nederlands - Vertaal - Kies Taal - nl - Néerlandais नेपाली - अनुवाद - भाषा छान्नुहोस् - ne - Népalais norsk - Oversetter - Velg språk - no - Norvégien O'zbekiston - Tarjima - Tilni tanlang - uz - Ouzbek پښتو - وژباړئ - ژبه وټاکئ - ps - Pachtô ਪੰਜਾਬੀ - ਅਨੁਵਾਦ - ਭਾਸ਼ਾ ਚੁਣੋ - pa - Panjabi فارسی - ترجمه - انتخاب زبان - fa - Persan Polski - Tłumacz - Wybierz język - pl - Polonais Português - Tradutor - Seleccionar idioma - pt - Portugais Română - Traducere - Selectaţi limba - ro - Roumain Русский - Переводчик - Выберите язык - ru - Russe Samoa - Faaliliu - Gagana filifilia - sm - Samoan српски - преводилац - Изабери језик - sr - Serbe Sesotho - Phetolelo - Khetha puo tn lefatshe - st - Sesotho Shona - Kushandura - Sarudzai mutauro - sn - Shona سنڌي - ترجمو ڪريو - ٻولي منتخب ڪريو - sd - Sindhî slovenčina - Prekladač - Výber jazyka - sk - Slovaque slovenščina - Prevajalnik - Izberi jezik - sl - Slovène Somali - Translation - Dooro luqadda - so - Somali Sunda - Tarjamahan - Pilih basa - su - Soundanais Svenska - Översätt - Välj språk - sv - Suédois Kiswahili - Tafsiri - Chagua lugha - sw - Swahili Тоҷикистон - Тарҷумаи - интихоб забон - tg - Tadjik Filipino - Pagsasalin - Pumili ng Wika - tl - Tagalog தமிழ் - மொழிபெயர்ப்பு - மொழி தேர்வு - ta - Tamoul česky - Překladač - Zvolit jazyk - cs - Tchèque తెలుగు - అనువాద - భాష ఎంచుకోండి - te - Telugu ไทย - แปล - ภาษาเลือก - th - Thaï Türk - Tercüme - Dil seçin - tr - Turc українська - Перекладач - Виберіть мову - uk - Ukrainien اردو - ترجمہ - زبان کا انتخاب کریں - ur - Urdu Tiếng Việt - Dịch - Chọn Ngôn ngữ - vi - Vietnamien isiXhosa - Guqula - Khetha ulwimi - xh - Xhosa ייִדיש - טראַנסלאַטיאָן - אויסקלייַבן שפּראַך - yi - Yiddish Yoruba - Translation - Yan ede - yo - Yorouba Zulu - Translation - Khetha ulimi - zu - Zoulou

Connexion utilisateur

Utilisateurs en ligne

1 utilisateur
565 invités

Statistiques d'aujourd'hui

NombreDescription
13623Membres
1614Messages
29Commentaires
0Lectures
4154924Lectures globales
0Clics
0Réf. externes
0Réf. internes
0Abonnés RSS

Publicité point liée à GoDieu.com

Livre du juste-05


août 14, 2011 par GoDieu


Section Lech-Lecha.

Et Jéhovah apparut de nouveau à Abram, et lui dit: N'est-il pas vrai que je t'ai ordonné, voici vingt ans, disant: Va-t'en de ton pays, de ta parenté et de la maison de ton père, au pays que je t'avais indiqué, afin de te le donner, à toi et à tes enfants; car là, dans ce pays, je te bénirai, je te ferai devenir une grande nation, et je rendrai ton nom illustre. Toutes les familles de la terre seront bénies en toi. Maintenant, lève-toi, sors de ce lieu, et retourne au pays de Chanaan avec ta femme et tout ce que tu possèdes, tous ceux qui sont nés dans ta maison, et toutes les âmes que tu as acquises à Haran. Et Abram se leva et s'en revint en Chanaan selon l'ordre de Jéhova, et il planta sa tente dans la chênaie de Moré pour y demeurer. Abram était âgé de soixante-quinze ans lors de cette transmigration. Et Lot, fils d'Aran, son frère, l'accompagnait avec tout ce qu'il possédait. Jéhova lui apparut de nouveau en cet endroit, et lui dit: Je donnerai ce pays à ta postérité; et Abram éleva en l'honneur de Jéhova qui lui était apparu un autel qui est encore dans la chênaie de Moré jusqu'à ce jour.

