0 Partager

 

L'analogie des messagers du dernier message

L'association entre deux communautés de convenances historiques différentes ont des traits ou caractéristiques communs, mais généralement divergents dans leurs rapports correspondants. Ce principe se nomme faire une analogie, c'est-à-dire, un rapport de ressemblance, d'identité partielle entre des réalités différentes préalablement soumises à une comparaison. La notion n'est pas nouvelle, elle provient de l'antiquité et se trouve dans le livre de l'Ecclésiaste: «Ce qui a été, c'est ce qui sera; ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, et il n'y a rien de nouveau sous le soleil» (Ecclésiaste 1:9). En d'autres mots, l'histoire se répète toujours, mais en principe seulement, sans nécessairement être précisément dans tous les mêmes détails.

Quel rapport cela détient-il pour les messagers du dernier message de la fin des temps? Or, le parallèle est inévitablement celui de la persécution du temps de Jésus et ses disciples. Comme ils furent persécutés, nous sommes aussi persécutés, mais dans des contextes différents et des procédures dissemblables en apparences. L'histoire nous témoigne abondamment de persécutions sanglantes, de tortures atroces, et de massacres horribles, livrés aux chrétiens, généralement par les papistes sous l'ordre de l'antichrist qui siège à Rome.

Mais en nos temps modernes, les choses ont changé. On ne persécute plus les chrétiens réels par la force, du moins dans nos nations dites civilisées. La raison est que les autorités de nos gouvernements démons-cratiques ne savent plus c'est quoi un vrai chrétien. Ils s'imaginent qu'un chrétien est celui qui appartient à une religion organisée, comme une église quelconque, ce qui nous met à l'abri, temporairement. Or, la pandémie du coronavirus a tout chambardé, et cela fut conçue intentionnellement dans le but subtil de nous dépister. En d'autres mots, la pandémie est la forme moderne de la persécution des chrétiens authentiques.

Mais reculons dans l'histoire, et situons-nous, pour le moment, à la crucifixion de Christ. Quelle serait donc l'analogie avec le temps dans lequel on se trouve présentement? En regardant Christ sur la croix, nous voyons qu'elle consiste en trois sections: la tête, les mains, et les pieds:

La tête:

Christ porte une couronne d'épines enfoncée dans son crâne. Le parallèle est inouï. Nos gouvernements crapuleux nous enfoncent dans le crâne, siège de la pensé et de la volonté, toutes sortes d'informations à propos du coronavirus, à coups de répétions médiatiques sans relâche, afin de se présenter comme nos sauveurs. Nous devenons complètement saturés de toutes leurs ordures, au point d'en faire une indigestion. Ils veulent nous contrôler par la peur et par toutes sortes de moyens de pressions et d'intimidations psychologiques, menaçant même notre survie. Nommons cette première section la manipulation mentale.

Les mains:

Christ a les deux mains clouées et solidement attachées sur le travers de la croix. Nos politiciens salopards, les soldats romains modernes au pied de la croix, cherchent à contrôler nos actions, jusqu'à nous forcer à prendre leur vaccin de l'enfer, afin de nous marquer de leur autorité comme leurs possessions, et de faire de nous leurs esclaves et leurs cobayes. Nous ne sommes plus libres de faire ce que nous voulons, nos mains sont attachées comme de vulgaires criminels, et ces scélérats se moquent de nous comme si nous serions de vrais idiots.

Les pieds:

Christ avait les pieds cloués sur la croix afin d'augmenter ses souffrances lorsqu'il cherchait à soulever son corps pour respirer. Les autorités infernales cherchent à restreindre nos va et vient, nous ne pouvons plus nous déplacer comme bon nous semble. Ils contrôlent même nos pas dans les grands magasins et dans le publique, afin de nous forcer à garder nos distances l'un de l'autre, comme des brebis à l'abattoir. On nous force à porter des masques pour restreindre notre respiration, et engendrer une dépendance psychologique, donnant l'évidence qu'ils sont en contrôle sur nos vies.

L'analogie est claire, nous souffrons avec Christ dans un différend contexte historique et de différentes façons, qui marquent la fin des temps. Mais après la mort de Christ vient la résurrection. Cette persécution psychologique cessera bientôt, à l'émergence de Christ de ses élus pour former une nouvelle race céleste et éternelle. Dans une lumière éblouissante et un feu flamboyant, les nations et leurs dirigeants rapaces et diaboliques, et tous les peuples de la terre, seront consumés et réduits en poussière. Un nouveau monde et un nouveau style d'existence apparaîtra, pour les élus seuls. Et nous nous réjouirons dans un bonheur sans fin.

 

À Christ seul soit la Gloire
Amen!

Rédigé par Jean leDuc sous la direction de Christ
pour la communauté mondiale des élus.

 

Source: LeVigilant.com — Jean leDuc

0 Partager