0 Partager

 


Chapitre 6


L'adoration des perroquets

Dans ses paroles à la femme samaritaine, le Seigneur lui dit: «Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des juifs. Mais l'heure vient et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront Dieu en raisonnant la vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. L'Esprit qui est Dieu nécessite alors que ceux qui l'adorent, l'adorent en raisonnant la vérité.» (Jean 4:19-24) Ces paroles de Jésus constituent le fondement même de l'adoration. Il parle de vrais adorateurs et donne leurs qualifications. Cela implique qu'il existe des gens qui adorent Dieu mais qui ne sont pas pour autant de vrais adorateurs. Ils peuvent prétendre adorer Dieu, mais ils ne sont pas reconnus par Dieu parce qu'en réalité ils ne remplissent pas les critères de vrais adorateurs. Jésus nous dit les caractéristiques de vrais adorateurs — ils adorent «en raisonnant la vérité», c'est-à-dire «expliquer les causes d'un événement pour en avoir une vue juste; analyser la motivation d'un comportement, d'une attitude, d'un texte, d'un enseignement les motifs d'une action pour en avoir une meilleure connaissance», et il s'agit ici d'avoir une meilleure connaissance de la révélation de Dieu qu'il nous accorde en Jésus-Christ. Puisqu'il y a des vrais adorateurs, il y a conséquemment des faux adorateurs aussi. Nous pouvons donc dire que les faux adorateurs, adorent «dans la chair et dans l'hypocrisie de leurs prétentions». Les hypocrites et les faux adorateurs peuvent faire semblant d'adorer, ils peuvent en donner une apparence, mais ils sont incapables d'adorer véritablement parce que le renoncement de Dieu n'est pas dans leur cœur, l'unique endroit ou se fait l'adoration.

La vraie adoration ne peut venir que d'un cœur qui a renoncé à lui-même pour Dieu, et un tel renoncement est l'œuvre du Saint-Esprit et non de la nature humaine déchue. L'adoration, n'est pas un rituel que nous faisons lorsque nous nous réunissons dans une église comme font les réprouvés; c'est plutôt une mode de vie qui résulte d'une attitude de renoncement et d'abaissement. Elle n'est pas non plus l'obéissance des commandements de Christ ou des commandements de la loi dans le but de se justifier en tentant de plaire à Dieu. Il est intéressant de remarquer comment la femme samaritaine tenait à tout prix à discuter avec Jésus sur le vrai endroit d'adoration alors qu'elle avait été mariée à cinq hommes et le sixième avec qui elle vivait ne lui appartenait pas! Cette femme représente bien la multitude de religieux qui participent à toutes les réunions d'une église quelconque alors qu'ils se rebellent quotidiennement contre le Dieu qu'ils prétendent venir adorer. Ce ne sont pas des vrais adorateurs mais des idolâtres et des imposteurs. On adore pas Christ dans une église mais dans le cœur et dans un esprit d'humilité, en d'autres mots, l'adoration n'est pas un sentiment qui déclenche toute une vague d'émotions comme nous voyons dans des réunions de ce genre.

Jésus a un jour réprimandé les pharisiens et les scribes pour l'hypocrisie et la superficialité de leur adoration: «Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit: ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. C'est en vain qu'ils m'honorent en enseignant des préceptes qui sont des commandements d'hommes» (Matthieu 15:7-9). Jésus dit aux juifs et aux samaritains de son temps, qui accordaient apparemment une grande importance au lieu d'adoration, que la location importait peu. Ce qui détermine la qualité de l'adoration, c'est plutôt l'état du cœur de l'adorateur. La presque totalité de ce qu'on appelle «adoration» dans la plupart des églises aujourd'hui, n'est qu'un rituel mort issu de la nature humaine corrompue. Les gens répètent, comme des perroquets, les paroles de quelqu'un en chantant leurs soi-disant «cantiques d'adoration», mais leur adoration n'est que vanité. Dieu aimerait mieux écouter un seul «je t'aime» qui vient du plus profond du cœur d'un enfant que d'écouter les bourdonnements d'un millier de chrétiens de dimanche chantant comme de beaux hypocrites «Que Tu Est grand!».

Un très grand nombre de ces imposteurs disent qu'adorer «en esprit» signifie prier et chanter en d'autres langues, langage insensé de baragouin, mais cette interprétation est non seulement forcée et contradictoire aux paroles de Christ, elle est complètement diabolique. La louange et l'adoration doivent occuper une grande place dans notre vie quotidienne — ce n'est pas une chose qui se fait dans une réunion d'une supposée église, car nous savons d'ailleurs que toutes les églises sont fausses et cela sans exception, nous pouvons louer le Seigneur et jouir de notre intimité avec Lui, tout le long de la journée. La louange et l'adoration sont des expressions normales de notre foi en Dieu qui nous est donnée dans les mérites du sacrifice de Christ. Si nous croyons réellement aux promesses de la parole de Dieu, nous devrons nous en réjouir, et exprimer notre gratitude envers Dieu.

«Quoique vous fassiez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes.» (Colossiens 3:23)

 

À Christ seul soit la Gloire

 

Source: LeVigilant.com — Jean leDuc

0 Partager