Vers le même temps, vivait dans la terre de Sennaar un homme sage, habile dans toutes sortes de sciences, d'un extérieur très beau, mais pauvre et dépourvu de tout; il s'appelait Rekion. Pressé par le besoin il résolut d'aller montrer sa sagesse à Asuiras, fils d'Énam, roi d'Égypte. Il pensait: Peut-être trouverai-je grâce à ses yeux, et il m'élèvera en dignité et me donnera de quoi exister. Quand Rekion arriva en Égypte, les habitants l'instruisirent de la coutume du roi, laquelle le fâcha et l'affligea beaucoup. Car le roi ne se rendait visible qu'un jour dans l'année. Ce jour-là il sortait de son palais, et rendait la justice à tout son pays; et tous ceux qui avaient affaire au roi venaient en sa présence et lui adressaient leurs demandes. Le roi rentrait ensuite dans son palais et s'y tenait un en entier. Le soir étant venu, Rekion cherchant un abri trouva les ruines d'une boulangerie de la ville et il y passais nuit dans l'amertume de son âme et la souffrance de la faim. Et le sommeil se tint loin de ses yeux, car il pensait comment il ferait pour se nourrir jusqu'au jour de la sortie du roi. Le lendemain il se mit à vaguer par la ville, et il lui arriva de rencontrer des hommes qui vendaient des légumes: et ces hommes avaient fort bonne mine. Il leur demanda comment ils soutenaient leur vie, et ils lui répondirent: En achetant ces légumes et les revendant aux habitants de la ville. Alors Rekion, voulant gagner son existence de la même manière, se procura comme il put un peu de légumes et les exposa en vente. Mais comme il n'avait ni le langage ni les manières de ceux du pays, on le raillait, et des enfants de Bélial (1214) s'attroupèrent autour de lui et lui enlevèrent ses légumes sans en rien laisser entre ses mains. Accablé de tristesse et irrité contre toute la ville, il retourna aux ruines de la boulangerie et y passa la seconde nuit pendant laquelle il chercha dans sa grande sagesse le moyen de se tirer de l'extrême besoin et de vexer les Égyptiens. Et voici ce qu'il imagina. Le lendemain de grand matin il engagea trente hommes vigoureux, et enfants de Bélial, pourvus d'armes, et il les conduisit dans l'avenue de l'enceinte des tombeaux, et il leur donna cette instruction: Le roi vous ordonne: soyez courageux et fermes, et ne laissez passer aucun mort, pour être déposé ici, sans que l'on vous compte auparavant deux cents pièces d'argent. Cet ordre ayant été exécuté avec rigueur, Rekion et ses hommes amassèrent en huit mois de grandes richesses en or, en argent et en pierres précieuses. Rekion acheta des chevaux et des bêtes de somme en quantité. Il recruta encore d'autres hommes et se forma une escorte de cavaliers.

Après la révolution de l'année, quand arriva le jour de la sortie du roi en ville, tous les Égyptiens accoururent auprès de lui pour se plaindre, selon ce qu'ils avaient concerté entre eux, de l'injuste perception dont il avait chargé Rekion et sa troupe. Ils dirent: Vive le roi éternellement! Quelle est cette chose que tu fais à tes serviteurs de ne permettre l'enterrement d'aucun mort qu'au prix d'une somme considérable? Cela a-t-il jamais été, pratiqué dans notre pays depuis les rois anciens jusqu'à ce jour? Nous savons que le droit du roi est de mettre annuellement un impôt sur les vivants; mais toi, non content de cela, tu mets en outre un impôt journellement sur les morts. Nous n'y tenons plus, et toute la ville est ruinée. Le roi en entendant leur discours fut enflammé de colère, car il ne savait rien de cette chose, et il s'écria: Qui a osé commettre cette mauvaise action que je n'ai point commandée? Qu'on me le signal! Et ils lui rendirent compte de tout ce qu'avaient fait Rekion et ses gens. Et le roi fit comparaître devant lui Rekion et ses hommes. Mais Rekion envoya par ses serviteurs au roi un présent consistant en mille jeunes garçons et jeunes filles tous vêtus de byssus, de fin lin, d'étoffes richement brodées, et montés sur des chevaux superbes. Il vint ensuite lui-même, et se prosternant devant le roi la face contre terre, il lui offrit de l'or, de l'argent et des pierres fines en grande quantité, ainsi qu'un nombre considérable de chevaux d'une rare beauté. Le roi, ses serviteurs et tous les Égyptiens admirèrent les grandes richesses de Rekion et la belle prestance de sa personne. Et le roi le fit asseoir en sa présence et l'interrogea sur tout ce qu'il avait fait. Mais Rekion répondit à toutes les questions avec tant de sagesse et de grâce qu'il plut singulièrement au roi et à ses officiers. Et depuis ce jour le roi l'eut en grande affection. Le roi prenant la parole lui dit: Ton nom ne sera plus Rekion, mais Pharaon, car tu m'as payé l'impôt des morts (1215). Ensuite le roi et ses serviteurs, de l'avis des sages et des habitants de l'Égypte, résolurent de faire gouverner le pays par Rekion-Pharaon sous l'autorité du roi; et ainsi fut fait. Rekion-Pharaon gouvernait donc l'Égypte, rendant la justice, lui tous les jours, et le roi Asuiras un seul jour par an. Et il fut arrêté par un statut éternel que tous les chefs de l'État s'appelleraient dans la suite Pharaon. Voilà pourquoi les rois de l'Égypte portent le nom de Pharaon jusqu'à ce jour.

En cette même année le pays de Chanaan était désolé par une grande famine. C'est pourquoi Abram descendit (1216) en Égypte avec tous les siens. Et pendant qu'ils marchaient sur le bord du fleuve de l'Égypte, Abram jeta un regard dans l'eau et il remarqua combien Saraï sa femme était belle. Et il lui dit: Dieu t'a formée avec tant davantage que je crains que les Égyptiens ne me tuent pour te posséder; car il n'y a point de crainte de Dieu dans ces lieux. Mais voici la grâce que tu me feras. Dis, je te prie, à tous ceux qui t'interrogeront, que tu es ma sœur, afin qu'on me fasse du bien par égard pour toi, et que nous vivions et ne mourions pas. Il recommanda aussi à tous ceux de sa suite, comme aussi à Lot son neveu, de dire aux Égyptiens que Saraï était se sœur. Malgré cela Abram n'était pas entièrement rassuré contre la perversité des Égyptiens, et il cacha Saraï sous les effets enfermés dans une caisse. Lorsqu'ils arrivèrent à l'entrée de la ville les gardiens de la porte leur dirent: Payez les droits, le dixième de la valeur de tout ce que vous portez, ensuite vous entrerez. Et Abram les satisfit. Ils aperçurent alors une caisse restée close, et ils dirent: Ouvre cette caisse afin que nous la visitions et que tu payes les droits de tout ce qu'elle renferme. Abram répondit: Cette caisse ne s'ouvrira pas; mais je vous en acquitterai telle somme que vous m'imposerez. Non, dirent-ils, elle est pleine de pierreries, et nous en prendrons la dixième partie. Et ils le repoussèrent violemment et forcèrent le couvercle. À ce moment ils furent éblouis de l'éclat de la beauté de Saraï; et tous l'entourèrent pour l'admirer.

Or, les officiers du roi coururent annoncer à Pharaon ce qu'ils venaient de voir, et exaltèrent Saraï dans leur récit. Alors Pharaon envoya prendre la femme. Et lorsqu'elle parut devant lui, elle plut à ses yeux, et il admira beaucoup sa beauté. Il fut si content qu'il distribua des présents à tous ceux qui lui en avaient donné l'avis. Cependant Abram était inquiet au sujet de son épouse, et il priait Jéhova de la sauver de la main de Pharaon. Saraï, de son côté, priait aussi, disant: Jéhova Dieu, c'est pour te complaire que nous avons quitté notre patrie, abandonné notre parenté, pour aller dans un pays étranger et au milieu d'une nation que nous n'avons connue ni hier ni avant-hier. Maintenant que pour préserver notre maison de la famine nous sommes venus jusqu'ici, voilà que ce grand malheur est tombé sur moi. Je te supplie, Jéhova Dieu, protège-moi contre ce tyran, et par ta miséricorde fais-moi éprouver les effets de ta bénignité. Et Jéhova exauça Saraï et il envoya un ange à son secours. Et le roi vint et s'assit devant Saraï. Mais l'ange de Jéhova se tenait auprès d'eux et il devint visible aux yeux de Saraï et lui dit: Ne crains rien; Jéhova a exaucé ta prière. Le roi s'approcha de plus près et dit à Saraï: Quel est cet homme qui t'a amenée en Égypte? Elle répondit: Cet homme est mon frère. Le roi reprit: C'est notre devoir de l'élever aux plus hautes dignités, et de lui faire tout le bien que tu nous commanderas. Aussitôt le roi envoya à Abram de l'or, de l'argent, des pierres précieuses en grande quantité, comme aussi des troupeaux de gros et de menu bétail et des esclaves des deux sexes. Et par ordre du roi Abram vint demeurer dans son palais, et il fut déclaré grand dignitaire du royaume. Et le roi s'approcha de Saraï et voulut la toucher, mais l'ange le frappa rudement sur la main, et Pharaon la retira tout effrayé. Et durant toute la nuit, dès que le roi s'avançait vers Saraï, l'ange le frappait; et le roi devint tremblant de tous ses membres. De même, l'ange frappait pendant cette nuit-là tous les serviteurs de Pharaon et toute sa maison, de sorte que le palais retentissait de cris et de pleurs de tous côtés. Le roi comprenant que tout ce mal arrivait à cause de la femme étrangère, s'éloigna d'elle et chercha à l'apaiser par des paroles conciliantes. Et il l'interrogea de nouveau sur le compte de l'homme avec qui elle était venue. Et Saraï avoua la vérité et dit: Cet homme est mon époux. Si je t'ai dit qu'il était mon frère, c'est parce que je craignais que dans leur perversité les Égyptiens ne le fissent mourir. Et le roi renonça à Saraï, aussitôt les atteintes de l'ange cessèrent. Quand le matin fut levé le roi manda Abram et lui dit: Que m'as-tu fait là de me dire que c'est ta sœur, et d'amener sur moi et sur toute ma maison ce grand châtiment, parce que j'ai voulu prendre pour femme ta sœur? Maintenant voilà ton épouse; va-t'en et sors de mon pays, de peur que nous ne mourions tous à cause d'elle. Et Pharaon en lui rendant Saraï lui donna encore des brebis, des bœufs, des esclaves de l'un et de l'autre sexe, de l'argent et de l'or. Le roi donna aussi à Saraï une jeune fille que sa concubine lui avait enfantée, et il lui dit: Ma fille, il vaudra mieux pour toi d'être l'esclave de Saraï que de devenir une dame distinguée de ma cour. Abram se leva donc pour remonter de l'Égypte avec tout ce qu'il possédait. Pharaon commanda des hommes pour l'escorter dans la route. Et Abram revint au pays de Chanaan, au lieu où il avait dressé un autel et où il avait auparavant fixé sa tente.

Pareillement Lot, fils d'Aran, frère d'Abram, possédait des troupeaux considérables en gros et en menu bétail, et des tentes; car Jéhova le favorisait pour l'amour d'Abram. Mais les pâtres d'Abram eurent de fréquentes contestations avec ceux de Lot; car le pays ne suffisait pas pour leurs nombreux troupeaux. En outre, lorsque ceux d'Abram ne trouvaient pas assez de pâturage, ils ne s'en abstenaient pas moins des champs des habitants du pays, tandis que les pâtres de Lot y menaient leur bétail: et les pâtres d'Abram les en querellaient. De leur côté les gens du pays venaient aussi vers Abram et le querellaient à cause des dégâts des pâtres de Lot. Et Abram disait à Lot: Pourquoi rends-tu mon nom odieux parmi les habitants de la contrée en ordonnant à tes pâtres d'aller dans les champs des autres? Ne sais-tu pas que je ne suis qu'un étranger parmi les Chananéens? Mais Lot n'écoutait point sa voix et continuait selon la même chose. Et les habitants du pays venaient sans cesse se plaindre à Abram. Enfin Abram dit à Lot: Jusqu'à quand seras-tu un scandale pour moi? Qu'il n'y ait plus de contestation entre nous deux puisque nous sommes parents. Séparons-nous; éloigne-toi de moi, et va chercher un autre lieu pour y demeurer avec ta maison et ton bétail. Ne crains rien, car si quelqu'un te moleste tu m'en instruiras et j'irai te venger: seulement va-t'en loin de moi. Alors Lot, levant les yeux vers la plaine du Jourdain, vit que la contrée était bien arrosée et excellente pour la nourriture des hommes et du bétail, et il alla y planter sa tente, et il demeura sur le territoire de Sodome. Et Abram demeura pendant beaucoup de jours et d'années dans la chênaie de Moré, qui est à Hébron.

Vers la même époque Chodorlahomor, roi d'Élam, envoya un message aux rois qui demeuraient autour de lui; savoir, à Nemrod, roi de Sennaar, qui était sous son obéissance; à ses alliés Thadal, roi des nations, et Arioch, roi d'Ellazar, leur faisant dire: Venez m'aider à châtier les villes de la terre de Sodome, parce qu'elles sont en révolte contre moi depuis treize ans. Et ces quatre rois se mirent en campagne avec leurs troupes, environ huit cent mille hommes, et ils tuaient tous ceux qu'ils rencontraient sur leur chemin. Et les cinq rois suivants s'avancèrent contre eux: Senaab, roi d'Adama; Semeber, roi de Seboïm; Bara, roi de Sodome; Bersa, roi de Gomorrhe; Bala, roi de Ségor (1217). Et ils se rencontrèrent dans la vallée de Sétim. Dans la mêlée de ces neuf rois, ceux de Sodome et de Gomorrhe furent défaits par les rois d'Élam, et ils prirent la fuite. Or, la vallée de Sétim était pleine de puits de bitume, dans lesquels tombèrent les rois de Sodome avec leurs guerriers poursuivis par les rois d'Élam (1218). Et ceux qui échappèrent se sauvèrent dans les montagnes. Les rois d'Élam en poursuivant l'ennemi arrivèrent jusqu'à la terre de Sodome dont ils pillèrent toutes les villes. Ils emmenèrent aussi prisonnier Lot, neveu d'Abram, et prirent toutes ses richesses et rentrèrent dans leur pays.

Or, un serviteur d'Abram, Oni (1219), qui avait été présent à la bataille, vint raconter à Abram tout ce qui était arrivé. Abram, en apprenant la captivité de son neveu Lot, se leva aussitôt avec ses hommes au nombre de trois cent dix-huit, et se mit cette nuit-là même à la poursuite des quatre rois et les vainquit. Toutes leurs armées périrent par les armes d'Abram, hormis les quatre rois qui s'enfuirent chacun d'un autre côté. Abram rapporta tout le butin qui avait été fait sur Sodome, et ramena pareillement Lot avec toutes ses richesses, leurs femmes et leurs jeunes enfants. Lorsqu'il s'en retournait par la vallée de Sétim, Bara, roi de Sodome, et ce qui restait de ses gens sortirent des puits de bitume, et allèrent au-devant de lui et de sa troupe. Pareillement Adonisédech, roi de Jérusalem (1220), qui est le même personnage que Sem, fils de Noé, sortit au-devant d'Abram, lui apportant du pain et du vin; et ils s'assirent ensemble dans la vallée du roi. Adonisédech bénit Abram, et Abram lui offrit la dîme de tout le butin qu'il avait enlevé à ses ennemis: car Adonisédech était prêtre devant Dieu.

Cependant les rois de Sodome et de Gomorrhe s'approchèrent d'Abram et le supplièrent, disant: Rends-nous les captifs que tu as ramenés et garde tout le bien pour toi et pour tes gens. Abram répondit aux rois de Sodome (1221): Vive Jéhova qui a créé le ciel et la terre, qui m'a préservé de tant de danger, et qui en ce jour à livré mes ennemis entre mes mains, si je retiens quoi que ce soit de tout ce qui vous appartenait, afin que vous ne vous vantiez pas plus tard, disant: C'est nous qui avons enrichi Abram par l'abandon de notre bien. Jéhova mon Dieu, en qui je me confie, m'a fait cette promesse: «Tu n'éprouveras jamais de besoin, car j'enverrai ma bénédiction dans toutes les œuvres de tes mains.» Et maintenant prenez tout ce qui est à vous, et retirez-vous. Vive Jéhova! je ne retiendrai ni une âme, ni un cordon de chaussure, ni un fil. Excepté toutefois ce que mes gens ont pris pour leur nourriture, et la part du butin qui revient à mes alliés, Aner, Escol et Mambré. Et il les congédia en leur recommandant Lot qui s'en retourna aussi à Sodome. Et Abram revint avec les siens au lieu de son habitation, dans la chênaie de Moré, qui est à Hébron.

En ce temps-là Jéhova apparut à Abram encore une fois à Hébron, et il lui dit: Sois tranquille: une grande récompense t'est réservée devant moi; car je ne t'abandonnerai pas jusqu'à ce que je t'aie multiplié et béni. Et je rendrai ta race semblable aux étoiles du ciel, qui ne peuvent être ni mesurées ni comptées. Et je donnerai à tes enfants, pour possession éternelle, tous ces pays que tu vois de tes yeux. Seulement sois courageux et persévérant pour marcher en ma présence et être parfait.

Dans la soixante-dix-huitième année de la vie d'Abram mourut Reü fils de Phaleg. Et tous les jours de Reü furent de deux cent trente-neuf ans.

Abram était âgé de quatre-vingt-cinq ans, et demeurait depuis dix ans dans le pays de Chanaan lorsque Saraï voyant qu'elle était toujours stérile, prit Agar, dont Pharaon lui avait fait présent, et l'amena à son mari en lui disant: Voici ma servante, prends-la pour femme, afin que je puisse avoir des enfants par elle. Car elle avait enseigné à Agar la connaissance de Jéhova, et les œuvres qu'il agrée, et Agar n'en négligeait aucune. Et Abram consentant à ce que demandait Sara, prit pour femme sa servante Agar. Mais celle-ci, voyant qu'elle avait conçut, s'en réjouit beaucoup et n'eut plus d'estime pour sa maîtresse; car elle pensait au fond de son cœur: Ceci n'arrive que parce que je vaux mieux qu'elle devant Jéhova, qui a voulu m'accorder la fécondité après peu de jours. Et Saraï, voyant qu'Agar était enceinte, en devint jalouse. Elle dit alors à Abram: Le tort que j'éprouve est de ton fait; car lorsque tu priais Jéhova de te donner des enfants, pourquoi n'as-tu pas demandé d'en avoir de moi? Et quand en ta présence Agar méprise mes paroles, parce qu'elle s'enorgueillit de sa grossesse, pourquoi ne la reprends-tu pas? Puisque tu me traites ainsi, que Jéhova juge entre toi et moi. Abram répondit à Saraï: Voici que ta servante est en ton pouvoir, dispose d'elle selon qu'il te plaît. Et Saraï lui fit endurer tant de souffrances qu'elle s'enfuit au désert. Mais un ange de Jéhova vint trouver Agar au lieu où elle s'était réfugiée, et lui dit: Sois sans crainte, car je multiplierai ta postérité. Et voici que tu mettras au monde un fils, et tu le nommeras Ismaël. Maintenant retourne vers Saraï ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main. Et Agar appela ce lieu, où se trouve un puits, Puits du vivant qui m'a regardée. Ce puits est entre Cadés et Barad. Et à l'heure même Agar retourna à la maison de sa maîtresse. Lorsque son terme fut arrivé, elle enfanta un fils à Abram, qui le nomma Ismaël. Abram était âgé de quatre-vingt-six ans lors de cette naissance.

Dans la quatre-vingt-onzième année de la vie d'Abram la guerre éclata entre les enfants de Céthim (1222) et les enfants de Thubal. Car lorsque Jéhova dispersa les hommes sur toute la surface de la terre, les enfants de Céthim se formèrent en une troupe et allèrent jusqu'à la plaine de Campanie où ils s'établirent et se bâtirent des villes sur le fleuve du Tibre. Quant aux enfants de Thubal, ils s'établirent dans la Toscane, et leurs limites touchaient aux deux fleuves (1223). Ils bâtirent une ville qu'ils nommèrent Sienne (1224), d'après le nom d'un fils de Thubal leur père; et ils la possèdent jusqu'à ce jour. Les enfants de Céthim attaquèrent les enfants de Thubal, qui furent vaincus et perdirent treize cent soixante dix hommes. Alors les enfants de Thubal firent le serment entre eux de ne point s'allier par des mariages avec les enfants de Céthim. Nul d'entre eux ne pouvait plus donner sa fille à un enfant de Céthim. Car en ce temps-là les filles du peuple de Thubal étaient d'une beauté qui n'avait passa pareille sur toute la terre; et quiconque, même les princes et les rois, prisait les charmes d'une belle femme choisissait son épouse parmi elles. Au bout de trois ans, après ce serment, environ vingt chefs de Céthim firent la demande de filles de Thubal, mais ils eurent un refus. Et il arriva qu'aux jours de la moisson, pendant que les enfants de Thubal étaient aux champs, tous les jeunes gens de Céthim se réunirent et entrèrent en silence dans la ville de Sienne, et ravirent chacun une jeune fille de Thubal et emmenèrent dans leurs villes les personnes enlevées. Les enfants de Thubal se mirent aussitôt en campagne pour les attaquer, mais ils rencontrèrent sur leur route une haute montagne fortifiée, et ils furent contraints de se retirer. Après un an révolu les enfants de Thubal prirent à leur solde des hommes de toutes les villes de leur voisinage, environ dix mille combattants, et ils marchèrent de nouveau contre les enfants de Céthim; et cette fois ils furent les plus forts. Alors les enfants de Céthim, assiégés dans leur ville principale, et réduits à l'extrémité, firent monter sur les murailles leurs femmes avec leurs enfants, et ils crièrent aux enfants de Thubal: Est-ce que vous venez faire la guerre à vos enfants et à vos filles? Ne sommes-nous pas depuis longtemps de vos os et de votre chair? Et à l'instant les enfants de Thubal cessèrent le combat et s'en retournèrent dans leur pays. En ce temps-là les enfants de Céthim se réunirent et se bâtirent deux villes sur la mer, et ils nommèrent l'une Iria et l'autre Aniza (1225).

Abram, fils de Tharé, avait alors quatre-vingt dix-neuf ans. Et Jéhova lui apparut et lui dit: Je veux établir mon alliance entre moi et toi, et je multiplierai ta race extrêmement. Voici le signe de mon alliance, qui sera éternelle, et ce signe sera dans votre chair: Vous circoncirez tout mâle dans le huitième jour de sa naissance. Et dorénavant, toi, tu ne t'appelleras plus Abram, mais Abraham. Pareillement, ta femme ne s'appellera plus Saraï, mais Sara (1226). Car je vous bénirai tous deux, je multiplierai votre postérité après vous, et vous deviendrez un grand peuple, et des rois sortiront de vous. Et Abraham se leva et circoncit tous les individus mâles de sa maison, comme aussi ceux qu'il avait acquis à prix d'argent: il n'en resta pas un seul d'incirconcis. Abraham lui-même et son fils Ismaël, âgé de treize ans, circoncirent la chair de leur prépuce. Le troisième jour, Abraham alla s'asseoir devant l'entrée de sa tente, pour se chauffer au soleil et soulager, la souffrance de sa chair.


Notes sur le Livre de la Genèse

1214 Enfants, fils de Bélial, בני בליעל, style de Bible, pour, hommes vils et méprisables, mauvais sujets.
1215 פרעה, Pharaon, de פרע, payer. On suppose que le roi d'Égypte parlait hébreu.
1216 Les Hébreux, comme d'autres peuples, croyaient que leur pays était le nombril, טבור, c'est-à-dire, le point culminant de la terre. De là l'expression si fréquente dans l'Ancien et le Nouveau Testament: monter au pays de Chanaan, descendre dans les autres pays. Dans la Palestine même on montait à Jérusalem.
1217 Le texte de la Bible porte: et le roi de Bala, (ville) qui est (aussi nommée) Ségor. Regem Balœ, ipsa est Segor. Il faut supposer que le roi avait donné son propre nom à sa capitale.
1218 Le lecteur aura compris que les rois d'Élam, les rois de Sodome, veut dire, le roi d'Élam et ses partisans, le roi de Sodome et ses partisans.
1219 Oni, Voyez plus haut: colonne 1116.
1220 La Genèse 14:18, porte: Melchisédech, roi de Salem. Adoni signifie Seigneur, et Melchi, roi. Salem et Jérusalem désignent la même ville.
1221 Voyez ci-devant: note 1218.
1222 On voit par ce qui suit que les enfants de Céthim étaient les habitants de l'ancienne Saturnie ou Ausonie. Nous entrons ici dans un supplément du Yaschar. Que ce supplément soit très ancien, et de beaucoup antérieur au XIIIe siècle, c'est ce que l'on voit par le singulier travestissement du fait de l'enlèvement des Sabines. Voyez: notre Avant-propos.
1223 Le Tibre et l'Arno.
1224 Texte hébreu, סכינה, Sichena.
1225 Ardée et Antium.
1226 Abram, אברם; Abraham, אברהם; Saraï, שרי; Sara, שרה.


Marque de commerce © 1999-2021 GoDieu.com - Tous droits réservés